Navigation – Plan du site

Roger Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur

Sébastien Zerilli
La main de l'auteur et l'esprit de l'imprimeur
Roger Chartier, La main de l'auteur et l'esprit de l'imprimeur, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2015, 405 p., ISBN : 9782070462827.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Henri-Jean Martin, « Pour une histoire de la lecture », Le Débat, n° 22, novembre 1982, p. 160.

1« Le texte écrit n’est nullement sorti tout armé […] du cerveau de quelque démiurge. Tel que nous le connaissons et le pratiquons, il est le résultat des efforts déployés au cours de millénaires par les sociétés successives qui l’utilisaient pour concrétiser leur pensée en la visualisant1 ». Cette remarque d’Henri-Jean Martin aurait très bien pu constituer l’entame du livre de Roger Chartier. Dans son ouvrage l’historien s’attache effectivement, quoique sur une période qui court du xvie au xviiie siècle et non pas sur des millénaires, à saisir les modalités de la production, de la circulation et de l’appropriation des textes écrits. Plutôt que d’aborder successivement chacun des essais qui composent cet ouvrage, il semble plus stimulant de saisir les thématiques transversales qui les relient.

2La matérialité des textes est la première caractéristique sur laquelle Roger Chartier se focalise. La considérer permet d’ailleurs de saisir sous un angle nouveau les « pouvoirs de l’imprimé » (chapitre I). L’auteur souligne effectivement que l’invention de Gutenberg au milieu du xve siècle n’a pas entrainé la disparition brutale des textes manuscrits. Bien au contraire, l’apparition de l’imprimerie a souvent permis au trait de plume et à la marque du caractère mobile de cohabiter sur la même page. La métamorphose dans les années 1740 d’une des éditions d’Hamlet en prompt book (c’est-à-dire en guide annoté pour les représentations théâtrales), sur laquelle l’auteur se penche dans le chapitre VII, en fournit d’ailleurs un exemple.

3Les effets de l’invention de l’imprimerie « concernent avant tout les relations entre les œuvres en tant que textes et les formes de leur inscription matérielle » (p. 29). Avec les livres imprimés, se fixe ainsi un « paratexte » composé de toutes les indications que contiennent leurs premières pages. Au chapitre V, ces préliminaires textuels sont l’objet d’une étude spécifique puisque Roger Chartier considère que cette notion, pensée par Gérard Genette d’une manière abstraite, doit être historicisée. Le paratexte de deux éditions espagnoles de Don Quichotte, datées de 1605 et 1615, est composé de dédicaces et d’avertissements de l’auteur, de l’approbation des censeurs, du nom du libraire-imprimeur et du privilège royale autorisant l’impression du livre. Son analyse permet ainsi d’observer la structure du système éditorial de l’époque.

4La révolution de l’imprimé, malgré son importance, n’est pas le seul jalon dans la longue histoire de la matérialisation des textes. La précédant de dix siècles, l’apparition du codex a donné au livre la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Les index, les tables, la pagination ou encore la confection de libro unitario, compilant dans un même livre les œuvres d’un seul auteur, sont autant d’innovations textuelles qui manifestent « l’esprit de l’imprimeur » avant l’invention du caractère mobile d’imprimerie.

  • 2 Yvonne Johannot, Tourner la page. Livres, rites et symboles, Grenoble, Éd. Jérôme Millon, 1994 [198 (...)

5La matérialité des textes et des livres renvoie en creux à l’immatérialité des idées qu’ils permettent de fixer. « Écrit et mémoire » (chapitre X) sont effectivement inextricablement liés, comme le souligne l’auteur. En croisant les analyses fondatrices de Paul Ricœur avec certaines des réflexions du héros de Cervantes, Roger Chartier développe des remarques stimulantes sur l’imbrication des mémoires individuelle et collective et sur le souvenir, considéré comme fulgurance mémorielle et comme exercice de remémoration laborieux. Cette capacité de fixation explique sans doute pourquoi « dans nos fantasmes, c’est à une pierre que notre imaginaire a voulu identifier le livre »2. L’emploi récurrent de métaphores suggérant la liquidité à propos de la « textualité numérique » (p. 17) souligne d’ailleurs l’ampleur des bouleversements générés par ce nouveau mode d’accès au texte.

6La prise en compte de la matérialité des textes et des œuvres divise les spécialistes de l’histoire du livre. Dans la neuvième étude de l’ouvrage, consacrée aux controverses entre les spécialistes du corpus shakespearien, Roger Chartier clarifie les termes du débat. Il oppose d’un côté les tenants de la « bibliographie matérielle », qui recensent l’ensemble des éditions d’une œuvre pour pouvoir remonter à une mythique publication originale, objet de toutes les attentions ; et de l’autre, les partisans de la « sociologie des textes », qui considèrent que chaque nouvelle matérialisation d’un texte en modifie positivement le sens et s’attachent à l’étude de toutes les éditions d’une même œuvre.

  • 3 Georges Perec, « Lire : esquisse socio-physiologique », in Penser/Classer, Paris, Hachette, coll. « (...)

7La matérialité des textes et du livre renvoie enfin à une autre thématique abordée de manière latérale dans l’ouvrage : la dimension physique de l’acte de lecture. Plusieurs remarques éparses de l’auteur peuvent effectivement être rassemblées pour souligner que la lecture « est d’abord […] une précise activité du corps »3. Elle engage bien sûr la main. Ainsi, « en substituant au rouleau une forme nouvelle de livre [le codex] a permis des gestes qui étaient tout à fait impossibles auparavant » (p. 39). L’étude remarquable consacrée à la ponctuation des textes (chapitre VIII) permet quant à elle de saisir indirectement le rôle des yeux et de la bouche. En distinguant « ponctuation grammaticale » et « ponctuation d’oralité » (p. 236), l’auteur insiste ainsi sur les différents usages des textes : si la ponctuation constitue le plus souvent un réseau de signes conformes à la langue qui permet le déchiffrage visuel de textes lus à voix basse, son utilisation est parfois pensée en priorité pour permettre des lectures à voix haute qui révèlent le « corps sonore » (p. 14) des œuvres.

8Contrairement au corps du lecteur, celui de l’auteur fait l’objet d’une attention particulière : la fétichisation de « la main de l’auteur », sujet du deuxième essai et fragment du titre du livre, doit effectivement être considérée comme le symbole, au xviiie siècle, de « l’émergence d’un ordre des discours qui se fonde sur l’individualisation de l’écriture, l’originalité de l’œuvre et le sacre de l’écrivain » (p. 12). À cette époque se stabilise une définition duale du livre : il est tout à la fois une œuvre de l’esprit dont l’unique propriétaire est l’auteur et un objet fabriqué en de multiples exemplaires qui reproduit un texte manuscrit devenu objet d’archive et de collection. Avec ce basculement se clôt une phase durant laquelle l’écriture était considérée comme une activité collective et où les œuvres étaient appréhendées comme des textes ouverts, réécrits, copiés, continués.

9La mobilité des textes est une autre des caractéristiques sur laquelle l’auteur insiste. Il s’y intéresse en se consacrant d'abord aux nombreuses éditions du chef d’œuvre de Cervantes et à leur circulation dans une Europe du xviie siècle, fascinée par l’Espagne et éprise du genre picaresque (chapitre III). Roger Chartier se concentre ensuite sur les multiples éditions et traductions, entre 1578 et 1820, de l’ouvrage de Bartolomé de las Casas consacré à la destruction des Amériques par les Espagnols (chapitre IV). Ce faisant, il pointe la singularité du livre et du texte imprimé : permettre tout à la fois la fixation et la circulation des mots et des idées.

10Pour pouvoir être mobiles, les œuvres doivent êtres traduites. Cette opération révèle la dernière des caractéristiques transversales sur laquelle l’auteur insiste tout au long de l’ouvrage : la malléabilité des textes. Si cette caractéristique est comme suggérée par les adaptations marginales qu’implique toute traduction, les métamorphoses d’une même œuvre la soulignent radicalement. Dans l’étude qu’il consacre à l’adaptation théâtrale du Quichotte par Antônio José da Silva à Lisbonne en 1744 (chapitre VI) Roger Chartier énumère ainsi plusieurs altérations du texte original. Il remarque d’abord que la pièce se base sur plusieurs textes du corpus cervantin. Il souligne aussi que la priorité donnée aux aspects scéniques explique plusieurs modulations par rapport à l’histoire originelle. Il avance enfin que la vie tourmentée du dramaturge leste sa pièce d’éléments biographiques.

11La publication des pièces de Shakespeare tout au long du xviie siècle permet également de saisir, dans un sens opposé, les ajustements opérés par la mise en livre d’une pièce de théâtre. Les canons moraux de l’époque, la modernisation du vocabulaire ou bien encore plus simplement le raccourcissement des textes sont autant d’éléments qui ont altéré l’œuvre de l’artiste.

12Cependant, « les significations des œuvres changent même lorsque leur texte ne change pas » (p. 202). Ainsi la charge de Bartolomé de las Casas sur les méfaits de la colonisation espagnole des Amériques s’est-elle lestée de sens différents au moment de sa publication à Séville en 1552, à l’époque de sa traduction en Hollande protestante lors des Guerres de religions à la fin du xvie siècle ou encore lors de son édition à Guadalajara en 1822 pendant les guerres d’indépendance menées par les colonies du royaume d’Espagne.

  • 4 Pierre Bayard, Et si les œuvres changeaient d’auteur?, Paris, Les Éditions de Minuits, coll. « Para (...)

13La nouvelle de Jorge-Luis Borges, Pierre Ménard, auteur du Quichotte, à laquelle l’auteur consacre les ultimes remarques de son épilogue, pointe également la malléabilité intrinsèque des textes. Considérant que le nom de l’auteur, « loin d’être un simple nom, attire autour de lui toute une série d’images ou de représentations […] qui viennent interférer avec le texte et en conditionnent la lecture »4, Borges, en imaginant l’histoire de la réécriture du texte de Cervantes par un autre écrivain, souligne que les œuvres sont riches de virtualités comprimées que les lecteurs doivent exploiter.

14L’ouvrage de Roger Chartier regorge d’analyses que le format de cette note ne permet pas d’aborder. Le plus stimulant dans ses pages, outre l'exploitation de textes littéraires considérés par l’auteur comme de véritables documents historiques, est sans aucun doute le renversement de perspective qu’il opère et qui consiste à faire du livre, qui est habituellement pour le chercheur un outil de recherche, un objet de réflexion.

Haut de page

Notes

1 Henri-Jean Martin, « Pour une histoire de la lecture », Le Débat, n° 22, novembre 1982, p. 160.

2 Yvonne Johannot, Tourner la page. Livres, rites et symboles, Grenoble, Éd. Jérôme Millon, 1994 [1988], p. 164.

3 Georges Perec, « Lire : esquisse socio-physiologique », in Penser/Classer, Paris, Hachette, coll. « Textes du xxe siècle », 1985, p. 111.

4 Pierre Bayard, Et si les œuvres changeaient d’auteur?, Paris, Les Éditions de Minuits, coll. « Paradoxe », 2010, p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Roger Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18156

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Prépare un doctorat sur l’histoire de l’édition de vulgarisation en sciences humaines et sociales (dir. Valérie Tesnière, EHESS, année universitaire 2015-2016).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page