Navigation – Plan du site

Xavier Riaud, Chirurgie dentaire et nazisme

Jean Andris
Chirurgie dentaire et nazisme
Xavier Riaud, Chirurgie dentaire et nazisme, L'Harmattan, coll. « Allemagne d'hier et d'aujourd'hui », 2015, 292 p., Préface : Thierry Féral, ISBN : 978-2-343-05573-2.
Haut de page

Texte intégral

1Le totalitarisme, en l’occurrence celui des Nazis, va bien au-delà de ce qu’on peut imaginer. C’est ce que tente de nous faire comprendre Xavier Riaud à travers son ouvrage. En un bref tour d’horizon, il s’efforce de nous faire entrevoir le contexte politique, économique, social, scientifique et philosophique de la pratique dentaire sous le régime nazi, avant et pendant la première guerre mondiale. Il nous dépeint les hommes, leurs actes et les conséquences de ces derniers. Il s’appuie pour cela sur une bibliographie spécialisée et sur des propres découvertes dans les dépôts d’archive, sur internet et dans les collections privées. C’est ainsi que l’auteur nous explique que dès 1933, le monde de la dentisterie allemande est progressivement mais rapidement et sûrement réorganisé : affiliation obligatoire des dentistes et chirurgiens-dentistes à la caisse professionnelle d’État, exclusion des professionnels juifs, étranglement de la pratique libérale, incorporation militaire, etc.

2Puis commencent les programmes de stérilisation et d’élimination des aliénés et handicapés. Dans le même temps, les chirurgiens-dentistes ont l’obligation de suivre une formation obligatoire à l’hygiène raciale. Ils doivent être capables de repérer certaines malformations dento-faciales, comme par exemple les fentes palatines ou les becs-de-lièvre, qui conduisent leurs porteurs à l’« euthanasie ». Puis viennent les thèses universitaires sur la même question. Mais dans une Allemagne en pleine crise économique, toutes les sources de revenus sont bonnes à prendre. Et parmi toutes les personnes éliminées se trouvent des porteurs de prothèses dentaires en or. De là, à théoriser la nécessité économique de récupérer les dents en or chez les victimes du régime et à calculer le bénéfice qu’on pouvait en tirer, il n’y a qu’un pas et ce pas est franchi. Les camps de concentration ayant commencé à fonctionner, pour y enfermer les opposants, les « indésirables » et autres « races décadentes », la machine infernale est enclenchée et on récupère les dents. C’est la responsabilité de la SS. Des accords ont été pris avec la Suisse, qui conserve cet or et le rachète en partie. Ces rachats sont réglés en francs suisses, plus aisément acceptés que le mark, ce qui permet d’alimenter l’économie et de faire tourner l’industrie de guerre.

3Il faut dès lors disposer d’un service dentaire bien organisé, non seulement pour mener à bien cette opération de récupération mais encore parce qu’il faut soigner les soldats, un militaire qui souffre des dents manquant de combativité. Des dentistes sont donc attachés aux différentes forces de l’armée allemande, y compris la force aérienne, qui vient d’être créée. On nomme ainsi des dentistes habilités dans les hôpitaux militaires, les garnisons importantes et les unités sanitaires, tandis que des postes dentaires ambulatoires sont instaurés pour les plus petites unités et celles qui sont sur le terrain. La marine reçoit aussi des dentistes et les soins sont donnés aux marins avant leur départ en mission. Les grands bâtiments disposent d’ailleurs de dentistes à bord. Les dentistes sont pourvus des équipements adéquats. Et lorsque la guerre fera rage, une attention particulière sera accordée aux blessures de la face, ce qui favorisera le développement de la chirurgie de la face. Des personnalités chirurgicales de premier plan émergent donc dans ce domaine médico-technique. Elles ont laissé un héritage médical appréciable, qu’il ne faut pas confondre avec les tristement célèbres expériences médicales dans les camps, même si ces chirurgiens sont plus ou moins adeptes de l’idéologie nazie, selon les cas. Les expériences médicales dans les camps, elles, n’ont rien apporté sur le plan scientifique, faut-il le rappeler ?

4L’allusion aux progrès dans la chirurgie maxillo-faciale de guerre est pour l’auteur du livre l’occasion de passer en revue le curriculum et les apports de quelques-uns des as du bistouri de l’époque. Ainsi Gerorg Axhausen, qui a développé le concept de nécrose aseptique, devenu par la suite celui de nécrose avasculaire. Il a également proposé des interventions innovantes. Sur le plan politique, explique Xavier Riaud, il fut fortement impliqué dans le régime hitlérien. Malgré cela, il ne sera pas inquiété à la fin des hostilités et poursuivra une carrière académique après la guerre. D’autres chirurgiens remarquables, comme Johannes Esser ou Jacques Joseph, qui avaient acquis une grande expérience au cours de la première guerre mondiale, ont laissé des traces remarquables dans les techniques de réparation des blessés. Mais ils ont été perdus par l’Allemagne nazie, soit parce qu’elle ne leur a pas laissé la place académique qu’ils estimaient mériter, soit, dans le cas du second, parce qu’ils sont décédés trop tôt. Mais Joseph n’aurait de toute façon pas été honoré pour ses grands mérites médicaux : au contraire, étant de confession juive, il commençait à être victime des restrictions imposées aux Juifs dans leur pratique professionnelle. D’autres chirurgiens remarquables sont encore évoqués. L’idée de l’auteur est sans doute de montrer que la stomatologie et la chirurgie maxillo-faciale allemandes de l’époque sont dotées de techniciens exceptionnels. Mais il faut bien dire qu’à la lecture de l’ouvrage, on ne comprend pas toujours clairement quels sont les rapports d’approbation ou d’opposition que ces personnages entretiennent avec le régime nazi.

5L’auteur revient ensuite à l’exposé de l’organisation du service sanitaire de la SS. La structure en question paraît complexe et l’image qui en est donnée laisse une impression de flou. Il ne faut sans doute pas en faire le reproche à l’auteur mais plutôt – sans doute – à la complexité elle-même de cet ensemble, qui d’ailleurs n’a pas toujours eu la même organisation à travers le temps. Cette organisation variait même, semble-t-il, d’un camp à l’autre, selon qu’il fallait maintenir une main-d’œuvre active et donc plus ou moins bien soignée pour ses maux de dents, ou que les internés étaient destinés à l’extermination. En plus de cela, souvenons-nous, il fallait récupérer les dents précieuses. Mais là encore, certains dentistes se montraient « moins abominables » que d’autres. Le livre passe alors en revue les cas des dirigeants dentistes SS, puis ceux d’un certain nombre de dentistes subalternes. Çà et là, des extraits de leurs interrogatoires aux procès qui se sont déroulés après la guerre, sont rapportés. Cela nous permet d’entrevoir les mécanismes de leur défense juridique et de soupçonner quelques aspects de leur comportement.

6Les expériences médicales sur les prisonniers des camps ont fait couler beaucoup d’encre. Mais les essais en matière dentaire furent relativement peu nombreux. Néanmoins d’autres horreurs ont vu le jour, comme l’assassinat de toute une série de personnes afin d’obtenir leur crâne pour compléter les collections d’anthropologie. Face à toutes les forfaitures perpétrées dans les camps, un seul médecin SS a été acquitté au procès d’Auschwitz, car on a reconnu qu’il n’avait pas participé à la sélection des victimes à l’entrée des chambres à gaz. Mais toutes ces considérations amènent inévitablement l’auteur à s’interroger sur l’éthique médicale et à rappeler les principes de base concernant l’expérimentation humaine, tels qu’ils ont été formulés à l’issue du procès de Nuremberg. Il s’interroge aussi sur les mécanismes, les raisons et les résultats de l’embrigadement politique et militaire, non sans avoir au préalable exposé les cas de médecins et dentistes qui, au lieu de pratiquer leur art dans le cadre de la guerre, ont tout simplement pris les armes et combattu en tant que chefs au grade parfois très élevé.

7Pour des raisons d’éthique, encore, la Fédération dentaire internationale ne pouvait manquer d’avoir des démêlés avec le régime nazi. Quelques pages sont donc consacrées à cette problématique. Les trois derniers chapitres, enfin, exposent la contribution de la dentisterie médico-légale à l’identification de dirigeants du régime nazi, depuis Hitler lui-même et Eva Braun, jusqu’à Martin Bormann, en passant par le médecin Joseph Mengele. Deux exemples d’analyse post-mortem concernant de simples soldats sont également rapportés. Toutes ces identifications ne furent pas nécessairement aisées et les rapports finaux n’ont parfois été rendus possibles que grâce à la ténacité de spécialistes, qui y ont travaillé, dans certains cas, bien des années après les tristes événements. Après la conclusion de l’ouvrage, Xavier Riaud nous propose un tableau chronologique bien utile, mettant en regard les événements internationaux de l’époque, les faits du régime nazi et l’évolution de l’odontologie dans ce cadre.

8Très documenté, le livre de Xavier Riaud nous apprend beaucoup de choses et suscite des réflexions et interrogations éthiques, philosophiques et humanistes majeures. Il nous montre bien comment un régime totalitaire peut aller jusqu’aux extrêmes, même dans des domaines où on n’aurait pas cru le voir s’immiscer. Toutefois, l’ouvrage nous laisse quelque peu perplexe par sa structure. Le lecteur ne perçoit pas toujours le lien entre les différents chapitres qui se succèdent. On a parfois l’impression qu’avec la documentation dont il disposait et celle qui est disponible dans les dépôts d’archives dorénavant accessibles, l’auteur aurait pu approfondir sa réflexion au-delà des territoires qu’il a explorés. Cela paraît d’autant plus possible qu’on a affaire à un spécialiste de ces questions. Dès lors, nous ne comprenons pas clairement son intention. Il est vrai que s’il avait voulu tout approfondir, le volume de son ouvrage aurait été beaucoup plus important… et peut-être indigeste. Versons cette dernière réflexion au dossier à décharge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Andris, « Xavier Riaud, Chirurgie dentaire et nazisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 28 mai 2015, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18152

Haut de page

Rédacteur

Jean Andris

Docteur en médecine, ancien chercheur à la Faculté de médecine de l'Université catholique de Louvain (UCL, Belgique) et ancien enseignant en anatomie et physiologie à la Haute École Léonard de Vinci (Académie de Louvain, Belgique). Maître en histoire (mémoire sur les expertises médicales judiciaires en Brabant au XIXe siècle). Lauréat de la Société Française d’Histoire de la Médecine pour 2013.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page