Navigation – Plan du site

Przemyslaw Szczur, Produire une identité. Le personnage homosexuel dans le roman français de la seconde moitié du XIXe siècle (1859-1899)

Etienne Charrière
Produire une identité
Przemyslaw Szczur, Produire une identité. Le personnage homosexuel dans le roman français de la seconde moitié du XIXe siècle (1859-1899), Paris, L'Harmattan, coll. « Espaces littéraires », 2014, 240 p., ISBN : 978-2-343-04112-4.
Haut de page

Texte intégral

1« Par sa productivité identitaire, le roman du second XIXe siècle se trouve […], aux côtés de la médecine et du droit, à la source de grands processus sociaux qui ont marqué le XXe siècle et dont nos débats de société contemporains portent toujours des traces jusque, dans leurs fondements […]. En ce sens, cette littérature, bien qu’oubliée, continue à vivre en nous, sans que nous nous en rendions forcément toujours compte » (p. 179). Ces mots qui viennent clore l’un des chapitres de l’étude que consacre Przemyslaw Szczur à la représentation des homosexuel-le-s dans le roman français de la seconde moitié du XIXe siècle semblent résumer à la fois l’ambition de leur auteur et l’ampleur de la tâche qu’il accomplit. D’une part, il s’agit en effet dans cet ouvrage d’analyser une série de romans français, publiés sous le Second Empire ou dans les premières décennies de la Troisième République et, pour la plupart, relativement oubliés, en insistant sur leur capacité à participer à la création et à la perpétuation d’une identité à la fois sociale, politique et sexuelle. D’autre part, ce travail de généalogie littéraire et culturelle s’opère en lien avec une analyse des différents discours (discours de la science, discours de la loi, etc.) qui, extérieurs à la sphère littéraire proprement dite, viennent néanmoins s’insérer dans les processus de production, par l’écriture romanesque, d’une identité homosexuelle. Enfin, cette plongée dans une tradition textuelle vieille de plus d’un siècle – et donc marquée, pour la lectrice ou le lecteur d’aujourd’hui, d’une inévitable étrangeté – permet à l’auteur de s’interroger, en filigrane, sur la persistance de certains motifs, de certains agencements de l’esprit ancrés dans le XIXe siècle et qui survivent, souvent de manière inconsciente, dans la manière qu’a notre contemporanéité d’appréhender la différence et la marginalité sexuelle.

2Outre la qualité de sa contribution théorique, qui constitue la charpente de l’ouvrage, l’un des grands mérites de cette étude tient au choix de l’auteur de se concentrer sur une période antérieure à celle qui voit apparaître des figures canoniques, telles que Proust, Gide ou Colette, dans l’œuvre desquelles la présence d’une thématique homosexuelle a été très largement analysée. C’est tout un corpus encore trop mal connu que l’auteur ressuscite, tout un groupe de romans, certains d’inspiration naturaliste, d’autres appartenant au courant symboliste (quoique l’auteur mette en garde, à très juste titre, contre l’idée d’une absolue étanchéité de ces catégories), qui sont ici analysés et intégrés avec intelligence dans un travail qui ambitionne d’élaborer une véritable approche théorique de ce genre romanesque et évite ainsi de reléguer ces œuvres au rang de simples curiosa. Au sein de ce corpus principal, dont seuls quelques très rares textes ont fait l’objet de rééditions depuis le XIXe siècle, certains auteurs plus connus, tels que Rachilde (Les Hors Nature, 1897), Catulle Mendès (Méphistophéla, 1890) ou le Sâr Péladan (L’Androgyne et La Gynandre, 1891), voisinent avec des auteurs beaucoup plus obscurs, comme par exemple Henri d’Argis (Sodome, 1888 ; Gomorrhe, 1889), Luis d’Herdy (Monsieur Antinoüs et Madame Sapho, 1899) ou encore Jehan de Kellec (À Lesbos, 1891).

3Dès les premières pages de son introduction, puis dans le second chapitre, l’auteur insiste sur l’importance, pour sa démarche, des travaux de Michel Foucault et de ses continuateurs dans le courant constructiviste des gender studies et des queer studies, qui mettent en avant le caractère performatifs des énoncés liés à l’affirmation du genre et considèrent l’identité homosexuelle comme le produit de l’entrecroisement d’un certain nombre de discours de provenance variée dans la seconde moitié du XIXe siècle. Après avoir mis en évidence les importantes lacunes de la recherche littéraire sur la présence de personnages homosexuel-le-s dans le roman avant le début du XXe siècle, l’auteur s’attache tout d’abord à décrire, sous forme de résumé, et dans une perspective toujours très largement foucaldienne, l’état de la recherche sur les notions d’identité et d’homosexualité. Ceci lui permet d’établir les bases de son approche, de nature elle aussi généalogique, qui consiste à mettre en lumière ce qu’il appelle les « mécanismes littéraires de production de l’identité homosexuelle » (p. 39).

4Dans un troisième chapitre sur la représentation des relations de même sexe dans le roman, l’auteur adopte une structure faisant alterner l’identification d’une série de « problèmes » posés à la fois aux romanciers et aux lectrices et lecteurs, par la figure de l’homosexuel-le en tant que personnage d’un texte de fiction, avec une série de « solutions » tirées de la lecture des œuvres du corpus et correspondant aux différentes stratégies d’écriture mises en œuvre pour rendre possible cette représentation. Pour l’auteur, le défi que pose le personnage homosexuel aussi bien féminin que masculin est double : à la fois lié à des questions de généalogie (comment la critique doit-elle appréhender le caractère très variable des conditions d’énonciation du « fait » homosexuel dans le roman ?) et à des questions de figuration (quels discours les romanciers sont-ils appelés à utiliser pour mettre en mots les relations amoureuses entre individus de même sexe ?).

5La première des « solutions » permettant la représentation des personnages homosexuel-le-s dans le roman tient à ce que l’auteur appelle l’« idéologie mimétique », perceptible dans la très grande majorité de la production romanesque dès le XVIIIe siècle, qu’elle se revendique comme « réaliste » ou pas. Cette nécessaire référence à la notion de véracité, qui participe d’un effort des romanciers, visant à donner plus de légitimité à un genre encore considéré comme mineur, acquiert, dans le cas du roman à thématique homosexuelle, une dimension encore plus cruciale et invite les romanciers qui se penchent sur ce sujet à insister très souvent sur la valeur didactique et/ou édificatrice de leurs ouvrages, en faisant très largement appel au(x) discours de la science qui viennent teinter le roman d’une dimension à proprement parler médicale. Comme le souligne l’auteur, « [l]a stratégie rhétorique consiste à faire appel à la réalité et aux sciences chargées de l’explorer, pour déplacer les frontières du représentable en art » (p. 60).

6Une seconde solution – qui, comme la première, équivaut, dans une certaine mesure, à adapter le discours romanesque aux attentes réelles ou supposées des lecteurs – consiste à adopter ce que l’auteur qualifie de « stratégie du scandale », c’est-à-dire à faire un usage très calculé du pouvoir de provocation d’œuvres mettant en scènes des pratiques amoureuses marginales et à veiller à positionner le texte « scandaleux » en articulation avec les formations idéologiques en vigueur dans la sphère publique. Bien sûr, comme le montre très bien l’auteur, le corollaire direct d’une telle tactique du scandale et de la provocation tient à l’affirmation, presque constante dans les textes du corpus, de l’idéologie alors dominante consistant en un rejet à la fois moral et « scientifique » des pratiques homosexuelles.

7Dans le chapitre suivant, Przemyslaw Szczur recentre son propos sur l’un des principaux mécanismes qui, dans les romans de son corpus, participent de la création d’une identité homosexuelle. Insistant tout d’abord sur ce qu’il appelle la « poétique de l’énigme », l’auteur -suivant ici Roland Barthes qui, dans S/Z, définit les contours d’une « civilisation de l’énigme » où les notions d’indice et de déchiffrement se voient investies d’une dimension capitale- montre comment, en commençant par créer ce qu’il qualifie de « déficit informationnel » au sujet du personnage encore non identifié comme homosexuel-le, les romanciers qu’il étudie viennent ensuite combler cette lacune et définissent ainsi le « noyau identitaire » du protagoniste, le critère principal permettant de l’identifier, en assimilant donc sa « vérité » à son caractère énigmatique et indéchiffrable.

8Le concept de « noyau identitaire » continue à occuper l’auteur dans les trois derniers chapitres de son étude, qui se penchent sur les liens entre le roman à thématique homosexuelle et la production des identités ainsi que sur les rapports intertextuels qui s’établissent entre le discours romanesque et d’autre discours, littéraires ou médicaux. L’auteur montre que, dans la mesure où l’évolution et l’essor de la culture romanesque au cours des XVIIIe et XIXe siècles sont en grande partie le résultat de l’avènement d’une société bourgeoise moderne articulée autour de la notion d’individu, le roman constitue un produit culturel capable à la fois de refléter cette nouvelle conception de l’identité et d’amplifier un certain nombre de processus sociaux venus d’autres domaines qui, en conjonction avec l’écriture romanesque, permettent l’émergence d’une nouvelle catégorie identitaire proprement homosexuelle.

9Nous sommes donc ici en présence d’une étude de grande qualité, qui permet de faire la lumière sur un corpus méconnu en l’intégrant judicieusement à une démarche théorique très en prise avec les orientations contemporaines de la recherche. Le recours très fréquent de l’auteur à un éventail particulièrement large d’ouvrage théoriques de référence, tenant aussi bien du structuralisme que du post-structuralisme, aurait pu faire craindre que sa propre voix n’en devienne inaudible, écrasée sous le poids d’un réseau de références trop dense. L’auteur parvient pourtant à éviter adroitement cet écueil, en faisant preuve de souplesse dans son approche théorique et, surtout, en créant pour son étude une structure claire et efficace, qui fait de son travail un excellent exemple de rigueur et d’intelligence méthodologique. On peut espérer que cet ouvrage permettra à certains des textes quelque peu oubliés qui y sont analysés de bénéficier de rééditions critiques qui les rendront à nouveau disponibles aux lecteurs et aux chercheurs désireux d’étendre leur connaissance du roman français du XIXe siècle jusqu’aux marges du canon traditionnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Charrière, « Przemyslaw Szczur, Produire une identité. Le personnage homosexuel dans le roman français de la seconde moitié du XIXe siècle (1859-1899) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 mai 2015, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18107

Haut de page

Rédacteur

Etienne Charrière

Doctorant en littérature comparée à l’Université du Michigan (USA). Recherches en cours sur la diffusion internationale du roman français au XIXe siècle, en particulier en Méditerranée orientale (Grèce, Empire ottoman).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page