Navigation – Plan du site

Claire Thébault et Jens Thoemmes, L’industrie à la campagne

Didier Bastide
L'industrie à la campagne
Claire Thébault, Jens Thoemmes, L'industrie à la campagne. 50 ans de mémoire ouvrière d'une usine de pâte à papier dans les Pyrénées, Toulouse, Octarès Editions, 2014, 72 p., ISBN : 978-2-36630-034-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, préface de l’ouvrage de Nicolas Renahy, Les gars du coin, Paris, (...)

1L’ouvrage de Claire Thébault et Jens Thoemmes, sociologues au CERTOP (CNRS-Université de Toulouse Jean Jaurès), se présente au premier abord comme la monographie d’une usine de pâte à papier, La Cellulose, sise à Saint-Gaudens, dans le département de la Haute-Garonne. Agrémenté de nombreuses photographies issues du fond documentaire de l’entreprise, il fait la part belle à la mémoire ouvrière (comme l’indique le sous-titre), restituée lors d’entretiens réalisés auprès de salariés retraités, principal matériau de la recherche. À l’aide d’un « langage qui pourrait être partagé par le plus grand nombre de lecteurs » l’ouvrage offre plus largement un éclairage tant sur le monde social des ouvriers ruraux que sur des « zones d’arrière-pays délaissées par l’analyse sociologique », objets de  transformations dans l’espace social français1.

  • 2 Essentiellement en matière de papier journal et de papiers minces, voir Jean-Michel Minovez, Du pap (...)

2Le cinquantenaire de l’usine, dans une région à tradition papetière2, constitue le point de départ de la recherche, rappelé dans le chapitre introductif. Le deuxième chapitre balise une série d’événements marquants de l’histoire de l’entreprise. Sa fondation et son implantation, liée à la proximité du massif forestier et des gisements de gaz naturel nécessaires à la production de cellulose, font l’objet d’un long développement. Diverses « crises » qui scandent la vie de l’usine sont ensuite analysées. La crise de 1968, où durant le mois d’arrêt de la production, « les besoins de discuter, d’échanger et de se manifester l’ont emporté ». Plus grave et fortement ancrée dans la mémoire des retraités, la crise de 1981 se traduit par un dépôt de bilan et un risque de fermeture qui déclenche un mouvement social de plusieurs mois. Enfin la crise de 1993 est caractérisée par une moindre mobilisation des salariés et une désyndicalisation à la suite de la disparition des clubs de sport au sein de l’établissement ainsi que celle d’« d’événements fédérateurs (fête de la Saint-Éloi, repas organisés le dimanche à l’usine, etc.) ».

  • 3 Ce chapitre n’est pas sans rappeler le rapport au corps des ouvriers de Renault Billancourt, Martin (...)

3Le troisième chapitre porte sur les conditions de travail. Aux conditions salariales favorables s’oppose l’activité pénible, sale, souvent dangereuse, éprouvant durement les corps des travailleurs, victimes périodiquement d’accidents3. Ces derniers, nombreux certaines années et parfois mortels, constituent, avec les facteurs de risque présents tout au long de leur vie professionnelle, une part importante de la mémoire des anciens salariés.

4Des souvenirs émergent également des figures de «  personnages qui ont animé la vie au travail ». Deux d’entre elles sont restituées dans le chapitre suivant, celle d’un ancien directeur de l’usine et celle d’un syndicaliste. L’un en tant que « pacificateur des relations sociales, connaissant très bien l’ensemble des salariés », l’autre comme « porte-drapeau des ouvriers non qualifiés » s’imposent comme des personnages mythiques de l’usine.

  • 4 Nicolas Renahy, Les gars du coin, Paris, La Découverte, 2005.

5Les derniers chapitres analysent l’identité collective et le sentiment d’appartenance à l’usine au-delà des conditions de travail. Dès 1959, en s’installant à la campagne, La Cellulose provoque et accompagne la transformation urbaine d’une petite ville. Elle recrute des « gars du coin »4 qui ont en commun « la culture de la petite paysannerie délimitée par un territoire relativement étroit, associée à une culture ouvrière naissante ». Un sentiment d’attachement se propage alors, longtemps conforté par l’existence d’activités sportives et culturelles destinées aux personnels et à leurs familles. Cette perception commune est aujourd’hui érodée en raison notamment de la forte baisse des effectifs et de la diminution des engagements dans une activité collective ou syndicale.

  • 5 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, op. cit.

6Comment vit-on dans et avec une usine qui s’installe à la campagne ? Cette question-titre, qui figure en quatrième de couverture, résume le double objet d’étude de l’ouvrage. Thébault et Thoemmes réussissent parfaitement à montrer que le travail à l’usine, ainsi que les rapports de solidarité et de camaraderie longtemps entretenus, permettent aux salariés de « se doter d’un certain type de reconnaissance locale, support important de leur identité sociale. Les diverses formes d’attachement "au pays", comme son envers - le refus des mobilités imposées - ne se comprennent que dans le cadre de la constitution de ce capital social particulier »5.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, préface de l’ouvrage de Nicolas Renahy, Les gars du coin, Paris, La Découverte, 2005.

2 Essentiellement en matière de papier journal et de papiers minces, voir Jean-Michel Minovez, Du papier et des hommes. JOB et les papetiers du Comminges et du Couserans, Arles, Éd. du Rouergue, 2014.

3 Ce chapitre n’est pas sans rappeler le rapport au corps des ouvriers de Renault Billancourt, Martine Sonnet, Atelier 62, Bazas, Le Temps qu’il fait, 2009 ; voir notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/907.

4 Nicolas Renahy, Les gars du coin, Paris, La Découverte, 2005.

5 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Claire Thébault et Jens Thoemmes, L’industrie à la campagne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 14 mai 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18019

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page