Navigation – Plan du site

Peter Joyce, Neil Wain, Palgrave Dictionary of Public Order Policing, Protest and Political Violence

Ayșen Uysal
Palgrave Dictionary of Public Order Policing, Protest and Political Violence
Peter Joyce, Neil Wain, Palgrave Dictionary of Public Order Policing, Protest and Political Violence, Palgrave Macmillan, 2014, 384 p., ISBN : 9781137269751.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fillieule Olivier, Mathieu Lilian, Péchu Cécile, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presse (...)
  • 2 Aubouin Michel, Teyssier Arnaud, Tulard Jean, Histoire et dictionnaire de la police. Du Moyen Âge à (...)

1Ce dictionnaire est consacré au maintien de l’ordre et à la gestion policière des actions protestataires et de la violence politique. Il prend en compte la nature et les spécificités des actions protestataires et de la violence politique pour mettre en lumière ensuite les différentes manières de maintenir l’ordre. Le dictionnaire consacre une place importante aux méthodes et aux pratiques policières dans l’encadrement des actions protestataires. D’une part, la police spécialisée dans la gestion de l’action collective et la législation sur ces dernières et, d’autre part, les différents groupes sociaux et politiques qui ont recours aux manifestations trouvent leur place dans des entrées de l’ouvrage. S’il existe des dictionnaires sur les mouvements sociaux1 et sur la police2, il est rare qu’un ouvrage rende compte simultanément des mouvements protestataires et de l’encadrement étatique de l’action collective. Il est indéniable que cela constitue le point fort du dictionnaire. La place accordée aux différentes sections de police spécialisées sur l’action collective, telle que « police paramilitaire », « police anti-émeute », « police politique », etc., contribue à la richesse scientifique du dictionnaire et la perspective historique accroît son intérêt, même si la période couverte se limite aux années qui succèdent à 1968. S’inscrire dans la contemporanéité permet ainsi de constituer une mémoire collective de la répression à travers différentes expériences partagées après 1968.

2Les auteurs du dictionnaire, Joyce et Wain, spécialistes de la police et de la criminologie, et non pas de l’action collective, sont chercheurs respectivement à la Manchester Metropolitan University et à la University of Cambridge. Leur appartenance scientifique a certainement un effet sur le périmètre géographique de l’ouvrage et l’étendue des thèmes. Le dictionnaire se focalise plutôt sur les événements britanniques. Pour être plus clair donnons un exemple : on trouve quatre entrée dans la partie de la lettre « G » dont trois consacrées sur Londres. Les thèmes abordés dans le livre sont néanmoins divers au niveau à la fois de la période, de la géographie et des formes d’actions. Ils s’étendent, par exemple, du « Notting Hill Carnival Riot » à Londres en 1976 aux actions protestataires contre le sommet G20 dans la même ville en 2009, en passant par le « Chicago Democratic National Convention Riot » en 1968 ou encore par le « Gdansk Shipyard Protest » en Pologne dans les années 1970. De plus, les rubriques consacrées aux médias sociaux et à la gestion policière de l’action protestataire et du désordre, à l’immolation par le feu, aux chansons protestataires, etc. reflètent la diversité des thèmes traités par le dictionnaire. Les entrées présentent d’abord une description de l’événement, précisant souvent la prise de position de la police et son répertoire répressif. Les critiques faites vis-à-vis des politiques du maintien de l’ordre lors de l’encadrement des événements trouvent également place dans les différentes rubriques.

3Malgré ces apports, le dictionnaire a un certain nombre des points aveugles. Avant tout, on pourra regretter que les auteurs se focalisent principalement sur le cas anglais, rendant ce dictionnaire parfois trop « anglo-centré » : les entrées sur les mouvements d’autres pays sont rares et souvent superficielles. Par exemple, le mouvement anticapitaliste en Grande-Bretagne a une rubrique spécifique alors que les autres pays du monde sont analysés dans la même entrée (p. 9-16). De plus, le mouvement anti-mondialisation/anti capitaliste est réduit aux protestations de Seattle, de Prague et de Gènes, sans que soient mentionnés, par exemple, les Forums sociaux mondiaux et régionaux ou des mobilisations dans des pays dits du sud. Plus important encore : on ne sait pas non plus à partir de quels critères sont sélectionnées les rubriques sur les mouvements et les vagues de mobilisations. Quelle est leur importance, par exemple, par rapport aux autres mouvements négligés ?

  • 3 Chabanet Didier, « Nouveaux mouvements sociaux », in Olivier Fillieule, Lilian Mathieu, Cécile Péch (...)

4Bien que les articles accordent une place importante à l’action collective, les auteurs citent très peu les publications qui s’y rapportent. On rencontre exceptionnellement une référence non britannique dans les textes sur les mouvements protestataires, ce qui met en cause la richesse de l’apport du dictionnaire. Ces références limitées s’inscrivent, de surcroît, dans l’approche culturaliste et dans la théorie des nouveaux mouvements sociaux, dont on sait qu’elles font l’objet de nombreuses critiques dans des travaux contemporains3. Concernant l’action collective en France, les auteurs semblent identifier l’École touranienne comme la seule source légitime. Les bornes temporelles choisies montrent également l’ancrage théorique de l’ouvrage car les auteurs prennent comme point de départ l’année 1968, considérée comme l’année de rupture selon la théorie des nouveaux mouvements sociaux.

5Si l’état limité des publications citées constitue une faiblesse importante du dictionnaire, les rubriques trop simplificatrices en constituent une autre, comme on l’observe dans l’entrée sur le Printemps arabe. Le nombre des pages consacrées aux différents mouvements n’est pas toujours équitable : deux pages sur le Yémen, trois sur la Syrie tandis que l’Égypte est traité en moins d’une page, ce qui nous invite à interroger la logique du plan du dictionnaire, compte tenu de l’importance de l’Égypte dans les mouvements dits du « Printemps arabe ».

6On rencontre également dans le livre l’usage courant des mots « terroriste » et « terrorisme » (cf. l’entrée « Nationalist Terrorist Groups »). Il est étonnant de découvrir cette sémantique guère académique. Ce choix témoigne donc d’un parti-pris face à certains mouvements. En sciences sociales, il est clair que « l’usage des mots et des concepts n’est pas neutre ». Les auteurs du dictionnaire ont fait le choix normatif du vocabulaire étatique et juridique/légaliste. Le lecteur aurait apprécié une mise au point et une mise en débat de l’usage de la terminologie de « terrorisme », qui précisément fait controverse au sein de la communauté des chercheurs spécialistes de la violence politique.

7Malgré ces critiques, le dictionnaire est en soi novateur car, notamment, il tente de relier la protestation et les approches théoriques du maintien de l’ordre.

Haut de page

Notes

1 Fillieule Olivier, Mathieu Lilian, Péchu Cécile, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

2 Aubouin Michel, Teyssier Arnaud, Tulard Jean, Histoire et dictionnaire de la police. Du Moyen Âge à nos jours, Lonrai, Éditions Robert Laffont, 2005.

3 Chabanet Didier, « Nouveaux mouvements sociaux », in Olivier Fillieule, Lilian Mathieu, Cécile Péchu, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de la FNSP, 2009, p. 371-378 ; Taylor Verta and Van Dyke Nella, « “Get up, Stand up”: Tactical Repertoires of Social Movements », in David A. Snow, Sarah A. Soule and Hanspeter Kriesi, The Blackwell Companion to Social Movements, Oxford, Blackwell Publishing, 2004, p. 262-293.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ayșen Uysal, « Peter Joyce, Neil Wain, Palgrave Dictionary of Public Order Policing, Protest and Political Violence », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 18 mai 2015, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18034

Haut de page

Rédacteur

Ayșen Uysal

Professeure en science politique à l’Université Dokuz Eylül d’Izmir, en Turquie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page