Skip to navigation – Site map

Hazel R. Wright, The Child in Society

Clémence Perronnet
The Child in Society
Hazel R. Wright, The Child in Society, London, Sage, 2015, 240 p., ISBN : 9781446266335.
Top of page

Full text

1Chercheuse britannique en sciences de l’éducation et en sociologie, Hazel R. Wright propose ici un manuel sur l’enfance à destination des étudiants, enseignants et chercheurs en sciences humaines et sociales. La spécificité de cette publication réside à la fois dans sa volonté didactique et dans le choix d’une approche interdisciplinaire. Comme le souligne en effet la préface, l’objectif de l’ouvrage est de mettre en contexte les savoirs académiques sur l’enfance, toutes disciplines confondues, en « élargissant » la connaissance plutôt qu’en « l’approfondissant ». Le lecteur est régulièrement invité à utiliser le manuel comme tremplin vers des problématiques et des sources plus précises : chacun des dix chapitres qui abordent l’enfance au prisme d’une ou deux disciplines est précédé et suivi d’encadrés qui résument les questionnements abordés, offre des pistes d’ouverture et fournit une bibliographie complémentaire.

  • 1 L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Plon, 1960

2Le premier chapitre, « Introduire l’enfance », passe en revue tous les moyens de produire de la connaissance sur l’enfance (analyse de représentations picturales ou littéraires, archives, archéologie, enquêtes statistiques…) en les illustrant par des travaux célèbres, par exemple ceux de l’historien Philippe Ariès1. Cette introduction insiste aussi sur les effets que les méthodologies choisies peuvent avoir sur le savoir produit ; cela correspond bien au programme du manuel, qui contextualise systématiquement les idées ou enquêtes qu’il mentionne. Chaque chapitre propose également des éléments introductifs à la discipline qu’il évoque.

3Les deux chapitres suivants (« Perspectives géographiques et anthropologiques » et « Perspectives historiques ») cherchent à montrer qu’il n’existe pas d’enfance « universelle », mais des enfances situées dans le temps et dans l’espace. Les perceptions de l’enfance comme les conditions de vie des enfants varient en fonction du contexte social. Dans le chapitre II, des études de cas confrontent le point de vue occidental à d’autres façons de percevoir les enfants, par exemple dans des communautés rurales traditionnelles au Kenya ou dans des kibboutz israéliens. Le chapitre III apporte un éclairage sur des périodes clés pour l’histoire de la notion d’enfance en Occident. Ce sont d’abord les rites autour de l’enfance, les activités et la place des enfants dans la société qui sont évoqués ici, pour les civilisations grecques et romaines et le Moyen-Âge, ce qui permet notamment de constater l’évolution de l’âge à partir duquel les parents portaient le deuil d’un enfant décédé (pas avant 3 ans dans la Rome antique), ou celle de l’âge de la responsabilité légale (12 ans au Moyen-Âge). Une seconde partie du chapitre traite des enfants britanniques à diverses périodes (révolution industrielle, ère victorienne, etc.), et l’accent est mis sur les variations de leurs conditions de vie en fonction du genre et du milieu social : les poorhouses, lieux d’accueil et de mise au travail des plus démunis, sont évoquées, tout comme l’immigration forcée de plus de 150 000 enfants britanniques démunis vers le Commonwealth entre 1920 et 1967.

4Le manuel propose ensuite de s’intéresser à l’histoire des idées et de la production des savoirs en théologie, philosophie, psychologie et sociologie. Le chapitre IV est consacré aux approches spirituelles et philosophiques de l’enfance, et au fil conducteur qu’est la question de l’innocence. Le positionnement de chaque religion (hindouisme, bouddhisme, judaïsme, christianisme et islam — mention est faite de religions minoritaires et de l’athéisme) est présenté à travers ses grands principes et ses textes fondateurs, puis la représentation et le rôle des enfants dans la foi sont décrits. Cela permet notamment de comparer le christianisme primitif, qui considère les nouveau-nés comme porteurs de péché, à l’islam, pour qui ils en sont dénués. Le chapitre présente ensuite des philosophes européens considérés comme pionniers en philosophie de l’éducation, entre autres Locke, Rousseau ou Dewey. Pour chacun, on trouvera une brève biographie et une explication de ses apports théoriques. Le chapitre V, « Perspectives psychologiques et biologiques », propose des entrées par courants de pensée en psychologie occidentale, étoffées par la présentation de grandes figures représentatives, comme Freud pour la psychanalyse ou Jean Piaget pour le cognitivisme. La biologie est évoquée bien plus brièvement à travers un rappel des fondements de la génétique et des neurosciences cognitives, et un résumé des étapes du développement du cerveau. Le chapitre VI, « Perspectives sociologiques », prend également le parti d’une approche théorique. Après un point sur la sociologie en tant que discipline et sur ses concepts clé — entre autres le marxisme, la socialisation, la théorie bourdieusienne et l’intersectionnalité — le chapitre montre comment l’application de ces approches théoriques produit des connaissances sur la famille, la société et l’enfance. La notion de construction sociale de l’enfance est placée au cœur de la réflexion.

5Les deux chapitres suivants sont plus concrets, et se concentrent sur l’enfance au Royaume-Uni. C’est d’abord un angle de vue économique et politique qui est proposé, avec une description du système politique britannique suivie d’un historique des lois sur l’enfance qui fait le lien entre l’alternance des partis politiques au pouvoir et les changements législatifs. L’ouvrage se concentre ensuite sur l’école et l’évolution du système éducatif anglais de la maternelle à l’université, du XIIIsiècle aux réformes récentes.

6Le chapitre IX diffère des précédents en ce qu’il rompt avec l’approche disciplinaire pour aborder des « Perspectives contemporaines ». Il s’agit pour l’auteure de synthétiser les problématiques autour de l’enfance les plus récentes, toujours dans une perspective académique. Le manuel ne prend pas position dans les débats contemporains, mais fournit plutôt un état de la littérature. C’est l’occasion de revenir sur les nouvelles voies qu’ouvrent les neurosciences, qui s’intéressent en particulier au fonctionnement du cerveau, mais surtout d’évoquer des questions plus médiatisées sur la place des enfants dans une société qui serait de plus en plus dangereuse. Ce chapitre fait donc le point sur l’état des savoirs au sujet de l’obésité enfantine, de la protection accrue des enfants dans la communauté, du rôle des jeux vidéo ou encore de l’impact des nouvelles technologies. Pour finir, le dernier chapitre a pour objectif de faire lire des textes sur l’enfance, tant sous la forme d’enquêtes factuelles, dont on trouve une longue liste, que sous la forme de romans : la seconde partie du chapitre évoque la littérature et les représentations des enfants dans la fiction. Elle donne notamment à voir la façon dont ces représentations ont évolué, de l’enfant innocent et idéalisé du romantisme (chez William Blake par exemple) à l’enfant pris dans une transition instable et confuse vers l’âge adulte qu’illustre la littérature de la fin du XIXe. Une liste de livres au sujet de l’enfance et de livres pour les enfants clos le chapitre.

  • 2 À ce sujet, voir par exemple les enquêtes du centre Hubertine Auclert sur les manuels scolaires, ht (...)

7Ces multiples approches s’agencent en un ouvrage bien écrit, rigoureux et d’une grande clarté. Le pari interdisciplinaire est tout à fait réussi : si de nombreuses disciplines sont abordées, une cohérence est maintenue grâce au fil conducteur que fournit le travail de contextualisation des connaissances. Chaque chapitre interroge les conditions de production des savoirs, et met en lumière les contradictions et les évolutions dans l’histoire des idées. Une attention toute particulière est portée à la visibilité des femmes dans les chapitres consacrés aux grands penseurs, ce qui n’est pas toujours le cas dans les supports éducatifs2. Le format manuel impose bien sûr des limites et des simplifications, et on peut regretter que certaines parties ne s’intéressent qu’au cas britannique ou à l’Occident, mais ces biais sont toujours signalés. La présentation des auteurs importants peut parfois faire catalogue et sembler fastidieuse, mais sera sans doute un outil apprécié des étudiants à qui s’adresse prioritairement ce manuel.

8Au-delà de la qualité de son contenu et de son caractère didactique, cet ouvrage a donc le mérite d’illustrer une façon de travailler l’interdisciplinarité autour d’un thème, ainsi que celui de présenter de façon systématique des pistes d’approfondissement, ce qui le rend utile à plusieurs niveaux du travail de recherche universitaire.

Top of page

Notes

1 L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Plon, 1960

2 À ce sujet, voir par exemple les enquêtes du centre Hubertine Auclert sur les manuels scolaires, http://www.centre-hubertine-auclert.fr/publications/106

Top of page

References

Electronic reference

Clémence Perronnet, « Hazel R. Wright, The Child in Society », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 18 May 2015, connection on 23 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18027

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page