Navigation – Plan du site

Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert, François Jarrige (dir.), Quand les socialistes inventaient l'avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860

Matthieu Hély
Quand les socialistes inventaient l'avenir
Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert, François Jarrige (dir.), Quand les socialistes inventaient l'avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860, Paris, La Découverte, 2015, 408 p., ISBN : 978-2-7071-8591-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Ou utopistes, ou facétieux, voilà comment je définis les philosophes qui, pour ne pas s’appeler c (...)
  • 2 Voir Valls Manuel, Pour en finir avec le vieux socialisme…et être enfin de gauche !, Robert Laffont (...)

1La tradition du « socialisme utopique » – selon l’expression péjorative de l’époque – qui se forge à la fin de la Monarchie de Juillet est annonciatrice de la révolution de 1848. L’anathème de « socialistes utopistes », lancé par des conservateurs comme Adolphe Thiers1 aux réformateurs sociaux, entend disqualifier les doctrines qui remettent en cause l’ordre social bourgeois. Cet ouvrage collectif est l’aboutissement du programme ANR « Utopies 19 – Intellectuels et expérimentateurs socialistes 1830-1870 », qui a associé plusieurs unités scientifiques relevant de différentes spécialités disciplinaires, à l’image des contributeurs : histoire, science politique, philosophie, économie, etc. Il propose de revenir aux fondements historiques des différentes tendances qui se sont progressivement rassemblées sous le même vocable de « socialisme », dont les auteurs nous rappellent opportunément, en introduction, que ce terme est « l’autre nom des sciences de la société et [qu’] il se construit aussi contre une économie politique libérale accusée de d’autisme » (p. 11). À l’heure où un Premier ministre « socialiste » invite à débaptiser son propre parti « socialiste », dont il juge l’appellation « dépassée », car en décalage avec des réalités du XIXe siècle qui « ne seraient plus les nôtres »2, ce retour aux sources a le grand mérite d’interroger le lecteur sur l’impossibilité politique contemporaine de penser l’avenir sous d’autres formes que l’eschatologie représentée par de nombreux films de science-fiction récents (Mad Max Fury Road, Elysium, etc.). C’est en effet l’un des grands plaisirs de l’ouvrage que de permettre l’exploration d’une époque, qu’on ne peut évidemment pas dépeindre comme un « âge d’or » compte tenu de la violence des luttes sociales qui s’y sont déroulées, mais où l’avenir n’était pas résumable à la formule lapidaire du « no future » et où l’utopie n’était pas, comme aujourd’hui, synonyme de rêves chimériques qui « passeront avec l’âge ».

2Le début de la chronologie retenue coïncide avec la fin de la seconde Restauration et le durcissement des conditions d’exercice de la liberté de la presse, avec les ordonnances prises par Charles X à la fin de son règne ; elle se poursuit sous la Monarchie de Juillet et l’éphémère Seconde République, qui verront éclore une floraison de publications diverses, pour s’achever dans la phase de libéralisation et d’expansion du nombre de quotidiens publiés sous le Second Empire. Ce que donne à voir cette exploration, c’est bien sûr l’hétérogénéité des opinions et des causes qui vont se reconnaître progressivement dans ce « socialisme » foisonnant et inventif : saint-simoniens, sociétaires, cabétistes ou buchéziens, babouvistes, socialistes chrétiens ou républicains, communistes et féministes. C’est dans les journaux fondés par les héritiers de Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon, que l’accusation d’utopie est considérée comme « un blasphème contre Dieu, une calomnie contre l’humanité », renversant ainsi le stigmate de l’imaginaire stérile et farfelu, qui ne s’incarne jamais dans le réel. Stefania Ferrando et Bérengère Kolly consacrent leur contribution au « premier » journal féministe intitulé La femme libre, dont le premier numéro paraît en août 1832, et mettent en évidence la radicalité politique, rare pour l’époque, de la ligne éditoriale. L’appartenance des fondatrices aux milieux populaires et à la petite bourgeoisie rend ainsi possible la mise en débat de sujets polémiques comme la prostitution, ce qui témoigne d’une volonté revendiquée de s’affranchir des convenances pour tendre vers une parole libre et s’émanciper de la domination masculine qui tient les femmes à l’écart des grandes mobilisations politiques.

3À partir de 1835, le contrôle sur les activités de presse se renforce. La contribution de Cyrille Ferraton permet de revenir sur le rôle important joué par Louis Blanc dans la mise en œuvre des « ateliers nationaux » qu’il théorise dans un numéro de sa Revue du progrès publié en 1839 publié. Contrairement à une idée reçue, Louis Blanc n’était pas favorable à une centralisation étatique excessive mais pensait que l’État devait impulser une dynamique sans intervenir de façon continue par la suite. Alain Maillard propose une généalogie des mouvements « babouvistes », qui caractérisent la naissance d’une presse « communiste », fondée sur une historiographie de la période 1836-1847. Cette décennie est marquée par la profusion de doctrines autour de la notion d’« association », élaborées par Victor Considérant, Etienne Cabet, Philippe Buchez ou encore Pierre Joseph Proudhon. Les pratiques des sociétés de secours mutuels et des associations ouvrières, qui se multiplient depuis l’abolition des corporations de métiers par les lois d’Allarde et Le Chapelier, constituent, pour ces intellectuels, le socle d’une alternative en actes à l’organisation capitaliste du travail. Rétrospectivement, ces pensées peuvent être considérées comme les premières expressions d’une aspiration à la « démocratie sociale » qui sera consacrée par une République en marche.

4Dès la proclamation de la République en février 1848, la presse politique et sociale connaît une phase de liberté d’expression exceptionnelle. Elle devient alors un instrument essentiel de diffusion et de critique des idées socialistes. Les formes et les durées de cette presse sont variables et les titres évocateurs : Le vieux Cordelier, La Carmagnole, Le journal des Jacobins, Le Journal des sans-culottes, Diogène sans-culottes, Le Robespierre, Salut Public, etc. L’espoir, exprimé dans ces brochures périodiques, d’une République sociale se heurtera aux troupes du Général Cavaignac et à la répression sanglante qui s’abattra sur le peuple de Paris sous le soleil de juin. Après le fameux « coup d’État du 18 Brumaire », Louis Napoléon Bonaparte rétablira les mesures répressives à l’égard de la presse : les périodiques traitant d’économie politique devront, en particulier, solliciter une autorisation gouvernementale. Le second Empire naissant, la presse socialiste est privée d’espace d’expression. Comme le relate une citation évocatrice extraite de La Lanterne en 1868 : « La France contient trente-six millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement ».

  • 3 Polanyi Karl, La grande transformation: aux origines politiques et économiques de notre temps, Pari (...)
  • 4 Fukuyama F., 1992, The end of history and the last man, Maxwell Macmillan International, New York, (...)
  • 5 URL : http://www.lsp.inrs.ca/spip.php?rubrique158
  • 6 Voir à ce sujet « L’économie sociale et solidaire n’aura pas lieu » publié dans le Mensuel du Snesu (...)

5Face à la diffusion de « l’esprit du capitalisme » et sa transposition dans les pratiques économiques ordinaires, les sociétés modernes ont longtemps été polarisées entre des utopies « libérales », où le marché devait devenir le principe « autorégulateur », selon le mot de Polanyi3, de toutes les relations sociales (jusque dans les relations de travail), et des utopies « socialistes », dont la consistance résidait dans l’affirmation des valeurs démocratiques face à l’hégémonie du marché sur le reste de la société. L’affaiblissement de la capacité de ces dernières à incarner un « au-delà du capitalisme », marqué par l’échec du « socialisme réel », ne signifie pas pour autant la « fin de l’histoire » comme certains essayistes, dont notamment Francis Fukuyama4, l’ont prophétisé dans le tumulte du début de la décennie 1990. En effet, cet ouvrage collectif, en revenant sur une configuration historique particulièrement favorable à la production d’utopies, provoque un voyage stimulant dans la fabrique du « socialisme ». Le dossier que nous avons consacré avec Sylvain Lefèvre aux « utopies économiques » dans le numéro 72 de la revue Lien social et politiques5, montre qu’il existe encore aujourd’hui de nombreuses initiatives caractérisées par une recherche d’émancipation vis à vis des règles de l’économie de marché. Mais la comparaison avec l’ébullition de la période couverte par cet ouvrage collectif est un apport précieux pour mettre en lumière l’inanité d’une approche qui se contente de transposer, ipso facto, ces mouvements historiques au contexte contemporain, en les rassemblant, tant bien que mal, sous une catégorie essentialisée comme celle « d’économie solidaire » et en les consacrant comme la figure du proue d’une « autre économie », dont on cherche en vain l’unité et l’incarnation dans des pratiques subversives de l’ordre économique dominant6.

Haut de page

Notes

1 « Ou utopistes, ou facétieux, voilà comment je définis les philosophes qui, pour ne pas s’appeler communistes, ont imaginé de s’appeler socialistes » cité in Brémand, Nathalie, « Introduction : “Socialistes utopiques”, les mal-nommés », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n. 124 (2014), p. 13–24.

2 Voir Valls Manuel, Pour en finir avec le vieux socialisme…et être enfin de gauche !, Robert Laffont, Paris, 2008.

3 Polanyi Karl, La grande transformation: aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

4 Fukuyama F., 1992, The end of history and the last man, Maxwell Macmillan International, New York, 1992.

5 URL : http://www.lsp.inrs.ca/spip.php?rubrique158

6 Voir à ce sujet « L’économie sociale et solidaire n’aura pas lieu » publié dans le Mensuel du Snesup, février 2015, URL : https://www.academia.edu/11292589/LESS_naura_pas_lieu_Mensuel_du_Snesup_f%C3%A9vrier_2015

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hély, « Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert, François Jarrige (dir.), Quand les socialistes inventaient l'avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18167

Haut de page

Rédacteur

Matthieu Hély

Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Lumières (Site Paris Ouest-Nanterre) et chercheur à l’IDHES (UMR CNRS 8533).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page