Navigation – Plan du site

Mona Chollet, Chez soi. Une odyssée de l’espace domestique

Raphael Koster
Chez soi
Mona Chollet, Chez soi. Une odyssée de l'espace domestique, Paris, Zones, 2015, 250 p., ISBN : 9782355220777.
Haut de page

Texte intégral

1La définition du domicile traitée tout au long de l’ouvrage de Mona Chollet, est celle d’un espace à l’écart de la vie sociale : « aimer rester chez soi, c’est se singulariser, faire défection. C’est s’affranchir du regard et du contrôle social » (p. 28). Il permet à son habitant de se réfugier, de se ressourcer et finalement de se réassurer une disponibilité et donc une maîtrise par rapport à ses activités et ses relations sociales.

2Par le choix assumé de parler du « chez soi » sans recul, en mêlant expériences personnelles, réminiscences de faits divers lus dans la presse ou de scènes rencontrées dans des romans (Bouvier, Oblomov, Harry Potter...), le domicile est approché comme un « anti terrain » sociologique, propice aux voyages introspectifs : « J’aimerais bien que l’on accepte, dans le métier, d’abaisser un strapontin - ou même d’installer dans un coin une méridienne - pour les rêveurs fourvoyés tels que moi. J’aimerais bien que l’on reconnaisse leur compétence sur certains sujets, et leur contribution, même modeste, au déchiffrement de l’époque, au lieu de vouloir à tout prix les changer, comme autrefois les gauchers dans les écoles. Mais c’est une revendication peu audible, tant la mystique du terrain est puissante » (p. 18). Le livre se situe ainsi à mi-chemin entre le témoignage à la première personne et une sociologie de l’individualisme nourrie essentiellement de références à des articles de presse.

3Ce qui fait l’attrait divertissant du livre constitue aussi sa limite : les multiples anecdotes tendent à brouiller la réflexion, ce qui laisse à la lecture des chapitres l’impression d’un exposé didactique au lieu de l’analyse attendue qui aurait donné à mieux comprendre ce que représente socialement le domicile.

4Le premier chapitre « La mauvaise réputation » porte sur la perception sociale du domicile compris comme un lieu de repli, de retrait des affaires humaines, suspecté de prêter à la désocialisation et à l’oisiveté irresponsable. S’affirmant dans ce chapitre introductif comme une « journaliste casanière », Mona Chollet fait l’éloge du domicile à partir de son ressenti personnel et s’appuie sur des auteurs voyageurs littéraires (Bouvier) ou scientifiques (Bachelard) pour confirmer ses impressions.

  • 1 Emile Durkheim, Le Suicide, PUF, coll. « Quadrige Grands textes », 2007 (1897).

5Le chapitre 2 explore les transformations sociales de la frontière dedans/dehors avec les pratiques domestiques des réseaux sociaux sur Internet : « Vous pouvez bien chasser le monde par la porte : il revient par la fenêtre qui scintille sur votre bureau. Et cela change tout. Dès lors, s’isoler chez soi ne revêt plus du tout la même signification » (p. 43). Les réseaux sociaux sont présentés comme des espaces de « libre expression », que l’enthousiasme de l’auteur rend rapidement utopiques et apolitiques : « Ma pulsion de partage et de communication est si bien comblée que j’ai parfois peur de me réveiller et de me rendre compte que j’ai rêvé, que ce n’était qu’un fantasme, qu’en réalité ce miracle que dans mon délire j’ai baptisé “Internet” n’existe pas. Et les réseaux sociaux savent rendre cette pulsion aussi efficace que possible - raison pour laquelle je reste désespérément sourde au discours avertissant de leurs dangers et des noirs desseins de leurs créateurs » (p. 45). Sur un versant plus critique, cet exemple alimente également la conception du domicile vécu comme une désocialisation au sens que Durkheim désignait sous le terme d’ « anomie »1 : un état de compulsivité que les règles sociales ne parviennent pas à refréner. L’auteur évoque ici des pratiques numériques névrotiques telles que « l’infobésité » (accumulation d’informations jusqu’à saturation) ou « la peur de rater quelque chose » dans les flux d’information des réseaux sociaux. La sédentarité du domicile se trouve ainsi rattachée à la fébrilité de la socialisation numérique.

6Le troisième chapitre aborde une dimension plus politique en passant par le contraire de l’habiter – l’expulsion – pour accéder en creux à la dimension normative du domicile et aux contraintes, injonctions sociales qui y sont attachées. Il est question de la difficulté à « habiter » la rue : s’approprier l’espace public pour l’intégrer aux normes individualistes du domicile. « [Les villes contemporaines] sont de plus en plus conçues comme des espaces fonctionnels, de purs lieux de passage orchestrant des flux avec une efficacité maximale, et non comme des lieux que l’on s’approprie, où l’on s’arrête, où l’on traîne, où l’on vit » (p. 66). Nourrie de faits divers et d’anecdotes médiatiques, la question de la valeur du domicile se révèle sous l’angle de la négociation, du contrat, pour obtenir un chez-soi et conserver le droit à y rester.

  • 2 Martin Heidegger, Essais et conférences, Gallimard, 1951.

7Le chapitre 4 traite de la temporalité du domicile. Il touche au questionnement heideggérien de l’Habiter2 : « Habitons-nous vraiment nos maisons, nos appartements ? » (p. 111). Il s’agit de penser l’Habiter comme un mode d’Être, de présence au monde et aux choses. Le temps que l’on passe chez soi peut-il être rapporté à une appropriation de l’espace, nourrie de la fréquentation intime de l’environnement de vie ? La question du sommeil traitée comme un temps de disponibilité à conquérir aborde la problématique des contagions des normes sociales tournées vers l’urgence et l’efficacité, sur l’utopie d’un domicile-refuge. « Le temps, comme la nature, comme l’espace, a donc été transformé en une ressource qu’il s’agit de valoriser » (p. 145).

  • 3 Mary Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Maspero, 1971 ; La D (...)

8Dans un mouvement vers toujours plus d’abstraction, le domicile rejoint un état de nature, où les sols, murs et plafonds reviennent à leur état de matière organique. Faire le ménage chez soi, n’est-ce pas lutter contre cette part de désordre sans laquelle pourtant on n’habiterait pas vraiment un lieu ? Critique toute Douglassienne3 de la défiance envers « la souillure », le chapitre 5 présente un propos original sur la préservation du désordre. Celle-ci s’enrichit d’une critique féministe sur la qualité genrée associée aux pratiques ménagères. Tout en évoquant a contrario les modes d’appropriation spécifiques de l’espace domestique que les pratiques ménagères apportent à la personne qui y habite. S’en dégage ce paradoxe : faire le ménage ne sert pas tant à purifier l’espace, qu’à y trouver sa place.

9Se réaliser chez soi : telle est la piste lancée par le chapitre 6, toujours dans cette logique d’échappatoire aux injonctions sociales. Le domicile comme droit à la déresponsabilisation, au recueillement et à l’introspection. Droit à l’écriture. Et c’est la profession de foi de l’écrivaine qui s’exprime ainsi. Le spectre de l’aliénation patriarcale rôde toujours. Et l’auteur s’en défend avec une pointe d’ambivalence, évoquant dans sa critique une nostalgie de ce modèle.

10De la réalisation de soi à la construction de soi : faire un domicile à son image. Le propos éclaté de l’ouvrage trouve sa cohérence dans le chapitre final : tisser la métaphore du domicile comme identité sociale. Tout le mérite de ce livre est d’en dessiner les contours, comme autant de pistes livrées à l’intuition de savoir qui l’on est à la façon dont on investit son chez-soi. Et le domicile d’apparaître dans le vertige de mille possibles à construire, pour peu que l’on en prenne soin, que l’on y consacre du temps et de la disponibilité. Ce livre s’impose alors également comme un éloge de la gratuité du domicile : un refuge improductif susceptible de fonder pourtant le sens que l’on trouve à habiter le monde.

Haut de page

Notes

1 Emile Durkheim, Le Suicide, PUF, coll. « Quadrige Grands textes », 2007 (1897).

2 Martin Heidegger, Essais et conférences, Gallimard, 1951.

3 Mary Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Maspero, 1971 ; La Découverte 1992, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphael Koster, « Mona Chollet, Chez soi. Une odyssée de l’espace domestique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18068

Haut de page

Rédacteur

Raphael Koster

Docteur en Sociologie, Raphael Koster conduit des enquêtes socio-anthropologiques aux domiciles de personnes âgées dans le cadre de ses activités de Chef de projet pour le Centre expert MADoPA. Il est également chercheur au CETCOPRA, et chargé de cours au Département de Sociologie de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page