Navigation – Plan du site

Michel Peraldi, Claire Duport, Michel Samson, Sociologie de Marseille

Lionel Francou
Sociologie de Marseille
Michel Peraldi, Claire Duport, Michel Samson, Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2015, 124 p., ISBN : 978-2-7071-7432-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Émile Victoire, Sociologie de Bordeaux, Paris, La Découverte, 2014. Recension de Claire Maurin : ht (...)
  • 2 Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, 2008. Recension d (...)
  • 3 Voyez notamment Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Déco (...)

1D’entrée de jeu, les auteurs donnent le ton : « Marseille est une étoile économiquement morte dont la lumière continue de briller » (p. 3). Après nous avoir offert une sociologie de Bordeaux1, de Paris2, de Lyon, puis de Nantes, la collection « Repères » nous propose désormais de découvrir la ville de Marseille. Ces ouvrages présentent une introduction à une ville et à ses populations, d’ordre général mais comportant quelques particularités induites par les sujets de prédilection des coauteurs qui s’attèlent à cette tâche délicate. Les époux Pinçon-Charlot abordent bien évidemment les riches élites de Paris, leur spécialité3, dans le portrait qu’ils dressent de cette ville. Quant aux auteurs ici réunis, leur présentation de Marseille reprend leurs préoccupations pour la politique et les gouvernants locaux. En effet, le sociologue Michel Peraldi et le journaliste Michel Samson sont les coauteurs de Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais paru en 2005 chez La Découverte, tandis que Claire Duport a soutenu en 2007, sous la direction du même Michel Peraldi, une thèse en sociologie intitulée Notables, militants, entrepreneurs. Une histoire sociale du militantisme dans les cités. Les migrations, la culture et l’économie informelle sont également des objets de recherche des auteurs qui occupent une place importante dans la structure de cet ouvrage, divisé en huit courts chapitres qui peuvent être rassemblés en trois parties.

2D’abord, dans la première partie, les auteurs pointent les différences sensibles qui existent entre la ville et son double « imaginé », source de nombreuses légendes qui participent aujourd’hui encore de l’image de Marseille. Le premier chapitre trace le portrait statistique d’une population pauvre, très peu mobile, et d’une ville « sous perfusion étatique », en crise depuis la deuxième moitié du XXe siècle, dont les indicateurs sont plus proches de ceux d’une ville « de banlieue » que d’un centre florissant. Le deuxième chapitre porte sur la désindustrialisation brutale de Marseille, accueillie à bras ouverts par les responsables politiques de l’époque. Le port, au centre de l’économie locale, s’effondre et emporte la ville avec lui. L’État prend alors les rênes de ce qui devient un port pétrolier, source de recettes fiscales, à défaut d’emplois, Marseille devenant la « part morte » d’une métropole intégrant les villes environnantes, plus dynamiques et accueillantes. Le troisième chapitre porte sur le clientélisme du système politique local. Les responsables politiques sont en mesure de distribuer de nombreux logements et emplois publics ou subventionnés, ce qui les rend puissants tout en provoquant une « cécité collective des élites » qui semblent ignorer la crise touchant leur ville.

3Ensuite, dans la deuxième partie, plus courte, les auteurs s’interrogent sur les liens qui existent entre la pauvreté, les migrations et les notables marseillais. Dans le quatrième chapitre, ils expliquent que le système s’enraille lorsque, du fait du ralentissement de la construction de nouveaux logements et de la stabilité résidentielle des populations pauvres, les élus ne sont plus en mesure de distribuer, sous la forme de logements sociaux, autant de privilèges que nécessaires. Quant au cinquième chapitre, il souligne le caractère hermétique des mondes immigrés entre, d’une part, des ouvriers rapidement sans chantiers et, d’autre part, des notables, actifs dans le commerce ou les services, dont la respectabilité est saluée.

4Enfin, la troisième partie s’intéresse aux transformations plus récentes de la ville, à cette renaissance aujourd’hui louée. Dans le sixième chapitre, les auteurs décrivent comment, dans les années 1990, une chasse à l’économie informelle, confondue avec la criminalité et jugée source de nuisances, est menée. Au même moment, la ville continue d’être montrée du doigt pour un banditisme exacerbé que les médias nationaux présentent comme caractéristique de la ville, à tort. Le septième chapitre traite de Marseille sous l’angle de la gentrification, ici envisagée par les auteurs sous une acception étendue, le terme devant « inclure aussi des opérations qui, si elles n’ont pas une requalification de l’habitat pour priorité, ont bien dans leurs objectifs des changements d’usages professionnels ou commerciaux qui visent des nantis » (p. 90). Cependant, les classes moyennes et supérieures ne réinvestissent pas le centre-ville, ou à tout le moins n’y emménagent pas, car elles ont trouvé ailleurs dans l’aire métropolitaine, à Aix-en-Provence ou à Aubagne notamment, de nouvelles centralités attractives. Quant au huitième et dernier chapitre, il est consacré à la « rénovation des espaces portuaires » et à leur « reconquête », visant à « redonner à Marseille une attractivité » (p. 102). Auréolée « capitale européenne de la culture » en 2013, Marseille joue la carte du culturel dans une « entreprise de réenchantement » plus large, visant à attirer à la fois les artistes, les touristes et les investisseurs, à défaut d’habitants.

  • 4 Voyez aussi, notamment, André Donzel, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L'Harmattan, 2014, rece (...)

5Ce manuel très facile d’accès et équilibré intéressera tant les chercheurs en sciences sociales que les nombreux acteurs sociaux concernés d’une manière ou d’une autre par les problématiques et par l’action publique spécifiquement urbaines, à Marseille comme ailleurs. Si la ville semble mieux se porter, « retrouvant dans le nouveau visage de son centre-ville quelque chose d’une dignité perdue » (p. 113) et voyant son nombre d’habitants augmenter légèrement, les auteurs concluent sur leur analyse sur une note assez critique4. Marseille se serait finalement reconvertie, laissant son passé industriel derrière elle, bien qu’elle compte un nombre encore élevé d’ouvriers. Les transformations récentes impulsées par les pouvoirs publics auraient conduit à « une économie fondée sur un emboîtement d’usines à touristes et de pépinières d’entreprises high-tech, sur fond de spéculation immobilière » (p. 114), tandis que Marseille est définitivement devenue une ville provinciale, penchant vers Paris plutôt que vers la Méditerranée où elle occupe désormais une place secondaire. Et les auteurs de s’interroger : à qui profite « ce renouveau urbain » et, plus exactement, quel avenir attend tous les autres, ceux qui n’ont « pu embarquer dans le nouveau train » (p. 114) ?

Haut de page

Notes

1 Émile Victoire, Sociologie de Bordeaux, Paris, La Découverte, 2014. Recension de Claire Maurin : http://lectures.revues.org/14511.

2 Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, 2008. Recension de Marion Blatgé : http://lectures.revues.org/678.

3 Voyez notamment Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, 2000 et Les ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Seuil, 2007.

4 Voyez aussi, notamment, André Donzel, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L'Harmattan, 2014, recensé par Thibault Bechini : http://lectures.revues.org/17339.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Michel Peraldi, Claire Duport, Michel Samson, Sociologie de Marseille », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 05 mai 2015, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17939

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain. Membre du comité de rédaction d’Émulations et du comité de lecture d’Urbanités.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page