Navigation – Plan du site

Nicolas Baumert, Sylvie Guichard-Anguis (dir.), « Désastres et alimentation : le défi japonais », Géographie et cultures, n° 86, 2013

Ioan Trifu
Désastres et alimentation : le défi japonais
Nicolas Baumert, Sylvie Guichard-Anguis (dir.), « Désastres et alimentation : le défi japonais », Géographie et cultures, n° 86, été, 2013, 144 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 978-2-343-04262-6.
Haut de page

Texte intégral

1Le 11 mars 2011, le Japon était victime d’une triple catastrophe, un violent tremblement de terre, un puissant tsunami et un accident nucléaire majeur, entrainant la mort de près de 20 000 personnes et dévastant une large partie du nord-est du pays. Outre les destructions matérielles et les souffrances humaines survenues ce jour-là, cette catastrophe a aussi créé, à travers la contamination radioactive, une situation particulièrement sensible au regard des questions alimentaires. Que ce soit du côté des producteurs ou de celui des consommateurs, dans l’archipel comme en-dehors, l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima n°1est devenu l’objet d’innombrables interrogations et inquiétudes alors que le problème de la radioactivité s’inscrit désormais dans la durée pour le pays. L’objectif ambitieux de ce numéro spécial de la revue Géographie et Cultures, sous la direction de Nicolas Baumert et Sylvie Guichard-Anguis, est de chercher à replacer une telle catastrophe surmédiatisée et ses effets encore en développement dans un temps plus long et ainsi prendre un « recul » d’autant plus nécessaire à l’analyse et à la mise en perspective de l’évènement que le Japon est fréquemment la cible de désastres de grande ampleur. Réunissant pour cela des contributions de chercheurs français et japonais de différentes disciplines, le dossier inclut, outre l’introduction, six articles et des notes de terrain.

2Dès l’ouverture du dossier, Nicolas Baumert et Sylvie Guichard-Anguis mettent en évidence que la crise née à la suite du 11 mars 2011 est une illustration manifeste du « lien étroit existant entre alimentation et catastrophes » (p. 5) et du risque permanent entourant la consommation d’aliments. Ils insistent sur le fait que la catastrophe de Fukushima constitue une rupture, en marquant « un échec de la religion du progrès », mais aussi sur la nécessité de « cerner les limites » (p. 6) de la catastrophe en opérant un détour par le passé. L’alimentation semble un point d’entrée exemplaire pour saisir les ruptures apportées par les crises et les continuités en dépit de celles-ci, le « défi japonais » se situant pour les auteurs dans « un retour à une normalité à chaque fois réinventée et repensée en fonction de la modernité de l’époque » (p. 10).

  • 1 Selon le concept proposé par l’anthropologue Joseph Tobin ; cité p. 14.

3Cette introduction est suivie par deux articles offrant des perspectives historiques sur les relations entre désastres et pratiques alimentaires. Le premier est l’œuvre d’Ikuhiro Fukuda et porte sur le grand tremblement de terre du Kantō qui a ravagé Tokyo et sa périphérie en 1923. En s’appuyant notamment sur des guides touristiques et gastronomiques d’époque, Fukuda s’intéresse non seulement à la reconstruction matérielle de la ville mais également aux changements importants concernant l’alimentation dans la capitale. La catastrophe a ainsi été l’occasion d’une série de transformations contribuant à accélérer la « domestication »1 des pratiques alimentaires occidentales au Japon tout en introduisant une séparation sexuée de l’espace de l’alimentation, notamment dans le quartier de Ginza : aux femmes, les restaurants des grands magasins ; aux hommes, les cafés.

4Le second article, par Nobuhiro Ito, nous plonge plus loin dans le passé avec une étude des pratiques agricoles préconisées pour lutter contre les famines au cours des périodes Muromachi (1336-1573) et Edo (1603-1868). Au travers d’une recherche sur les nombreux ouvrages d’époque traitant de cette question, l’auteur met en évidence comment l’attraction des élites savantes japonaises pour le modèle chinois des Mings (1368-1644) a pu conduire à aggraver les conséquences de certaines famines en encourageant, par le biais de manuels et de recommandations, des cultures agricoles peu adaptées aux conditions climatiques de l’est et nord-est du pays. Ito propose ici un exemple historique supplémentaire d’une certaine fascination que le savoir venu de l’étranger exerçait sur le Japon, et du rapport tenu entre catastrophe naturelle et responsabilité humaine.

5Les contributions suivantes se focalisent, quant à elles, sur l’époque contemporaine et sur les conséquences du 11 mars, aussi bien pour les consommateurs que pour les producteurs japonais. Louis Augustin-Jean et Nicolas Baumert se consacrent ainsi aux réactions des consommateurs face à la « crise alimentaire majeure » (p. 50) de l’après-Fukushima. En dépit des critiques et des incertitudes entourant des mesures gouvernementales mises en œuvre dans la précipitation, force est de constater que la majorité des Japonais n’a guère modifié ses habitudes de consommation alimentaire d’avant la crise. Cela ne doit pas néanmoins masquer l’apparition de groupes minoritaires au sein de la société japonaise qui ont délibérément changé leurs pratiques alimentaires à la suite de la catastrophe. Certains ont ainsi décidé de fixer des critères beaucoup plus stricts dans leur mode de consommation, un choix que les auteurs expliquent en recourant au parcours antérieur, au lieu d’habitation et plus largement, en s’inspirant du travail de Pierre Bourdieu, à l’habitus de ces individus. Ces réactions critiques ont eu ainsi pour conséquence l’adoption de seuils de contamination plus sévères par des acteurs de la grande distribution. Mais la refonte des normes de sécurité s’est aussi faite grâce au recours au territoire, devenu gage de sécurité. En isolant les zones contaminées du reste du pays, ce « nouveau rapport au territoire » (p. 58) d’une partie de la population japonaise pourrait amener à des transformations plus vastes du système alimentaire du Japon.

6Après cet aperçu du côté des consommateurs, le reste de ce numéro spécial se consacre justement aux producteurs, notamment ceux de l’agriculture biologique. Comment reprendre en effet son métier d’agriculteur après le 11 mars 2011 dans les zones touchées par la catastrophe nucléaire de Fukushima ? C’est précisément cette interrogation qui anime le travail de Keiichi Ishii et Shantala Morlans dans le quatrième article de ce dossier. Car les difficultés auxquelles font face les agriculteurs de ces régions sont tout autant massives que multiples : aux incertitudes scientifiques, s’ajoutent de lourds impératifs administratifs, l’inquiétude des consommateurs et une perte de motivation tangible chez une population âgée et fragilisée. Pour autant, des individus et des collectifs pratiquant l’agriculture biologique s’organisent depuis la catastrophe afin de protéger leurs exploitations et leurs productions de la radiation. Cela passe, certes, par des mesures indépendantes de cette menace mais encore plus par la mise en valeur de caractéristiques intrinsèques des mouvements de l’agriculture biologique : une capacité à nouer une « alliance durable entre agriculteurs et consommateurs » (p. 77), et un potentiel pour développer une culture de l’innovation technique basée sur l’expérimentation, l’échange et la coopération avec les chercheurs. Bien que les obstacles subsistent et que l’agriculture biologique demeure très marginale au Japon, ce modèle peut donc représenter, selon les deux chercheurs, « une nouvelle vision de la résilience agricole, adaptable à plus large échelle » (p. 80), en faveur de la reconstruction.

  • 2 Teikei signifie littéralement « coopération » en japonais.
  • 3 D’après Masugata Toshiko, Yūki Nōgyō undō to Teikei no nettowaku [Le réseau du teikei et le mouveme (...)
  • 4 « Whistle-blowing », littéralement « donner un coup de sifflet », est une expression de langue angl (...)

7Cette résilience particulière issue des mouvements minoritaires est au cœur des deux derniers articles du dossier, qui prennent tous deux pour objet cette composante originale de l’agriculture biologique japonaise que sont les teikei2, définis en tant que « système[s] de circulation de produits issus de l’agriculture biologique, créés par les efforts mutuels des producteurs et consommateurs et fondés sur une relation de confiance réciproque »3. Etona Orito retrace l’histoire de ce courant aussi philosophique que pratique, point de départ de l’agriculture biologique au Japon, en mettant en lumière son émergence dans les années de la Haute Croissance (1955-1973) dans un climat marqué par la promotion gouvernementale du productivisme et l’explosion des cas de pollution. Mais ce mouvement, en déclin depuis la fin des années 1990, est lui aussi confronté aux multiples défis posés par la catastrophe de Fukushima, en particulier celui de rassurer sur la sécurité des produits. Poursuivre une relation de confiance avec les consommateurs, comme le préconise le mouvement depuis l’origine, apparait dès lors pour Orito comme l’une des solutions non seulement pour les teikei en difficulté mais aussi pour la qualité des pratiques agricoles et alimentaires au Japon. Jean Lagane approfondit, dans sa contribution, cette question du rôle des « partenariats solidaires » (p. 101) entre agriculteurs et consommateurs en période de crise. Après un rapide détour théorique, il présente la fonction historique assurée par les teikei de « whistle-blowing »4 (p. 106), de dénonciation des dérives du système productiviste, puis démontre comment ce mouvement peut être considéré comme une forme d’« agriculture civique » (p. 108) : les teikei, grâce à l’importance donnée aux relations personnelles de solidarité et à la place des « savoirs locaux » (p. 112) dans leurs pratiques, peuvent devenir des facteurs de résilience et participer concrètement à la reconstruction des communautés frappées par un désastre.

  • 5 Voir l’ouvrage de Nicolas Baumert sur le saké, les travaux d’Hiroko Amemiya sur les teikei ou encor (...)

8Les trois derniers articles s’accordent donc, chacun à sa manière, sur la capacité des courants minoritaires à rapprocher durablement producteurs et consommateurs en-dehors des circuits habituels et à assurer une collaboration fructueuse avec les chercheurs. Combiner ces deux éléments serait donc une voie pour restaurer une agriculture saine et de qualité dans le nord-est du pays, et plus généralement pour renouer au Japon une relation apaisée entre le rural et l’urbain, entre l’homme et son milieu, tout à l’opposé d’une séparation intensifiée, par exemple, par les projets de plus en plus nombreux d’usines agricoles hors-sol. Les notes de terrain de Hiroko Amemiya, qui terminent ce dossier, tempèrent cependant ces conclusions optimistes. Récits souvent dramatiques de l’après-11 mars 2011, les six portraits d’agriculteurs biologiques et de leurs familles évoquent toutes les difficultés que subissent ces exploitants dans un contexte où les solidarités antérieures sont mises à mal, et rappellent que « les problèmes posés par cet accident nucléaire dépassent, et de loin, la seule question de l’agriculture et de l’alimentation.» (p. 132).Au final, si le lecteur peut regretter quelque peu un manque de diversité des contributions, ou encore désirer un meilleur traitement du contexte politique et de l'action des autorités publiques, l’originalité et la richesse des cas présentés donnent toute sa valeur à cette publication, qui permet aux non-spécialistes comme aux spécialistes du Japon de découvrir des aspects méconnus aussi bien des effets des désastres que de la question alimentaire dans ce pays. Enfin, ce dossier vient s’ajouter à une liste de publications en français sur l'alimentation au Japon qui, et l’on ne peut que s’en réjouir, s’étoffe progressivement ces dernières années5.

Haut de page

Notes

1 Selon le concept proposé par l’anthropologue Joseph Tobin ; cité p. 14.

2 Teikei signifie littéralement « coopération » en japonais.

3 D’après Masugata Toshiko, Yūki Nōgyō undō to Teikei no nettowaku [Le réseau du teikei et le mouvement pour l’agriculture biologique], Tokyo, Shinyōsha, 2008, p. 7 ; cité par Jean Lagane, p. 110-111.

4 « Whistle-blowing », littéralement « donner un coup de sifflet », est une expression de langue anglaise qui désigne la « dénonciation de dysfonctionnement d’un système ou d’une entreprise » (p. 107) par un « whistle-blower », terme communément traduit par « lanceur d’alerte » en français.

5 Voir l’ouvrage de Nicolas Baumert sur le saké, les travaux d’Hiroko Amemiya sur les teikei ou encore la traduction récente de L’art culinaire au Japon de Naomichi Ishige ; Baumert Nicolas, Le Saké. Une exception japonaise, Rennes et Tours, Presses Universitaires de Rennes et Presses Universitaires François-Rabelais, coll. « Tables des Hommes », 2011 ; Amemiya Hiroko (dir.), Du Teikei aux AMAP : le renouveau de la vente directe de produits fermiers locaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010 ; Ishige Naomichi, L’art culinaire au Japon, Nîmes, Lucie éditions, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ioan Trifu, « Nicolas Baumert, Sylvie Guichard-Anguis (dir.), « Désastres et alimentation : le défi japonais », Géographie et cultures, n° 86, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 juin 2015, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18245

Haut de page

Rédacteur

Ioan Trifu

Chercheur postdoctoral, Université Goethe de Francfort-sur-le-Main.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page