Navigation – Plan du site

Marc Berdet, Walter Benjamin. La passion dialectique

François Cloutier
Walter Benjamin
Marc Berdet, Walter Benjamin. La passion dialectique, Paris, Armand Colin, coll. « Lire et comprendre », 2014, 305 p., Sous la direction scientifique de Laurent Fleury, ISBN : 978-2-200-25929-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son livre, Marc Berdet propose une interprétation de l’œuvre hétéroclite de Walter Benjamin en portant attention à sa dialectique, qui consiste en un mode de pensée qui procède par contradictions et qui permet la constitution d’images poétiques. L’auteur choisit de suivre deux motifs centraux du philosophe : la quête de l’origine et le statut de l’expérience à l’heure de la modernité. Ces deux thématiques correspondent aux deux sections principales de l’ouvrage et permettent de comprendre la démarche philosophico-poétique.

2Dans la première partie intitulée « À l’origine des productions culturelles », Berdet souligne que Benjamin s’oppose aux cristallisations culturelles et aux conformismes bourgeois. Très tôt dans sa vie, il préfère une pensée abstraite et mystique en cherchant à donner un cadre métaphysique à sa conception de l’éducation : la jeunesse incarne alors une disponibilité messianique (le Royaume de Dieu). Il pense que la société devrait revenir à cette forme de vitalité et il formule cette quête dans des termes philosophiques qui confinent à la théologie. Il s’intéresse dans un essai La vie des étudiants aux communautés monastiques chrétiennes et à cette « origine unitaire » (p. 40) qu’il perçoit dans certains idéaux, comme la fédération libertaire, la confrérie religieuse, la république démocratique, etc. Néanmoins, le mouvement estudiantin le déçoit, car il est bourgeois et indiscipliné, incapable d’atteindre la sphère métaphysique qui gouvernait les intuitions les plus profondes des moines chrétiens.

3L’auteur souligne ensuite la quête philosophique et théologique de Benjamin pour un langage purifié, « où se trouvent en quelque sorte déposées les essences spirituelles, les vestiges d’un paradis originaire, souvenirs de ce commencement où l’homme touchait le verbe. » (p. 49). Cette recherche d’un sens dissimulé va de pair avec une redéfinition de l’esthétique au contact des romantiques, comme Hölderlin. Pour ceux-ci, tout critique d’une œuvre doit s’approprier l’essence de celle-ci dans son dynamisme et la pousser au maximum de ses potentialités ; bref, devenir ce que Friedrich Schlegel nomme « un auteur à la deuxième puissance » (p. 62) Par exemple, le traducteur ne traduit pas un poème, mais son écho, la poétique, dans sa propre langue, ce qui fait qu’une véritable traduction doit tenter d’être égale sinon meilleure que l’œuvre elle-même. Grâce à son concept d’origine, Benjamin s’intéresse alors à plusieurs productions culturelles en tentant de montrer comment chaque genre exprime, à sa manière, l’idéal qui sert de modèle à la production littéraire. Ainsi, le baroque espagnol et le Trauerspiel allemand répondent au même problème de l’absence de transcendance sur terre. Le théâtre de Calderon et Les Affinités électives de Goethe rappellent la possibilité d’une rédemption au sein d’un monde tellurique lourd de tristesse.

4Berdet conclut cette partie en mentionnant la distinction, dans Critique de la violence, entre deux types de violence : celle administrée par l’État, qui serait illégitime, et l’ « originaire », qu’on ne peut pas condamner, car elle vise la paix. Les anarchistes incarneraient cette dernière. Dans un commentaire des Réflexions sur la violence de l’anarcho-syndicaliste Georges Sorel, Benjamin explique que l’État de droit bourgeois s’établit sur un rapport de puissance entre les dominants et les dominés. Mais entre la violence légale (droit positif) et illégale (droit naturel), il y aurait la violence mythique qui cherche à instaurer un nouvel ordre, en montrant l’existence des forces divines sur les hommes, puis une violence divine qui est « bonne » en ce qu’elle permet d’éliminer toute barbarie. Benjamin souhaite donc liquider le fond mythique de la société pour instaurer une nouvelle ère de paix et de justice. Bref, il place le combat dialectique de la lumière divine et des ombres mythiques au cœur de son œuvre. Il est intéressé à établir un programme culturel (écriture, traductions, critiques littéraires, actions politiques, etc.) qui vise à éliminer toute « ambiguïté démonique sur cette terre pour faire triompher la clarté du meilleur des mondes ». (p. 134)

5Dans la deuxième partie de l’ouvrage intitulée « À l’épreuve de l’expérience historique », l’auteur souligne l’importance du Livre des passages dans lequel Benjamin montre que la bourgeoisie se réfugie dans le sensationnel afin de mieux refouler les conditions techniques et sociales qu’elle a pourtant contribué à créer. L’industrie balaye l’ancien monde, les traditions, la structure familiale et les récits religieux. Le philosophe identifie une nouvelle condition moderne dans les fictions littéraires : l’expérience du choc. Il s’intéresse ainsi à la façon dont « la culture exprime l’économie » (p. 164). La transformation de l’expérience humaine en série de chocs et de heurts se trouve dans la prose de nombreux écrivains (Proust, Flaubert). Par exemple, le bruit percutant de Paris se trouve « inséré rythmiquement » dans les vers de Baudelaire. La dialectique ne se déploie plus au niveau métaphysique (forces divines/forces démoniaques), mais dans un monde historique (marchandise/prolétarisation). Le livre des passages permet alors la formation d’images dialectiques qui permettent de dissoudre les fantasmagories bourgeoises par l’effet des conditions économiques véritables, comme des images de rêve (poétisation des objets, utopie, communauté idéale des travailleurs, etc.)

6Berdet mentionne ensuite la thèse la plus célèbre de Benjamin concernant la reproductibilité technique de l’œuvre d’art. L’aura de cette dernière se définit comme « l’unique apparition d’un lointain, si proche soit-il. » (p. 211) Il s’agit d’une trame singulière d’espace et de temps, comme l’expérience singulière d’un observateur qui suit du regard l’horizon d’une chaîne de montagnes. Benjamin enracine ce concept dans la tradition et la fonction rituelle. Par exemple, le Grec reconnaissait une force divine lorsqu’il sculptait la statue et l’exposait dans un lieu de culte. Néanmoins, aujourd’hui, à l’époque de la « reproductibilité technique », c’est l’aura qui se perd, puisque les techniques de reproduction modifient la perception du spectateur et permettent à l’œuvre de s’extraire de son contexte originel (religieux, culturel, etc.) en devenant ouverte et accessible. De plus, le cinéma, entre autres, permet à l’humanité de dégager un sens politique et de réaliser une société plus harmonieuse, alors qu’auparavant, c’est la « valeur cultuelle » qui était privilégiée. Il peut aussi mettre en scène la vie quotidienne sous un nouveau jour et explorer le réel, mais il importe d’éviter une utilisation abusive de celui-ci que font le champion, la star et le dictateur qui monopolisent les nouvelles techniques pour leur propre culte, ce qui provoque alors une « esthétisation de la vie politique ».

7Le livre se conclut sur les thèses de Benjamin, à propos du concept d’histoire, rédigées en 1940. Dans celles-ci, le philosophe critique les socio-démocrates et les communistes en s’en prenant à leur foi aveugle dans le progrès et à leur vision irénique de l’avenir. Il s’attaque également à l’historien qui se figure l’événement qui est survenu comme un point immobile qui peut être décrit précisément. Il pense que le passé se présente plutôt à nous comme une « image qui surgit et s’évanouit pour toujours » (p. 270) lors d’un souvenir qui survient dans l’instant critique. La pratique de la remémoration peut donc amener à la rédemption collective, puisqu’elle permet de rompre le conformisme dans l’écriture de l’histoire.

  • 1 Pour une introduction, il est possible de consulter cette biographie intellectuelle de Walter Benja (...)

8La force de cet ouvrage est d’aborder l’œuvre foisonnante de Benjamin sous un angle précis, soit celui de la dialectique. Berdet suit l’évolution du raisonnement du philosophe allemand dont les textes, qui portent sur des sujets variés (Les Affinités électives de Goethe, la poésie d’Hölderlin et de Baudelaire, Michey Mouse et Charlie Chaplin), sont soigneusement commentés. Les explications, étoffées et lourdes à certains endroits, font néanmoins en sorte qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’une introduction à l’œuvre de Walter Benjamin1, comme le laisse entendre la quatrième de couverture, mais d’une interprétation « forte », précise et articulée.

Haut de page

Notes

1 Pour une introduction, il est possible de consulter cette biographie intellectuelle de Walter Benjamin : Marino Pulliero, Walter Benjamin, le désir d’authenticité et l’héritage de la Bildung allemande, Paris, Bayard, 2005, 1054 p. Il y aussi l’ouvrage suivant en anglais : Howard Eiland, Walter Benjamin : A Critical Life, Belknap Press, 2014, 768 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Cloutier, « Marc Berdet, Walter Benjamin. La passion dialectique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18077

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page