Navigation – Plan du site

Sophie Bessis, La double impasse. L’universel à l’épreuve des fondamentalismes religieux et marchands

Alexia Ingber
La double impasse
Sophie Bessis, La double impasse. L'universel à l'épreuve des fondamentalismes religieux et marchand, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 230 p., ISBN : 978-2-7071-8291-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Sophie Bessis, 2003, L'Occident et les autres. Histoire d'une suprématie, éd. La Déco (...)

1L’historienne Sophie Bessis nous offre dans son nouvel ouvrage une lecture de la confessionnalisation du monde arabo-musulman dans le contexte néolibéral actuel, problématiques desquelles elle est familière1. L’auteure analyse ces phénomènes complexes avec un souci de contextualisation et d’exemplification nourri de nombreuses sources historiques et journalistiques.

2Le titre, La double impasse. L’universel à l’épreuve des fondamentalismes religieux et marchands, annonce la thèse centrale de l’ouvrage : l’islamisme politique ne constitue pas une réaction identitaire au libéralisme économique, au contraire, il s’en accommode fort bien. Ceux deux fondamentalismes, religieux et marchand, produits de la postmodernité, s’opposent à l’universalisme démocratique en ce qu’ils réduisent les citoyens, pour le premier à leurs référents identitaires et pour le second à leurs rôles de consommateurs.

3Cette thèse énoncée, l’ouvrage se divise en trois parties. Chacune d’entre elles correspond à une dimension du fonctionnement des dynamiques identitaires et marchandes dans le monde arabo-musulman.

4Dans la première partie, Le temps de l’anomie, l’auteure allie les chiffres des populations exposant une démographie en hypercroissance aux demandes du marché pour expliquer la création d’une masse superflue d’individus aux perspectives socio-économiques inertes, sensible aux prédications religieuses. Encouragée par les politiques de natalité des religieux de tout bord, l’explosion démographique actuelle se couple parfaitement avec l’économie néolibérale dont la rhétorique soutenue voit en chaque individu un consommateur potentiel.

5Si le dogme néolibéral se caractérise par l’uniformisation des politiques de production, ses effets sociaux et économiques diffèrent du Nord au Sud, creusant un gouffre économique d’abord et culturel ensuite. L’auteure insiste sur ce passage, cette nécessité de créer de la différence en transformant par les discours, une frontière a priori économique et sociale en une frontière culturelle vécue du point de vue des identités par les populations.

  • 2 Pour expliquer cette dynamique, Sophie Bessis renvoie à l'ouvrage de l'anthropologue Arjun Appadura (...)

6Tant en Occident qu’en Orient, les identités sont ainsi réifiées et considérées comme structurantes de l’individu et du corps collectif. Cette lecture identitaire de la différence Nord-Sud est une des manifestations de la tension homogénéisation-hétérogénéisation caractéristique du contexte global actuel2. Sophie Bessis s’attarde sur les pays du Moyen-Orient pour démontrer en quoi le monde arabo-musulman a su parfaitement allier les discours sur l’identité avec une économie néolibérale.

7Dans la seconde partie, Révolutions et contre-révolutions, sont analysés les rouages des affrontements entre revendications démocratiques et conservatisme religieux. Une attention particulière est portée sur l’imbrication du politique avec le religieux. L’instrumentalisation du religieux par le politique, stratégie utilisée depuis l’époque post-prophétique, n’est pas propre aux mouvements populaires de libération et aux régimes autocratiques qui les ont succédé mais est inscrite dans la tradition intellectuelle arabe du XXe siècle. L’islam en tant que religion se meut alors en un système référentiel national et civilisationnel pour tout habitant des terres arabes.

8Le référent religieux, comme tissu identitaire commun est dans un premier temps allié au projet moderniste et sert de source ultime de légitimation pour l’émancipation de ces pays de leurs dictatures. Ce choix de l’identité, qu’ont toujours effectué les intellectuels musulmans, porte en son sein la « tentation totalitaire » et a été renforcé par les politiques occidentales coloniales. C’est dans l’idée d’une identité arabo-musulmane englobante que se constitue un islam marchand, revendiqué par des entrepreneurs économiques islamistes, utilisant le libéralisme économique pour renforcer l’idéologie de l’islamisme politique.

9Quant aux révolutions arabes, Sophie Bessis distingue deux phases : avant les dictatures, l’argument religieux s’allie avec un projet moderniste de type marxiste et après les dictatures, l’argument religieux retrouve des bases idéologiques conservatrices introduisant une scission entre conservateurs religieux et laïcs. La montée du conservatisme est aidée par la naissance de mouvances religieuses globales. L’islam orthodoxe transnational opposé aux islams locaux, offre une identité homogène qui transcende les frontières géographiques mais oblige également les habitants des terres arabes à repenser leur rapport à l’État-nation. Par-delà les différentes mouvances politiques et religieuses, il subsiste en terre arabo-musulmane une contradiction entre les revendications d’une politique démocratique collective et les restrictions de la liberté des mœurs sur le plan individuel.

10Dans son dernier chapitre, l’historienne produit une analyse discursive des positions politiques prises par l’Occident sur les révolutions arabes et la montée des fondamentalismes. Son constat est sans équivoque : les politiques de gauche comme de droite contribuent à une vision identitaire des habitants du Sud, réduits à l’Autre. Cet Autre arabo-musulman devient une catégorie, tantôt discriminée dans sa différence et engendrant du racisme, tantôt exaltée au nom du multiculturalisme. Ces dispositions politiques empêchent toute réflexion critique sur l’islam, qualifiée trop facilement d’islamophobe.

11Face au danger du différentialisme, Sophie Bessis pointe la nécessité de re-historiciser et de re-contextualiser l’islam réduit aujourd’hui à son seul pôle identitaire. En ce sens, l’auteure récuse l’utilisation de la notion d’islamisme modéré qui condamne les voies d’expression hors du cadre religieux. Cette catégorie n’est soutenue par l’Occident que pour désigner toute mouvance en accord avec les intérêts occidentaux et plus généralement avec les principes du marché néolibéral.

12Les fondamentalismes religieux et marchand, opposés au projet universaliste de modernité, sont le fruit d’une tradition intellectuelle occidentale et orientale et d’un contexte mondial où les conflits qualifiés de culturels tendent à masquer les affrontements entre dominants et dominés. Cette thèse qui contient des éléments pour une lecture matérialiste et marxiste des événements n’est qu’esquissée par l’auteure et devinée par le lecteur. Toutefois, celui-ci trouvera au fil du texte deux clés de lecture pertinentes à la compréhension des conflagrations identitaires en terre arabo-musulmane : une contextualisation des idéologies qui réinscrit les mouvances islamiques dans leur histoire et dans leur relation avec l’Occident et un travail de déconstruction de certaines catégories intellectuelles (par exemple : islamisme modéré) dont l’utilisation renforce les lectures identitaires des réalités sociales actuelles.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Sophie Bessis, 2003, L'Occident et les autres. Histoire d'une suprématie, éd. La Découverte, Paris et en 2007, Les Arabes, les femmes, la liberté, éd. Albin Michel, Paris.

2 Pour expliquer cette dynamique, Sophie Bessis renvoie à l'ouvrage de l'anthropologue Arjun Appadurai : Appadural, Arjun. 2005, Après le colonialisme. Les dimensions culturelles de la mondialisation, Payot, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Ingber, « Sophie Bessis, La double impasse. L’universel à l’épreuve des fondamentalismes religieux et marchands », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 mai 2015, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17954

Haut de page

Rédacteur

Alexia Ingber

ULB, Faculté des sciences sociales et politiques

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page