Navigation – Plan du site

Michael Kwass, Contraband. Louis Mandrin and the Making of a Global Underground

Clément Weiss
Contraband
Michael Kwass, Contraband. Louis Mandrin and the Making of a Global Underground, Cambridge, Harvard University Press, 472 p., ISBN : 9780674726833.
Haut de page

Texte intégral

1C’est une plongée dans les « profondeurs de l’économie souterraine » destinée à éclairer « le côté obscur de la mondialisation » que propose Michael Kwass (p. 9). Dès l’introduction, l’auteur reproche à Daniel Roche et aux historiens français qui l’ont suivi de donner une vision trop optimiste de la « révolution de la consommation » du XVIIIe siècle considérée comme un moteur d’émancipation individuelle et de démocratisation sociale d’objets, de pratiques et d’idées. Selon lui, cette vision positive s’explique par une approche essentiellement culturelle de la consommation, détachée du contexte politique et social parfois dramatique qui l’encadre, « le genre de contexte qui peut expliquer pourquoi des contrebandiers ont abattu des agents douaniers le long de la frontière franco-savoyarde » dans la petite ville de Pont-de-Beauvoisin, théâtre de violences liées aux trafics illégaux comparables à celles que connaissent aujourd’hui des villes comme El Paso, Juárez et Tijuana (p. 4).

2D’un point de vue méthodologique, la réponse à cette question passe par un raisonnement imbriquant plusieurs échelles, du global au local et de l’individuel à l’universel, comme le prouve le sous-titre de l’ouvrage qui met en parallèle la construction d’un « global undeground » avec la trajectoire d’un individu singulier, le célèbre contrebandier Louis Mandrin. Celui-ci se fait en effet l’agent de la mondialisation lorsqu’en écoulant son tabac ou ses calicots de contrebande, il connecte de façon souterraine trois parties du monde : les plantations de tabac des rives du Chesapeake, les ateliers textiles du golfe de Bengale et le marché clandestin de la Savoie (p. 16). Sa carrière de contrebandier peut donc être envisagée comme un moment de « convergence » de « trois forces historiques » (la mondialisation, la consommation et le renforcement de l’État monarchique) qui a défrayé la France d’Ancien Régime et ébranlé la monarchie au point d’interroger sur le caractère « prérévolutionnaire » de l’épisode (p. 6). La reconstitution du parcours de cet individu à la fois extraordinaire et ordinaire qu’est Mandrin permet non seulement à Michael Kwass de donner chair à des forces historiques impersonnelles, mais aussi, en invoquant la méthode microhistorique de Giovanni Lévi, de s’intéresser aux stratégies délibérées de négociation et d’appropriation que les acteurs développent dans les « interstices » des structures de pouvoir (p. 13).

3Le dépouillement des sources privées et judiciaires ainsi que des témoignages disponibles sur Mandrin montre que ce sont d’abord les circonstances et le hasard qui ont conduit le fils d’une des plus anciennes et respectables familles de Saint-Étienne à pratiquer le commerce clandestin à main armée dans ce « Wild East » que constitue la Savoie, frontière entre la France, le champ d’action des contrebandiers et le royaume de Sardaigne, leur refuge. Si les bandes de contrebandiers fleurissent dans la France moderne, ce qui explique la postérité que va connaître Mandrin tant dans la mémoire populaire que dans les discours imprimés (analysés au chapitre 10), c’est, selon Michael Kwass, le fait qu’il donne à ses actes une dimension de subversion politique inédite. Le bandit n’a cessé, une fois passé dans l’ombre, de justifier et mettre en scène la dimension insurrectionnelle de son action, allant jusqu’à manipuler des espions à la solde du roi pour qu’ils deviennent ses porte-paroles involontaires (p. 178). Les contemporains ne se trompent pas en parlant d’une « guerre » menée par le contrebandier : le marquis d’Argenson, cité p. 133, remarque ainsi que Mandrin n’attaque et ne vole que la Ferme générale, délaissant tout autre proie. Michael Kwass rapproche l’attitude du bandit des phénomènes d’« économie morale » et de « taxation populaire » étudiés notamment par Edward Palmer Thompson (p. 127 et suivantes) : Mandrin s’inscrit dans une forme de « rétribution » destinée à rétablir l’ordre naturel des échanges perturbé par le monopole illégitime de l’institution honnie, il cherche donc à se ménager le soutien de la population locale. Michael Kwass exhume des archives la pratique des ventes forcées : Mandrin et ses lieutenants obligent des commerçants à acheter du tabac de contrebande (au « juste prix ») avant de leur délivrer un reçu par lequel la bande reconnaît être à l’origine de l’opération – donc du viol du monopole – et demande à la Ferme de rembourser les commerçants (p. 135-137). Ces pratiques sont pour le contrebandier une manière de tracer une frontière en deux formes concurrentes de capitalisme : la forme clandestine et illégale, mais moralement légitime qu’il incarne et la forme de monopole fiscal légal, mais moralement illégitime qu’incarne la Ferme (p. 138).

  • 1 Même si Michael Kwass prend bien soin de remarquer que l’emprise de cet État dans l’État est pondér (...)

4Comme le note d’emblée l’auteur (p. 39-40), si Mandrin est considéré comme un contrebandier et non comme un marchand ordinaire, c’est bien parce qu’entre les consommateurs et les vendeurs de produits exotiques se dresse un troisième acteur : l’État militaro-fiscal, dont le développement passe par le contrôle de la consommation via des taxes indirectes, des monopoles ou des prohibitions. Après avoir tenté en vain de mener une carrière honnête dans la fourniture de guerre, Mandrin se retrouve de fait du côté du crime dès lors qu’il se tourne vers des produits dont la circulation n’est pas libre. Poursuivant une réflexion entamée dans son ouvrage Privilege and the Politics of Taxation in Eighteenth-Century France: Liberté, Égalité, Fiscalité dans lequel il insiste sur le fait que la France d’Ancien Régime peut d’abord se définir comme un « royaume de contribuables », Michael Kwass continue d’éclairer le caractère avant tout fiscal de la monarchie française, qui se lit par exemple dans le choix d’importer massivement des feuilles de tabac produites dans la province britannique du Chesapeake plutôt que celles produites par des planteurs français, glissement du « mercantilisme au fiscalisme » (p. 49) par lequel la monarchie donne sa priorité à la collecte de revenus (via les taxes que le monopole fait peser sur les consommateurs) au détriment de la construction d’une économie impériale. Il démontre ici l’importance prise par la Ferme générale, ce « monstre » doté de pouvoirs exorbitants et d’une force paramilitaire dont les effectifs ont atteint 21 188 hommes en 17741. Cette institution finit par cristalliser une somme d’oppositions – violentes ou non – qui glisse progressivement d’une dénonciation de ses pratiques à une critique plus radicale de la monarchie, celle-ci se retrouvant en quelque sorte prisonnière de l’institution qu’elle a créée (p. 317). Le chapitre 11 montre parfaitement comment certains penseurs des Lumières en arrivent à justifier et défendre la contrebande dans son principe pour mieux asseoir leur critique des monopoles économiques (pour Gournay et les physiocrates) ou du despotisme (pour Malesherbes). Preuve ultime de cette exécration de la Ferme générale selon l’auteur, le fait que dans la nuit du 12 au 13 juillet 1789, la foule parisienne en colère s’attaque d’abord au mur des Fermiers généraux avant de s’en prendre à la Bastille. L’idée défendue par Beccaria selon laquelle c’est l’illégitimité et l’injustice de la loi qui engendrent la contrebande va d’ailleurs être reprise lors des débats parlementaires au sujet du jugement des émeutiers incendiaires, les députés de l’Assemblée nationale décidant finalement de les amnistier et de reconnaître en eux des artisans de la Révolution (p. 338) tandis que, sous la Terreur, 28 fermiers généraux sont condamnés à mort.

5Michael Kwass montre avec force l’importance des réseaux souterrains dans l’économie de la France d’Ancien Régime. S’il reconnaît à Robert Darnton le mérite d’avoir, à travers ses études sur le commerce des livres prohibés, ouvert la voie à une étude de la contrebande dans ses dimensions tant culturelles que sociales et politiques, il estime que les livres ou le sel – autre produit dont la contrebande a été abondamment étudiée par l’historiographie – ne sont en réalité que « la face émergée de l’iceberg » de la fraude (p. 88-89). Les produits exotiques occupent ainsi un rôle majeur, puisque leur importation est soit prohibée dans une perspective protectionniste (calicots), soit soumise au monopole théorique de la Ferme générale (tabac), ce qui ne les empêche pas de faire l’objet d’une demande croissante que le marché officiel ne peut satisfaire (chapitre 1).

  • 2 La roue ou les galères royales attendent souvent les contrebandiers, particulièrement lorsqu’ils so (...)

6Considérant que Michel Foucault a négligé le rôle joué par la lutte contre la contrebande dans la naissance de pratiques répressives d’un genre nouveau, Michael Kwass reprend l’idée, déjà exprimée par André Zysberg dans son étude sur les galériens, selon laquelle la contrebande est le crime le plus fortement réprimé dans la France moderne (p. 229). Face aux réticences des tribunaux à mettre en application un arsenal répressif théoriquement impitoyable2, la monarchie n’hésite pas à se tourner vers des commissions extraordinaires dont l’auteur étudie la mise en place et le fonctionnement au chapitre 9. C’est une de ces commissions, réunie à Valence, qui condamne Mandrin à être roué sur la place publique puis à voir son cadavre exposé sur les portes de la ville en guise d’avertissement.

7Au-delà d’une l’analyse minutieuse des archives disponibles sur le cas Mandrin, l’ouvrage de Michael Kwass a également le mérite de montrer que, loin des représentations ésotériques dignes des romans de Sade dans lesquelles contrebandiers et faux-monnayeurs forment une société occulte, tapie dans des souterrains ou des châteaux inaccessibles, il n’y a pas, au XVIIIe siècle, de séparation nette entre l’économie clandestine et son pendant légal au point que la contrebande doit être considérée comme « un aspect omniprésent de la vie quotidienne » (p. 114). Il n’y a pas non plus de séparation entre les contrebandiers, leurs complices (taverniers, commerçants ou itinérants qui écoulent au détail les objets illicites) et le commun des gens honnêtes : les objets de contrebande sont consommés dans l’ensemble des couches sociales, sans être forcément reconnus comme tels.

8Au terme de son étude, Michael Kwass semble suggérer que, depuis l’époque moderne, l’interventionnisme de l’État pour encadrer le marché n’a fait que stimuler la mondialisation du marché noir. Dressant un parallèle entre la guerre contre la contrebande menée par la monarchie française au XVIIIe siècle et celle menée contre la drogue par les États contemporains, il voit dans la répression à grande échelle des trafics souterrains une « invention de l’État moderne » (p. 94) qui se sent particulièrement menacé par la contrebande car celle-ci se situe dans une zone ambiguë, où l’ordre pénal peut entrer en contradiction avec un ordre moral populaire qui invoque volontiers le droit à la subsistance pour légitimer des pratiques grises.

Haut de page

Notes

1 Même si Michael Kwass prend bien soin de remarquer que l’emprise de cet État dans l’État est pondérée par l’ampleur des zones frontalières qu’il doit surveiller et par la qualité variable de son personnel.

2 La roue ou les galères royales attendent souvent les contrebandiers, particulièrement lorsqu’ils sont reconnus membres d’une bande armée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Weiss, « Michael Kwass, Contraband. Louis Mandrin and the Making of a Global Underground », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18360

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page