Navigation – Plan du site

Eyal Sivan, Rony Brauman, Un spécialiste. Portrait d’un criminel moderne

Arthur Mary
Un spécialiste
Eyal Sivan, Rony Brauman, Un spécialiste. Portrait d'un criminel moderne, Paris, Blaq Out, 2014, EAN : 3700782601118.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il me faut signaler que, malheureusement, le DVD à partir duquel j’écris ce compte rendu n’est pas (...)

1Ce film dure deux heures1 et a été composé à partir des 350 heures d’images d’archives du célèbre procès d’Adolf Eichmann, tournées par Leo Hurwitz en 1961. Une partition en treize chapitres structure le film en séquences titrées : « L’ouverture du procès », « La joie du travail d’un spécialiste en émigration forcée », « Les einsatzgruppen, les unités mobiles de tueries », « La projection des films du tribunal de Nuremberg », « IVB4 – la résolution des problèmes techniques de transport », « Une procédure administrative – la déportation des enfants juifs de France », « La conférence de Wannsee », « Les témoins », « L’exécutant est un idéaliste », « judenrat (Conseil juif) – témoignage de Hongrie », « La conscience d’un employé modèle », « Les quatre voyages sur le terrain », « J’ai toujours bien fait mon travail ».

2Le film commence en diffusant l’un après l’autre les noms des grandes figures de ce procès, accompagnés du rôle que chacun y tint : « Adolf Eichmann, accusé », « Robert Servatius, avocat de la Défense », « Gideon Hausner, procureur général », etc. tandis que la bande sonore déroule déjà les quinze chefs d’accusation. Ces personnes figurent « dans un film de Rony Brauman & Eyal Sivan », poursuit le générique d’ouverture. Le film offre donc d’assister, sans commentaire, au procès d’un criminel de guerre, ayant participé à l’organisation logistique de la solution finale. Nous pouvons d’emblée faire remarquer que la constitution de ce document, par la sélection d’images extraites d’un fond plus vaste, dissipe l’idée qu’il puisse être tout à fait neutre : les choix des plans, leurs enchainements, etc. sont à la mesure de la subjectivité du réalisateur.

3Peut-on regarder ce document en s’affranchissant tout à fait de la grille de lecture qui se déduit de la thèse de Hannah Arendt de la banalité du mal ? (Et l’on peut lire d’ailleurs sur la couverture du DVD que le film est « inspiré de Eichmann à Jérusalem, rapport sur la banalité du mal de Hannah Arendt ».) Répondre par l’affirmative reviendrait à se rapporter à ses images comme à un document heureusement encore susceptible d’être analysé, interprété, mis en perspective, etc. dans des directions inexplorées par la philosophe allemande. D’autre part, par contraste, les images du procès d’Eichmann pourraient bien rendre sensible le coût épistémique de la thèse d’Arendt : elle structure le regard du spectateur averti et, sans doute aussi, le rend aveugle à certains aspects. La thèse d’Arendt n’est-elle pas en effet déjà discrètement présente dans le titre du DVD, Un spécialiste, portrait d’un criminel moderne ? Voire : ce document fonctionne-t-il comme une illustration a posteriori de l’ouvrage d’Arendt, dont le fantôme plane décidément dans le film à tel point que le spectateur pourra être tenté de chercher la philosophe parmi le public ? Si tel est le cas, soulignons bien le curieux retournement : l’objet analysé se serait mis au service de l’analyse qu’on en fit, il s’y serait conformé. Ces questionnements pourraient donner lieu aussi à la proposition d’une expérience : celle qui consisterait à trouver un « spectateur naïf » qui ignorerait tout et du procès d’Eichmann et de l’analyse arendtienne, et à écouter la lecture qu’il pourrait faire des échanges qui ont eu lieu dans ce tribunal.

4Un autre point retient l’attention en soulevant son lot d’interrogations. On remarque que le réalisateur a un peu « esthétisé » le film. Ainsi, des musiques viennent-elles souligner ou ponctuer certaines séquences. Ou encore, le recours à un montage des images fait apparaître par exemple Adolf Eichmann au centre du champ tandis que ses gardiens disparaissent à la faveur d’un floutage ou de l’accélération d’une partie de l’image filmée. S’agit-il de rendre plus supportable le discours souvent désarmant d’Eichmann ? S’agit-il d’accentuer l’épouvantable de ce qui se dit et de comment cela se dit ? Ou bien de ménager un temps pour que le spectateur puisse réaliser ce qui vient d’être entendu ? Enfin, ces ajouts et ce travail sur l’image ne risquent-ils pas d’introduire une distance face au caractère massif parfois brutal du discours qui se déplie au fil des images, c’est-à-dire en déplaçant discrètement le document historique dans le champ du document artistique ? Ceci dit, ces effets sonores ou visuels demeurent sobres et en petit nombre, mais leur incidence en est peut-être plus importante. À propos de la conférence de Wannsee (20 janvier 1942), Eichmann semble d’ailleurs déplorer que les hauts responsables réunis aient abordé la solution finale de façon trop directe : « Ils se sont exprimés avec des mots très crus […] sans périphrase » (à 58 min). Alors, le travail sur l’image et le son de ce film fonctionnent-ils comme périphrases euphémisantes ou bien comme une dramatisation nécessaire qui s’oppose à la banalisation difficilement supportable de ce qui s’énonce ?

5Le film fait apparaître, entre autres points remarquables, les réactions du public – de protestation, de colère, d’accusation –, mais aussi la confusion des langues : le procès se déroule essentiellement en hébreu, l’accusé parle en allemand et est traduit en hébreu par un interprète, les magistrats s’adressent à lui en hébreu et l’accusé bénéfice d’une traduction simultanée dans un écouteur. Or, les magistrats savent parler allemand – l’un d’eux décidera finalement d’interroger directement dans la langue de l’accusé – et Eichmann est réputé parler l’hébreu. Un nœud de confusion est atteint lorsque la Cour est travaillée par une hésitation : Kulm, Kulmhof, Chelmno, Cholm, Kolm… désignent-ils la même ville selon la langue (allemand, polonais, hébreu) ou bien deux villes différentes ?

6Enfin, le procès et, par voie de conséquence, les images de ce procès abordent des éléments de psychopathologie relatifs à l’homme Eichmann et, dans une certaine mesure, des éléments de psychopathologie collective du système bureaucratique nazi. « Avez-vous eu un conflit entre votre devoir et votre conscience ? », lui demande-t-on. « Je dirais un dédoublement [spaltung] », répond-il (à 1 h 38 min). Plus concrètement, la Cour en est presque à se demander parfois si le sujet Eichmann est bien l’auteur des lettres qu’il signe, ou s’il n’est pas devenu un simple opérateur auquel on ne peut plus véritablement demander des comptes sur ses décisions ou ses écrits. « Le procès extraordinaire d’un homme effroyablement ordinaire », peut-on lire sur la jaquette du DVD ; et en effet, dans ce nouage de l’extraordinaire à l’ordinaire, se joue aussi le procès de l’humanité d’Eichmann, que caractérise la notion de « banalité » d’Arendt. Au-delà, dans tout le travail de la culture qui s’applique à rendre pensable la tragédie de la Shoah (procès, historiographie de la Seconde Guerre mondiale, tentatives d’explication philosophiques, élaborations artistiques, etc.), c’est encore le procès de l’humanité qui se joue.

Haut de page

Notes

1 Il me faut signaler que, malheureusement, le DVD à partir duquel j’écris ce compte rendu n’est pas la version définitive mais le DVD test sur lequel ne figuraient pas encore les interviews de Rony Brauman, d’Alain Finkielkraut et de Cynthia Fleury.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Mary, « Eyal Sivan, Rony Brauman, Un spécialiste. Portrait d’un criminel moderne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18091

Haut de page

Rédacteur

Arthur Mary

Psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique et psychopathologie, associé au LIRCES (Laboratoire interdisciplinaire récits, cultures et sociétés, EA-3159, Université de Nice-Sophia Antipolis), et au LCPI (Laboratoire des xliniques psychopathologiques et interculturelles, Université de Toulouse-Le Mirail).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page