Navigation – Plan du site

Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot et Pauline Ravinet, Une « French touch » dans l’analyse des politiques publiques ?

Guillaume Arnould
Une "French touch" dans l'analyse des politiques publiques ?
Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, Pauline Ravinet (dir.), Une "French touch" dans l'analyse des politiques publiques ?, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Sciences Po Gouvernances », 2015, 435 p., ISBN : 978-2-7246-1645-3.
Haut de page

Texte intégral

1Voici entre les mains du lecteur curieux, un ouvrage remarquable qui fait un point d’étape sur la tradition française d’analyse des politiques publiques. Cette approche a été portée par Pierre Muller, directeur de recherche en sciences politiques et pionnier du renouvellement de la compréhension du rôle de l’État en action, auquel ce livre rend hommage. En détachant les politiques publiques du droit ou de la science administrative, en les confrontant notamment à la sociologie des organisations, Pierre Muller et quelques autres auteurs emblématiques (comme Bruno Jobert ou Jean-Gustave Padioleau) ont contribué à fournir un cadre conceptuel et analytique robuste et intellectuellement stimulant pour des générations de chercheurs mais aussi de praticiens de l’action publique.

2Ce sont d’ailleurs des compagnons de route, ancien-ne-s doctorant-e-s, collègues enseignants chercheurs de France et d’ailleurs, prolongeant ou critiquant l’appareil analytique de Pierre Muller, qui sont réunis dans cet ouvrage d’une richesse et d’une qualité vraiment appréciables. On peut en effet prendre ce livre comme un manuel d’analyse des politiques publiques (approfondissant le Que-sais-je ? de référence de Pierre Muller dans ce domaine), on peut également le considérer comme un « état de l’art » de la recherche en sciences politiques puisque chaque contribution est réalisée par des auteurs dont les travaux ont apporté une pierre de plus à l’édifice de la compréhension de l’action publique, enfin cet ouvrage est l’occasion de faire le point sur l’histoire des idées politiques et sur ses évolutions récentes.

3Dans Une « French touch » dans l’analyse des politiques publiques ? Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot et Pauline Ravinet, qui par ailleurs ont également codirigé le désormais classique Dictionnaire des politiques publiques, ont réuni les réflexions de politistes et de sociologues pour discuter des travaux fondateurs de Pierre Muller et les inscrire dans les problématiques traditionnelles de la science politique. L’ouvrage débute ainsi par un portrait intellectuel du politiste, puis se découpe en trois parties : la première étudiant la boîte à outils développée par Pierre Muller, la deuxième partie discutant de la spécificité possible de l’approche française dans ce champ, la dernière s’appropriant quelques thématiques et questions méthodologiques pour voir comment les analyses de Pierre Muller peuvent les éclairer.

4Pauline Ravinet et Bruno Palier étudient ainsi la notion de « global » développée par Pierre Muller. Cette catégorie a vu son sens évoluer avec les travaux de l’auteur et un certain flou lexical demeure. Deux démarches pourraient alors s’opposer : soit on considère le « global » comme un élément théorique qui donne un sens à l’action des individus, « une évidence qui gouverne le social » ; soit on vise de manière empirique à faire apparaître le « global » dans les politiques publiques (en l’occurrence en ce qui concerne l’évolution de l’État social) et on risque de figer la notion. Pour Ravinet et Palier, c’est au contraire la force de Muller d’avoir forgé ce concept malléable et utile pour décrire l’action publique. Charlotte Halpern et Sophie Jacquot analysent ensuite la notion de « secteur ». Regroupant sous ce vocable des intérêts sociaux partagés par des acteurs, le terme illustre la manière dont les individus et les groupes luttent ou acceptent les changements induits par l’action de l’État, même si ce concept semble parfois dépassé (par exemple dans le domaine environnemental où on évoque plutôt les « instruments » de politique publique).

5Dans cette même première partie, Pascal Laborier traite de la notion de « corporatisme » ou de l’analyse globale sectorielle, qui s’intéresse aux mécanismes de domination dans l’appareil d’État et à leur impact sur l’action publique. C’est ainsi la gouvernementalité qui est mise en question, c’est-à-dire la manière dont les populations acceptent et reconnaissent l’action de l’État. Ioannis Papadopoulos s’intéresse, quant à lui, à la notion de « référentiel », autre innovation sémantique, qui décrit un ensemble de connaissances partagées par des acteurs dans le domaine de l’action publique. Ces savoirs peuvent relever de l’expertise, voire d’une certaine technocratie, et sont donc parfois difficile à inscrire dans un fonctionnement démocratique. Enfin, Philippe Bèzes et Christine Musselin, experts du sujet, analysent le new public management au regard de ce que Muller avait décrit comme le « référentiel de marché », pour en faire apparaître des spécificités qui vont au-delà d’une domination de l’approche économique : c’est une entreprise de rationalisation et de bureaucratisation reposant sur des techniques de gouvernement (indicateurs de performance, comparaisons et mise en concurrence).

6La deuxième partie fait la part belle aux débats théoriques et aux idées politiques. Laurie Boussaguet et Yves Surel précisent qu’ils ne croient pas à l’existence d’une tradition française et que la publication en 1987 de L’État en action par Pierre Muller et Bruno Jobert n’est que la traduction des débats, controverses et échanges de la communauté académique. La réflexion s’est d’ailleurs poursuivie, et l’analyse des politiques publiques continue de s’enrichir de modèles théoriques variés. Ces débats et cette richesse sont confirmés par la contribution de Patrick Le Galès, qui évoque les apports des différents courants sociologiques à l’analyse des politiques publiques : on y redécouvre les passionnantes recherches menées au sein du Centre de Sociologie des Organisations ou dans le Groupe d’Analyse des Politiques Publiques, et la dimension éminemment « politique » de ce champ d’études.

7Viennent alors trois contributions de haut niveau. Clémence Ledoux et Julie Pollard inscrivent l’analyse des politiques publiques dans le temps long de l’histoire des sciences sociales, et montrent ce qu’elle doit à la tradition wébérienne, à la tradition durkheimienne et marxiste ainsi qu’à l’école des Annales. Ces influences permettant de fournir des grilles de lecture du rôle des acteurs, de la place de l’État ou de l’analyse du changement social. Puis Claudio Radaelli évoque la dimension européenne que Pierre Muller a été un des premiers à développer dans ses recherches de politique publique : l’approche « française » semble ici exister, notamment par rapport aux travaux anglo-saxons plus axés sur l’impact « domestique » des politiques publiques européennes, avec son regard porté sur la fabrique concrète des politiques au niveau de l’Europe. Ensuite, trois grands noms de la recherche contemporaine en sciences politiques, Peter Hall, Vivien Schmidt et Mark Thatcher analysent lors d’une table ronde leur relation à l’analyse dite « cognitive » développée par Pierre Muller, qui met en avant les idées défendues par les acteurs pour mettre en œuvre l’action de l’État. Grâce à un véritable dialogue intellectuel et un respect palpable dans ces contributions, on peut apprécier à quel point la recherche sur les politiques publiques menée en France a éclairé celle des pays anglo-saxons, que ce soit pour la compréhension des politiques industrielles, du rôle de l’État ou tout simplement dans une optique méthodologique et épistémologique : le rôle des idées, la place des réseaux d’acteurs …

8La troisième et dernière partie ouvre des perspectives et explore des champs mis en valeur par les réflexions de Pierre Muller : l’intégration européenne, la fabrication des politiques globales dans le champ économique (Banque Mondiale et OCDE), les politiques publiques locales, la question du genre dans l’action publique et la place de l’entretien pour comprendre les acteurs. Chaque contribution prend appui sur et approfondit la démarche initiée par Pierre Muller : les idées, les croyances, la manière dont les individus s’en emparent collectivement, les déclinaisons concrètes de l’action publique ouvrent de nouveaux champs de recherche prometteurs. Le mot de la fin est donné à Pierre Muller lui-même, qui propose une typologie permettant d’analyser des cycles d’action publique correspondant à des configurations spécifiques, où le rôle et la place des politiques publiques dans la société ont évolué de manière systémique. Là aussi, cette mise en perspective rappelle la fécondité d’une manière de penser qu’on ne peut que saluer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot et Pauline Ravinet, Une « French touch » dans l’analyse des politiques publiques ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 mai 2015, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18037

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’Académie, Inspecteur pédagogique régional – Académie de Strasbourg

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page