Skip to navigation – Site map

Jean-Luc Nancy, C’est quoi penser par soi-même ? Entretiens avec Émile

Daniela Nienkötter Sardá
C'est quoi penser par soi-même ?
Jean-Luc Nancy, C'est quoi penser par soi-même ? Entretiens avec Émile, La Tour d’Aigues, Editions de l'Aube, series: « Les grands entretiens d'Émile », 2015, 80 p., Illustrations de Pascal Lemaître, ISBN : 978-2-8159-1182-5.
Top of page

Full text

  • 1 Selon les mots de l'éditeur (cf. le dépliant qui accompagne l'ouvrage). L'éditeur nous informe égal (...)
  • 2 Hagège Claude, C'est quoi le langage ?, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, coll. « Les grands en (...)

1Émile n’est pas un collégien comme les autres. Cet élève de Corbigny, dans la Nièvre, dont le prénom évoque le titre d’un ouvrage célèbre de Rousseau, a l’opportunité – grâce à sa curiosité et à sa « personnalité attachante »1 – d’interroger des intellectuels et des scientifiques de renom sur des sujets divers. Trois autres entretiens sont également parus dans cette nouvelle collection des éditions de l’Aube (sur la linguistique, l’écologie et la richesse2). Dans C’est quoi penser par soi-même ?, Émile interroge le philosophe Jean-Luc Nancy, professeur émérite à l’Université des sciences humaines de Strasbourg, au sujet de la philosophie en tant que discipline, mais aussi en tant que métier et que matière scolaire.

2Tout au long de l’entretien, Nancy présente quelques définitions de la philosophie, comme celle que l’on trouve dans la page 25 : « La philosophie, c’est ça. C’est ce travail-là, de pensée. Rien qui soit de l’ordre d’une connaissance, mais plutôt d’arriver à mettre des mots sur ce que l’on vit ». Ou celle de la page 28 : « La philosophie, c’est donner de la vie à la vie ». Mais, en général, Nancy laisse à Émile la tâche d’en construire sa propre image. L’entretien démarre avec une question d’ordre « pratique », concernant l’utilité du philosophe pour la société ; c’est le début d’une discussion sur la philosophie en tant que métier. Dans ses réponses, Nancy apprend à Émile à préciser ses questions ; il veut qu’Émile réfléchisse tout seul sur les sujets abordés. Ce qui correspond d’ailleurs à l’objectif principal de la philosophie dans les lycées français, d’après le programme du ministère de l’Éducation nationale, qui est de « favoriser l’accès de chaque élève à l’exercice réfléchi du jugement, et de lui offrir une culture philosophique initiale »3. C’est à cet exercice de réflexion que Jean-Luc Nancy amène Émile tout au long de l’entretien. À un moment donné de cet échange, Nancy étudie – brièvement – une question du baccalauréat de philosophie avec Émile, en montrant comment on analyse chaque élément de la question.

3On découvre à la lecture de ce petit livre de soixante-seize pages, illustrées par Pascal Lemaître, qu’Émile est presque un lycéen, d’où l’accent qui est mis sur la place de philosophie dans l’enseignement secondaire. Et Nancy expose de manière franche la réalité de l’enseignement de la philosophie en France. Ce pays est l’un des rares qui l’enseignent dans le secondaire, et cet enseignement est livré par un programme orienté vers des notions philosophiques. Dans d’autres pays, comme l’Italie, le programme est davantage historique.

  • 4 Cf. Ministère de l'Éducation nationale, « Philosophie au lycée avant la classe terminale », Bulleti (...)
  • 5 Sartre disait à peu près la même chose dans les années 1970 : « Je pense […] que la philosophie pou (...)

4Nancy touche également à un point important pour la philosophie dans les lycées français : le fait qu’elle ne soit enseignée qu’en classe de terminale. Cet entretien peut donc plaire aux enseignants de philosophie, qui revendiquent justement que cette discipline soit enseignée au moins dès la seconde4. Nancy raconte l’expérience qu’il a eue en donnant des cours pour des enfants, expérience possible grâce à « un groupe à l’initiative d’un philosophe qui s’appelle Jacques Derrida » (p. 46). Il parle certainement du GREPH (Groupe de recherche sur l’enseignement philosophique), qui a joué un rôle de défenseur de la philosophie et revendiquait, dès la fin des années 1970, que la philosophie soit enseignée avant la classe de terminale. Selon les mots de Nancy, qui a participé à la création du GREPH, « [o]n se rendait compte que la philosophie en terminale était devenue quelque chose de très bien avec ce programme, mais bon, c’est juste un entraînement à la dissertation. Il faudrait changer ça. Cela devrait être travaillé au moins deux années avant. En seconde et en première, sans programme, ni devoir »5 (p. 46). Finalement, Nancy parle davantage en tant que professeur, ce qui est naturel dans un entretien avec un collégien. Il se remémore un peu sa vie d’élève, et raconte qu’il a entrepris d’étudier la philosophie, entre autres, grâce au conseil d’un professeur : « […] j’ai commencé des études de philosophie parce que mon prof de philosophie en terminale m’a dit d’en faire » (p. 36).

  • 6 Pol-Droit Roger, La philosophie expliquée à ma fille, Paris, Seuil, 2004.
  • 7 Badiou Alain, Le fini et l'infini, Montrouge, Bayard, coll. « Les petites conférences », 2010. Nanc (...)

5Ce livre se lit d’une traite en quelques minutes. Il peut être classé avec d’autres ouvrages, comme La philosophie expliquée à ma fille6, de Roger Pol-Droit, ou Le fini et l’infini7, livre qu’Alain Badiou a écrit d’après une conférence donnée à des enfants. C’est quoi penser par soi-même ? peut aussi être un bon point de départ pour des enfants et des adolescents, comme Émile, ne connaissant pas encore la philosophie ; mais il peut également intéresser les adultes, par les questions variées qui y sont abordées.

Top of page

Notes

1 Selon les mots de l'éditeur (cf. le dépliant qui accompagne l'ouvrage). L'éditeur nous informe également qu'Émile a été « prénommé ainsi par ses parents » (son nom de famille est Blommaers) et découvert par Jean Bojiko, le fondateur du « TéAT'éPROUVèTe ». Émile a interrogé Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon (sociologues), Jean-Paul Escande (médecin), Philippe Meirieu (pédagogue), Annie Sugier (physicienne), Julos Beaucarne (poète), Armand Gatti (dramaturge), Claude Hagège (linguiste), Jean-Marie Pelt (biologiste), Jean Viard (sociologue) et Jean-Luc Nancy (philosophe). Ces entretiens ont donné lieu à un film et sont en train d'être publiés par les éditions de l'Aube. Voici l'extrait de divulgation du film « Les grandes interrogations d'Émile » sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=BwnNaMPLDA8. D'autres informations sont disponibles sur le site de « TéAT'éPROUVèTe »: http://www.theatreprouvette.fr/htm/un-point-c-tout/emile.html, accès le 13 mai 2015.

2 Hagège Claude, C'est quoi le langage ?, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, coll. « Les grands entretiens d'Émile », 2015 ; Pelt Jean-Marie, C'est quoi l'écologie ?, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, coll. « Les grands entretiens d'Émile », 2015 ; Pinçon-Charlot Monique & Pinçon Michel, C'est quoi être riche ?, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, coll. « Les grands entretiens d'Émile », 2015.

3 Cf. Programme de philosophie en classe terminale des séries générales (2003) : http://www.education.gouv.fr/bo/2003/25/MENE0301199A.htm, accès le 13 mai 2015.

4 Cf. Ministère de l'Éducation nationale, « Philosophie au lycée avant la classe terminale », Bulletin officiel, n° 9 du 3 mars 2011. [En ligne] http://www.education.gouv.fr/cid55161/mene1100064c.html.

5 Sartre disait à peu près la même chose dans les années 1970 : « Je pense […] que la philosophie pourrait être enseignée jusqu'en première, un peu, pour permettre de comprendre les auteurs enseignés ; trois heures par semaine, par exemple. Pour moi, la philosophie, c'est tout. [...] c'est une manière de vivre et je trouve qu'on devrait l'enseigner le plus vite possible, sans grands mots ». Sartre Jean-Paul, « Une vie pour la philosophie. Entretien avec Jean-Paul Sartre », Magazine Littéraire, hors-série nº 7, mars-mai 2005 [1975], p. 56-62.

6 Pol-Droit Roger, La philosophie expliquée à ma fille, Paris, Seuil, 2004.

7 Badiou Alain, Le fini et l'infini, Montrouge, Bayard, coll. « Les petites conférences », 2010. Nancy a publié dans cette même collection : Nancy Jean-Luc, La beauté, Montrouge, Bayard, coll. « Les petites conférences », 2009.

Top of page

References

Electronic reference

Daniela Nienkötter Sardá, « Jean-Luc Nancy, C’est quoi penser par soi-même ? Entretiens avec Émile », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 16 May 2015, connection on 15 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18024

Top of page

About the author

Daniela Nienkötter Sardá

Doctorante en sciences du langage à l’Université Paris Descartes, et membre du Laboratoire EDA (Éducation et apprentissages – EA 4071).

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page