Navigation – Plan du site

Thierry Paquot, Lewis Mumford, Lewis Mumford. Pour une juste plénitude

Martin Denoun
Lewis Mumford
Thierry Paquot, Lewis Mumford, Lewis Mumford. Pour une juste plénitude, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2015, 120 p., ISBN : 978-2-36935-026-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dirigée par Serge Latouche.
  • 2 Professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, auteur du récent Désastres urbains. Les villes meuren (...)
  • 3 Jacques Ellul, Le système technicien, Paris, Calmann-Lévy, 1977.
  • 4 Ivan Illich, La convivialité, Paris, Seuil, 1973.
  • 5 Lewis Mumford, Le mythe de la machine, tomes 1 & 2, Paris, Fayard, 1974.

1La collection « Les précurseurs de la décroissance »1 des éditions du Passager clandestin s’étoffe rapidement et couvre une période historique très large, d’Épicure ou Lao-Tseu à Murray Bookchin ou André Gorz. L’objectif de la collection est de rendre visible la continuité de thématiques appelées aujourd’hui « décroissantes » chez des auteurs aux traditions a priori hétérogènes. Lewis Mumford, historien autodidacte des villes et des techniques, entre aujourd’hui dans cette bibliothèque décroissante à travers ce volume présenté par Thierry Paquot2. Sa présentation est composée d’une biographie et d’une analyse des « sources de sa pensée politique », ainsi que d’une bibliographie commentée. Mumford est avec Ellul et Illich une des grandes figures de la critique de la technique et de la notion de progrès en général. Les concepts de « système technicien »3 chez Ellul et d’« outillage industriel »4 chez Illich font d’ailleurs écho à celui de « mégamachine »5 chez Mumford.

2Le reste de l’ouvrage est constitué d’une sélection de huit textes de Mumford, rapidement introduits par Thierry Paquot afin de fournir le contexte historique et l’ambition générale des essais d’où sont tirés ces textes. La variété a été privilégiée, au détriment de la longueur de chaque texte. Ce choix permet au lecteur de parcourir les nombreux thèmes liés à la décroissance sur lesquels Mumford a écrit, et de rendre perceptible l’évolution de sa pensée sur le long terme, puisque les textes proposés ont été écrits entre 1925 et 1974. En outre, il donne accès à la richesse des formes employées par l’auteur, d’articles de revues spécialisées à des tribunes de journaux en passant par des entretiens, des essais ou des dialogues.

3La présentation – plus hagiographique que critique – de Thierry Paquot vise à montrer que les écrits de Mumford, inspirés entre autres par des auteurs comme Geddes ou Emerson, ont été nombreux, influents, précurseurs et transdisciplinaires. Il insiste aussi sur son implication dans des organisations chargées de relayer politiquement les idées exposées dans ses travaux théoriques, comme la « planification régionale ». Il participe ainsi activement au Regional Planning Association of America (RPAA) qui avait pour but de « construire des unités de voisinage valorisant les énergies locales, cultivant et se nourrissant des produits régionaux, respectant la wilderness […], maîtrisant l’extension des métropoles », des thèmes pour le moins actuels en notre ère annoncée d’anthropocène.

4En s’intéressant particulièrement à l’histoire de l’urbanisme et à celle des techniques, Lewis Mumford déploie des analyses questionnant le bien-fondé d’une croissance qui ne semble pas connaître de terme. Loin d’en appeler à un retour à la terre, il constate en revanche que cette « mégalopolisation » des villes leur fait perdre ce qui avait constitué leurs avantages : sa capacité à faire communauté tout en mixant une grande diversité de cultures et sa concentration permettant des gains de temps et d’énergie. Concernant la technique, il déplore la mise en place de techniques agraires ou militaires qui mettent en péril des écosystèmes (agriculture intensive et monocultures) voire la planète entière (armement nucléaire), et qui déterminent de plus en plus les rapports sociaux, et ce de manière autoritaire.

5De manière générale, sa critique est nourrie par une double crainte : une centralisation trop forte et une perte de maîtrise de ses conditions de vie. La centralisation concerne les lieux de décision et les moyens de production qui régissent et alimentent une population et des territoires toujours plus grands. Devant cette croissance continue, rendue possible par cette centralisation, il est impossible, selon Mumford, de maintenir un lien politique effectif entre la population et les responsables politiques. Or, sans ce lien, les citoyens perdent la maîtrise sur leurs conditions de vie, d’autant plus que Mumford ne voit dans les médiations (techniques comme institutionnelles) qu’un pis-aller à visée strictement gestionnaire. La perte de maîtrise des outils techniques, symbolisés par le fait que ceux qui manipulent les outils sont, avec le développement de systèmes techniques complexes, dépossédés de la capacité d’agir sur leurs fonctionnements, est directement lié chez Mumford à un enjeu démocratique.

6Il est frappant de constater, à la lecture des morceaux choisis, combien Mumford était déjà sensible à des enjeux qu’on pourrait croire plus tardifs. Ainsi, dès la parution de Technique et civilisation en 1934, il s’inquiète du niveau de pollution des sols, de la menace pesant sur la bio-diversité (« diversité environnementale »), de l’importance du gaspillage et du développement de la l’agriculture intensive et de la monoculture. Il n’est pas en reste pour proposer des solutions « modernes » puisqu’il recommande la mise en place de systèmes de recyclage et d’énergies renouvelables (« énergies cinétiques »). Cela lui permet de construire une critique du capitalisme comme un système destructeur de ressources, et non plus seulement destructeur de structures sociales, en pointant ce qu’on appelle aujourd’hui les externalités négatives. Anticipant en un sens la tâche qui sera donnée au GIEC d’intégrer ces externalités, il décrit ainsi les points aveugles des prévisionnistes d’alors dont les « descriptions statistiques, apparemment objectives, ignorent en fait toutes les données biologiques, anthropologiques et historiques susceptibles de remettre en cause les bases de leur argumentation et d’en rectifier les conclusions ».

7De ce point de vue, la sélection de textes permet de dénaturaliser la supposée modernité de certains problèmes technologiques et environnementaux, en montrant qu’un analyste attentif comme Mumford pouvait déjà les identifier. Pour autant, des textes si courts ne donnent pas au lecteur la possibilité d’éprouver la solidité des concepts déployés par Mumford, qu’il s’agisse de l’« homme posthistorique » ou encore du dualisme entre « mécanique » et « organique ». Ils permettent en revanche de questionner la vision anthropologique qui soutient ses analyses. Ainsi Thierry Paquot note en introduction à l’un des textes que Mumford part « du principe que l’homme est d’abord un créateur de symboles, de mythes, de pensées avant d’être un fabricant d’outils », ce qui s’inscrit dans sa critique de la technique comme « fin en soi ». On ne voit pourtant pas très bien les raisons d’un tel privilège de l’homo ludens ou sapiens sur l’homo faber, ni même la nécessité de fixer une première nature chez l’homme.

8En résumé, le format de cette collection en fait un bon outil pour ceux qui, ne connaissant pas l’œuvre de Mumford, souhaiteraient en avoir un premier aperçu assez exhaustif. La bibliographie commentée permettra en outre au lecteur intéressé de s’orienter dans l’œuvre « foisonnante » de l’auteur.

Haut de page

Notes

1 Dirigée par Serge Latouche.

2 Professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, auteur du récent Désastres urbains. Les villes meurent aussi, Paris, La découverte, 2015.

3 Jacques Ellul, Le système technicien, Paris, Calmann-Lévy, 1977.

4 Ivan Illich, La convivialité, Paris, Seuil, 1973.

5 Lewis Mumford, Le mythe de la machine, tomes 1 & 2, Paris, Fayard, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Denoun, « Thierry Paquot, Lewis Mumford, Lewis Mumford. Pour une juste plénitude », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 02 juin 2015, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18202

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page