Navigation – Plan du site

Michel Agier, Anthropologie de la ville

Maud-Yeuse Thomas
Anthropologie de la ville
Michel Agier, Anthropologie de la ville, Paris, PUF, 2015, 248 p., ISBN : 978-2-13-063480-5.
Haut de page

Texte intégral

1La réflexion de Michel Agier sur le « faire-ville » s’appuie sur un double constat sur le terrain : la ville ou milieu urbain condensé n’est pas l’apanage de l’Occident et la ville ne peut pas « faire société » à elle seule. Par ailleurs, il se place dans une perspective de l’anthropologique et plaide la légitimité de cette discipline à travailler sur cet objet complexe qu’est le « faire ville » : partant des marges, il formule de nombreuses questions : qui fait la ville, ce que la ville fait aux individus, à la diversité qu’elle accueille ? Il souligne les risques de solitudes anonymisantes, de recompositions interethniques et du saccage de l'environnement. Les savoirs sur la ville ajoutent-ils de la ville, quels sont les apports possibles de l’anthropologie ? Pourquoi analyse-t-on la ville et ses politiques urbaines ?

2Dès l’introduction, l’exposition des thèmes à explorer est très importante (p. 17). Espaces et temporalités, usages des réseaux de communication et politiques urbaines, démographie et ethnicités, sentiments d’attachement et individualité, famille et emplois, déterritorialisations et reterritorialisations. Par ailleurs, les effets sur l’identité à soi que les logiques économiques transforment, intriquant désubjectivation et resingularisation, imaginaires et socialisations. Agier utilise le terme de « conurbations », débordant son sens administratif initial, comme s’il fallait tout repenser en commençant par le terme générique lui-même. Car cette ville pourrait être le lieu de toutes les comparaisons, emboîtant richesse et pauvreté, dedans et dehors, solitudes et liens sociaux, brouillage et chaos, identités locales et connexions virtuelles, en un même lieu.

3Selon l'auteur, il faut précisément penser la ville en sortant de la démarche ethnographique, rompre avec la conception initiale où la ville était pensée depuis le monde rural. Car la ville n’est plus un lieu-dit géographique mais une totalité prodigieuse, concrète et imaginée. Agier parle d’une ville immense, complexe et impénétrable comme s’il parlait des forêts primitives, que « l’anthropologie de la ville » peut explorer à condition de « s’émanciper de toute définition normative a priori » (p. 22). Tout comme la ville, l’anthropologie apparaît comme un « processus, humain et vivant » (p. 24). Les limites, frontières et marges sont ainsi une manière décentrée de regarder et analyser, dissociant le terrain d’études et l’objet de réflexion pour défaire des hiérarchies et catégories d’objets invisibles, postulés mais non pensés. Si la ville réelle existe bien, nous n'en voyons, percevons et ne vivons jamais sa totalité. Chaque individu compose une ville rêvée et socialisée. L’auteur semble appliquer à sa pensée, une logique oscillant entre philosophie et spiritualité, partant du vide vers le plein, de la marge vers le centre, soulignant à chaque étape de sa progression une complexité mouvante des lieux. Pour qui veut définir la ville par ses limites et logiques, il postule une relation de comparaison : les marges ont autant à dire des centres-villes que l’inverse. Ce regard décentré permet de dire comment des définitions figées ont produit des hors-lieux (p. 30). Il s’attarde sur les carnavals provoquant la centralité d’une position unique, non dite ou postulant une supériorité symbolique (la Ville, l’État).

4Ce que l’auteur expose de la « ville comme hologramme » la fait surgir comme lieu multiple et de celle-ci, des identités multiples et mouvantes. On discerne que sa démarche s’applique aux identités, communautés, déplacements socio-économiques et aux violences contribuant à modifier la ville, voire à en créer d'autres, en créant toujours des frontières qu'il définit comme étant une « limite sociale, morale, politique » (p. 28). Il fait ainsi surgir, au détour du village de Bè, centre initial de Lomé et sacralisé après coup, la dissémination due à l’expansion démographique et la composition de centres multiples, tel le quartier blanc à Lomé et l’éloignement des « déguerpis » rejetés aux marges. Il nous invite à regarder les systèmes d'alliance, tramant des lieux en réseaux sur le territoire, réinventant les existences, cultures et leur ville dans un système de « quasi-parenté » (p. 48) réelle et imaginaire (p. 51).

5Considérant son sujet (la ville comme entité globale, abstraite et insaisissable) et l'individu de la ville (également abstrait), Agier propose une actualisation de sa discipline (chap. II, p. 61-67), incluant l'approche situationnelle de J.-C. Mitchell (p. 76) sous le titre de « savoirs urbains de l'anthropologie ». Il rend compte des « situations élémentaires de la vie urbaine » (chap. 3) et des manières de rendre la ville familière, mêlant travail historique et anthropologie du présent à propos des avenidas de Bahia, ces « petits mondes urbains ». Les mondes contemporains se caractérisent en effet par une dissémination prodigieuse, source de mobilités, de progrès, mais aussi de désagrégations des identités définies par leur rattachement ancestral, désormais caduc : penser la ville doit se défaire du lien peuple-culture-mémoire. La citadinité actuelle apparaît elle-même dans une mobilité constante, des lieux d’habitation vers ces non-lieux de passage, entre la maison familiale et le lieu de travail. En se référant aux travaux de Bauman, il explique que les parias surnuméraires de la société des déchets sont les manifestations contemporaines de la société de marché. Les « camps-villes » et les « villes privées » donnent la mesure des limites morales et politiques. Elles sont aussi des brouillons de l’Histoire.

6La dimension culturelle est sans doute le point le plus problématique de cet ouvrage. L’auteur repart encore de la marge avec les méga-slums (p. 184) et des carnavals, insiste sur les camps. Les récits racontés et partagés dessinent une ville des clivages et violences, des racines et déracinements, des résistances aux militances rêvant de la ville « en plus ». Faisant de la rue et des manifestations, « le lieu d’un court instant de politique » (p. 194) refondant le contrat de la ville matérielle. Ces mouvements incessants conduisent à prendre en considération le centre politique des « cadres bureaucratiques, organisations solitaires et narcissiques » (p. 183). Mais l’auteur, à part quelques exemples précis, oublie la ville inégalitaire au prisme du genre, décomposée en aires masculines ou féminines. Comment faire qu’elle soit la ville de tous et toutes, sans aires de genre réservées ?

7Pour Michel Agier, la ville est un « processus sans fin » (P. 210) où le « faire-ville » se transforme en « droit à la ville », où la ville est un environnement et un mode de vie, bien plus qu’un lieu défini en un endroit défini.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud-Yeuse Thomas, « Michel Agier, Anthropologie de la ville », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 mai 2015, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18007

Haut de page

Rédacteur

Maud-Yeuse Thomas

Coresponsable de l’Observatoire des Transidentités – Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page