Navigation – Plan du site

Pierre-Marie Chauvin, Fabien Reix (dir.), « Sociologies visuelles », L'Année sociologique, Volume 65, 2015/1.

Rémy Besson
Sociologies visuelles
Pierre-Marie Chauvin, Fabien Reix (dir.), « Sociologies visuelles », L'Année sociologique, Volume 65, 2015/1.
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’espace francophone, l’expression « sociologie visuelle » renvoie à un ensemble hétérogène de recherches considérées comme étant aux marges de la discipline. En effet, c’est bien plus dans le domaine de l’anthropologie que le film et, dans une moindre mesure la photographie, ont progressivement été reconnus à partir des années 1960. En sociologie, c’est aux États-Unis que le visuel a plus systématiquement été étudié (Visual Sociology) depuis le milieu des années 1980. Comme l’expliquent Pierre-Marie Chauvin et Fabien Reix, qui ont dirigé ce numéro de la revue L’Année sociologique sur le sujet, cette absence de reconnaissance institutionnelle ne correspond pas forcément à un retard de la part des chercheurs francophones. En effet, une diversité de pratiques, dont il est légitime de dresser un état des lieux (p. 15-41), a vu le jour depuis la fin des années 1990.

  • 1 L’image a également été marginalisée car elle était jugée insuffisamment scientifique, car trop des (...)
  • 2 On renvoie ici à la typologie proposée dans Précis de photographie à l’usage des sociologues, Renne (...)

2Comme l’explique Béatrice Maurines (p. 43-69), cette diversité semble, en elle-même, être un problème, car elle rend complexe l’émergence d’une communauté d’action constituée autour d’une association, d’une revue et de rencontres régulières. Il en découle qu’« il s’avère encore parfois complexe aujourd’hui de développer des projets de film au sein des institutions de recherche » (p. 59). L’absence de visibilité de ces recherches s’explique, en partie1, par ce manque de coordination entre les chercheurs qui se revendiquent de la sociologie visuelle. Elle est aussi liée à un manque de cohérence théorique. Chauvin et Reix n’énoncent pas un ensemble de principes méthodologiques partagés. Ils sont contraints de désigner leur objet par le terme flou de « label » (p. 9). Celui-ci renvoie à « toute forme de sociologie mobilisant des images, principalement photographiques et filmiques, en leur accordant un statut central dans la logique de l’investigation et/ou de l’argumentation sociologiques » (p. 19). À la suite de la typologie notamment proposée par Sylvain Maresca et Michael Meyer2 trois types de pratiques sont identifiés (idem). Cette tripartition permet de présenter les six articles du dossier.

  • 3 La démarche est donc auteuriste. Elle vise explicitement à comprendre les intentions de la réalisat (...)

3Premièrement, deux articles ont pour objet des corpus visuels non produits par des sociologues. Il s’agit, dans un cas, du film Le Goût des autres (Agnès Jaoui, 2000) et, dans l’autre, des œuvres de l’École de photographies d’Helsinki. Les études sont alors dites sur les images. Basé sur un entretien biographique avec la réalisatrice3, l’article de Fabien Truong démontre comment la sociologie bourdieusienne a influencé la forme prise par le film puis, dans un second temps, comment cette mise en récit pose des questions aux sociologues. La fiction n’est alors pas considérée comme une illustration (forcément décevante pour le chercheur) d’un travail scientifique, mais comme une libre interprétation pouvant « suggérer des pistes de recherche ou susciter de façon innovante et complémentaire l’imagination sociologique » (p. 139). Alain Quemin fait, lui, l’hypothèse que certains thèmes et traitements visuels identifiables dans un corpus d’images (prégnance du portrait, de la représentation de paysages, etc.) sont liés à l’appartenance à une sphère culturelle donnée. Afin de démontrer cela, il effectue une comparaison entre un ouvrage de synthèse réunissant des photographes de l’École d’Helsinki et un catalogue de la foire internationale Paris Photo. Il en ressort que des traits spécifiques tels que la solitude ou le romantisme sont plus présents dans les photographies finlandaises. Cela signifie, pour l’auteur, que la sociologie de l’art a tout à gagner à étudier précisément le contenu visuel des images et non seulement leurs conditions de production et de circulation.

  • 4 « Talking about pictures: a case for photo elicitation », Visual Studies, vol. 17, n. 1, p. 13-26.

4Deuxièmement, deux articles prennent comme objet des enquêtes durant lesquelles des sociologues ont montré des images photographiques lors d’entretiens. À la suite des travaux menés par Douglas Harper, cette technique est appelée « photo-élicitation »4. Ce type de démarche correspond à une sociologie avec des images. Basé sur deux études de cas, le texte d’Albertina Pretto aborde une technique d’entretien particulière. Il s’agit de soumettre simultanément non pas une, mais deux images, à la personne interviewée. Les images sont préalablement sélectionnées afin de présenter deux faces distinctes d’un même phénomène. Pour la chercheure, cette manière de faire est particulièrement adaptée à des situations d’entretien difficiles (dépendance à l’alcool ou retour sur un événement traumatique, par exemple). Le principe est de permettre à l’interviewé de trouver une distance acceptable afin de formuler son expérience (interprétation et perception, p. 184). Jean-Yves Trépos a, lui, utilisé une même série de photographies lors de trois entretiens avec des jeunes en difficulté, afin de recueillir leur opinion sur le SIDA. Cette manière de faire a été choisie afin de susciter la formulation de sentiments personnels (p. 195). Il en ressort que ces entretiens ont permis d’établir un rapport de coopération avec les jeunes, conduisant ainsi à remettre en cause la dissymétrie entre interviewer et interviewé. Ces derniers ont, en effet, été en mesure de proposer des mises en série, ainsi que de faire preuve de capacités d’abstraction qui n’avaient pas été anticipées par le chercheur. Il s’agit alors, comme l’écrit Maurines, « d’accepter d’être déplacé, replacé par les acteurs du terrain » (p. 64).

  • 5 Ils soulignent ainsi l’importance des gestes/regards/intonations de celui qui est filmé. Ils précis (...)

5Troisièmement, deux articles considèrent les images non plus comme des objets ou des supports, mais comme étant constitutives de leur mode d’argumentation. Il est alors question d’une sociologie en images, comme l’ont expliqué Maresca et Meyer (op. cit.). Dans le cadre de ce dossier, il s’agit d’une sociologie filmique, qui est le fait de chercheurs ayant une pratique de la réalisation. Ainsi, Réjane Hamus-Vallée présente la conception de films basés sur des entretiens comme un mode de médiation des connaissances sociologiques. Ils ne sont ainsi pas uniquement des captations, qui devraient être le plus neutres possible, mais bien le résultat de processus impliquant des choix en termes de problématique et de point de vue, qui se traduit par une esthétique filmique. L’auteure renvoie au principe d’une « cinématographicité de l’entretien » (p. 108). Elle insiste ainsi (de manière parfois prescriptive) sur le fait qu’« il faut faire un film, quand on a besoin d’images » (p. 111). Le même principe directeur est à la base de l’article Jean-Pierre Durand et de Joyce Sebag, explicitement intitulé « La sociologie filmique : écrire la sociologie par le cinéma ? ». À travers une série d’exemples issus de leurs propres réalisations, les auteurs démontrent qu’il est nécessaire de bien connaître les codes du cinéma documentaire et de fiction afin de faire du cinéma sociologique5.

  • 6 Joanne Morra et Marquard Smith (dir.), « Introduction », Visual Culture, vol. 1, NY, Routledge, 200 (...)
  • 7 Une trentaine de chercheurs francophones investis dans cette démarche prennent part à l’agrégateur (...)
  • 8 Celle-ci correspond dans ce numéro à ce que le chercheur fait avec le contenu visuel des images.
  • 9 Il est, en effet, étonnant de noter qu’internet est quasi-absent des réflexions menées par les soci (...)

6Pour conclure, notons qu’il est difficile de trouver une cohérence, au-delà d’un intérêt pour le visuel, entre ces trois types d’approches. Il a, en effet, tour à tour été question d’objet d’étude (sociologie sur l’image), de support favorisant l’enquête (sociologie avec l’image), puis de réalisation de films de recherche (sociologie en images). Seul le dernier article de ce dossier, qui porte lui sur la question du droit à l’image (Anne Jarrigeon), réunit des questions liées à ces trois axes de pertinence. En effet, que le sociologue travaille sur, avec ou en images, il est de plus en plus amené à se confronter à des problèmes d’ordre juridique. Cela est tout autant lié à des enjeux économiques (représentation des marques et des logos, par exemple) et technologiques (présence décuplée des appareils de captation) qu’à l’évolution de la sensibilité des individus filmés ou photographiés (volonté ou non d’anonymat). Dans tous les cas, ces aspects dépendent d’un contexte précis (espace/temps). Ce constat conduit à proposer que la cohérence entre les trois axes susmentionnés se situe, peut-être, moins au niveau de l’approche adoptée par le chercheur qu’au niveau de la société dont il observe les dimensions visuelles. L’expression « culture visuelle » (Visual Culture Studies6) est dans ce cas plus adaptée pour créer un sentiment de cohérence7, que celle de « sociologie visuelle »8. Cette autre expression conduit aussi à considérer des objets qui appartiennent à la culture populaire, ainsi que des modes de production du visuel à l’époque du numérique (absents de ce numéro9). Si l’ensemble du dossier est très cohérent et que chacune des études est tout à fait pertinente, il reste donc à craindre que la constitution d’une communauté d’action autour des pratiques de l’image par des sociologues ne demeure encore pour quelques années un chantier difficile à mener. La constitution, en 2012, d’un groupe de travail au sein du réseau de l’Association Française de Sociologie constitue cependant un signal fort de cette institutionnalisation encore en devenir (Maurines, p. 50).

Haut de page

Notes

1 L’image a également été marginalisée car elle était jugée insuffisamment scientifique, car trop descriptive et subjective (Chauvin et Reix, p. 21).

2 On renvoie ici à la typologie proposée dans Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, PUR, 2013.

3 La démarche est donc auteuriste. Elle vise explicitement à comprendre les intentions de la réalisatrice.

4 « Talking about pictures: a case for photo elicitation », Visual Studies, vol. 17, n. 1, p. 13-26.

5 Ils soulignent ainsi l’importance des gestes/regards/intonations de celui qui est filmé. Ils précisent également que le cadre, la focale et la durée des plans constituent des choix induisant des écritures audiovisuelles différentes.

6 Joanne Morra et Marquard Smith (dir.), « Introduction », Visual Culture, vol. 1, NY, Routledge, 2006, p. 1-18.

7 Une trentaine de chercheurs francophones investis dans cette démarche prennent part à l’agrégateur de contenu Culture visuelle sur Hypothèses.

8 Celle-ci correspond dans ce numéro à ce que le chercheur fait avec le contenu visuel des images.

9 Il est, en effet, étonnant de noter qu’internet est quasi-absent des réflexions menées par les sociologues intéressés par le visuel. Hamus-Vallée (p. 113-115) ainsi que Durand et Sebage (en note p. 93) soulignent cependant l’intérêt du format webdocumentaire afin de repenser le mode d’écriture filmique de la sociologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Pierre-Marie Chauvin, Fabien Reix (dir.), « Sociologies visuelles », L'Année sociologique, Volume 65, 2015/1.  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 mai 2015, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18124

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II – Le Mirail), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page