Navigation – Plan du site

Alain Rustenholz, De la banlieue rouge au Grand Paris

Olivier Gras
De la banlieue rouge au Grand Paris
Alain Rustenholz, De la banlieue rouge au Grand Paris. D'Ivry à Clichy et de Saint-Ouen à Charenton, Paris, La Fabrique, 2015, 352 p., Préface d'Eric Hazan, ISBN : 978-2-35872-069-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Éric Hazan, L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Paris, Seuil, « Fictions & Cie », 200 (...)
  • 2 Le projet d’un Grand Paris remonte presque aussi loin que le département de la Seine. Déjà André Mo (...)

1Éric Hazan, directeur des éditions La Fabrique qui publient cet ouvrage, est l’auteur, selon moi, d’un des meilleurs livres sur Paris, L’invention de Paris1. Éditeur de nombreux ouvrages sur Paris, il signe la préface du livre. Si Haussmann avait rationalisé Paris de 1852 à 1870, intégrant les anciens faubourgs (notamment Belleville, Ménilmontant, La Villette, Grenelle, etc. en 1860), l’enjeu aujourd’hui pour Paris est l’intégration de la proche banlieue (Saint-Denis, Montreuil, Issy-les-Moulineaux, Vincennes, pour ne prendre que quelques exemples assez disparates) dans ce que l’on nomme depuis plusieurs années le Grand Paris2. Nombre de projets différents ont été présentés ces dernières années, mais le livre d’Alain Rustenholz n’est en aucun cas un commentaire de ces derniers. Il s’agit ici de présenter les différentes communes, anciennement « rouges », qui vont constituer cette extension. Quatre parties qui sont autant de découpes géographiques : la ceinture sud, d’Ivry à Issy ; la Seine ouest, de Boulogne-Billancourt à Saint-Denis ; les canaux du plein est, d’Aubervilliers à Montreuil, et enfin les bords de Marne, de Nogent à Charenton.

  • 3 Sur cette question, voir notamment Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capi (...)

2Si en effet l’enjeu n’est pas une critique précise des projets en cours, le positionnement global est pourtant très clair. Il s’agit de montrer, à travers les transformations rapides de la première couronne de la banlieue, en quoi se dessine un Paris pensé pour la « petite bourgeoisie artistique et intellectuelle » (p. 11). Cet état de fait n’est pas très éloigné de la vision haussmannienne que l’auteur rappelle dans une longue citation : « faire tomber les cheminées, bouleverser les fourmilières où s’agite la misère envieuse, et au lieu de s’épuiser à résoudre le problème qui paraît de plus en plus insoluble dans la vie parisienne bon marché, accepter dans une juste mesure [sic] la cherté des loyers et des vivres qui est inévitable dans tout grand centre de population, comme un auxiliaire utile pour défendre Paris contre l’invasion croissante des ouvriers de province ». Ceci afin que « Paris puisse être seulement une ville de luxe », un « foyer de l’activité intellectuelle et artistique » (p. 14). Autrement dit, à l’époque comme aujourd’hui, il s’agit de déplacer toutes les populations ne correspondant à la vitrine parisienne. Sans que l’auteur en fasse mention explicitement, on peut parler de gentrification3.

  • 4 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, « Folio », 1990, p (...)
  • 5 Sur la production de l’espace, voir Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 20 (...)

3Dans une langue précise, sans adopter un style universitaire, Alain Rustenholz nous donne à voir, sentir, entendre, bref il dresse un portrait vivant de chacune des villes anciennement communistes composant la petite couronne. Si, comme il le rappelle de façon générale, « on ne se sent appartenir qu’au territoire qu’on peut arpenter à pied » (p.  46), le Grand Paris, pensé par les technocrates pour la petite et grande bourgeoisie, ne pourra devenir une réalité effective, pour les populations réelles qui le composent, qu’au terme de pratiques effectives. Celles-ci seront faites de luttes et de stratégies de résistances au pouvoir établi. Pour paraphraser Michel de Certeau, l’espace du Grand Paris n’est pas encore prêt à devenir un lieu4, les pratiques n’y étant pas encore concrètes. La production de cet espace est le rêve de la bourgeoisie qui ne s’est pas encore incarné dans le désir des populations5.

  • 6 « Pendant la guerre, le fort dit “de Romainville” devient pour les nazis une réserve d’otages en vu (...)

4On y voit se dessiner la topographie spécifique de chacune, notamment à travers le type de voirie (l’A1 qui mène à Saint-Denis ou encore la prolifération de ponts sur la boucle de la Seine à l’ouest qui ont fait de Saint-Ouen un des ports de « Paris » (p. 195)), ou les aménagements urbains et la qualité du réseau de transport (notamment l’extension du réseau du métropolitain dont les dernières stations créées sont celles de Montrouge sur la ligne 4 ou encore l’arrêt Front Populaire qui dessert Aubervilliers sur la ligne 12). L’auteur revient également sur la présence ou non d’anciens forts militaires, mis en place par Haussmann pour protéger Paris contre d’éventuelles invasions, ils auront un rôle décisif durant la Commune (celui d’Issy-les-Moulineaux, stratégique, est bombardé par les Prussiens), ainsi que pendant la seconde Guerre Mondiale6. Mais c’est aussi et surtout au type d’habitat qu’il s’intéresse : résidentiel, HLM, HBM ou même taudis dans lesquels vivent encore les chiffonniers. Les architectes sont constamment mentionnés pour les réalisations importantes dans chacune des communes : les frères Paul et Marcel Marne à Vanves, ou encore Le Corbusier à Boulogne avec les grands ensembles en briques rouges qui sont la marque de fabrique des logements sociaux. L’évolution du bâti témoigne enfin d’une tertiarisation des anciens locaux industriels, soit par réaménagement, soit par reconstruction. « Les tours Galliéni d’un côté, Mercuriales de l’autre [sont les] symboles de la reconversion de Bagnolet dans le tertiaire (100 000 m2 de bureaux) » (p. 297). Nombre de sièges sociaux, mais aussi un des centres de la vie universitaire parisienne ont quitté la capitale pour s’implanter en « banlieue », à Aubervilliers où les loyers sont considérablement moins chers.

  • 7 Alain Rustenholz, Paris ouvrier. Des sublimes aux camarades, Paris, Parigramme, 2012.

5Le travail, que nous évoquions à l’instant, est aussi un des axes principaux développés dans l’ouvrage. En effet, si certaines productions sont en place depuis fort longtemps (tels les pianos Pleyel à Saint-Denis depuis le Second Empire), la plupart des emplois industriels qui forment l’immense majorité du début du XXe siècle ont disparu. L’exemple le plus criant est celui des ouvriers de Boulogne-Billancourt et de la régie Renault. En effet, si presque tout l’ouest parisien a pour production principale l’automobile (Renault, Saviem) ou l’industrie aéronautique, ces emplois ne sont plus aujourd’hui que l’affaire de cadres qui dirigent une production délocalisée en Europe de l’est. Les fameux abattoirs de la Villette, qui donnaient de nombreux emplois à Pantin, n’existent plus aujourd’hui : la couleur rouge sang et l’odeur pestilentielle ont aussi été évacuées avec leur fermeture. N’y reste que les activités de production liées aux industries du luxe comme Hermès ou Chanel (p. 268). En lisant les lignes d’Alain Rustenholz, on y ressent la solidarité qu’il manifeste avec le travail ouvrier (son Paris ouvrier7 en était déjà l’assurance) ; c’est donc assez naturellement que les grandes dates de l’insurrection populaire, tels le Front Populaire et mai 68, reviennent souvent sous sa plume. Chacune de ces villes a vécu ces événements de façon spécifique au sein de la solidarité générale des travailleurs. Autrement dit, au sein de chaque usine on lutte pour la hausse des salaires et l’amélioration des conditions de travail (certaines descriptions laissent sans voix, tant on peine à considérer que cela puisse être possible), le tout au sein d’organisations plus générales comme la CGT ou la SFIO pour ne citer que les plus célèbres. Il cite aussi nombre d’organisations ayant fait scission avec le PC et la « voix de Moscou ».

6Il faut aussi mentionner le monde des arts qui se déploient dans nombre des villes de banlieues. Associer Saint-Germain-des-Prés, le quartier de Montparnasse ou encore la butte de Montmartre à la création artistique française, c’est ne pas voir dans quelle mesure la plupart des artistes ont vécu en banlieue, mais aussi et surtout à quel point celle-ci les a inspirée. Que l’on songe à Éluard (Boulogne), à Prévert, à Breton (Pantin), tous sont issus ou ont été inspirés par la vie qui régnait hors de Paris. On trouve aussi à l’est les studios de cinéma Pathé, sur les bords de Marne s’organise la vie nocturne autour des guinguettes, nombre de hangars sont réhabilités en lieu d’exposition ou de concert. À Montreuil, c’est une ancienne brasserie qui devient salle de concert expérimentale, Les instants chavirés. Le théâtre n’est pas non plus en reste, à Saint-Denis avec le théâtre Gérard Philippe et à Aubervilliers avec celui de la Commune. Impossible de citer tout ce qui existe en quelques mots, l’intérêt réside dans le fait que l’auteur cherche constamment à montrer comment s’articule le monde ouvrier et le monde culturel qui, loin de s’opposer, sont complémentaires.

7Si les évolutions politiques sont commentées point par point, une vue d’ensemble se dégage : toutes les villes citées dans l’ouvrage étaient communistes au début du XXe siècle, peu le sont encore aujourd’hui. Elles ont basculé à droite à l’ouest (Pierre-Christophe Baguet pour Boulogne-Billancourt, Patrick Balkany pour Levallois-Perret et Joëlle Ceccaldi-Raynaud pour Puteaux) et sont devenues divers gauche (à tendance écologiste) ou socialiste pour les autres, spécifiquement le nord et l’est.

8Bien que présentés de façons disparates, les éléments mis en avant sont tous liés de façon dialectique. J’ai choisi une présentation thématique car il me semblait que c’était la meilleure solution pour avoir une vue d’ensemble des spécificités qui se jouaient pour penser le Grand Paris tel que l’auteur le présente. Le lecteur se promène à travers les villes comme aurait pu le faire les situationnistes dans leurs dérives, glanant en plus une foule d’informations indisponibles lors d’une déambulation.

9Le Grand Paris n’est ni un rêve ni une volonté des populations qui y vivent, mais une décision politique mise en pratique par quelques urbanistes et de biens peu scrupuleux promoteurs ; c’est pourquoi l’élargissement de Paris, s’il n’aura pas lieu dans le sang comme lors des répressions du Front Populaire, ne se fera pas non plus, selon l’auteur, sans une lutte, celle-ci continue (p. 288). L’intelligence du livre est de faire saisir au lecteur les singularités qui pourraient se faire absorber par le Grand Paris et donc l’urgence de défendre le social devant le capital. Là réside l’originalité de ce texte : une présentation détaillée des villes de la petite couronne parisienne. Pour ceux qui souhaitent prolonger le plaisir de ce texte, Alain Rustenholz vient de mettre en ligne sur son site8 un index détaillé des noms cités dans l’ouvrage, le va-et-vient entre les deux est des plus enrichissant. Une vue d’ensemble en conclusion aurait cependant été appréciable.

Haut de page

Notes

1 Éric Hazan, L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Paris, Seuil, « Fictions & Cie », 2002; on pourra se reporter également, du même auteur, à Paris sous tension, Paris, La Fabrique Éditions, 2011.

2 Le projet d’un Grand Paris remonte presque aussi loin que le département de la Seine. Déjà André Morizet (arrière grand-père de Nathalie Kosciusko-Morizet), maire de Boulogne et membre du Sénat, exclu du Parti Communiste puis affilié à l’Union socialiste communiste, et Henri Sellier remettent à Léon Blum le 10 juillet 1936 « leur projet de réforme administrative du Grand Paris : il s’agit en gros de faire des vingt arrondissements de la capitale et des quatre-vingts villes de banlieue (soit le département de la Seine) une seule commune, disposant des prérogatives de droit commun » (p. 131).

3 Sur cette question, voir notamment Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013 ; Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, « Repères », 2008 ; des mêmes, Paris. Quinze promenades sociologiques, Paris, Payot & Rivages, « Petite bibliothèque », 2013 ; Anaïs Collet, « Montreuil, “le 21e arrondissement de Paris” ? La gentrification ou la fabrication d’un quartier ancien de centre-ville », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 195 « Centres-villes : modèles, luttes, pratiques », Paris, décembre 2012.

4 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, « Folio », 1990, p. 173 : « En somme, l’espace est un lieu pratiqué. Ainsi la rue géométriquement définie par un urbanisme est transformée en espace par des marcheurs ».

5 Sur la production de l’espace, voir Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 2000 ; Du rural à l’urbain, Paris, Anthropos, 2001 ; Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968.

6 « Pendant la guerre, le fort dit “de Romainville” devient pour les nazis une réserve d’otages en vue de leurs représailles : après les bombes posées devant les Soldatenkino Garenne-Palace et Rex, et l’attaque à la grenade d’un détachement allemand dans le XIXe arrondissement, quarante-six otages communistes en sont extraits pour être fusillés au Mont Valérien, le 21 septembre 1942. » (p. 285)

7 Alain Rustenholz, Paris ouvrier. Des sublimes aux camarades, Paris, Parigramme, 2012.

8 www.alain-rustenholz.net

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Gras, « Alain Rustenholz, De la banlieue rouge au Grand Paris », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18371

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page