Navigation – Plan du site

Benjamin Coignet, Gilles Vieille Marchiset (dir.), Clubs sportifs en banlieue. Des innovations sociales à l’épreuve du terrain

Igor Martinache
Clubs sportifs en banlieue
Benjamin Coignet, Gilles Vieille Marchiset (dir.), Clubs sportifs en banlieue. Des innovations sociales à l'épreuve du terrain, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Sport & Sciences sociales », 2015, 178 p., ISBN : 978-2-86820-909-2.
Haut de page

Texte intégral

1Les ouvrages collectifs représentent toujours un exercice compliqué pour les rédacteurs de comptes rendus et celui-ci n’échappe pas à la règle. Non pas que les textes qu’il réunit manquent d’une cohérence d’ensemble, comme c’est fréquemment le cas, mais son mode de rédaction peut apparaître déconcertant : d’abord parce qu’il traite de deux objets pour le prix d’un, chacun en lui-même problématique, et ensuite parce qu’il résulte d’une recherche-action collective dont ne sont restitués qu’un certain nombre de bribes.

  • 1 Plutôt que statistiquement.
  • 2 Pour une présentation synthétique de cette démarche, fréquente dans l’intervention sociale, voir pa (...)
  • 3 Notion là aussi délicate à manier, tant elle est investie de multiples manières, non seulement par (...)

2Commençons par l’objet et prêtons attention au sous-titre de l’ouvrage : il ne s’agit pas tant des clubs sportifs en « banlieue » que des processus d’innovation qui peuvent y être déployés en matière socio-éducative (pouvant se traduire notamment par des activités en parallèle de la pratique sportive, comme du soutien scolaire, des ateliers d’éducation à la santé, des visites d’entreprise, un suivi après abandon, etc.). Les enquêteurs ont ainsi sélectionné 24 clubs différents jugés « théoriquement1 représentatifs », situés dans 12 ZUS de 6 régions françaises, au sein desquels ils ont opéré en deux phases, conformément au genre de la recherche-action2 : une analyse diagnostic, menée en 2008, associant différentes méthodes qualitatives (observations, entretiens et analyses documentaires), puis une phase d’accompagnement. Le concept d’innovation sociale, expliquent ainsi les coordinateurs de la recherche, aurait « surgi du terrain et fait l’objet d’une réflexion interdisciplinaire très dense » (p. 15). La problématique générale a dès lors consisté à s’interroger sur les conditions auxquelles une innovation socio-éducative pouvait « réussir » dans les clubs sportifs de banlieue. À cette fin, les enquêteurs ont notamment testé trois hypothèses quant à l’engagement d’un club dans une démarche innovante : qu’il « déséquilibrait » les clubs et interrogeait le « système de reconnaissance »3 interne et externe de l’association ; qu’il impliquait en amont de vives discussions en interne pour préciser l’identité de l’association, et enfin qu’il amenait nécessairement des tensions concernant notamment son inscription géographique (quel rapport au quartier ? à la ville ?, etc.) et la finalité du sport (doit-il explicitement servir de support éducatif ou être pratiqué pour lui-même ?).

  • 4 Publiée sous le titre : Benjamin Coignet, Sport et innovation sociale, Paris, L’Harmattan, 2013, do (...)
  • 5 Son président, Jean-Philippe Acensi, signe du reste la préface de l’ouvrage. Pour en savoir plus su (...)
  • 6 Co-auteur, entre autres, d’un ouvrage consacré il y a quelques années au sport dans les quartiers d (...)

3Qui sont les deux coordonnateurs de l’enquête et de l’ouvrage ? Benjamin Coignet auteur d’une thèse sur ce thème4, porte la double casquette de sociologue et d’acteur, en sa qualité de directeur-adjoint de l’Agence pour l’éducation et le sport5  ; Gilles Vielle Marchiset est professeur à l’Université de Strasbourg6. La première partie de l’ouvrage présente dans les grandes lignes les résultats de l’enquête, en privilégiant cependant l’approche théorique et conceptuelle à la restitution des données empiriques collectées, ce qui rend la lecture quelque peu aride. Les auteurs dégagent ainsi, dans un premier temps, une typologie des clubs sportifs de ZUS en fonction de leur philosophie sportive générale et des modalités de leur action : le « club traditionnel » qui privilégie la compétition, le « club aux pratiques éducatives informelles » qui met en place des actions ponctuelles pour tenter de résoudre les difficultés de ses adhérents, le « club éducatif militant », qui fait primer loisir et convivialité avec une finalité éducative, et enfin le « club à valeur ajoutée éducative », davantage structuré et professionnalisé. Ils analysent ensuite les diverses tensions qui semblent traverser l’ensemble des structures et leurs dynamiques respectives : la diffusion d’un esprit de concurrence généralisé, y compris entre les clubs, qui pourrait notamment tenir, selon les auteurs, à la pénétration générale de la logique libérale du marché ; une fragilisation plus spécifique actuellement du tissu associatif ; une référence ambivalente au territoire ; les relations partenariales vis-à-vis notamment des institutions publiques. Enfin, les auteurs développent un certain nombre de recommandations pour tenter de pallier ces contradictions : formaliser le projet du club en incluant le plus grand nombre possible d’acteurs « impliqués et motivés » ; renforcer les partenariats avec les collectivités, ainsi que les institutions socio-éducatives et scolaires ; former les encadrants, notamment à la gestion de projet et au management d’équipe (sic), et enfin valoriser les méthodes pédagogiques actives, pour sortir notamment de la « logique consumériste ».

  • 7 Qu’on peut aussi désigner comme « agents multipositionnels » à la suite de Luc Boltanski, et qui so (...)

4Le deuxième chapitre de la première partie propose une réflexion sur le concept d’innovation sociale, mobilisant, à côté des données de l’enquête, des références qui vont de Schumpeter aux travaux du Centre de sociologie de l’innovation de l’école des Mines de Paris, autour de Michel Callon et Yannick Barthes. Il revient également sur un certain nombre de thématiques abordées précédemment sous ce prisme, notamment le déficit de reconnaissance dont feraient l’objet ces clubs en ZUS et leurs tentatives d’innovation. Enfin, le troisième chapitre propose un outil modélisé permettant, selon les auteurs, d’aborder la problématique de l’innovation dans les structures étudiées : une « étoile systémique » à cinq branches constituant chacune une condition de la réussite d’un tel processus. On se contentera de les citer : la mise à distance de l’idéologie sportive, qui consiste notamment à croire que le sport serait par essence « intégrateur » ; l’insertion de la dynamique dans une « politique de reconnaissance », la constitution d’un réseau socio-territorial ; la mobilisation des « acteurs de l’entre-deux », membres du club situés à l’intersection de plusieurs univers sociaux7 ; enfin, la prise en compte des usagers sportifs comme des personnes dans leur globalité.

  • 8 Au sens d’Howard Becker, voir son article « classique » : Howard S. Becker, « Sur le concept d’enga (...)

5Une fois présentés ces résultats généraux, les participant-e-s de l’enquête apportent dans la seconde partie de l’ouvrage différentes contributions, sous l’angle de leur choix. Gilles Vieille Marchiset précise ainsi dans son propos introductif – d’une manière quelque peu énigmatique – que « ce modèle d’analyse a été validé par l’ensemble de l’équipe de recherche. Pour autant, il a paru judicieux de donner la parole à chaque membre pour qu’il puisse choisir une posture singulière en fonction de ses ancrages disciplinaires et de ses préoccupations du moment » (p. 85). De fait, les auteurs explorent pourtant tour à tour chacune des cinq dimensions de l’étoile systémique précédemment évoquée. Marianne Barthélémy et Benjamin Coignet abordent ainsi la notion d’« esprit de club », renvoyant elle-même à une expression « indigène » souvent invoquée , en référence à un âge d’or supposé de ce dernier ou à un ensemble de valeurs fondant une identité commune supposée, et montrent comment cette question peut, selon les circonstances, jouer comme un adjuvant ou au contraire comme un obstacle à l’innovation sociale. Dominique Charrier, Jean Jourdan et Gilles Vieille Marchiset reviennent pour leur part sur la figure du « missionnaire » sportif, élaborée par ailleurs par les deux premiers, et qui renvoie à ces militants de clubs faisant preuve d’un engagement8 particulièrement intense en raison de « paris subsidiaires » implicitement contractés au cours de leur trajectoire biographique, comme ils le montrent par différents exemples, mais souffrant globalement d’un déficit de reconnaissance, selon les chercheurs. Benjamin Coignet et Christophe Gibout traitent ensuite des rapports ambivalents que les clubs peuvent entretenir vis-à-vis des territoires dans lesquels ils s’inscrivent, pointant notamment la nécessité de prendre en compte simultanément différentes échelles, car chacune n’apporte pas les mêmes opportunités et contraintes pour l’innovation socio-éducative. Dans sa contribution, William Gasparini vient (enfin) questionner la notion de « quartier » (sous-entendu pauvre, mais désigné par des épithètes euphémisants, « sensibles », « difficiles », « en difficulté », etc.), en mobilisant pour ce faire une large littérature sociologique sur la question – sans toutefois peut-être pointer suffisamment les controverses qui la traversent. Il s’arrête en particulier sur la notion d’« effet de quartier » et explique pourquoi celle-ci n’est pas transposable du contexte états-unien où elle a été forgée vers la situation française. Il reprend cependant cette notion à propos des cas étudiés à Strasbourg pour analyser comment l’identification d’un quartier peut influer sur l’organisation d’activités sportives, et réciproquement.

6Enfin, Marc Clément, psychologue clinicien, propose un pas de côté disciplinaire en développant un diagnostic sur la déstructuration psychique qui affecte nombre de jeunes habitants des quartiers pauvres, résultant selon lui d’une « déstructuration sociale » plus générale dont le tableau d’un effacement général des figures d’autorité fera sans doute réagir plus d’un-e sociologue. Il poser ensuite quelques jalons sur la manière dont les clubs, et surtout les éducateurs socio-sportifs, peuvent contribuer à restructurer ces personnalités.

  • 9 Voir notamment le dossier coordonné par William Gasparini sur ce sujet dans Sociétés contemporaines (...)

7Au final, cet ouvrage peut sans nul doute intéresser nombre d’acteurs soucieux d’utiliser le sport comme levier d’éducation et insertion, entendu qu’il ne l’est pas par essence, comme d’autres l’ont déjà bien montré9, leur apportant un certain nombre d’outils et de points de réflexion ; et là était sans nul doute l’objectif premier des auteur-e-s. Reste néanmoins un certain nombre de questions en suspens, qui laisseront les sociologues sur leur faim, s’agissant notamment des données collectées et de leur traitement concret, mais aussi, on l’a dit, du découpage des objets, à commencer par les limites de la pertinence des catégories de « clubs de banlieue » ou d’« innovation socio-éducatives » au cœur de l’analyse. Espérons donc que ce terrain, encore peu exploré par les chercheur-e-s, continuera à être travaillé, et gagnera une certaine reconnaissance académique et institutionnelle.

Haut de page

Notes

1 Plutôt que statistiquement.

2 Pour une présentation synthétique de cette démarche, fréquente dans l’intervention sociale, voir par exemple Van Trier W. E., « La recherche-action », Déviance et société, vol. 4, n° 2, 1980, p. 179-193 ; disponible en ligne : web/revues/home/prescript/article/ds_0378-7931_1980_num_4_2_1758 (consulté le 6 mai 2015).

3 Notion là aussi délicate à manier, tant elle est investie de multiples manières, non seulement par le sens commun, mais aussi par les sociologues et philosophes contemporains, de Paul Ricœur à Axel Honneth, en passant par Charles Taylor ou Nancy Fraser pour ne citer qu’eux, comme le relèvent d’ailleurs les auteurs.

4 Publiée sous le titre : Benjamin Coignet, Sport et innovation sociale, Paris, L’Harmattan, 2013, dont Antoine Marsac a rendu compte sur Lectures : http://lectures.revues.org/17153.

5 Son président, Jean-Philippe Acensi, signe du reste la préface de l’ouvrage. Pour en savoir plus sur cette association, voir son site : http://www.educationparlesport.com/.

6 Co-auteur, entre autres, d’un ouvrage consacré il y a quelques années au sport dans les quartiers dits « populaires », avec un autre participant de l’enquête ici présentée : William Gasparini, Gilles Vieille Marchiset, Le sport dans les quartiers, Paris, PUF, 2008 ; notre compte rendu sur Lectures : http://lectures.revues.org/660.

7 Qu’on peut aussi désigner comme « agents multipositionnels » à la suite de Luc Boltanski, et qui sont de ce fait détenteurs de ressources particulières. Voir Luc Boltanski, « L'espace positionnel : multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie. vol. 14, n° 1, 1973. p. 3-26, disponible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1973_num_14_1_2176 (consulté le 7 mai 2015).

8 Au sens d’Howard Becker, voir son article « classique » : Howard S. Becker, « Sur le concept d’engagement », SociologieS, [en ligne], 22 octobre 2006. URL : http://sociologies.revues.org/642 (consulté le 7 mai 2015).

9 Voir notamment le dossier coordonné par William Gasparini sur ce sujet dans Sociétés contemporaines, et notamment son introduction : William Gasparini, « L'intégration par le sport », Sociétés contemporaines, n° 69, 2008, p. 7-23, disponible en ligne : www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2008-1-page-7.htm (consulté le 7 mai 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Benjamin Coignet, Gilles Vieille Marchiset (dir.), Clubs sportifs en banlieue. Des innovations sociales à l’épreuve du terrain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18020

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page