Navigation – Plan du site

Vincent Joly et Patrick Harismendy (dir.), Algérie : sortie(s) de guerre. 1962-1965

Alain Messaoudi
Algérie : sortie(s) de guerre
Vincent Joly, Patrick Harismendy (dir.), Algérie : sortie(s) de guerre. 1962-1965, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2014, 230 p., ISBN : 978-2-7535-3264-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut citer par exemple la thèse d’Amar Mohand-Amer, « La crise du front de libération nationale (...)

1Le titre de cet ouvrage collectif, issu des travaux d’une journée d’étude organisée à Saint-Brieuc en 2012, peut prêter à confusion. On n’y trouvera pas la synthèse attendue sur les mutations de l’Algérie au sortir de la guerre d’indépendance et pendant les trois années qui précèdent le coup d’État de Boumediene en 1965 – période transitoire et fondatrice à la fois, qu’il serait utile de mieux connaître pour comprendre l’Algérie contemporaine, et qui ne fait l’objet d’enquêtes historiques poussées que depuis peu1. L’expression « Algérie-France », que Patrick Harismendy emploie dans son introduction générale, aurait été plus exacte, le livre comprenant non seulement des études sur le devenir, en Algérie, de groupes liés à la France par leur statut ou leur action (et sur celui des « rapatriés » en France), mais aussi des contributions relatives à l’impact de la fin de la guerre sur le paysage politique de la métropole, étudié à une échelle régionale ou départementale. Par les questions qu’il aborde, et la diversité des approches, le livre donne donc un certain sentiment d’hétéroclisme, que la présence de textes introductifs, d’une conclusion et de différents index ne suffit pas à effacer.

2Les contributions portant sur le territoire et les populations d’Algérie – entendues largement, incluant donc les « rapatriés » – présentent un intérêt réel. Fondées sur l’observation de petits ensembles constituants des minorités, elles ne nous permettent pas de dresser un tableau général de la façon dont la fin de la guerre (ou le début d’une période de paix, si l’on adopte un point de vue différent, comme y invite Patrick Harismendy) a été perçue par les contemporains en Algérie ou en France. Mais, nourries de sources diverses, dont des témoignages oraux, elles apportent des éléments précieux sur la façon dont cette transition a été vécue par des groupes dont le statut et les perspectives ont été radicalement transformés. À travers les témoignages d’une vingtaine d’anciens moghzanis – soit des auxiliaires ayant servi dans le cadre des Sections administratives spécialisées – installés en France, Gregor Mathias donne à percevoir la situation par les moghzanis et leurs officiers, de comprendre ce qui permet ou rend impossible l’intégration dans la société algérienne d’après-guerre, en rappelant la variation des violences dans le temps et dans l’espace (les massacres qui touchent sans distinction l’ensemble des collaborateurs des autorités françaises sont pour l’ALN (Armée de libération nationale, le bras armé du FLN en Algérie) un moyen d’affirmer son pouvoir sur des régions dont elle avait perdu le contrôle). Liés malgré eux à la France par leur statut de citoyens, les militants juifs algériens anticolonialistes interrogés et étudiés par Pierre-Jean Le Foll-Luciani ne trouvent pas non plus leur place dans le nouvel État nation. Le vote en mars 1963 d’un code qui conditionne l’obtention de la nationalité algérienne, pour qui n’a pas d’ascendant de statut musulman, au dépôt d’une demande, confirme un sentiment d’illégitimité et prépare le départ des militants les plus engagés. La contribution de Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule, travaillant sur la façon dont le clergé catholique a pu anticiper les effets de la fin de la guerre, oppose les prêtres de la Mission de France, que leur insertion dans la société algérienne a préparé au tournant de l’indépendance, aux Dominicains, qui perdent leurs paroissiens et trouvent difficilement leur place dans le cadre du nouvel État. Cette contribution est complétée par l’intéressant témoignage de Pierre Le Baut, prieur entre 1958 et 1970 du couvent dominicain d’Alger, réduit en 1963 au statut de maison. Si le cadre spatial, l’échelle d’observation et les problématiques sont autres dans la contribution de Didier Lavrut sur les modalités de l’installation des rapatriés dans le département du Gard et leur intégration dans la vie politique locale, on y retrouve une description fine qui rend compte de la diversité et de la complexité des parcours d’intégration sociale et politique. Au nombre d’environ 20 000, les rapatriés constituent une force électorale, comme en témoignent les résultats des élections municipales de mars 1965 à Alès et à Nîmes, où des triangulaires ont pour effet la défaite des maires sortants SFIO et l’élection de municipalités communistes.

3D’autres contributions abordent la sortie de guerre d’un point de vue plus strictement institutionnel ou politico-militaire. Yann Scioldo-Zürcher rappelle l’importance et l’efficacité de la mobilisation de l’administration française dans le traitement des dossiers des rapatriés entre 1961 et 1964. Il y voit l’expression d’une volonté politique d’éviter qu’une situation de guerre se perpétue en métropole. Comme le rappelle Olivier Dard, les autorités politiques françaises craignent en effet la fixation en métropole d’une OAS internationalisée, dont l’attentat du Petit Clamart en août 1962 semble alors être l’expression. À tort : dès juin 1962, l’organisation avait reconnu que la guerre était finie. Jenny Raflik-Grenouilleau rappelle que la France ayant obtenu en 1949 l’intégration des départements algériens dans le traité de l’Atlantique Nord, la question de la fin de la guerre intéresse directement l’OTAN – sans faire clairement comprendre l’enjeu que représente (ou ne représente plus) la base de Mers el-Kebir. Une meilleure connaissance de la personnalité de Christian Fouchet, haut-commissaire de la République à Alger entre mars et juillet 1949, contribue-t-elle à une meilleure compréhension de la fin de la guerre ? La contribution de Soraya Laribi ne permet pas vraiment de nous en convaincre.

4À côté d’un texte très faible sur la Côte d’Opale, fallait-il intégrer dans cet ouvrage les solides contributions de Christian Bougeard et de François Prigent qui analysent la guerre d’Algérie, plutôt que la fin de guerre en soi, comme un facteur permettant d’expliquer la mutation du paysage politique à l’échelle régionale bretonne, mutation perceptible à travers les résultats électoraux ? Les années 1958-1965 voient se brouiller le clivage opposant traditionnellement en Bretagne gauche laïque et droite catholique : Christian Bougeard analyse de façon très solide la façon dont l’Union pour la nouvelle République (UNR) s’y implante progressivement entre 1958 et 1962, permettant de faire de la région un lieu de parachutage des barons du gaullisme jusqu’à la fin des années 1970 ; François Prigent repère la naissance d’un nouveau type de militants socialistes, souvent issus du syndicalisme chrétien, marqués par l’expérience directe ou les échos de la guerre d’Algérie, et qu’on retrouve au Parti socialiste autonome puis au Parti socialiste unifié (PSU).

5Les défauts de l’ouvrage, malgré l’intérêt d’un grand nombre de ses contributions, témoignent sans doute des difficultés d’une recherche collective sur les significations d’une fin de guerre, y compris lorsqu’on se limite à l’Algérie et à la France et à une période chronologique très courte. Ces difficultés tiennent à un fort déséquilibre historiographique entre les études portant sur la France et les populations françaises d’une part, et celles sur l’Algérie et les populations algériennes d’autre part. Dans sa conclusion, Vincent Joly invite avec raison à des travaux comparatifs avec les autres fins d’empire. Mais ces déséquilibres historiographiques ne s’y retrouvent-ils pas ? Les enjeux politiques d’une telle entreprise de rééquilibrage ne sont pas minces. Un texte de Jacques Frémeaux dans la partie introductive de l’ouvrage le rappelle : après avoir présenté les principaux récits collectifs sur la fin de la guerre, il propose quelques perspectives pour l’écriture d’une histoire qui, intégrant des problématiques françaises et algériennes, puisse être recevable par tous.

Haut de page

Notes

1 On peut citer par exemple la thèse d’Amar Mohand-Amer, « La crise du front de libération nationale de l'été 1962 : indépendance et enjeux de pouvoirs », soutenue en 2010 à l’Université Paris-Diderot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Vincent Joly et Patrick Harismendy (dir.), Algérie : sortie(s) de guerre. 1962-1965 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18118

Haut de page

Rédacteur

Alain Messaoudi

Alain Messaoudi est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Nantes, membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA) et associé à l’Institut des mondes africains (IMAF, Paris). Ses recherches portent la circulation des savoirs et des représentations entre le Nord de l’Afrique et l’Ouest de l’Europe.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page