Navigation – Plan du site

Marie-Anne Paveau, François Perea (dir.), « La pornographie et ses discours », Questions de communication, n° 26, 2015

Olivier Le Deuff
La pornographie et ses discours
Marie-Anne Paveau, François Perea (dir.), « La pornographie et ses discours », Questions de communication, n° 26 (2014), 2015, 460 p., Nancy, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, ISBN : 9782814302334.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro coordonné par François Perea et Marie Anne Paveau constitue un point important dans l’histoire de l’étude de la pornographie comme objet scientifique, notamment en France. Il s’inscrit dans la lignée du courant des porn studies, même si l’article d’Emilie Landais montre bien qu’il existe des spécificités et des logiques différentes dans l’approche française des études pornographiques. Ce numéro rassemble donc différentes études et mises au point sur ce courant, dont l’émergence est encore restreinte, mais qui constitue un carrefour disciplinaire et méthodologique. Le champ scientifique devrait se développer davantage dans les années futures, tant l’emprise pornographique dans les discours et représentations dépasse de plus en plus les marges de la société pour devenir constituante de la culture. Cela implique par conséquent des questions stratégiques, mais aussi militantes dans la mesure où il s’agit de rapprocher les études pornographiques des problématiques de genre, tant la pornographie peut façonner des discours mais aussi des comportements, notamment intimes. Les études pornographiques dépassent par conséquent le jugement de valeur pour s’inscrire dans une lignée féministe et pour mettre au jour les éléments de pouvoir, de domination et de représentation que peut véhiculer la pornographie, dont il est rappelé que l’étymologie désigne en fait les écrits (graphein) sur les prostituées (pornê). On lira donc avec attention l’article introductif de François Perea et de Marie-Anne Paveau ainsi que l’article d’Emilie Landais, qui resituent bien la question pornographique dans le champ de sciences humaines et sociales.

2L’article de Béatrice Damian-Gaillard montre une évolution du vocabulaire dans la presse pornographique masculine et hétérosexuelle qui suit les tendances du moment. La presse pornographique participe ainsi à l’évolution des comportements et influe sur les pratiques corporelles et sexuelles dans une logique de marchandisation des désirs, tant il s’agit pour les lecteurs de correspondre aux normes pour mieux parvenir à attirer des partenaires sexuels partageant les mêmes idéaux. Cette question des représentations se retrouve dans l’article sur la revue Brazil sex magazine qui s’efforce de représenter l’exotisme brésilien pour cultiver un imaginaire érotique influencé par les discours coloniaux, et qui construit une représentation de la femme brésilienne, négligeant la présence des Noires au profit d’une vision « brune rougeâtre » ou « couleur café ».

3François Perea revient sur la question des discours dans les vidéos pornographiques sur les sites gratuits en ligne et montre que les mises en scènes et discours privilégient le saisissement du spectateur plutôt que la construction narrative. Dès lors, il s’agit de susciter l’émotion de façon pathémique à la fois par la scène et par les manifestations orales. On retrouve comme une volonté de démontrer le caractère naturel de la pornographie, ce que met bien avant l’article de Dominique Maingueneau sur le casting filmé, dont l’objectif est de dissimuler une construction redondante qui vise à légitimer la pratique du casting pornographique en le montrant comme un moment d’expression des désirs des participants. Seulement, l’œil avisé perçoit les effets de la mise en scène, et ce d’autant que si le discours est celui de l’amateurisme, le recours fréquent à des professionnelles n’est en fait pas rare ce qui est oublié dans l’article. L’article Sluts and goddesses de Marie-Anne Paveau revient sur les représentations de l’expertise sexuelle féminine de manière historique, pour mieux nous faire comprendre les enjeux actuels autour de dispositifs numériques plus interactifs.

4L’angle d’étude choisi dans ce numéro s’oriente essentiellement sur l’analyse des discours. À ce titre, le numéro réussit plutôt bien son entreprise et apparaît comme une production essentielle pour quiconque souhaiterait mieux saisir le champ et poursuivre des études dans le domaine. On ne peut que saluer l’initiative, car il est souhaitable que ce travail d’études se poursuive notamment en élargissant les perspectives bien au-delà des discours. En effet, se placer principalement du côté des discours réduit trop fortement selon nous la portée des études pornographiques, même si Stéphanie Kunert évoque le concept de métadiscours pornographiques, notamment en évoquant les discours féministes sur la pornographie. La métapornographie féministe est porteuse d’une vision plus riche et plus complexe qui interroge les codes de la pornographie courante, et notamment masculine, pour revisiter la question du désir. Seulement, on aurait aimé justement voir davantage, dans ces aspects « méta », la question des dispositifs techniques mais aussi des métadonnées. La revue étant une revue considérée dans le champ communicationnel, c’est-à-dire de la section des sciences de l’information et de la communication, on pouvait s’attendre à une présence plus forte de ces sciences, en termes méthodologiques, pour mieux comprendre les stratégies informationnelles et communicationnelles mobilisées. Les dispositifs analysés notamment numériques négligent quelque peu les aspects médiatiques et techniques qui sont tout autant essentiels et qui sont justement vecteurs de pouvoir. Il nous semble opportun en effet de mieux observer les dispositifs techniques et médiatiques, car comme le dit justement François-Ronan Dubois dans son article sur les blogs de photographies explicites, il existe un continuum pornographique qui repose sur des possibilités virales de diffusion et rediffusion

5Après la lecture de ce numéro essentiel, il semble dorénavant souhaitable de prolonger l’étude des discours par une étude des usages et des usagers de la pornographie, et celle de leurs pratiques, notamment dans un contexte numérique. C’est clairement, l’occasion d’envisager une meilleure identification des acteurs, des actants et des dispositifs. On ne peut donc que souhaiter une longue vie aux études pornographiques en encourageant une diversité de méthodes et de secteurs d’analyse que ce numéro a contribué à impulser.

6Le numéro comporte quelques varias, notamment un article sur les rapports entre l’école et les valeurs de la République d’Anne Hélène Le Cornec Ubertini, qui analyse les textes de loi principaux concernant l’éducation et met en avant les manques et les failles du système pour préserver l’égalité des chances. L’article reste cependant sur une vision restreinte de l’école, cantonnée à l’institution entre quatre murs, en critiquant les temps de formation hors école assumés il est vrai essentiellement par les familles. Brigitte Simonot réalise un article de synthèse sur la question du plagiat et ses différentes déclinaisons, une entreprise salutaire dans la mesure où il est effectivement temps que la recherche s’empare du sujet et s’interroge sur ses pratiques. À noter encore, un article original de Céline Morin sur l’amour et les théories de la communication qui montre les constructions à l’œuvre dans le concept. À lire également, l’article sur les cultural studies d’Eric Maigret qui ouvre des réflexions disciplinaires, mais bien au-delà sur ces questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Le Deuff, « Marie-Anne Paveau, François Perea (dir.), « La pornographie et ses discours », Questions de communication, n° 26, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18115

Haut de page

Rédacteur

Olivier Le Deuff

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université Bordeaux Montaigne, oledeuff@gmail.com.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page