Navigation – Plan du site

Gérard Mauger, Âges et générations

David Bully
Âges et générations
Gérard Mauger, Âges et générations, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2015, 128 p., ISBN : 9782707158888.
Haut de page

Texte intégral

1Lourdement chargées de sens, polysémiques, ambiguës, les notions d’âge et de génération restent vagues et leurs usages confus. À partir d’un travail de clarification, Gérard Mauger se donne ici pour objectif d’aborder ces notions dans une perspective résolument sociologique, qui identifie, pour mieux s’en distinguer, les différents usages qu’en font les autres disciplines, notamment la biologie et la psychologie. Soucieux de « rompre avec les notions de sens commun » et « d’expliquer le social par le social » sans pour autant céder au sociologisme, il s’agit pour l’auteur d’inspiration durkheimienne de réintégrer dans l’étude de l’homme les « contextes matériel et symbolique dans lesquels il est pris » (p. 3). Après avoir identifié les usages sociaux des notions d’âge et de génération, Gérard Mauger explore spécifiquement cette dernière en présentant comment analyser sociologiquement les rapports entre « générations familiales », et comment délimiter dans le cours de l’histoire des « générations sociales ». Il propose ensuite une définition sociologique des « âges de la vie », et notamment de la « jeunesse », dans le cours des trajectoires biographiques, et s’interroge, en dernière analyse, sur la question de son unité et de sa diversité, et sur le travail politique de définition et de délimitation d’une classe d’âge.

2Gérard Mauger distingue, dans le premier chapitre, trois types de classements de l’âge et de la génération : les emplois ordinaires de ces termes, qui relèvent du sens commun, regroupant des individus qui ont à peu près le même âge, sous la forme d’« âges de la vie », dont la popularité est rappelée par l’iconographie profane ; les classements étatiques, élaborés par différentes institutions, qui définissent des seuils et des classes d’âge de façon officielle, sanctionnés par des réglementations diverses telle que la majorité civile ou électorale ; les classements savants, c’est-à-dire les catégories conceptuelles telles qu’elles sont développées par les différentes disciplines qui se penchent sur ces notions. Il interroge à ce titre la pertinence de ces catégories comme réalité sociale et appelle à la vigilance quant à leur usage dans les sciences sociales, dans la mesure où une même génération comporte des disparités internes qui remettent en cause son unité.

3Déclarant que « l’universalité supposée du complexe d’Œdipe n’exclut pas des formes socialement et historiquement différenciées des rapports entre parents et enfants » (p. 23), Gérard Mauger introduit son deuxième chapitre en rappelant les différences de perspectives qui séparent la psychologie de la sociologie. En effet, selon cette dernière, les rapports entre générations familiales dépendent essentiellement des stratégies de reproduction mises en œuvre par les familles en fonction de leur position dans la structure sociale. L’auteur s’inscrit explicitement dans une perspective bourdieusienne et interroge les questions d’héritage du patrimoine, qu’il soit à dominante économique ou à dominante culturelle. Dans le premier cas, les relations entre détenteurs et prétendants peuvent revêtir des formes variables, à savoir le conflit, la négociation ou le compromis. Il évoque notamment le problème de la succession dans la société aristocratique du XIIe siècle comme dans les sociétés paysannes, où les stratégies de retardement de la part des aînés, visant par exemple à attribuer l’héritage au cadet ou à retarder l’âge du mariage, génèrent un risque élevé de conflits de générations. Dans le second cas, la transmission renvoie à la question du capital scolaire et à l’incorporation du capital culturel par les héritiers. Les stratégies de reproduction sont caractérisées ici de manière inconscience par la « pédagogie invisible », mais supposent également un travail d’inculcation explicite qui nécessite un investissement de la part des donateurs et des donataires.

  • 1 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.
  • 2 Febvre Lucien, « Générations », in « Projets d’articles du vocabulaire historique », Paris, Bulleti (...)
  • 3 Bloch Marc, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 2007 (1ère édition (...)

4Dans son troisième chapitre, qui porte sur les générations sociales, Gérard Mauger fait référence aux travaux précurseurs de Karl Mannheim, pour qui la succession des générations sociales implique la transformation des « cadres de socialisation ». Néanmoins, il considère que « de façon générale, on ne peut identifier les transformations, sinon les ruptures de ces cadres de socialisation que pour une classe sociale donnée ou pour tel ou tel champ de l’espace social » (p. 50). Il préconise ainsi de circonscrire l’extension d’une génération à un groupe restreint, comme le recommandent Pierre Bourdieu1 ou les fondateurs des Annales, Lucien Febvre2 et Marc Bloch3, qui perçoivent la génération comme une notion confuse et mal définie. Ces indications le conduisent à identifier une « génération de la crise », fondée sur un mode de génération spécifique, qui est caractérisé par un nouvel état du système scolaire et du marché de l’emploi, mais à relativiser l’existence de générations sociales résultant de l’expérience faite au même âge d’« événements fondateurs », notamment la « génération de Mai 68 ».

5Le quatrième chapitre interroge spécifiquement la manière dont on peut définir sociologiquement des « âges de la vie ». Par la recherche de processus stables, Gérard Mauger conçoit la jeunesse comme une séquence représentée par un « double processus d’accès à un « état » professionnel et conjugal » (p. 80). Cette « séquence biographique » rend compte de comportements partagés par l’ensemble des jeunes, d’invariants structuraux, et fait à la fois l’objet d’incohérences statutaires, d’indétermination sociale et de cristallisation des habitus. Cette définition objective de la jeunesse autorise ainsi l’étude de ses variations dans l’espace et dans le temps. Il prend notamment l’exemple de la société française contemporaine vis-à-vis de celle de l’entre-deux-guerres, et identifie pour chacune d’elle quatre pôles qui organisent la jeunesse selon le milieu d’appartenance et le sexe en intégrant les mutations survenues au cours du temps.

6Le dernier chapitre pose la question de l’unité et de la diversité de la jeunesse, c’est-à-dire de « l’équilibre entre forces d’intégration et forces de dispersion » (p. 102-103). S’appuyant notamment sur les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, qui mettent en évidence le brouillage des frontières culturelles entre les classes, Gérard Mauger évoque d’une part les processus de réhabilitation des frontières mis en œuvre par les catégories dominantes et d’autre part les forces de désagrégation auxquelles est soumis le monde ouvrier. L’auteur appréhende enfin le travail politique de mobilisation d’un « groupe réel », c’est-à-dire de construction symbolique d’un groupe dont l’âge est un attribut distinctif. Il défend l’idée selon laquelle le rapprochement d’individus socialement éloignés est déterminé par le pouvoir mobilisateur des porte-paroles ainsi que par les dispositions du groupe. En ce sens, le travail de représentation mené par les « professionnels de la jeunesse » est la condition de la mobilisation du groupe, mais témoigne également de leur souci de valider leur légitimité.

  • 4 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.
  • 5 Terrail Jean-Pierre, La dynamique des générations. Activité individuelle et changement social (1968 (...)
  • 6 Attias-Donfut Claudine, Sociologie des générations. L’empreinte du temps, Paris, Puf, 1988.

7Cet ouvrage se propose de faire une synthèse des travaux portant de près ou de loin sur les générations et les âges de la vie. Gérard Mauger répond ainsi à son objectif initial d’extraire ces notions du sens commun et de les appréhender dans une perspective sociologique, qui se veut singulière vis-à-vis des autres disciplines. Il rappelle à juste titre la nécessité de restreindre l’usage de la notion de génération en sciences sociales à un champ particulier de l’espace social, conformément aux recommandations méthodologiques énoncées notamment par Pierre Bourdieu4. Nous pouvons néanmoins regretter l’absence de certaines références dans ce domaine de recherche, tels que les travaux de Jean-Pierre Terrail5, ou la brève allusion à ceux de Claudine Attias-Donfut6, qui réhabilite pourtant la notion de génération en sociologie après en avoir dressé une généalogie.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

2 Febvre Lucien, « Générations », in « Projets d’articles du vocabulaire historique », Paris, Bulletin du Centre international de synthèse, n° 7, juin, 1928.

3 Bloch Marc, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 2007 (1ère édition 1949).

4 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

5 Terrail Jean-Pierre, La dynamique des générations. Activité individuelle et changement social (1968/1993), Paris, L’Harmattan, 1995.

6 Attias-Donfut Claudine, Sociologie des générations. L’empreinte du temps, Paris, Puf, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Bully, « Gérard Mauger, Âges et générations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 mai 2015, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17940

Haut de page

Rédacteur

David Bully

Doctorant en sociologie à l’Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page