Navigation – Plan du site

Anne Mathieu et François Ouellet, Journalisme et littérature dans la gauche des années 1930

Thibault Scohier
Journalisme et littérature dans la gauche des années 1930
Anne Mathieu, François Ouellet (dir.), Journalisme et littérature dans la gauche des années 1930, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2014, 248 p., ISBN : 978-2-7535-3523-7.
Haut de page

Texte intégral

1Regarder du côté des années trente provoque, de nos jours, un sentiment de déjà-vu. Même si on ne peut pas (et on ne doit pas) prétendre que les deux époques se télescopent, l’expérience d’une crise à la fois économique et démocratique nous pousse à scruter l’Histoire pour y trouver des leçons, ou plus simplement des idées, qui font écho à notre propre temps historique. Le recueil d’articles dirigé par Anne Mathieu et François Ouellet n’a pas l’ambition de s’inscrire dans une telle prospective mais son sujet – la gauche, en particulier hétérodoxe, dans la France des années 1930 – ne manquera pas d’éveiller la curiosité du lecteur sur les parallèles entre la pensée contestataire d’antan et la nôtre. L’ouvrage est divisé en deux parties, qui distinguent les contributions plus sur la forme que sur le fond : la première présente une série d’études historiques sur des journaux ou des journalistes, la seconde est composée d’analyses littéraires plus fines et plus complexes sur des œuvres ou des ouvrages thématiques.

2Dans les deux cas, le parti-pris du livre est de comprendre la position des auteurs étudiés dans leur contexte sociopolitique. L’un des axes majeurs est ainsi celui de la politisation ou de l’évolution politique des protagonistes durant cette période troublée de l’entre-deux-guerres. Des figures comme celles de Léon Moussinac (théoricien du cinéma), de Lucien Vogel (éditeur de presse), de Jean Bruller (dessinateur) ou du belge Denis Marion (écrivain) ont en commun de s’être formées intellectuellement et de s’être, pourrait-on dire, réformées sous le feu des combats entre les idéologies de cette époque troublée, comme nous le montrent respectivement Valérie Vignaux, Sophie Kukrdjian, Nathalie Gibert et Frédéric Thomas. Le destin de Vogel est peut-être le plus marquant : issu des milieux de la mode parisienne, il va fonder la première revue de photojournalisme, Vu, tout en glissant de plus en plus vers l’antifascisme. À la tête du Petit Journal et de Marianne, il engage son pouvoir éditorial au service des républicains espagnols et tente de peser dans le débat national sur l’intervention, ou non, de la France dans la guerre civile. Aboutissant finalement à la direction de Messidor, journal qui échouera à s’imposer comme l’organe officiel de la CGT, il termine la décennie en homme de la presse syndicale.

3Bien sûr, de nombreux auteurs de la gauche des années 1930 étaient déjà des militants ou des intellectuels aguerris. C’est le cas des fondateurs de Bifur, que nous présente Gilles Losseroy, ou de Régis Messac, incroyable auteur de science-fiction, de polars et d’utopies, qui a tenté à travers son œuvre littéraire de rendre intelligible l’espace politique du Pacifique et qui a quasiment prophétisé l’éclatement du versant Pacifique de la Seconde Guerre mondiale – introduit par Natacha Vas-Deyres. Cette catégorie de durs à cuire comprend également l’une des personnalités les plus marquantes du recueil, Magdeleine Paz, présentée par Anne Mathieu. Militante antistalinienne et des droits de l’humain, elle est à la pointe de la lutte contre la répression opérée sur les étrangers, en particulier pauvres. Ses combats devancent de plusieurs décennies ceux des intellectuels et des groupes de soutien en faveur des sans-papiers. Un dernier nom mérite d’être cité : celui de Jean Prévost, présenté par Emmanuel Bluteau. Prévost était un écrivain et un journaliste qui connut un destin funeste dans les maquis de la résistance. Écrivant dans de nombreux journaux, notamment Pamphlet, il défend une ligne morale et politique originale au milieu de la frénésie du fanatisme.

4La première partie du livre contient également des articles plus généraux : Gilles Vergnon analyse l’influence que les modèles politiques scandinaves ont pu avoir sur les scènes politiques européennes et en particulier sur la France, tandis que Pierre-Frédéric Charpentier, relate une polémique opposant Nizan et Céline, et illustrant le type de débats violents qui embrasaient les colonnes des journaux à l’orée de la Seconde Guerre mondiale. Ils donnent tous les deux des indications sur le climat politique de l’époque – ressemblant en fait beaucoup au nôtre.

5La deuxième partie du livre, consacrée à la littérature, tente de lier un regard historique sur les intellectuels de gauche en 1930 et une description de l’évolution des techniques et des thématiques littéraires. Certaines œuvres, comme celles de Luc Durtain ou d’Eugène Dabit – introduites par Alexis Buffet et Jean-Luc Martinet – permettent de rendre compte des inégalités sociales endémiques dans des pays comme les États-Unis, en mêlant la fiction et le reportage. Dans la même veine, de grandes plumes comme Henry Poullaile ou Paul Nizan ont chacun participé à la critique de leur temps, de la guerre pour le premier et des inégalités de classe pour le second – ils sont présentés successivement par Gérard Cogez et Claudia Bouliane. Sur le pacifisme, un auteur comme Gabriel Chevalier, malheureusement méconnu, a aussi produit des textes forts et divers – qui sont évoqués dans le livre par François Ouellet. Un article entier est consacré à la place des femmes dans la littérature et des auteures dans le champ littéraire ; brillement écrit par Hélène Baty-Delalande, il s’intéresse à plusieurs cas concrets pour montrer que les personnages féminins ne sont jamais mieux servis que par des femmes écrivaines, qui ont connu les inégalités de genre inscrites dans la militance politique. Citons pour conclure le dernier article du recueil : écrit par Andrea D’Urso, il s’intéresse à l’hybridation du marxisme et du surréalisme dans l’œuvre de Nicolas Calas.

6Il nous a fallu survoler ici la plupart des personnages étonnants, et souvent complètement oubliés, présentés dans ce recueil, mais son intérêt est certain : en plus de faire connaitre des femmes et des hommes qui se sont battus au cœur d’une période trouble, il a l’intérêt de donner un instantané d’une certaine pensée de gauche des années 1930, loin de l’hégémonie communiste. Ce livre nous semble indispensable pour ceux qui s’intéressent à cette période et à ses liens avec le temps présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Scohier, « Anne Mathieu et François Ouellet, Journalisme et littérature dans la gauche des années 1930 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18078

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page