Navigation – Plan du site

Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques

Arthur Hérisson
La nouvelle histoire des idées politiques
Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sciences politique - Droit », 2015, 128 p., ISBN : 978-2-7071-7426-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire des idées politiques a longtemps souffert en France du discrédit porté plus généralement sur l’histoire politique, notamment en raison de l’influence de l’école des Annales. Elle connaît toutefois depuis quelques décennies un véritable regain d’intérêt, dont témoignent bien les travaux de P. Rosanvallon, aujourd’hui professeur au Collège de France. Ce n’est cependant pas dans notre pays mais au Royaume-Uni qu’a commencé le renouvellement historiographique qu’A. Skornicki et J. Tournadre se proposent de décrire.

2Jusqu’aux années 1970, l’histoire des idées politiques était principalement centrée sur l’étude des textes canoniques, écrits par un certain nombre de grands penseurs retenus par la postérité et abordant des valeurs considérées comme universelles et intemporelles (la liberté, l’égalité, etc.). C’est en rupture avec cette conception qu’est née la « nouvelle histoire des idées politiques ».

3« Nouvelle », cette histoire l’est surtout par comparaison avec l’ancienne histoire des idées politiques contre laquelle elle s’est construite : les premiers travaux auxquels se réfèrent A. Skornicki et J. Tournadre ont en effet maintenant une quarantaine d’années. Cette histoire constitue cependant un champ qui est aujourd’hui encore l’objet d’importants renouvellements, notamment à l’étranger. Là se trouve d’ailleurs l’un des principaux intérêts de l’ouvrage. À travers celui-ci, ses deux auteurs visent en effet à faire connaître au public francophone des travaux qui, n’ayant pas toujours été traduits, restent pour certains peu connus dans notre pays.

4Comme tous les ouvrages de la collection « Repères », le livre s’adresse à un public large d’étudiants et de chercheurs en sciences sociales. En cinq chapitres, ponctués de quelques encadrés détaillant avec une certaine précision tel ou tel point, il cherche à rendre compte des principales tendances qui composent la nouvelle histoire des idées politiques. Une telle histoire est caractérisée par une grande diversité, aussi bien dans ses interrogations que dans ses objets. En fonction de ces différences, les auteurs distinguent cinq grandes tendances, auxquelles ils consacrent les cinq chapitres de leur ouvrage.

5Le premier chapitre est consacré à l’école de Cambridge, qui incarne une première rupture avec l’histoire des idées traditionnelle. Sa spécificité tient à l’attention particulière qu’elle porte au contexte rhétorique et intellectuel des textes qu’elle étudie. Pour des historiens comme J. Pocock et Q. Skinner, il s’agit en effet de se défaire à la fois de la tradition idéaliste, qui étudie les textes pour eux-mêmes, sans prendre suffisamment en considération leurs lieux et leurs époques de production, et de la tradition marxiste, qui prête attention au contexte économique et social mais oublie le contexte politique, comme si les œuvres pouvaient être comprises sans que l’on prenne en compte les hommes et idées contre lesquels elles ont été écrites.

6Le deuxième chapitre de l’ouvrage est quant à lui consacré à ce qu’A. Skornicki et J.  Tournadre qualifient d’histoire des concepts politiques, expression qui renvoie à des approches très diverses. Une attention particulière est portée ici aux travaux de R. Koselleck et à la sémantique historique, à ceux de M. Foucault ainsi qu’à ceux de G. Stedman-Jones. Figure centrale du tournant linguistique, ce dernier a été marqué dans son approche historique par la théorie non référentielle du langage, selon laquelle les discours ne renvoient pas directement à une expérience mais nécessitent d’être compris dans leur cohérence interne. Son étude du chartisme, dépassant la traditionnelle analyse socio-économique pour s’intéresser au langage particulier de ce mouvement, lui a ainsi permis de montrer que celui-ci était moins tourné contre le capitalisme (ce qui avait longtemps été l’interprétation dominante) que contre un État dont les chartistes critiquaient le caractère aristocratique ainsi que l’importante fiscalité qu’il faisait peser sur le peuple.

7L’apport des sciences sociales, et notamment de la sociologie, est fortement souligné à partir du troisième chapitre. A ainsi émergé une histoire sociale des idées politiques qui vise à rendre toute son importance au contexte social dans lequel sont élaborées les idées politiques. Celle-ci s’attache notamment à étudier les milieux sociaux dans lesquels évoluent les penseurs et intellectuels. C’est par exemple ce que font les époux Wood, qui étudient la pensée politique moderne entre le XIVe et le XVIe siècle en insistant sur l’influence jouée par les évolutions socio-économiques de la période, qui ont touché la distribution des terres, les relations entre seigneurs et paysans ou encore le poids des villes dans la société.

8Dans une approche différente, la nouvelle histoire des idéologies (chapitre 4) porte son attention sur la production et la diffusion de celles-ci, en cherchant à dépasser l’étude des seuls penseurs professionnels. La publication par D. Roche de la biographie de Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier parisien à la fin de l’Ancien Régime, illustre bien une telle préoccupation, l’auteur y montrant ce qu’ont pu être les rapports d’un homme du peuple avec les idées politiques de son temps.

9Enfin, un dernier chapitre concerne la mise en politique des idées, c’est-à-dire la manière dont celles-ci quittent leurs milieux d’élaboration initiale pour être intégrées dans des discours politiques, qu’il s’agisse de ceux des hommes politiques ou de ceux des militants. Une telle approche pousse notamment à étudier les transformations que subissent inévitablement les idées en changeant de milieux, à travers des processus de sélection et de reconfiguration.

10La nouvelle histoire des idées politiques est ainsi caractérisée par sa grande hétérogénéité. Son unité se fait principalement dans le rejet de l’ancienne histoire des idées, à laquelle est reprochée une approche anhistorique, et dans une attention plus grande portée au contexte de production, de diffusion et de réception des idées. Ce terme de contexte n’est cependant pas appréhendé de la même manière par les différents auteurs : si l’école de Cambridge porte avant tout son attention sur le contexte politique et rhétorique dans lequel les textes politiques sont écrits, au risque de négliger le rôle des facteurs socio-économiques, l’histoire sociale des théories politiques telle qu’elle est pratiquée par les époux Wood adopte une démarche inverse.

11Ces différentes approches se retrouvent cependant dans le refus d’une histoire philosophique des idées et dans le rapprochement avec d’autres disciplines, comme la linguistique ou la sociologie. A. Skornicki et J. Tournadre ne cachent d’ailleurs pas que l’un des objectifs de leur ouvrage est de montrer que « l’avenir souhaitable de l’histoire de la pensée politique est à son intégration pleine et entière dans les sciences sociales » (p. 108). Ils y réussissent pleinement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Hérisson, « Arnault Skornicki, Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18003

Haut de page

Rédacteur

Arthur Hérisson

Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégé d’histoire, doctorant contractuel enseignant à l’université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page