Navigation – Plan du site

Sylvie Magnanon, Les botanistes. Contribution à une ethnologie des passions naturalistes

Jean-Baptiste Barelli
Les botanistes
Sylvie Magnanon, Les botanistes. Contribution à une ethnologie des passions naturalistes, Paris, L'Harmattan, 2015, 158 p., ISBN : 978-2-343-05389-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage de Sylvie Magnanon se présente comme un long article d’ethnologie tentant de cerner les activités et la passion des botanistes, qu’ils soient amateurs, professionnels, retraités, étudiants ou collectionneurs, notamment à travers leurs approches de la nature. Plus encore, l’auteure tente de cerner si un botaniste se définit par rapport au regard de ses pairs ou simplement du fait de ses passions naturalistes. Le sous-titre éclaire en ce sens l’objectif : dresser un portrait des botanistes en tant que catégorie sociale. Sylvie Magnanon cherche à délimiter et à construire une ethnologie des botanistes et de leurs passions – dans tous les sens du terme – naturalistes.

  • 1 Tout son travail repose sur la démonstration qu’il n’existe évidemment pas un modèle de botaniste m (...)

2L’ambition de cette étude est de cerner les passions des botanistes, qu’ils soient amateurs ou professionnels, et dans ce dernier cas, leur rythme de travail, notamment à travers le regard de ceux qui ne pratiquent pas la botanique et la fantasment. Ainsi, Sylvie Magnanon entreprend plusieurs enquêtes qualitatives qu’elle croise pour tenter de cerner le(s) personnage(s) du botaniste1, d’une part à travers les regards que soixante personnes extérieures portent à ce petit monde de passionnés, et aux clichés qu’ils véhiculent ; d’autre part en analysant finement les entretiens qu’elle a eus avec douze botanistes, de vingt-sept à quatre-vingts ans, dont le rapport à leur pratique et aux plantes diffèrent. Ces derniers entretiens représentent le plus gros du travail de Sylvie Magnanon, soit une enquête qualitative approfondie d’un échantillon qu’elle espère représentatif.

  • 2 Alain Chabat, Sur la piste du Marsupilami, film, 2012 et adapté de l’œuvre de Franquin.

3C’est en trois parties, clairement énoncées, que l’auteure tisse le portrait de ces passionnés : la première, assez courte, s’ouvre sur des images que les non-initiés ont des botanistes. Sylvie Magnanon décrit et analyse l’imaginaire qui entoure la figure du botaniste à travers des clichés, des stéréotypes, souvent loin de la réalité. Les enfants semblent voir le botaniste comme un vieux scientifique vivant dans ses serres au milieu de concoctions qu’il fabrique à l’aide de ses plantes : « Un botaniste c’est quelqu’un qui travaille sur les plantes et il les regarde à la loupe pour les voir. C’est un vieux pépé. Comme dans La conquête du Marsupilami2 », explique Corentin, sept ans. Les témoignages des plus âgés croisent différentes images : celle d’un « passionné romantique », « d’un moine herboriste » mais aussi celle d’un Professeur Tournesol ou d’un Comte de Champignac, entre « l’explorateur du XVIIIe», « le savant du XXe », « le botaniste-médecin » solitaire et le « sorcier » misanthrope.

  • 3 La phénologie est l’« étude scientifique des variations (durée, époque, etc.) que les divers climat (...)

4Puis l’auteure tente de cerner ce qu’est réellement le travail des botanistes professionnels et comment s’exprime leur passion et leur savoir-faire au quotidien, notamment à travers leur parcours phénologique3. En effet, le travail d’un botaniste est rythmé par les saisons, les sorties qu’elles permettent et le calendrier de la floraison des végétaux : si le printemps et l’été amorcent un moment riche et intense pour les observations en extérieur et les excursions de groupe, le climat plus hostile de l’automne et de l’hiver ramène les botanistes dans leur bureau et leur laboratoire, où ils entament une phase de classement, de tri et d’étude des observations réalisées et des échantillons prélevés durant les beaux jours.

5Dans sa troisième partie, Sylvie Magnanon fait la synthèse des stéréotypes récurrents qui entourent la figure du botaniste dans l’imaginaire collectif « pour comprendre le sens profond et symbolique de cette passion pour les plantes », synthèse dans laquelle elle démontre que les clichés avancés plus tôt ne sont pas « totalement faux » : ils ont leur raison, leur origine. D’une part, en énumérant les enjeux que représente la nature pour les botanistes, l’auteur explique que ces stéréotypes qui collent à l’image du botaniste sont justifiés : « quand j’ai découvert la bota, je me suis dit que c’était un patrimoine et qu’il fallait le préserver », rapporte un des botanistes enquêtés. Pour les botanistes, ce patrimoine, cette nature, serait à la fois « à défendre », « pas à vendre », « une œuvre d’art », « sauvage », « [à] gagne[r] au mérite », « à respecter et à transmettre ». Les figures du botaniste correspondraient alors respectivement aux images de l’« écolo », du « passionné » désintéressé, du « romantique », de « l’explorateur du XVIIIe siècle », de « l’aventurier », et enfin « savant du XXe siècle ». D’autre part, l’auteure dresse le tableau des correspondances entre fantasmes et réalités : « entre botanistes imaginés et botanistes vécus : retour aux stéréotypes ». Entretenus parfois par les botanistes eux-mêmes, et souvent par les médias qui contribuent par exemple « à diffuser largement l’image ancienne par laquelle les plantes sont des “objets magiques” dotés de pouvoirs fabuleux, pouvant blesser, empoisonner, embellir, guérir, nourrir… », ces clichés sont d’autant moins contestables qu’ils sont cultivés par certains botanistes célèbres, notamment quand ils ont l’occasion de s’élever en « grands explorateurs » ou en « médecins-sorciers ».

  • 4 Leonardo Piasere, L’ethnographe imparfait. Expérience et cognition en anthropologie, collection « C (...)
  • 5 Pierre Bourdieu, « Entretien avec Alban Bensa : quand les Canaques prennent la parole », Actes de l (...)
  • 6 Processus par lequel une fois qu’une correspondance a été établie entre deux domaines, ceux-ci se t (...)

6Mais le fait même d’entreprendre une étude ethnographique sur « les botanistes » mène à en faire une catégorie sociale bien spécifique, ce qui en soi est discutable, discussion d’ailleurs engagée par l’auteure elle-même. Cela suppose, au départ de la recherche, de faire des « choix arbitraires », aussi bien épistémologiques que méthodologiques, en délimitant les frontières de la catégorie, et de « décider qui inclure et qui exclure du groupe social à étudier ». C’est en cela que le travail de Sylvie Magnanon est intéressant, mais qu’il est aussi un pari, une prise de risque méthodologique, car définir l’appartenance à une catégorie sociale ne peut être aussi tranché, « de type tout ou rien »4 : les groupes sont constitués d’individus qui ont des expériences multiples. L’auteure apporte ici très justement comme pièce à l’appui de sa démonstration, l’étude de Delaporte : « dans son étude sur les entomologistes, en réunissant en un même groupe social un conglomérat de rôles dont chacun appartient aux répertoires les plus divers, on court le risque d’un exercice artificiel, aboutissant à la construction d’un objet factice, d’une catégorie potentiellement dépourvue de sens, sociologiquement parlant ». Ainsi, il est difficile de répondre, au départ, dans une perspective ethnologique, à la question en « apparence évidente » que Sylvie Magnanon se pose : qu’est-ce qu’un botaniste ? C’est à cause de ces questions épistémologiquement honnêtes et légitimes que l’auteure s’oblige à faire « le pari de l’identité pour trouver les vraies différences »5 entre ceux que la catégorie exclut et ceux qu’elle inclut. Pour définir son échantillon, son groupe d’étude, elle a également dû interroger ses propres « jugements catégoriels »6.

7L’auteure n’a toutefois pas la prétention de rendre compte de ce que sont tous les botanistes, ni de toutes les façons d’être passionné de botanique. Sylvie Magnanon précise finalement qu’être botaniste – que ce soit amateur ou professionnel – est surtout une question de rigueur, de régularité et de constance dans la fréquentation de la nature, dans les observations extérieures et dans la connaissance du monde végétal : une passion vécue au quotidien, tout au long de l’année. L’auteure ne peut pas faire le tour d’une si large question – et le reconnaît humblement – en moins de cent-quarante pages. Même si l’image du botaniste est plutôt positive, une « certaine confusion marque les esprits », confusion parfois entretenue par les botanistes eux-mêmes. Ce « botaniste imaginé » est finalement un être paradoxal, loin des clichés extravagants. Il n’en demeure pas moins un amoureux de la nature, aussi bien dans sa connaissance que dans sa défense. Quoi qu’il en soit, les préjugés sur les botanistes sont balayés par Sylvie Magnanon : elle-même botaniste passionnée, et très liée à son travail ainsi qu’aux autres botanistes, l’auteure semble avoir du mal à ne pas éprouver une certaine empathie, à ne pas exprimer une certain enthousiasme quand elle décrit les activités et passions quotidiennes de ses confrères. Cette objectivité biaisée, ou plutôt cette subjectivité impossible à effacer, visible par d’implicites élans d’amour pour le métier et par la propre expérience de Sylvie Magnanon, son propre vécu toujours latents, transparaît notamment lorsqu’elle se demande « si les contraintes du métier ne tuent pas les plaisirs de la passion ».

Haut de page

Notes

1 Tout son travail repose sur la démonstration qu’il n’existe évidemment pas un modèle de botaniste mais que chaque botaniste vit cette passion différemment.

2 Alain Chabat, Sur la piste du Marsupilami, film, 2012 et adapté de l’œuvre de Franquin.

3 La phénologie est l’« étude scientifique des variations (durée, époque, etc.) que les divers climats font subir à la floraison et à la feuillaison des végétaux » (http://www.larouse.fr/dictionnaire/français).

4 Leonardo Piasere, L’ethnographe imparfait. Expérience et cognition en anthropologie, collection « Cahiers de l'Homme », Paris, Éditions de l’EHESS, 2010. Traduit de l’Italien par Renato Dauthuile, avec le concours de Gilles Teissonnieres, p. 77.

5 Pierre Bourdieu, « Entretien avec Alban Bensa : quand les Canaques prennent la parole », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 56, mars 1985, p. 79.

6 Processus par lequel une fois qu’une correspondance a été établie entre deux domaines, ceux-ci se trouvent dotés d’une telle ressemblance qu’ils sont considérés comme faisant partie d’une même catégorie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Barelli, « Sylvie Magnanon, Les botanistes. Contribution à une ethnologie des passions naturalistes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18120

Haut de page

Rédacteur

Jean-Baptiste Barelli

Étudiant en deuxième année de master (bac+5) d’histoire moderne à l’École normale supérieure de Lyon, travaillant en 2014-2015 sur la diffusion de la consommation de la tomate dans le Sud de la France au XVIIIe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page