Navigation – Plan du site

Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour

Joseph Cacciari
La sociologie comme elle s'écrit
Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s'écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, EHESS, 2015, ISBN : 9782713224904.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fabiani Jean-Louis, Les philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le Sens co (...)

1Si le dernier ouvrage de Jean-Louis Fabiani semble d’abord se présenter comme un recueil de notes de lecture, le geste du sociologue va en réalité beaucoup plus loin. En déployant onze recensions critiques très denses, encadrées par deux textes originaux, l’auteur des Philosophes de la République1 engage une investigation sur des questions centrales de la sociologie et des sciences sociales contemporaines. Premièrement, dans le discours et par la pratique, il se positionne pour une révision critique de la place accordée, dans la sociologie contemporaine, à l’activité de lecture et de compte rendu critique des ouvrages scientifiques. C’est la principale ambition de ce volume. En second lieu, l’auteur veut retracer et qualifier l’histoire récente de l’épistémologie des sciences sociales françaises. Enfin, il examine le fait de l’écriture du social et les conséquences de la prolifération des langages en sciences sociales.

2Autour de ces trois lignes d’argumentation, l’ouvrage est construit de la manière suivante. On trouve, d’abord, un prologue qui fixe la position de l’auteur et son ambition. Suivent les onze notes de lecture. Enfin, tirant parti de ces recensions, le texte final de l’auteur se recentre autour du problème de la généralisation en sciences sociales.

3Le prologue, « Portrait du sociologue en Lector », met en tension l’activité de lecture et de compte rendu critique avec l’activité d’enquête de terrain. Jean-Louis Fabiani souligne le rôle de socialisation professionnelle qu’a longtemps joué la première dans la formation des sociologues. D’après lui, cette activité a été dévaluée dans la seconde moitié du XXe siècle, au profit d’une « mystique du terrain » qui fait de « la rencontre commotionnelle avec l’objet le principe même de la connaissance en sciences sociales » (p. 12). Dans ce prologue, le sens du sous-titre de l’ouvrage (de Bourdieu à Latour) se trouve aussi explicité. À travers les onze recensions qui suivent, l’auteur souhaite, en effet, retracer son propre parcours de lecteur tout en restituant « la dynamique épistémologique des sciences sociales depuis les années 1970 » (p. 14).

4Les onze notes de lecture rendent compte d’ouvrages qu’on peut considérer comme importants dans l’histoire récente de la sociologie et des sciences sociales. La qualification d’« important » s’entend ici dans le sens du large écho qu’ont pu trouver ces textes auprès du public des sciences sociales, des débats qu’ils ont parfois suscités ou, encore, en raison des ambitions que leurs auteurs ont pu leur conférer. Chaque note donne lieu à une discussion d’une partie de la bibliographie des auteurs ainsi qu’à une réinscription de l’ouvrage dans son contexte de production. Le tout est documenté, précis et argumenté. L’humour se mêle quelquefois au sérieux et à la qualité de l’écriture, ce qui est loin d'être déplaisant.

  • 2 Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude, Passeron Jean-Claude, Le métier de sociologue, Paris, Mou (...)

5Jean-Louis Fabiani ordonne ses comptes rendus autour d’un fil conducteur. Celui-ci se tisse à partir du remaniement du projet du Métier de sociologue2, par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron eux-mêmes. Ce projet a également été contesté par Michel Foucault, à partir de son approche archéologique, laquelle fait aussi l’objet d’une discussion. Viennent ensuite des textes qui ont principalement pour thème le « retour » du terrain. C’est ici l’occasion pour l’auteur d’établir des ponts entre les sociologies française et états-unienne. Le fil se prolonge autour d’ouvrages récents proposant une « évaluation après coup de la sociologie structuraliste » (p. 16). L’aboutissement de ce parcours conduit au travail de Bruno Latour, qui « sape » les fondements épistémologiques des sciences sociales en proposant une alternative originale.

  • 3 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, Points essais, 1997 ; Passeron Jean-Claude (...)
  • 4 Céfaï Daniel (dir.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte-MAUSS, 2003 ; Abbot Andrew, Time Ma (...)
  • 5 Durham, Duke University Press, 2005.
  • 6 New York, Academic Press, 1975.

6Les ouvrages recensés sont en fin de compte très différents, tant dans leur contenu (enquêtes empiriques ou épistémologiques) que dans leurs visées (précision sur un point du savoir sociologique ou ambition généralisante et édifiante). On peut à ce titre tenter de les ordonner d'une autre manière que l'auteur. Quatre de ces recensions concernent des ouvrages à dominante épistémologique3. Cinq autres ont trait à des textes proposant une relecture de l’histoire de la discipline et de ses différents courants de recherche4. Enfin, les deux notes restantes discutent d’ouvrages où l’ambition généralisante s’adosse distinctement à une enquête sociologique approfondie. Il s’agit de Rulling Oneself Out: A Theory of Collective Abdictions, d’Ivan Ermakoff5, et de The Sociology of Philosophies: A Global Theory of Intellectual Change, de Randall Colins6. Ces deux textes sont peut-être moins connus du lectorat français non spécialiste des champs de recherches concernés (théorie de la décision d’une part et champ de la production intellectuelle de l’autre). Les comptes rendus critiques qu’en fait Fabiani sont très stimulants. Ils donneront certainement l’envie de la découverte à ceux qui ne connaissent pas ces œuvres et conduiront peut-être les autres à une lecture renouvelée.

7Concluant l’ouvrage, le douzième texte expose la réflexion inédite de l’auteur sur le problème de la généralisation en sciences sociales. Autour de cette question, Jean-Louis Fabiani dresse une critique de la prolifération lexicale et de l’incessante « nouveauté épistémique » (p. 203), deux dimensions qui caractérisent selon lui la sociologie française des soixante dernières années. C’est, à rebours, ce dont semble témoigner l’hétérogénéité des textes discutés dans l’ouvrage. À la suite de ce constat, Jean-Louis Fabiani examine la possibilité d’une cumulativité du savoir dans les sciences sociales. Il revient notamment sur le problème de l’indexation des savoirs sociologiques à leur contexte de construction. Il conclut sa réflexion par une remise en perspective de l’espace scientifique actuel de la sociologie (et des sciences sociales de façon plus large). Fabiani note alors que « les formes les plus déconstructionnistes de la production de savoir sont derrière nous ». Puis, il souligne que les chercheurs peuvent être aujourd’hui tiraillés entre « deux voies ». La première est celle du retour à la nécessaire fiction d’une science normale avec une régulation plus forte de l’activité des sciences sociales, d’ambition nomologique et portant sur le macrosociologique ou les régularités. La seconde voie prend au sérieux l’agencement des échelles d’analyse et la disparité des cadres de l’expérience (p. 231-232). Si Jean-Louis Fabiani peut avancer de tels arguments, c’est finalement au prix de la lecture serrée qu’il a au préalable réalisée de tous les textes présentés dans le cours de l’ouvrage. En cela, il remplit largement l’objectif qu’il s’était fixé : démontrer la force heuristique du sociologue comme auctores-lectores. Mieux, il déborde cet objectif. L’ouvrage peut en effet se lire comme un « guide » de la discussion et de la recension critique des ouvrages scientifiques. Un des moyens par lesquels les sciences sociales se feraient.

  • 7 C’était d’ailleurs la position de son mentor. Profitons-en pour souligner, après Fabiani, que l’on (...)

8Pour conclure, précisons que l’ouvrage est dédié à Jean-Claude Chamboredon, dont l’auteur concède qu’il fut son « premier mentor », d’ailleurs « maître » de la note de lecture critique. Cette référence signale, en creux, le type de sociologie à laquelle est sensible l’auteur, celle qu’il défend finalement tout au long du volume : une sociologie où activité de lecture et activité d’investigation empirique se fécondent mutuellement sans se disqualifier7, une science sociale pour laquelle les arguments étayés, plutôt que les postures, s’opposent et fondent le régime de scientificité.

9Disons pour derniers mots que cet ouvrage peut s'adresser à un large lectorat : de curieux, d’étudiants ou de chercheurs statutaires. La matière, l’approche et le débat proposés par Jean-Louis Fabiani sont en effet susceptibles de stimuler les intérêts les plus variés, ce dans différentes perspectives (apprentissage du métier de sociologue, prise de connaissance avec un ouvrage ou un champ de recherche, etc.).

Haut de page

Notes

1 Fabiani Jean-Louis, Les philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le Sens commun », 1988.

2 Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude, Passeron Jean-Claude, Le métier de sociologue, Paris, Mouton, 1973.

3 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, Points essais, 1997 ; Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation, Paris, Nathan, coll. « Essais et recherches », 1991 ; Foucault Michel, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1969 ; et Latour Bruno, L’enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des modernes, Paris, La Découverte, 2012.

4 Céfaï Daniel (dir.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte-MAUSS, 2003 ; Abbot Andrew, Time Matters, Chicago, University of Chicago Press, 2001 ; Lenclud Gérard, L’universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Éditions EHESS-Gallimard-Seuil, série « Hautes études », 2013 ; Boltanski Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2009 ; et Lemieux Cyril, Le devoir et la grâce, Paris, Économica, coll. « Étudies sociologiques », 2009.

5 Durham, Duke University Press, 2005.

6 New York, Academic Press, 1975.

7 C’était d’ailleurs la position de son mentor. Profitons-en pour souligner, après Fabiani, que l’on n’aura de cesse de « redécouvrir » toute la fécondité du travail de Jean-Claude Chamboredon. À ce titre, la parution récente d’un recueil de ses articles consacrés à la jeunesse et aux classes sociales : Chamboredon Jean-Claude, Pasquali Paul, (dir.), Jeunesse et classes sociales, Paris, Éditions de la rue d’Ulm, 2015, met en exergue toute son actualité dans la sociologie française. Voir la note critique de Gérard Mauger pour Lectures : http://lectures.revues.org/17278.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cacciari, « Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 mai 2015, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18123

Haut de page

Rédacteur

Joseph Cacciari

Doctorant en sociologie, Laboratoire méditerranéen de sociologie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page