Navigation – Plan du site

Matthieu Gellard, Une reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis

Fadi El Hage
Une reine épistolaire
Matthieu Gellard, Une reine épistolaire. Lettres et pouvoirs au temps de Catherine de Médicis, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque d'histoire de la Renaissance », 2015, 736 p., ISBN : 978-2-8124-3462-4.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est la version éditée d’une thèse soutenue en 2010 à l’Université Paris IV–Sorbonne par Matthieu Gellard, sous la direction de Denis Crouzet (qui signe la préface) et de Lucien Bély (qui signe la postface). Ce travail est l’un de ceux produits ces dernières années sous l’impulsion du premier, certains ayant également été publiés, à l’exemple du François de Guise, duc de Lorraine, entre Dieu et le Roi d’Éric Durot (Paris, Classiques Garnier, 2012). Force est de reconnaître que de telles publications renouvellent la perception de ces personnages dont l’étude a été altérée par une « légende noire » tenace.

2Catherine de Médicis est fréquemment perçue comme une mère de rois tenant en réalité les rênes du pouvoir, ne le perdant qu’avec Henri III. Matthieu Gellard tempère fortement cette image d’Épinal négative. Pour cela, il a choisi d’étudier le fondement même de l’expression du pouvoir de Catherine de Médicis : sa correspondance. « Le volume de la correspondance active de Catherine de Médicis est impressionnant », nous dit l’auteur (p. 58). Près de 6 000 lettres ont été comptabilisées, une grande partie d’entre elles ayant été par ailleurs publiées. Elle écrivait constamment et c’est justement cette activité qui constitue l’épine dorsale de l’ouvrage, qui s’interroge sur l’importance de la correspondance au sein de l’État dans ses dimensions politiques et diplomatiques, les deux s’imbriquant dans le contexte des guerres de Religion. Ce diptyque plutôt équilibré constitue le plan du livre.

3Un premier chapitre développe une approche quantitative de la correspondance de Catherine de Médicis. De cette manière, Matthieu Gellard met en évidence la fréquence d’écriture de la reine (deux lettres par jour en moyenne entre 1559 et 1588), ainsi que la diversité des destinataires de ses missives. Plus de 750 d’entre eux ont été recensés, près des deux tiers n’ayant reçu qu’une seule lettre. Un tiers de la correspondance était adressée à seulement onze personnes. Leur identité (p. 71) confirme l’intérêt avant tout étatique des lettres rédigées. Outre de grands officiers de la Couronne (les maréchaux de Cossé, de Damville, de Matignon, de Montmorency), nous retrouvons entre autres des secrétaires d’État (Pomponne de Bellièvre, Villeroy), des ambassadeurs (Fourquevaux, Du Ferrier) et des souverains (Philippe II, Henri III). La présence du dernier Valois peut être expliquée par le retrait de sa mère des affaires et son départ du Louvre.

4La répartition géographique de la correspondance n’est pas surprenante. L’Italie domine et les échanges avec l’Espagne ne sont pas négligeables, du moins jusqu’à la mort d’Élisabeth, fille de Catherine et épouse de Philippe II.

5La correspondance de Catherine de Médicis était vraiment une correspondance de pouvoir, au regard de la contresignature par des secrétaires d’État, travaillant eux-mêmes à la rédaction des lettres. Les secrétaires d’État avaient un rôle majeur dans les affaires du royaume, contresignant les actes royaux, à l’exemple des lettres-patentes. Leur implication démontre l’importance de la reine-mère dans le système étatique, a fortiori lorsqu’elle était régente au début du règne de Charles IX, mais également à la majorité de ce dernier, en tant que conseillère. La correspondance était vraiment pour elle un moyen politique primordial. Mêlée à celle du roi, elle a pour Matthieu Gellard un statut de « correspondance officielle devenue bicéphale » (p. 121) sous les règnes de Charles IX et Henri III. L’auteur précise également l’importance de la correspondance passive pour mesurer la puissance de la reine-mère, dans la mesure où elle montre l’écho suscité par son pouvoir.

6Le deuxième chapitre de l’ouvrage détermine à quel point les lettres de Catherine de Médicis mesurent son degré d’influence auprès de chacun de ses fils. Presque sans surprise, Charles IX apparaît comme « un roi sous influence » (p. 124). Sa mère a conservé un rôle particulier, au regard de sa correspondance diplomatique, ce fait étant d’autant plus important que « les affaires étrangères peuvent en effet être considérées comme l’une des prérogatives royales les plus importantes » (p. 131). Elle n’a pas eu une influence aussi importante à l’avènement d’Henri III, laissant même penser à une fin de vie en disgrâce (p. 147), après avoir néanmoins joué pendant plus d’une décennie un rôle de conseillère et de négociatrice de premier ordre. Cette importance, elle la tenait d’une légitimité féminine, en tant que veuve de roi et mère de rois. Cela l’a exposée à de vives critiques, lui imputant de façon incertaine une part de responsabilité dans certaines décisions et actes tel que le massacre de la Saint-Barthélémy.

7L’étude de la correspondance de Catherine de Médicis permet une approche prosopographique des diplomates destinataires de ses lettres. Le troisième chapitre dresse une étude sociale de ces derniers. Il replace Catherine de Médicis dans une dimension plus large, à l’instar du quatrième chapitre. Celui-ci éclaire sur le réseau diplomatique, apportant de nombreux détails structurels, ainsi sur l’acheminement du courrier. On notera également l’importance de la noblesse militaire dans la diplomatie.

8La première partie a servi à présenter les « éléments structurants », la seconde à les « mettre en mouvement » (p. 313) à traves l’étude de « la négociation épistolaire » (p. 311). Les études de cas sont si bien choisies que Matthieu Gellard dresse une évolution des relations diplomatiques de la France au soir de la dynastie des Valois, notamment envers l’Espagne et l’Angleterre.

9Le cinquième chapitre met en lumière trois personnages illustrant la communication épistolaire. Raymond de Fourquevaux, représentant du roi Charles IX à Madrid de 1565 à 1572, a entretenu une correspondance soutenue tant avec son souverain qu’avec la mère de celui-ci. Ce diplomate avait eu une longue carrière militaire, dès l’âge de 19 ans. Il était un vétéran des guerres d’Italie avant de combattre les protestants en Languedoc. C’est d’ailleurs en Italie qu’il avait pratiqué l’art de la diplomatie. Son choix pour partir en ambassade à Madrid, lui qui était hostile aux Espagnols, atteste d’un certain pragmatisme chez Catherine de Médicis. Elle a fait désigner un homme fidèle à la monarchie française, qui ne combattait les protestants qu’en tant que rebelles. Il n’était pas tenté par une alliance avec l’Espagne contre eux.

10Plus fréquents ont été les échanges entre la reine-mère et l’ambassadeur en Angleterre de 1568 à 1575, Bertrand de Salignac, Londres étant plus près de Paris que Madrid. Lui aussi était militaire, ayant surtout combattu les Anglais et les Impériaux. Contrairement à Fourquevaux, plus âgé, Salignac espérait que son ambassade soit un « tremplin vers de plus hautes charges » (p. 359). Matthieu Gellard distingue leurs aspirations différentes à travers l’absence d’opinion personnelle dans les missives de l’ambassadeur en Angleterre. Ce silence, préjudiciable pour l’historien désireux de connaître ses réflexions sur la situation en France, s’expliquerait par la volonté de ne pas se compromettre, et donc de ne pas compromettre sa carrière ascendante.

11La troisième personne est d’autant plus importante qu’elle n’était autre que la fille de Catherine de Médicis : Élisabeth de Valois, épouse de Philippe II d’Espagne. Leur correspondance a été l’un des éléments essentiels des relations franco-espagnoles. La disparition de cette princesse a engendré une inflexion diplomatique, Philippe II ayant choisi « de se remarier avec une princesse Habsbourg plutôt qu’avec Marguerite de Valois, la petite sœur d’Élisabeth » (p. 368). Le rapport entretenu entre les deux reines était une des facettes de la communication diplomatique, en plus de la relation avec les agents officiels, différant notamment au regard de leurs moyens d’action (les audiences accordées aux ambassadeurs).

12Le sixième chapitre s’intéresse aux événements impliquant le système diplomatique auquel participait pleinement Catherine de Médicis. L’exemple des deuxième et troisième guerres de Religion met en lumière les difficultés du royaume de France dans un contexte de guerre et les ressorts diplomatiques sollicités, notamment du côté espagnol, aide d’autant plus controversée que l’Espagne des Habsbourg était perçue avec méfiance. La recherche d’une politique d’équilibre se manifestait lorsque l’Angleterre était ménagée de façon à la dissuader d’aider les protestants français. Toutefois, les craintes d’entrée en guerre d’États pour raisons confessionnelles relevaient en partie du fantasme, les sympathies en ce domaine n’ayant pas été synonymes de formation d’« internationales catholiques et protestants », affirme Gellard en se référant à Alain Tallon (p. 470).

13Le dernier chapitre aborde les modulations diplomatiques à travers les alliances matrimoniales. Certaines négociations n’ont finalement pas abouti, ainsi les projets de mariage entre un fils de Catherine de Médicis et la reine Élisabeth. Elles ont été source de tensions, et rappellent la grande fragilité de l’équilibre diplomatique français voire européen, dans un contexte délicat de querelles religieuses et de rivalités hégémoniques.

14L’ouvrage de Matthieu Gellard démontre avec brio la versatilité de la diplomatie, au plus près des sources, qui elles seules « permettent de saisir toutes les oscillations de la vie internationale, l’incertitude permanente des gouvernants et leur inquiétude quant aux intentions des autres princes » (p. 572). Ses annexes ne font que confirmer la qualité du livre, qui ne pourra qu’être incontournable pour l’étude de la France au temps de la première modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadi El Hage, « Matthieu Gellard, Une reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 juin 2015, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18214

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page