Navigation – Plan du site

Ian Angus et Simon Butler, Une planète trop peuplée ?

Kimberley Mees
Une planète trop peuplée ?
Ian Angus, Simon Butler, Une planète trop peuplée ? Le mythe populationniste, l'immigration et la crise écologique, Montréal, Editions Ecosociété, 2014, 301 p., ISBN : 978-2-89719-165-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour voir le texte de l’initiative populaire fédérale « Halte à la surpopulation - Oui à la préserv (...)
  • 2 Les auteurs utiliseront plutôt le terme de populationniste en référence à ceux qui adhèrent à l’idé (...)
  • 3 Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement : http://www.un.org/french/events/rio92/ (...)

1La question de la surpopulation supposée de la planète est sujette à débat depuis longtemps. Mais elle est particulièrement sur le devant de la scène en Europe depuis quelques mois. Ainsi les Suisses ont-ils dû voter en novembre 2014 sur la limitation de l’immigration dans le pays, accompagnée de politiques de planification familiale dans les pays bénéficiant de l’aide au développement, sous prétexte de dépassement de la limite écologique et d’une croissance démographique actuelle concentrée dans les pays du Tiers-Monde1. Les néomalthusiens2, dont font partie les partisans de cette votation, sont d’avis que la clef du futur de l’humanité se trouve dans la limitation d’une population humaine trop nombreuse. Lors du Sommet de la Terre de 19923, les scientifiques mentionnaient en effet dans leur message qu’une croissance démographique continue aurait un tel impact que tout effort serait vain si elle n’était contrôlée. Si cette proposition peut paraître à priori logique du point de vue écologique, la lecture de l’ouvrage de Ian Angus et Simon Butler permet de voir en quoi elle est totalement caduque.

  • 4 Paul Ehrlich, La bombe P, Paris, Fayard, 1972.

2Les auteurs se penchent d’abord sur l’ouvrage fondateur de la pensée populationniste, La bombe P de Paul Ehrlich en collaboration avec sa femme Anne4. Prétendument scientifique, ce livre publié aux États-Unis en 1968 est surtout politique et défend trois thèses : une pénurie alimentaire mondiale imminente, une détérioration continue de l’environnement et, enfin, l’existence d’un lien entre ces crises alimentaire et environnementale. À ces défis, les Ehrlich voient comme solution d’accroitre la production alimentaire, de tendre vers une stagnation, voire une décroissance démographique, grâce à un meilleur contrôle des naissances (allant de l’incitation financière et l’éducation pour les pays qu’ils considèrent développés à la stérilisation obligatoire des hommes ayant déjà trois enfants et à l’arrêt de l’aide internationale pour les pays qu’ils considèrent comme à la traîne), et encore de définir des objectifs mondiaux pour la population et l’environnement, assortis de méthodes pour les atteindre.

  • 5 Barry Commoner, L’encerclement, Paris, Seuil, 1972.

3À l’époque déjà, Barry Commoner écrit L’encerclement5 pour s’opposer aux théories de La bombe P. Il y souligne que ce sont les évolutions des modes de production industrielle et agricole, des ressources exploitées et des biens consommés qui sont à l’origine des problèmes environnementaux. De nombreux articles viennent alimenter l’opposition entre ces deux essais : causes biologiques et techniques à la crise versus causes économiques et sociales. Ce sont finalement les premières qui se popularisent.

  • 6 Donella Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers et William W. Behrens, Les limites à la croissance (...)
  • 7 Andy Hines et Peter Bishop, Thinking about the Future, Guidelines for Strategic Foresight, Washingt (...)

4Après un tour d’horizon des tendances actuelles du populationnisme, Ian Angus et Simon Butler abordent les chiffres de la « surpopulation ». Ils insistent sur la différence cruciale entre corrélation et causalité pour démonter le lien strict supposément établi entre la croissance démographique et les émissions de gaz à effet de serre. Ce lien est souvent présenté sous la formule IPAT, Impact = taille de la Population + Abondance + intensité de Technologie par unité d’activité écologique. Les auteurs observent que, si tout spécialiste en sciences environnementales se voit asséner cette formule comme une vérité non questionnable, peu ont en réalité cherché à en faire un examen rigoureux. En plus du fait que l’abondance et la technologie se voient difficilement attribuer une valeur, cette formule est « une identité, une expression qui se vérifie toujours par définition » (p. 79), mais elle n’est pas prouvée. La formule rend diffuse la responsabilité des destructions environnementales puisqu’elle impute le P aux pauvres qui se reproduisent « trop », le A aux surconsommateurs et le T aux industries polluantes vieillissantes. Mais c’est sans considérer le pouvoir économique et politique exercé sur ces différents groupes si facilement pointés du doigt. Contrairement à l’idée répandue que les consommateurs sont seuls responsables de ces habitudes consuméristes, Ian Angus et Simon Butler relèvent que la plupart des écocides sont faits au nom des firmes, et qu’ils ne relèvent donc pas de l’action des consommateurs individuels. Si les populationnistes avancent que moins d’individus signifie moins de déchets, ils ne prennent pas en compte la volonté des industries d’augmenter sans cesse la demande, via les stratégies de l’obsolescence programmée et du jetable qui se font au détriment de l’environnement. Le problème c’est que le système capitaliste en lui-même est basé sur une croissance qui a externalisé les coûts liés à l’environnement et dans lequel toute activité économique (y compris la dépollution suite à une fuite de pétrole ou la reconstruction de résidences détruites après un accident industriel) est considérée comme bénéfique. Les mêmes étudiants se voient également présenter le Rapport sur les limites de la croissance du GIEC6 sans aucune mention de Thinking about the Future7 qui relève notamment les biais politiques, économiques et sociaux ayant influencé les modélisations du GIEC.

  • 8 Ian Angus, Simon Butler, Une planète trop peuplée ? Le mythe populationniste, l'immigration et la c (...)

5En déconstruisant le mythe de la surpopulation de façon méthodique et bien argumentée, les auteurs souhaitent démontrer que c’est la répartition inégale des ressources et des pollutions et non la surpopulation qui est la cause des problèmes environnementaux et sociaux actuels. Leur souci est que ce mythe retarde la recherche de vraies solutions à la crise environnementale. Solutions qui se trouvent, selon eux, dans le développement d’une « nouvelle économie axée sur la durabilité écologique et sur un développement social équitable »8.

  • 9 Le rejet de la responsabilité des problèmes environnementaux sur les populations pauvres et de coul (...)

6Il est indéniable que l’espèce humaine consomme davantage que ce que les ressources terrestres lui offrent. Mais alors que certains n’hésitent pas à reprendre le prétexte écologique pour justifier leurs propos haineux et racistes9, d’autres vendent des solutions comme relevant du développement durable tout en préservant le schéma capitaliste avec une optique de production et de consommation maximales les dispense de revoir le système économique, social et politique qui règne aujourd’hui en maître : voitures qui consomment moins, sources d’énergies alternatives, enfouissement du CO2

7Ces tenants du capitalisme ont développé des programmes de promotion de la contraception et de la stérilisation de masse à destination des pays pauvres, en les faisant passer auprès des élites de ces pays comme le moyen le plus rapide d’atteindre la modernisation et le développement. Des théories populationnistes ont ainsi entraîné des politiques outrancières de planification familiale, présentées dans les années 1960 comme visant à éradiquer la pauvreté et à promouvoir le droit des femmes (pose de dispositifs intra-utérins ou de contraceptifs injectables suivie de campagnes de stérilisation, sources de nombreuses infections) sous le credo qu’il est justifiable de sacrifier une personne pour le bien commun. Pourtant, l’expérience montre qu’en améliorant les conditions de vie et les droits des femmes, la croissance démographique ralentit automatiquement. De plus, viser des populations pauvres, c’est viser des populations ayant déjà un faible impact environnemental. Se sont en effet les riches des pays industrialisés qui « posent problème » par leurs habitudes consuméristes. En plus de piller les ressources des pays moins riches, ils y déplacent leurs industries polluantes.

8La notion de « capacité de charge » pour l’espèce humaine, généralement utilisée dans les débats portant sur cette consommation non soutenables pour la planète, est également remise en cause par les auteurs. En effet, les contraintes naturelles ne sont pas les seules impliquées dans cette notion. Les facteurs sociaux, politiques, économiques, technologiques et institutionnels y sont étroitement liés. Par exemple, les problèmes alimentaires actuels peuvent être attribués à la mauvaise répartition des ressources alimentaires, à l’utilisation d’une partie des céréales pour nourrir le bétail plutôt que les humains, à l’utilisation de cultures comme biocarburant et au gaspillage alimentaires plutôt qu’à la seule impossibilité pour la Terre de produire assez de nourriture pour l’ensemble de la population. Enfin, il est à noter que les théories populationnistes prônent des politiques n’ayant qu’un impact à long terme ; l’élan démographique est tel qu’une réduction des naissances n’aurait un impact sur la stabilisation de la population qu’au bout de plusieurs décennies, alors que la crise climatique nécessite des actions urgentes. Même si les populationnistes mettent le doigt sur un problème important en soulignant que le système actuel ne permet pas à un grand nombre d’êtres humains de vivre à un niveau de vie élevé, la réduction d’une situation complexe à de simples chiffres démographiques est une erreur. C’est un changement économique et social en profondeur qui est nécessaire et non les solutions simplistes avancées par les populationnistes.

  • 10 Ce médecin, théoricien, statisticien et conférencier suédois a créé la fondation Gapminder. Plusieu (...)

9Grâce à son exposé clair, cet ouvrage est une source utile pour les milieux académiques, politiques, militants, tout autant que pour le quidam qui s’intéresse à la question et souhaite s’armer de faits pour argumenter ses propos. Les auteurs, qualifiés d’« écosocialistes », considèrent la crise écologique comme découlant de la crise du capitalisme. Ils sont partisans de ce qu’ils appellent une révolution écologique, qui change le rapport des hommes à la nature. Pour eux, cette révolution doit passer par la création de mouvements de lutte pour des changements immédiats partant de la base. Bien que nous souhaitions que cet ouvrage contribue à la naissance d’une volonté politique et économique vers une sortie du système en place, la croyance dans la surpopulation semble tellement répandue que cet ouvrage à lui seul ne suffira sans doute pas à la démystifier. À l’instar de Ryan Hosling10 depuis plusieurs années, toutes les bonnes volontés sont à mobiliser afin de changer les mentalités et de promouvoir le développement de solutions réelles et éthiques pour faire face à la crise environnementale.

Haut de page

Notes

1 Pour voir le texte de l’initiative populaire fédérale « Halte à la surpopulation - Oui à la préservation durable des ressources naturelles » : http://www.ecopop.ch/fr/initiative-fr.

2 Les auteurs utiliseront plutôt le terme de populationniste en référence à ceux qui adhèrent à l’idée que les maux sociaux et écologiques sont imputables au nombre d’êtres humains présents sur Terre car la majorité de ces populationnistes ignorent les théories de Malthus et ne partagent pas nombre de ses idées.

Pour en savoir plus sur Malthus : « Pensée économique et système capitaliste. Usages contemporains de quelques grands auteurs en économie », Revue française de socio-économie, n° 3, 2009, compte rendu de Laure Célerier pour Lectures : http://lectures.revues.org/818.

3 Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement : http://www.un.org/french/events/rio92/aconf15126vol1f.htm.

4 Paul Ehrlich, La bombe P, Paris, Fayard, 1972.

5 Barry Commoner, L’encerclement, Paris, Seuil, 1972.

6 Donella Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers et William W. Behrens, Les limites à la croissance (dans un monde fini), Paris, Fayard, 1972.

7 Andy Hines et Peter Bishop, Thinking about the Future, Guidelines for Strategic Foresight, Washington, Social Technologies, 2006.

8 Ian Angus, Simon Butler, Une planète trop peuplée ? Le mythe populationniste, l'immigration et la crise écologique, Montréal, Éditions Écosociété, 2014, p. 27

9 Le rejet de la responsabilité des problèmes environnementaux sur les populations pauvres et de couleur est approfondi dans l’ouvrage de Jean-Baptiste Fressoz, Frédéric Graber, Fabien Locher, Grégory Quenet, Introduction à l'histoire de l'environnement, Paris, La Découverte, coll. « Repères Histoire », 2014 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/15933.

10 Ce médecin, théoricien, statisticien et conférencier suédois a créé la fondation Gapminder. Plusieurs de ses conférences portent sur la surpopulation : « Don’t Panic » ou « Will saving poor children lead to overpopulation? » et peuvent être visionnées sur http://www.gapminder.org/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kimberley Mees, « Ian Angus et Simon Butler, Une planète trop peuplée ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18065

Haut de page

Rédacteur

Kimberley Mees

Diplômée en sciences politiques et en sciences et gestion de l’environnement.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page