Navigation – Plan du site

Hélène Balazard, Agir en démocratie

Lionel Francou
Agir en démocratie
Hélène Balazard, Agir en démocratie, Ivry-sur-Seine, Editions de l'Atelier, 2015, 160 p., ISBN : 9782708243156.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Bacqué Marie-Hélène et Biewener Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice, P (...)

1Si des idées comme la participation citoyenne ou l’empowerment ont le vent en poupe, tant au sein de la communauté scientifique que parmi les responsables politiques, les analyses critiques qui invitent à considérer les dysfonctionnements et dérives que cachent ces termes très « tendance » se font de plus en plus nombreuses1. Dans ce livre, Hélène Balazard s’appuie notamment sur sa thèse en sciences politiques (Quand la société civile s'organise : l'expérience démocratique de London Citizens), soutenue en 2012 à l’Université Lyon 2, pour construire son propos. Au centre de celui-ci se trouve le community organizing, une « auto-organisation de la société civile à l’échelle d’une communauté (souvent « espace géographique ») visant l’amélioration des conditions de vie et l’émancipation des personnes mobilisées » (p. 149). L’extension de la démocratie et de la justice sociale est traditionnellement envisagée de deux façons différentes. D’un côté, une approche descendante qui prend en charge l’enjeu de « solidarité » et d’« égalité des droits », quitte à déposséder les individus de leur capacité d’action. De l’autre, une approche ascendante censée augmenter leur autonomie et leur pouvoir, sans garantir les conditions nécessaires pour qu’une telle évolution profite à tous. Dans les deux cas, les inégalités persistent ou s’accroissent. La démarche promue par le community organizing offrirait donc un entre-deux, une alternative, en se donnant les moyens d’aider les « sans (trop de) pouvoir » à développer leur capacité à peser sur les décisions et à faire entendre leur voix.

2La démocratie évolue constamment dans ses formes, ce qui nécessite que les communautés humaines ne se reposent pas sur les acquis passés. L’auteure se propose ici de présenter et d’analyser deux organisations qui promeuvent la participation citoyenne, en s’appuyant sur un processus destiné à permettre la mobilisation de ceux dont la voix ne porte habituellement pas et à renforcer leur pouvoir. Outre London Citizens qu’elle a longuement étudié dans sa thèse, l’auteure s’intéresse aussi à l’Alliance citoyenne de l’agglomération grenobloise à laquelle elle participe comme militante depuis sa création. L’ouvrage est divisé en cinq chapitres qui traitent de questions telles que les façons de faire participer ceux qui ont (initialement) des ressources moindres, l’équilibre à trouver entre la critique et l’action, et divers enjeux tels que la représentation, l’efficacité et le pouvoir. L’auteure fait le constat d’une démocratie en crise, qui « se résume à des dispositifs techniques figés reposant sur la passivité et l’isolement du citoyen » (p. 15), bien qu’il soit possible d’agir pour transformer cette configuration. Elle estime que les communautés peuvent jouer un rôle important, en tant que groupes préconstitués partageant notamment des valeurs, pour bousculer les rapports de pouvoir et en permettre une répartition plus équitable, en articulant « diverses formes d’engagement dans la Cité ».

3Le community organizing serait un moyen d’émancipation politique, à même de mobiliser le plus grand nombre en passant par « l’auto-organisation des personnes concernées par les problèmes traités ». Des organisateurs, professionnels rémunérés par le groupe, ont pour rôle de développer le pouvoir des membres qui se montrent disponibles, afin d’en faire des « leaders » capables et autonomes. Les individus peuvent ainsi être reconnus comme sujets politiques appartenant à un collectif et susceptibles de mettre en lumière un problème dans l’espace public. Il y a donc un enjeu de reconnaissance qui passe par le développement de relations interpersonnelles fortes et permet à la community organization de jouer un rôle d’interface entre des collectifs, mais aussi des individus, et d’être au fait des problèmes concrets de la population. Cela permet également de mener des actions dans le temps, de se structurer et de pérenniser son impact, contrairement à des mobilisations éphémères. Une même organisation peut ainsi porter une préoccupation d’un de ses membres, puis en soutenir une autre, sans devoir tout reprendre à zéro et, ainsi, « monter en puissance sur le long terme ». Cependant, plusieurs limites affectent ce type de mobilisation, parmi lesquelles la recherche de revendications consensuelles qui pousse à écarter les sujets qui pourraient diviser les membres, la question des sources de financement ou le temps parfois nécessaire pour faire changer une situation.

  • 2 Dubuisson-Quellier Sophie, La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Conteste (...)
  • 3 Péchu Cécile, Les squats, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Contester », 2010. Compte rendu pa (...)
  • 4 Par exemple, Ogien Albert et Laugier Sandra, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles form (...)

4Ce livre assez court et qui se lit rapidement a vocation d’intéresser « tous types de lecteur » et se veut dès lors (très) facile d’accès. L’auteure n’entreprend pas un travail de théorisation et d’abstraction poussé, mais propose quelques pistes de compréhension à partir de deux organisations qui soutiennent concrètement la démocratie. Elle présente également, et surtout, des moyens d’action. Les titres des chapitres sont d’ailleurs consacrés à autant de « comment ? » ; le chapitre 5 est par exemple nommé « comment avoir du pouvoir sans être au pouvoir ? ». Le lecteur doit trouver dans ce livre une exhortation à l’action et des outils pour « agir d’où il est », au niveau local, à son échelle, en faveur de la démocratie. La présence d’un glossaire et d’une liste de pistes « pour agir », fournissant quelques idées pour s’engager en France, témoigne également de ce souci d’accessibilité (qui aurait pu se poursuivre jusque dans la présence d’une bibliographie récapitulative). Si les façons d’agir en démocratie sont effectivement au cœur de ce livre, c’est au sens strict de « l’interpellation citoyenne » et du community organizing. Contrairement à ce que son titre laisse penser, il ne s’intéresse qu’aux façons de se faire entendre par la parole, et non à d’autres voies de l’engagement politique, que ce soit par la consommation engagée2 ou le squat3, par exemple. Hélène Balazard a le mérite de présenter à un large public des organisations encore méconnues et susceptibles d’impliquer un nombre élargi de citoyens dans une démocratie plus attentive au bien commun. Pour ne pas rester sur sa faim, le lecteur aura tout intérêt à y adjoindre d’autres lectures4 lui permettant de poursuivre la réflexion au plan théorique.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Bacqué Marie-Hélène et Biewener Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, coll. « Politique et sociétés », 2013 ; Berger Mathieu, « La participation sans le discours. », EspacesTemps.net, Travaux, 2014. URL : http://www.espacestemps.net/articles/la-participation-sans-le-discours ; Berger Mathieu, « Des publics fantomatiques. Participation faible et démophobie », SociologieS, dossier « Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations », 2015. URL : http://sociologies.revues.org/4935.

2 Dubuisson-Quellier Sophie, La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Contester », 2009. Compte rendu par Igor Martinache : http://lectures.revues.org/751.

3 Péchu Cécile, Les squats, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Contester », 2010. Compte rendu par Thomas Aguilera : http://www.metropolitiques.eu/Les-squats-entre-contestation-et.html.

4 Par exemple, Ogien Albert et Laugier Sandra, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014 (compte rendu par Rémy Caveng : http://lectures.revues.org/15987) ; Walls David S., Community Organizing, Boston, Polity Press, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Hélène Balazard, Agir en démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 juin 2015, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18248

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain. Membre du comité de rédaction d’Émulations et du comité de lecture d’Urbanités.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page