Navigation – Plan du site

Loïc Ballarini, Gilles Delavaud (dir.), Nouveaux territoires médiatiques

Rémy Besson
Nouveaux territoires médiatiques
Loïc Ballarini, Gilles Delavaud (dir.), Nouveaux territoires médiatiques, Mare et Martin Editions, coll. « Media critic », 2014, 261 p., ISBN : 978-2-84934-141-4.
Haut de page

Texte intégral

1Nouveaux territoires médiatiques est un ouvrage qui réunit douze contributions préalablement données sous la forme de communications lors d’un séminaire éponyme (Université Paris 8). Constitué de deux parties, respectivement intitulées « Médias » et « Territoires », il repose sur une structure en forme de chiasme (figure de style qui repose sur un croisement des éléments). Le « nouveauté » tient en effet, dans un cas, aux pratiques médiatiques et, dans l’autre, aux territoires choisis.

  • 1 Média social d’enseignement et de recherche dont André Gunthert a assuré la direction entre 2009 et (...)
  • 2 Il est ici étonnant de ne pas trouver en bibliographie de références aux travaux d’Henry Jenkins ou (...)
  • 3 Celle-ci indique à ce sujet, « les frontières entre émetteur et récepteur sont de plus en plus diff (...)
  • 4 Il souligne alors l’importance prise par le métier de conseiller en communication. Celui-ci est à l (...)

2Dans la première partie, il est plus précisément question de pratiques médiatiques nouvelles, qui conduisent certains chercheurs à modifier les territoires de leurs enquêtes. Ainsi, André Gunthert présente l’agrégateur de blogs Culture visuelle1, à titre de modèle permettant un renouvellement des modes de publication scientifique sur le web. Il insiste notamment sur le fait que les billets diffusés sur cette plateforme constituent des supports pour développer des conversations entre chercheurs. Virginie Spiess souligne également la dimension conversationnelle du web, le territoire observé étant moins universitaire que lié à la culture populaire. Il s’agit, pour elle, de percevoir l’évolution des rapports entre des fans s’exprimant sur Twitter et les producteurs de la série télévisée française Plus belle la vie2. La façon dont l’émergence des réseaux sociaux a transformé les rapports entre producteurs de contenus et consommateurs se trouve également au centre de l’étude de cas que Maria Luisa Pinard a consacrée à une campagne publicitaire espagnole3. Dans le domaine de l’industrie musicale, Christophe Magies pense moins ce rapport que la nécessité de trouver un nouveau modèle économique, alors même que le droit d’auteur est de moins en moins respecté par les usagers du web. Il montre ainsi comment la publicité audiovisuelle est devenue un débouché, non plus marginal et socialement méprisé, mais important pour les producteurs de musique4.

  • 5 Delphine Iost identifie un phénomène de complémentarité similaire entre les usages de la presse et (...)
  • 6 L’auteur ajoute que les nouveaux médias favorisent le développement de nouveaux types d’interaction (...)

3Dans la seconde partie de l’ouvrage, la nouveauté réside moins dans les usages médiatiques étudiés que dans les espaces géographiques appréhendés. Ceux-ci ont, en effet, pour point commun d’avoir été peu fréquentés par les chercheurs en sciences humaines et sociales. Loïc Ballarini présente ainsi une microsociologie des pratiques informationnelles quotidiennes des habitants du pays de Saint-Brieuc en Bretagne. Il en ressort une forme de complémentarité (plus que de concurrence) entre les différents médias (presse, radio, télévision, web)5, ainsi qu’entre les différents titres consultés (Ouest France, le Télégramme et le Penthièvre, notamment)6. Au niveau local toujours, Jean-Baptiste Le Corf analyse la façon dont des collectivités territoriales font appel à des entreprises privées pour mettre en place des plateformes web de services aux habitants. Il met en lumière les contraintes organisationnelles, ainsi que les tensions économiques et culturelles, liées à ce type de prestation de services. Observant un corpus de journaux télévisés vietnamiens, Thi Thanh Phuong Nguyen mène quant à lui une analyse moins sociologique que sémiopragmatique (une étude des signes intégrant le rôle des spectateurs dans la production du sens). Dans ce cadre, il fait appel à la notion de mythe, telle que définie par Roland Barthes, afin d’identifier les ressorts propagandistes de l’information diffusée. Cette étude reposant sur le contrôle de l’information par un État est complétée par le cas singulier développé par le spécialiste d’anthropologie des médias, Mihai Coman. En effet, ce dernier montre comment une entreprise audiovisuelle, ayant un modèle économique et politique (défense d’une vision libérale et nationaliste) performant, a créé un événement lui permettant de se substituer à un État défaillant, celui de la Roumanie post-Ceaușescu. Il explique ainsi de quelle manière l’anniversaire de la création de la chaîne Pro TV a phagocyté la symbolique de la fête nationale roumaine entre 1995 et 2001 (p. 175). Enfin, le territoire médiatique peu connu étudié par Jacques Guyot est celui des Andes péruviennes. À travers quatre productions audiovisuelles, ce spécialiste de la diversité culturelle identifie plusieurs stratégies mobilisées par les communautés Quechuas afin d’échapper à une identité médiatique qui leur a traditionnellement été assignée par d’autres (colonialisme, folklorisme, mythe d’une société hors du temps, etc.).

  • 7 L’article de Frédéric Lambert entre particulièrement bien dans cette dernière catégories, puisqu’il (...)
  • 8 L’article repose sur une distinction nette entre « le zapping et la banalisation » (p. 85) proposée (...)

4Ainsi, dans chacun des articles, la nouveauté est placée au centre de l’analyse. Elle n’est cependant jamais considérée comme relevant du domaine de l’évidence. Au contraire, l’objectif est de replacer en perspective cette impression (parfois trompeuse) d’un renouvellement tout à la fois des pratiques, des objets et des méthodes. Cela est ici mené à travers des études de cas, un retour sur expérience, les bilans d’étape d’une recherche en cours ou encore des réflexions méthodologiques7. À cette diversité de type de textes, s’adjoint une multiplicité d’approches. Ainsi, si les études citées jusqu’à présent relèvent de l’histoire culturelle, de la sociologie des médias ou encore des sciences de la communication et du marketing, l’histoire de l’art est également présente. En effet, Sarah Leperchey interprète l’avènement du numérique comme un risque de déréalisation du politique au cinéma. Selon elle, ce n’est que par des formes artistiques radicales, telles que celles développées par le réalisateur israélien Avi Mograbi, qu’une solution à ce problème pourra être trouvée8. Enfin, notons que si certains articles adoptent une approche critique (Corman, Nguyen), d’autres reposent sur une démarche plus compréhensive (Ballarini, Magis, Spiess), voire sur la mise à distance d’une pratique professionnelle (Pinar).

  • 9 De plus, le choix des nouveaux usages médiatiques (partie 1) et des territoires peu fréquentés (par (...)

5Cette diversité conduit à ce qu’il soit difficile d’identifier une ligne éditoriale qui rendrait cohérente la composition de l’ouvrage (au-delà de la division en deux parties bien sûr). Cela fait tout l’intérêt de ce collectif, puisque c’est bien le caractère novateur (et non une approche particulière de ce caractère novateur) des objets appréhendés qui a guidé le choix des textes. Cela en constitue également la limite, aucune remontée en généralité sur la base des différents articles n’étant possible (cet aspect se traduit notamment par l’absence de conclusion générale9).

Haut de page

Notes

1 Média social d’enseignement et de recherche dont André Gunthert a assuré la direction entre 2009 et 2014.

2 Il est ici étonnant de ne pas trouver en bibliographie de références aux travaux d’Henry Jenkins ou de manière plus générale aux travaux en langue anglaise sur le sujet. Cette dernière remarque est valable pour la plupart des articles de ce collectif.

3 Celle-ci indique à ce sujet, « les frontières entre émetteur et récepteur sont de plus en plus diffuses » (p. 48).

4 Il souligne alors l’importance prise par le métier de conseiller en communication. Celui-ci est à l’articulation entre les musiciens et leurs représentants, les agences de publicité et les industriels.

5 Delphine Iost identifie un phénomène de complémentarité similaire entre les usages de la presse et du web (vidéos, réseaux sociaux et encyclopédies) chez les militants d’extrême droite en Allemagne, bien que dans ce cas ce soit pour contourner les mass médias.

6 L’auteur ajoute que les nouveaux médias favorisent le développement de nouveaux types d’interactions, tout en s’insérant « dans un réseau de pratiques informationnelles dont la presse régionale reste le pivot et le modèle » (p. 137).

7 L’article de Frédéric Lambert entre particulièrement bien dans cette dernière catégories, puisqu’il se livre à une réflexion développée sur la notion de « performativité des images », qu’il replace d’abord dans le temps long des recherches sur la performativité du texte, avant de s’interroger – cas à l’appui – sur les spécificités des images contemporaines. Il conclut sur l’idée qu’« il n’y a pas d’images performatives, il y a des dispositifs médiatiques. Il n’y a pas d’images performatives, il y a une performance des images » (p. 74).

8 L’article repose sur une distinction nette entre « le zapping et la banalisation » (p. 85) proposée dans Redacted (2007) par Brian de Palma et « l’engagement dans la fiction » (p. 89) défendu, selon l’auteur, par Mograbi dans Août (avant explosion) (2002). Il reste cependant à opposer à l’auteur ce qui est placé au centre de la plupart des autres textes, c’est-à-dire que la dimension politique d’une production culturelle dépend autant de la forme (qu’elle analyse) que de l’appropriation de celle-ci dans l’espace public (ce qui n’est pas analysé dans ce texte).

9 De plus, le choix des nouveaux usages médiatiques (partie 1) et des territoires peu fréquentés (partie 2) n’est pas motivé, si bien qu’on peut s’étonner, par exemple, de l’absence d’études de cas portant sur le continent africain ou d’analyses sur le théâtre et le numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Loïc Ballarini, Gilles Delavaud (dir.), Nouveaux territoires médiatiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 mai 2015, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17971

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II – Le Mirail), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page