Navigation – Plan du site

Cédric Rio, Justice sociale et générations, Pourquoi et comment transmettre un monde plus juste

Pierre Crétois
Justice sociale et générations
Cédric Rio, Justice sociale et générations. Pourquoi et comment transmettre un monde plus juste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2015, 321 p., ISBN : 978-2-7535-3702-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Cédric Rio, Justice sociale et générations, est un essai de philosophie normative qui traite la question des injustices qui peuvent être commises par la génération présente à l’égard de celles à venir. Il se questionne donc sur les droits qu’on devrait reconnaître à des individus qui n’existent pas encore. La réflexion de l’auteur porte aussi sur la préservation du capital commun nécessaire à la préservation et à la garantie des droits de ces êtres, comme, par exemple, un environnement non pollué, le maintien des ressources essentielles (matières premières alimentaires, combustibles…). Il défend la thèse selon laquelle il faut s’assurer que nous transmettions aux générations futures les ressources nécessaires à la satisfaction de leurs droits fondamentaux (notamment des droits sociaux) et à la fourniture des biens premiers permettant l’existence d’une liberté réelle. Son approche se structure autour de trois questions-clefs : pourquoi les vivants doivent-ils agir pour les générations futures ? Les individus qui n’existent pas encore peuvent-ils avoir des droits ? Quels sont ces droits et quels devoirs impliquent-ils pour les générations présentes ?

2L’auteur cherche d’abord à justifier l’existence des responsabilités que les hommes du présent auraient à l’égard de ceux de demain, et l’ouvrage se termine par une thèse paradoxale : la préservation des droits des générations futures consiste dans l’attention que nous donnons à la justice sociale aujourd’hui. La thèse de Cédric Rio repose donc sur l’idée qu’il y a une interdépendance forte entre le présent et le futur. Pour lui, il est absurde de défendre les droits des prochaines générations au détriment de celles d’aujourd’hui. Au contraire, il estime qu’en garantissant un niveau suffisant d’accès aux ressources essentielles pour les générations présentes, on s’assure de transmettre un état du monde compatible avec la préservation des droits de celles qui vont suivre. Ainsi, l’existence d’une chaîne de solidarité au sein et entre les générations implique que les conditions de vie à venir reposent directement sur les conditions de vie que nous leur livrons. La question du droit des hommes à venir est réglée par l’aménagement des conditions de la justice sociale aujourd’hui, d’où le souci particulier de Cédric Rio pour les questions relevant de la justice sociale et de la justice distributive au niveau international, que l’on appelle la « justice globale », dans le sillage du philosophe Thomas Pogge.

3L’auteur affirme que la coopération et l’interdépendance des générations donne à celles d’aujourd’hui des obligations envers celles de demain : dans la mesure où ce qu’une génération fait a nécessairement des conséquences sur le destin de celles qui la suivent, elle doit donc prendre en considération dans ses choix l’intérêt et les droits de membres de celles qui la suivent. D’autre part Cédric Rio redéfinit le concept de liberté en s’inspirant de la théorie des capabilités de l’économiste Amartya Sen et de la philosophe Martha Nussbaum (mais aussi à partir de l’approche par les biens premiers du philosophe John Rawls) : être libre ce n’est pas simplement être protégé d’autrui mais c’est surtout disposer effectivement des moyens de vivre une vie épanouie. Cela exige de mettre certaines ressources de base à disposition des personnes ou encore de ne pas faire disparaître ce qui est nécessaire à la vie humaine (éducation publique, ressources alimentaires, air pur…). En ce sens, nos devoirs à l’égard des hommes à venir portent aussi sur les conditions d’existence que nous leur livrons. Ces deux aspects, l’un lié à la dette des générations présentes pour celles de demain, l’autre lié à une conception plus large de la liberté comme capacité de vivre une vie épanouie, constituent le cœur de l’ouvrage.

  • 1 Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat.

4Pour mener à bien son enquête, l’auteur mobilise en particulier la littérature contemporaine en philosophie politique, éthique et économique faisant intervenir des textes institutionnels (comme le rapport du GIEC1…). Le résultat représente une synthèse très riche des perspectives que peuvent offrir les différentes approches normatives, très en prise sur l’actualité sans pour autant renoncer à recourir aux références classiques.

5Tout d’abord, Cédric Rio justifie l’idée que les générations futures pourraient avoir des droits mais, de fait, son argument le plus convaincant tient au devoir que nous avons à leur égard en conséquence des relations d’interdépendance qui nous lient à elles. La difficulté, dans ce cadre, si l’on veut définir la nature des obligations que nous avons à l’égard d’êtres qui ne sont pas encore nés est de comprendre comment ce que nous faisons aujourd’hui peut avoir une incidence sur leur existence et leur identité, c’est le problème de la non-identité inter-générationnelle posé initialement par le philosophe Derek Parfit. Ce questionnement implique de nombreux problèmes que Cédric Rio étudie notamment en s’inspirant des travaux du philosophe Axel Gosseries. Après avoir justifié l’idée qu’il puisse y avoir des devoirs qui nous relient aux générations futures, l’auteur s’efforce de déterminer leur nature, notamment en réfléchissant sur la finalité de l’accumulation des ressources en vue de la satisfaction des droits fondamentaux des générations présentes et futures. Cédric Rio, croisant l’approche de John Rawls et d’Amartya Sen, conclut sa première partie en se concentrant sur une définition de la liberté pensée comme la possibilité qui est faite à un individu de vivre une vie réellement accomplie. Cette acception de la liberté se concentre moins sur la définition de la vie bonne que sur l’idée qu’il existe des conditions extérieures à l’individu pour qu’il puisse être réellement libre. Il faut transmettre aux hommes de demain un patrimoine qui suffise à fournir des biens premiers essentiels à la liberté, ainsi entendue, des générations futures.

6La deuxième partie, qui met l’accent sur le caractère temporel des choix rationnels, défend l’idée que les agents privilégient toujours le présent. L’auteur s’appuie, d’abord, sur une approche de théorie économique qui correspond à des correctifs récents appliqués à l’approche marginaliste. L’idée est que l’utilité d’un bien pour un agent décroît à mesure que l’espoir de l’obtenir s’éloigne dans le temps. Cela traduit une préférence pour le présent. Au-delà de cette théorie, l’auteur montre que ce phénomène ne saurait justifier l’absence d’attention pour le futur. Il rejette donc, d’un point de vue éthique et social, l’idée d’une préférence pure pour le présent. C’est le concept de solidarité fondé sur l’interdépendance concrète des agents au sein d’une même génération et entre les générations qui permet à l’auteur de définir des règles pour déterminer la répartition des efforts de chaque génération. Finalement, la préférence pour le présent corrélée au principe de solidarité conduit Cédric Rio à défendre l’idée d’une priorité pour la justice sociale aujourd’hui : l’état économique, écologique et social de l’avenir résulte directement de l’état actuel des choses, ce dont témoigne le fait qu’aujourd’hui nous ayons à payer les dettes et les erreurs des générations passées.

7L’ouvrage traite de certaines difficultés techniques concernant les droits que pourraient éventuellement avoir des humains à venir en mobilisant une littérature très vaste et riche qui va de la philosophie politique normative à l’économie. Le reproche que l’on pourrait faire à cet ouvrage tient précisément à cette largeur de vue. Par exemple, certains problèmes plus techniques comme le rapport entre ressourcisme (approche par les biens premiers chez John Rawls), welfarisme (approche utilitariste) et théorie des capabilités (défendue par Amartya Sen notamment) sont tout juste abordés et les différentes approches sont, in fine, renvoyées dos-à-dos en raison de la similarité de leurs conséquences. Cet ouvrage n’en constitue pas moins une synthèse très utile qui ouvre la voie à des recherches aussi importantes que fécondes.

Haut de page

Notes

1 Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crétois, « Cédric Rio, Justice sociale et générations, Pourquoi et comment transmettre un monde plus juste  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 juin 2015, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18238

Haut de page

Rédacteur

Pierre Crétois

Pierre Crétois est agrégé et docteur de philosophie, actuellement enseignant contractuel à l’université de Tours et chercheur associé au Sophiapol (EA3932). Il a publié Le renversement de l’individualisme possessif de Hobbes à l’Etat social (Paris, Classiques Garnier, 2015) et travaille actuellement sur les transformations du paradigme propriétaire et sur les communs.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page