Navigation – Plan du site

Philippe Bernoux, Mieux-être au travail : appropriation et reconnaissance

Paul Fouilhoux
Mieux-être au travail : appropriation et reconnaissance
Philippe Bernoux, Mieux-être au travail : appropriation et reconnaissance, Toulouse, Octarès Editions, coll. « Travail & activité humaine », 2015, 207 p., ISBN : 978-2-36630-037-6.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est une opposition à l’affirmation que le travail est une souffrance en même temps qu’un appel à un changement d’organisation du travail. En effet, plus que le contenu du travail ou la psychologie de l’individu, Philippe Bernoux soutient que c’est la manière dont l’organisation du travail est pensée qui cause le mal-être au travail.

2À l’opposé d’une vision utilitariste du travail, selon laquelle il n’est qu’un moyen de subvenir à ses besoins pour le travailleur, l’auteur insiste sur la nécessité de considérer le travail comme un lieu d’accomplissement de soi. Mais pour cela, l’organisation du travail doit reconnaître que ce dernier est producteur de sens pour ceux qui l’accomplissent. C’est pourquoi le travail doit être organisé de manière à ce que les travailleurs y trouvent un sens. Pour l’auteur, c’est par leur appropriation du travail et la reconnaissance de celle-ci que les travailleurs produisent et trouvent ce sens nécessaire à la construction d’un mieux-être au travail. Ces deux concepts liés – l’appropriation fondant la reconnaissance – constituent le cœur de l’ouvrage.

3Le chercheur construit son ouvrage en deux parties : la première est consacrée à l’appropriation et la seconde à la reconnaissance. Toutes deux sont agencées de manière semblable : l’auteur décrit le concept à travers des résultats d’enquête, avant d’en livrer les clés de compréhension. L’alternance terrain/théorie facilite la compréhension tout en rendant compte d’une pluralité d’enquêtes récentes et plus anciennes.

4Pour ce qui est de la première partie, on peut d’abord retenir la généralisation de l’appropriation, laquelle se définit comme la maîtrise des objets et des relations entourant l'activité concrète de travail. Caractéristique de l’artisan, elle s’observe désormais aussi bien dans l'entreprise industrielle – quand bien même l’OST souhaitait faire de l’homme un automate – que dans l'entreprise de services, aussi bien au milieu du XXe siècle qu'au début du XXIème, sous-entendant que les dernières modifications de l’organisation du travail ne suppriment pas les comportements d’appropriation.

  • 1 Alter Norber, Donner et prendre La coopération en entreprise, Paris, La Découverte, 2009.

5Au contraire, dans l’entreprise industrielle, le monopole détenu par les bureaux des méthodes en matière d’organisation et la soumission des exécutants à ces bureaux sont relativisés par de nouvelles méthodes managériales. Celles-ci tentent de mobiliser la motivation et l’intelligence ouvrières en même temps qu’elles accentuent la pression par des procédures plus nombreuses. Les travailleurs doivent alors prendre des initiatives dans un cadre plus contraignant. Ils sont à l’intersection entre initiative réclamée et contraintes procédurales. C’est à cette intersection que se recréent des pratiques d'appropriation. Dans les entreprises de services, ni l'arrivée des nouvelles technologies de l'information et de la communication ni celle des progiciels de gestion ne font disparaître ces pratiques. En réalité, l'appropriation est une condition de l'intégration d'une innovation ; elle marque le passage de l’invention à l’innovation1. Les salariés doivent donner un sens et transformer une invention pour que celle-ci s'installe dans l'organisation et devienne innovation. L'innovation offre de nouvelles possibilités, mais sans appropriation ces possibilités resteront inexploitées. Pour Philippe Bernoux, c’est alors le défaut d'attention porté aux salariés de base et la croyance dans les qualités intrinsèques de l'outil qui conduisent aux échecs d'implantation de technologies pourtant irréprochables.

6L’ouvrage a un intérêt particulier car l’auteur fait de l’appropriation à la fois une condition du sens au travail pour le salarié et une condition du fonctionnement de l’entreprise. On voit se dessiner le paradoxe soulevé par le sociologue : l’appropriation de leur travail par les travailleurs fait fonctionner l’entreprise, mais cette appropriation est remise en cause par un management procédural tentant d’imposer les conduites à avoir, les gestes à faire, alors même que ceux déjà faits en assurent le fonctionnement.

  • 2 Clos Yves, Travail et pouvoir agir, Paris, PUF, 2008.

7Si on suit l’auteur, on ne peut approcher ce paradoxe qu’en s’intéressant à l’activité de travail. C’est ce défaut qu’il reproche aux analyses marxiste, stratégique et identitaire. Le chercheur privilégie la théorie de l’activité et étudie « l'exécution concrète, les gestes et choix du travailleur nécessaires à l'accomplissement de son travail » (p. 84). C’est la condition pour se rendre compte du « pouvoir d’agir »2 de l’individu, qui lui confère une capacité d’action par laquelle l’individu existe et la société produit. C’est par l’accomplissement de soi que l’ensemble productif tourne. En portant son attention sur l’activité de travail, l’auteur observe que les pratiques d’appropriation ne se font pas par référence au groupe, mais de manière individuelle. Et c’est parce que cette activité d’appropriation est contrecarrée que l’individu participera à une action collective. L'appropriation est individuelle ; sa défense, collective. C’est alors bien par l’appropriation que le travailleur crée du sens à son travail, un sens qui justifie la participation à une action collective.

8Mais si l’appropriation est nécessaire au mieux-être, elle nécessite d’être reconnue. La deuxième partie de l’ouvrage s’attache à expliciter le caractère double de la reconnaissance.

9En effet, le travail n’a de sens que si son exécutant s’y reconnaît. À la manière d’un artiste qui conserve et exposera son œuvre, le travailleur doit maîtriser son travail et se montrer fier du résultat obtenu pour donner un sens à son activité. Cette reconnaissance par soi n’est possible que si l'individu peut exprimer son pouvoir d'agir pour créer une zone d'autonomie. Se reconnaître dans son travail, c'est pouvoir moduler ses manières de faire, s'approprier le travail de manière à le faire avec qualité. Pour ce, l’individu met en œuvre sa propre rationalité, développe sa propre conception de son travail, et celle-ci peut se trouver en décalage ou contradiction avec celle des autres ; groupes professionnels, collègues, ou plus particulièrement la hiérarchie.

  • 3 Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 1992.

10Car la reconnaissance vient aussi des autres. L’être humain, dans sa dimension anthropo-philosophique, n’existe que par ses relations aux autres3. Pour un mieux-être au travail, l’individu au travail a besoin d’une marque de considération à l’égard de ce qu’il accomplit, tant dans les résultats obtenus que la manière de les obtenir. D’autant plus que le travail réel mis en œuvre par l’individu complète, voire se substitue au travail prescrit. L’engagement dont il fait preuve pour maîtriser son travail et le réaliser demande à recevoir la reconnaissance, qui confirme alors au travailleur le sens qu’il donne à son action.

  • 4 Sennett Richard, Le travail sans qualité. Les conséquences humaines de la flexibilité, Paris, Albin (...)
  • 5 Mauss Marcel, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, P (...)
  • 6 Alter Norbert, Donner et prendre La coopération en entreprise, Paris, La Découverte, 2009.

11On comprend bien la mobilisation de la théorie du don pour expliquer la reconnaissance et conclure cet ouvrage. Effectivement, la reconnaissance étant dans l’interaction entre l’individu, les autres et son travail, l’enjeu du mieux-être au travail, c’est l’enjeu de la coopération. Dans une société capitaliste qui généralise l'indifférence4, le mieux-être au travail passera pas la reconnaissance du don, entendu dans sa conception maussienne et son tryptique donner – recevoir - rendre5. Constitutif de la vie des entreprises6, cet échange réciproque qu’est le don engage dans des relations sociales par lesquelles une multitude de coups de mains vont être donnés et une multitude de services rendus. C’est pour entretenir cette coopération que l’organisation du travail doit reconnaître les dons faits dans le travail et pour la réussite de celui-ci. La reconnaissance peut alors être vue comme le contre-don de l'entreprise aux dons et sacrifices faits par les salariés. Une entreprise incapable de célébrer les dons qui lui sont faits, de reconnaître l'implication dont font preuve les salariés pour modifier les règles de manière à mieux produire, leur capacité à s’accommoder des procédures, bref leur comportement d'appropriation, briserait la possibilité d'un échange social.

  • 7 Si on peut citer Jacques-Jouvenot Dominique, Le choix du successeur et transmission patrimoniale, P (...)

12On comprend peut-être moins pourquoi l’auteur ne mobilise pas cette théorie à propos de l’appropriation. Effectivement, l’auteur soutient son caractère individuel. Pourtant, il n’est pas rare d’entendre un travailleur vanter la manière de faire de leur maître ou d’un collègue qui leur a appris le métier et d’affirmer « je travaille comme lui ». Le travailleur montre par là sa reconnaissance envers celui qui lui a facilité l’appropriation du travail, et qui, peut-être, lui transmettra alors une place au travail7, reconnaissant à son tour la bonne appropriation du travail par celui auquel il a appris ce métier.

13Pour conclure, soulignons que cet ouvrage puise notamment sa force dans la démonstration du dynamisme du travailleur. Ce dernier est actif. Il ne fait pas que subir les directives managériales en étant guidé par le seul désir de gains financiers. Au contraire, le concept de pouvoir d’agir traduit bien le fait que le travailleur, en s’appropriant le travail, participe de la transformation nécessaire des règles d’exécution. Philippe Bernoux démontre que les travailleurs ne cherchent pas à contrecarrer les projets de l’entreprise mais au contraire mettent en œuvre une activité de travail qui leur permet de participer à leur réalisation.

Haut de page

Notes

1 Alter Norber, Donner et prendre La coopération en entreprise, Paris, La Découverte, 2009.

2 Clos Yves, Travail et pouvoir agir, Paris, PUF, 2008.

3 Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 1992.

4 Sennett Richard, Le travail sans qualité. Les conséquences humaines de la flexibilité, Paris, Albin Michel, Coll. 10/18, 1998.

5 Mauss Marcel, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, PUF, Coll. Quadrige, 1925.

6 Alter Norbert, Donner et prendre La coopération en entreprise, Paris, La Découverte, 2009.

7 Si on peut citer Jacques-Jouvenot Dominique, Le choix du successeur et transmission patrimoniale, Paris, L’Harmattan, 1997, il convient de ne pas limiter la transmission des places professionnelles aux seules professions patrimoniales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Fouilhoux, « Philippe Bernoux, Mieux-être au travail : appropriation et reconnaissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 29 mai 2015, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18153

Haut de page

Rédacteur

Paul Fouilhoux

Doctorant en sociologie à l'Université de Franche-Comté – Bourgogne, membre du Laboratoire de Sociologie et d'Anthropologie (LaSA), ses travaux portent sur la transmission des compétences professionnelles et l'innovation dans le secteur laitier franc-comtois.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page