Navigation – Plan du site

Emmanuel Fureix, François Jarrige, La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français

Stéphane Lembré
La modernité désenchantée
Emmanuel Fureix, François Jarrige, La modernité désenchantée. Relire l'histoire du XIXe siècle français, Paris, La Découverte, coll. « SH / Écritures de l'Histoire », 2015, 280 p., ISBN : 9782707171573.
Haut de page

Texte intégral

1Devant la profusion des publications, quelles évolutions se dégagent pour l’histoire du XIXe siècle ? Tout l’intérêt de cet essai consiste à préférer, aux inconvénients d’une impossible somme exhaustive ou d’une synthèse peu représentative des dynamiques scientifiques à l’œuvre, un parcours des principales dynamiques historiographiques récentes. Ce parcours est ordonné autour de plusieurs thèmes jugés majeurs pour revisiter les grands récits de la modernisation, et dessiner ainsi à nouveaux frais les traits saillants de ce siècle.

2Qu’on ne s’y trompe pas, en effet : comme le titre le montre, c’est bien ici d’un essai qu’il s’agit, dans la mesure où le choix de ces thèmes comme les perspectives offertes au lecteur proposent une lecture de l’histoire de ce siècle et non quelque bibliographie commentée. Il ne s’agit pas de postuler une convergence intrinsèque de l’ensemble des publications, mais de remédier à « l’émiettement des curiosités » (p. 13). « Relire l’histoire du XIXe siècle français », c’est aussi l’écrire, après tant d’autres et grâce à ces multiples projets d’écriture, anciens ou récents.

3Une telle entreprise nécessite de s’interroger sur toutes les limites possibles, chronologiques autant que spatiales. L’introduction assume ce découpage du réel, qui a sa part d’arbitraire : pourquoi choisir la France, et dans quelles limites territoriales ? Quelles bornes chronologiques choisir ? Aucune réponse univoque, mais plutôt l’ambition « de réintroduire du conflit et une pluralité de possibles dans un siècle débarrassé de sa linéarité et de sa religion du progrès » (p. 8). La remise en cause de ces deux aspects qui ont pu entraver la compréhension de ce siècle justifie la prise en compte des territoires sous domination impériale ou coloniale et de varier les échelles, de même que la chronologie envisagée dépend des objets considérés. On le sait, les grilles d’analyse sont productrices de sens ; aussi le projet excluait-il de fonder le parcours historiographique sur un découpage par sous-champs disciplinaires qui aurait vu se succéder histoire politique, histoire culturelle, histoire sociale ou histoire des techniques, au risque de chevauchements voire de contresens. Il implique en revanche l’identification de renouvellements. La tâche est ici délicate qui consiste à repérer ces renouvellements des années 1990 et 2000 sans suggérer des ruptures systématiques avec des travaux plus anciens, parfois précurseurs. Plutôt qu’un nouveau cycle historiographique, introuvable tant les dynamiques sont variées selon les objets, c’est bien l’intensification et la diversification des travaux qui légitiment ce livre.

4Le premier chapitre choisit de parcourir le long chemin qui nous mène d’aujourd’hui à hier. Loin de céder à l’illusion d’un objet qui offrirait d’emblée des clés de lecture du présent, Emmanuel Fureix et François Jarrige prennent soin de problématiser ce « XIXe siècle [qui] n’a cessé d’obséder le XXe siècle » (p. 15). Là réside sa première spécificité : « l’histoire obsède les contemporains » (p. 23), de sorte que l’histoire de ce siècle est nécessairement aussi celle de ce siècle de l’histoire. Engagée par les contemporains, la réinvention permanente du XIXe siècle a eu ses temps forts et ses temps faibles, ainsi que ses mythologies et ses usages – notamment politiques – les plus variés. Par leur omniprésence ou leur dissolution au début du XXIe siècle, figures, idées et « totems » (p. 48) justifient la vitalité historiographique. Celle-ci est déclinée dans les six chapitres suivants, dont on se contentera ici de fournir un simple aperçu, compte tenu de la richesse des analyses et de l’ampleur de la bibliographie mobilisée – si les auteurs ont conscience de l’impossibilité d’une revue exhaustive de la littérature, cela n’enlève rien, à vrai dire, au tour de force que constitue la convocation de centaines de références valorisant la multiplicité des articles et ouvrages publiés ces quinze ou vingt dernières années en français ou en anglais. De ce point de vue, le projet est de son temps : celui d’une diffusion plus rapide des travaux scientifiques et d’un renouvellement profond des manières de lire et d’écrire l’histoire.

5Successivement, les auteurs nous emmènent sur les voies sinueuses de la modernisation (chap. 2), à la recherche de « modernité(s) culturelle(s) » (chap. 3) et du siècle des identités (chap. 4). Ils interrogent ensuite ce siècle d’émancipation (chap. 5), de construction de l’État (chap. 6) et de colonisation (chap. 7). Ce cheminement aborde des notions centrales, les unes objets d’histoire depuis plusieurs décennies (l’industrialisation ou la politisation par exemple), les autres réévaluées plus récemment et encore en chantier(s) comme le genre, l’énergie, la santé ou l’environnement. Toutes montrent néanmoins la vigueur des questionnements, nourris des diverses sciences sociales. La déconstruction des catégories sociales permet d’insister sur les singularités, les itinéraires et les expériences des acteurs (p. 210). Contre l’essentialisation de certaines catégories, l’invitation à une vigilance critique s’appuie entre autres sur un intérêt croissant pour le droit et une prudence à l’égard des rapprochements trop rapides. Des débats historiographiques parfois toujours en cours sont signalés, à l’image de la question désormais bien travaillée de la politisation populaire (p. 233 et suivantes), des échanges vifs autour de la lecture des violences coloniales du XIXe siècle comme matrices des violences de masse du siècle suivant (p. 347), ou de la question de la laïcité et de la laïcisation qui ne saurait se résumer au seul retour sur la loi de séparation de 1905 (p. 322 et suivantes). Le projet conduit sans doute à insister davantage sur les renouvellements et sur les travaux récents que sur les recherches plus anciennes, parfois supposées en partie connues du lecteur ; l’entremêlement des générations est néanmoins suggestif et nourrit la diversification des perspectives. On le comprend d’emblée avec le chapitre consacré à la révision de ce « XIXe siècle prométhéen – celui des usines, du machinisme et de l’urbanisation – [qui] a fait l’objet d’importantes révisions » (p. 49), grâce à des études consacrées aussi bien aux dynamiques inventives qu’à la culture matérielle, aux pratiques de consommation ou aux pratiques scientifiques. L’affirmation de nouvelles approches parfois développées ailleurs, des science studies aux queer studies, aux subaltern studies, aux postcolonial studies ou encore aux colonial studies, explique en partie ces renouvellements à condition d’en comprendre les modalités complexes et débattues d’appropriation par les historiens du XIXe siècle.

6Avec les multiples publications sur lesquelles il s’appuie, l’ouvrage participe au projet commun aux sciences sociales de déconstruction des grands récits et des conceptions simplificatrices. Bien que ce ne soit pas son but premier, il identifie des recherches possibles, par exemple autour de l’histoire intellectuelle de l’individualisme (p. 186) ou autour des émotions, thématique en voie de renouvellement (p. 135 et p. 255-256). Bien sûr, le propre de ce type d’essai historiographique réside probablement dans la promesse de son dépassement par de futurs travaux, y compris dans le choix des thèmes : ce sera sans doute le meilleur signe de son utilité pour les chercheurs confirmés ou en devenir comme pour les lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lembré, « Emmanuel Fureix, François Jarrige, La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 mai 2015, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17951

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page