Navigation – Plan du site

Olivier Le Deuff, La documentation dans le numérique

Julie Sénac
La documentation dans le numérique
Olivier Le Deuff, La documentation dans le numérique, Villeurbanne, ENSSIB, coll. « Papiers », 2015, 223 p., ISBN : 979-10-91281-32-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Moatti, Alexandre, « Le numérique, adjectif substantivé », Le Débat, n° 170, mai-août 2012.
  • 2 Nous renvoyons à la cartographie des métiers proposé par l’Association des professionnels de l’info (...)
  • 3 Le Deuff Olivier, La formation aux cultures numérique. Une nouvelle pédagogie pour une culture de l (...)

1Appréhender l’interaction entre documentation et numérique suppose d’aller au-delà de l’idée reçue d’un déclin du livre, du texte, au profit du web. La réflexion qui est proposée interroge les représentations répandues de ces deux notions. La notion de documentation est bivalente, elle représente un ensemble de documents regroupés sur un thème particulier mais aussi l’ensemble des activités de gestion et de diffusion de ces mêmes documents ; c’est ce deuxième point qu’exploite l’ouvrage. L’adjectif numérique qualifie une information représentée sous un format d’écriture informatique et nécessitant une médiation technique pour être lue. S’inscrivant dans une tendance à la substantivation de la langue française, l’auteur préfère l’employer comme un nom afin de le faire plus facilement dialoguer avec les transformations qu’il induit1. L’intention de l’ouvrage est d’amener à penser ou repenser la construction de l’identité du professionnel de la documentation2. On y retrouve plusieurs concepts que l’auteur a mis en lumière dans de précédentes publications ; il poursuit ses réflexions sur l’éducation et la formation3 des individus face à la diversification des sources d’informations. Il présente ici la place des services de documentation dans la formation des usagers à l’accès de l’information. Ces services sont chargés de traiter, de collecter et de diffuser des documents mais aussi de mettre à disposition des outils de recherche capables de répondre à la demande d’information des usagers.

2L’ouvrage se propose de brosser une image globale, mais néanmoins tributaire des orientations de l’auteur, du secteur de la documentation. Se transformant sous l’effet des évolutions des technologies numériques, les missions et les actions proposées par les services de documentation gardent à l’heure actuelle toute leur pertinence, selon l’auteur. S’appuyant sur les réflexions actuelles en bibliothéconomie, Olivier Le Deuff analyse dans un premier temps ce qu’est la documentation, le secteur auquel elle renvoie, son histoire et ses missions, puis il interroge les acceptions du terme « numérique » ainsi que les outils qu’il fonde. Enfin, il présente ce qui, selon lui, est actuellement porteur pour une construction opérante, fonctionnelle, entre les deux concepts analysés. Cela permet d’appréhender le numérique et les potentialités qu’il apporte non pas comme un frein mais comme un nouveau moteur pour le documentaliste.

  • 4 Otlet, Paul, Traité de la documentation, Le livre sur le livre, théorie et pratiques, Bruxelles, Pa (...)

3Olivier Le Deuff réaffirme que l’accessibilité de l’information a toujours été la mission première du professionnel de la documentation. Cette dernière ne se réduit pas à des compétences techniques mais fait appel à un traitement intellectuel, humain, qui ne peut être complètement automatisé. Évoquant Paul Otlet, l’un des pères de la documentation qui envisageait déjà en 1934 la possibilité d’un accès à l’information hors du livre, à distance, sans que cela ne modifie les prérogatives du documentaliste4, l’auteur illustre la permanence des missions du professionnel. Cette illustration justifie selon lui la nécessité du maintien des activités et de la réflexion info-documentaires dans les organismes disposant de services de documentation.

  • 5 L’auteur y consacre d’ailleurs un ouvrage : Le Deuff Olivier, Du tag au Like. La pratique des folks (...)
  • 6 Par opposition à une action « normée » suivant une règle établie. En bibliothéconomie, l’associatio (...)
  • 7 Voir les travaux d’Oliver Ertzscheid sur son blog concernant le web 4.0, notamment le suivant : Ert (...)

4Le numérique, comme format d’écriture informatique, et le web, comme structure de communication informatique, sont interdépendants, ils sont à comprendre ensemble. Les chercheurs en sciences de l’information et de la communication présentent un web évolutif, segmenté en grands « âges » en fonction des évolutions techniques. Le web 1.0 correspond au début de l’Internet, dit « traditionnel » ou « statique », dans lequel il n’y a pas de rétroactions dans les interactions entre l’usager et le contenu. Le web 2.0, aussi appelé web social, perdure depuis déjà plus d’une dizaine d’années et a vu se développer les réseaux sociaux (par opposition aux forums, considérés comme les fruits du web 1.0). Le partage de contenus et l’interaction entre les différents acteurs sont les maîtres mots du web 2.0. La possibilité d’ajout de« tag » est un exemple des potentialités que propose le web social pour partager du contenu et interagir entre usagers : un tag est un mot-clé appartenant au langage naturel, courant, qui est associé à une information pour la définir et permettre de la classer et/ou de la retrouver lors de recherche ultérieures5. Cette action, réalisée par des usagers, ne répond pas aux règles de bibliothéconomie et est donc dite « libre »6. On assiste là à une appropriation de compétences documentaires par les usagers du web. Pour l’auteur, le web 2.0 est basé sur un principe de popularité ; au-delà de la pertinence, de la véracité d’un propos, c’est surtout l’audience qu’il a auprès des usagers qui est mise en avant sur les réseaux et par les outils de recherche. Cela s’illustre particulièrement dans l’algorithme de calcul du moteur de recherche Google, le pagerank. Cet algorithme associe à chaque page indexée un indice de popularité qui est calculé suivant le nombre de renvois fait entre pages. Plus le nombre de renvois vers une page ciblée est important, plus elle sera proposée dans les premiers résultats lors d’un requête sur Google. Actuellement, sont pressentis le web 3.0, web sémantique, et le web 4.0, web intelligent, encore en construction et donc aux propriétés floues7.

  • 8 Le DUT INFONUM à l’IUT Bordeaux 2 Montaigne ou la licence professionnelle TIC pour l'animation de r (...)

5Pour l’auteur et nombre de ses confrères, il serait naïf de croire que l’accès à la technologie est synonyme d’autonomie pour l’usager ; cela relève du mythe. Le Deuff réaffirme la pertinence des compétences documentaires et conceptuelles du professionnel de la documentation face à la multiplication des sources d’informations, notamment via le web. L’une des principales actions à investir par le professionnel n’est autre que la médiation numérique. Par médiation en documentation, on entend l’ensemble des actions, des stratégies mises en place afin de permettre l’accès par l’usager à une information recherchée. Elle se construit par l’élaboration des services de documentation ainsi que par l’aide apportée aux usagers. Cette médiation numérique fait écho à la médiation documentaire, souvent restreinte à la médiation de support papier. Cette activité ne représente donc pas en soi une évolution majeure car le rôle du documentaliste a toujours été de mettre à disposition de l’information, d’accompagner l’usager vers l’information, donc d’être un médiateur de l’information. Il est alors aisé de considérer le numérique comme un vecteur d’information dont l’usager doit connaître les normes afin de pouvoir y accéder, soit grâce aux compétences du professionnel de la documentation, soit à travers des compétences documentaires construites avec le concours de celui-ci. L’auteur montre que la médiation numérique commence à avoir un certain écho au niveau institutionnel et professionnel, notamment par le développement de formations universitaires8.

  • 9 Au sens où le philosophe Thomas Kuhn l’entend : un changement de paradigme, de modèle de pensée. Ku (...)

6L’ouvrage tend à démontrer qu’il n’y a pas de rupture épistémologique majeure9 dans les actions et les missions menées par les professionnels de la documentation, mais un glissement, une mue des stratégies professionnelles en fonction des mutations de l’environnement sociotechnique dans lequel ils s’insèrent. L’auteur incite ces derniers à s’inscrire dans une démarche d’accompagnement du développement d’une culture numérique auprès de leur structure et de leurs usagers, via un ensemble d’actions permettant d’appréhender les enjeux représentées par ses évolutions techniques afin que l’ensemble de la communauté soit en mesure d’exploiter pleinement et de façon avertie les diverses possibilités qu’offre le numérique.

  • 10 À titre d’exemple : certains pans de la conclusion de l’ouvrage sont analysés plus en détail sur le (...)

7Il nous semble donc que cet ouvrage peut permettre à tous, professionnels, étudiants ou néophytes, d’aborder les tensions et les mutations qui sous-tendent l’image actuelle de la documentation ainsi que les enjeux d’une appropriation réfléchie et complète du numérique. Cependant, certains concepts abordés par l’auteur mériteront d’être approfondis par la lecture dans ses précédentes publications ou de son blog10, pour en percevoir toute la complexité.

Haut de page

Notes

1 Moatti, Alexandre, « Le numérique, adjectif substantivé », Le Débat, n° 170, mai-août 2012.

2 Nous renvoyons à la cartographie des métiers proposé par l’Association des professionnels de l’information et de la documentation : ADBS, « Carte métiers ADBS 2013 - L’association des professionnels de l’information et de la documentation », 30 septembre 2013, [en ligne] :http://www.adbs.fr/carte-metiers-adbs-2013-132079.htm?RH=MET_REFMETIER&RF=1374074004500.

3 Le Deuff Olivier, La formation aux cultures numérique. Une nouvelle pédagogie pour une culture de l’information à l’heure du numérique, Limoges, Fyp éditions, 2011.

4 Otlet, Paul, Traité de la documentation, Le livre sur le livre, théorie et pratiques, Bruxelles, Palais Mondial, 1934.

5 L’auteur y consacre d’ailleurs un ouvrage : Le Deuff Olivier, Du tag au Like. La pratique des folksonomies pour améliorer ses méthodes d’organisation de l’information, Limoges, Fyp éditions, 2012.

6 Par opposition à une action « normée » suivant une règle établie. En bibliothéconomie, l’association de mos-clés à une information, l’indexation, fait partie de l’analyse documentaire, normée. Les mots-clés utilisés font partie d’un thésaurus : une liste normée et fermée.

7 Voir les travaux d’Oliver Ertzscheid sur son blog concernant le web 4.0, notamment le suivant : Ertzscheid Olivier « Web 4.0 : l’Internet de l’ADN et le Web généticiel », Affordance.info, 3 mars 2015, [en ligne] : http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2015/03/web-40-internet-genome-adn.html.

8 Le DUT INFONUM à l’IUT Bordeaux 2 Montaigne ou la licence professionnelle TIC pour l'animation de réseaux et de communautés (LpTicARC) de l'université de Nantes, par exemple.

9 Au sens où le philosophe Thomas Kuhn l’entend : un changement de paradigme, de modèle de pensée. Kuhn Thomas, La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 2008.

10 À titre d’exemple : certains pans de la conclusion de l’ouvrage sont analysés plus en détail sur le blog de l’auteur : Le Deuff Olivier, « Nous avons de plus en plus besoin de lecteurs de crânes de licorne », Le Guide des Égarés, 31-12-2010, [en ligne] : http://www.guidedesegares.info/2010/12/31/nous-avons-de-plus-en-plus-besoin-de-lecteurs-de-cranes-de-licorne/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Sénac, « Olivier Le Deuff, La documentation dans le numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 juin 2015, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18235

Haut de page

Rédacteur

Julie Sénac

Étudiante en master Enseignement Documentation à l’Université Paul Valéry Montpellier 3.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page