Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Brovelli et Claude Simon, Stop au mirage de la croissance

Olivier Vermeulen
Stop au mirage de la croissance
Jean-Pierre Brovelli, Claude Simon, Stop au mirage de la croissance, Ivry-sur-Seine, Editions de l'Atelier, 2015, 127 p., ISBN : 9782708243040.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 http://collectif-roosevelt.fr/

1Le titre du livre Stop au mirage de la croissance parle de lui-même. En effet, dès les premières lignes de leur ouvrage Jean-Pierre Brovelli et Claude Simon remettent en question l'idée préconçue que l'objectif d'une économie est de croître infiniment. Compte tenu de l'obstination actuelle de nos politiciens à promouvoir la croissance comme objectif premier, le sujet paraît primordial et fort intéressant. De plus, l'analyse promet d'être pertinente, car elle est écrite par deux économistes : Jean-Pierre Brovelli, ancien professeur de classe préparatoire en économie et histoire économique, et Claude Simon, professeur émérite à l'École supérieure de commerce de Paris Europe et membre du Collectif Roosevelt1.

2Les auteurs tentent d'élucider les multiples questions autour de ce terme de croissance et d'offrir au lecteur les outils nécessaires pour se faire sa propre idée face aux choix de société qui nous attendent. Le livre s'articule en trois parties bien distinctes. La première partie propose de redéfinir plus en profondeur ce que représente la croissance économique et quels en sont les moteurs et les avantages. Tout en parcourant plusieurs variables sociétales telles la démographie, les inégalités ou la contrainte écologique, la deuxième partie étudie la possibilité que la croissance soit maintenue infiniment. Finalement, dans la troisième partie Brovelli et Simon présentent ce qui pourrait être les bases d'une économie répondant aux besoins de chacun tout en sortant d'un modèle économique basé sur une croissance infinie.

  • 2 Jean Gadrey « Croissance, bien-être et développement durable », Alternatives Économiques, n° 266, f (...)

3Intitulée « La croissance : De quoi ? Combien ? Comment ? Pourquoi ? », la première partie tente de nous frayer un chemin à travers les définitions et les enjeux liés au concept de croissance économique. Il s'agit bien évidemment de la croissance du PIB, dont Brovelli et Simon nous rappellent justement les limites, commençant par ce que le PIB mesure et/ou ne mesure pas et par la confusion existante entre PIB et richesse. Néanmoins, si effectivement nous sommes « loin d'une mesure de la satisfaction des aspirations ou besoins humains » (p. 22), leur approche paraît parfois fort simplifiée. Car, comme ils le disent bien, ce ne sont pas les accidents ou les catastrophes naturelles qui forment la hausse du PIB, mais les réparations nécessaires suite à ces dommages ; ces réparations (donc l'augmentation du PIB) ne répondraient-elles pas à un réel besoin de l'homme ? Il n'y aurait donc pas de confusion entre PIB et richesse comme l'indique le titre d'un des paragraphes, mais plutôt, comme le démontre entre autres Jean Gadrey2, une confusion en ce qui concerne la corrélation entre le PIB et la satisfaction de vie qui, elle, est inexistante au-dessus d'un certain niveau de PIB.

4S'ensuit une brève rétrospective historique avant de définir les moteurs de la croissance et d'expliciter le « baume social » que représente la croissance depuis l'après-guerre. Néanmoins, nous retrouvons également quelques lacunes dans cette fin de première partie, comme l'incompréhension des auteurs face aux personnes souhaitant avoir moins de revenus, application directe de la simplicité volontaire, composante individuelle de la décroissance. Brovelli et Simon marginalisent ceux-ci en affirmant que ce « serait d'ailleurs un non-sens puisqu'ils auraient toujours le loisir de donner leurs excédents » (p. 37). En affirmant avec tant de certitude le non-sens du choix de ces « simplicitaires » (personnes appliquant la simplicité volontaire), les auteurs témoignent de leur incapacité à relier les enjeux globaux (changement climatique, épuisement des ressources naturelles…) aux choix individuels. En effet, choisir d'avoir moins de revenus n'est pas uniquement un désir de diminuer son propre pouvoir d'achat, mais également de diminuer la production totale de biens et services dans la société, ce qui ne peut être résolu en donnant ses excédents à quelqu'un d'autre.

5Dans la deuxième partie du livre, « Une croissance infinie ? » Brovelli et Simon survolent les différentes théories de la croissance en expliquant que « les économistes du XXe siècle nous ont donné deux leçons fondamentales […] pour que la croissance soit équilibrée socialement […] et pour que la croissance puisse se prolonger dans le long terme » (p. 60). Ils terminent ensuite cette partie en expliquant pourquoi il faut limiter la croissance, d'une part du fait de la limite des ressources naturelles, et d'autre part de celle des limites environnementales. Il est néanmoins malheureux de ne pas trouver de chapitre expliquant la corrélation entre la consommation énergétique et le PIB. Ce lien étant rigoureusement étudié par un nombre croissant de chercheurs, tels Gaël Giraud ou Jean-Marc Jancovici, il permet de rationaliser le débat de la (dé-)croissance, sans entrer directement dans des débats politiques. Cette lacune rend l'ouvrage de Brovelli et Simon parfois moins percutant en ce qui concerne la voie à emprunter pour répondre à la crise sociale et écologique actuelle. En effet, au lieu de décrire « Pourquoi il faut limiter la croissance » (p. 61), il serait plus explicite, et donc plus clair pour le lecteur, de montrer pourquoi il est actuellement nécessaire de passer à une décroissance de notre PIB au vu de la raréfaction énergétique et surtout de l'urgence climatique provoquée par les énergies fossiles.

  • 3 Audition de Jean-Marc Jancovici sur le changement climatique à la Commission sur le Développement D (...)

6La troisième partie « Garantir à tous un présent et un avenir » commence par la même lacune en ce qui concerne les liens entre le PIB et l'énergie. En effet, Brovelli et Simon commettent la même erreur que de nombreux économistes en affirmant l'existence d'« une relation forte entre croissance et prix de l'énergie. » (p. 83), alors que, comme l'explique à merveille Jean-Marc Jancovici, la croissance économique est corrélée au volume (et non au prix) de l'énergie disponible3. Le volume d'énergie disponible étant une variable physique, il est donc, contrairement à son prix, indépendant des conventions humaines.

7Cette fébrilité des auteurs par rapport à la nécessité de passer à une décroissance économique se propage dans l'ensemble de la troisième et dernière partie. D'un côté nous trouvons une quantité de pistes intéressantes, voire indispensables au bon développement de notre société, telles la réduction (et la répartition) du temps de travail ou la transition vers une économie solidaire et sociale ainsi que la diminution des inégalités par une limitation des salaires pour les dirigeants d'entreprises. D'un autre côté, nous sommes à nouveau face à des incohérences révélant soit une certaine incertitude des auteurs face aux changements obligatoires au sein de notre société, soit une auto-censure afin de toucher un public plus large qui ne suivrait pas leurs idées jusqu'au bout. Ceci ouvre la porte aux nouvelles technologies telles que les voitures électriques (p. 84), Internet (p. 104) ou les imprimantes 3D (p. 106). Ces technologies nécessitent toujours des ressources matérielles et énergétiques, en en déplaçant la consommation et la pollution, ce qui amène finalement à la déresponsabilisation des consommateurs et nous empêche de remettre réellement en question nos modes de vies. Les auteurs proposent d'ailleurs un programme qui « ne remet […] pas en cause la recherche de profit à partir du moment où elle ne s'oppose pas à l'intérêt général. » (p. 120) et trouvent dans la responsabilité sociale des entreprises (p. 124) une voie d'issue aux crises actuelles. En s'attaquant à un livre au titre aussi croustillant que Stop au mirage de la croissance, nous nous attendions à une remise en question plus profonde de notre société et non à des solutions s'apparentant à un capitalisme vert.

  • 4 Christian Arnsperger « Être réellement écologiste, c'est être anticapitaliste », Politique. Revue d (...)

8Nous pouvons donc conclure que l'ouvrage de Brovelli et Simon propose de nombreuses pistes intéressantes pour répondre à la crise actuelle, mais que leur ambiguïté face à la (dé-)croissance laisse filtrer quelques incohérences dans leur discours. Comme le souligne Christian Arnsperger « Être réellement écologiste, c’est être anticapitaliste »4, ce qui passe nécessairement par la concordance de deux éléments. Premièrement, une répartition plus juste des richesses, que les auteurs abordent à plusieurs reprises, et deuxièmement, une décroissance jusqu'à un taux de consommation total respectant les limites planétaires, qui reste parfois trop timidement abordée.

Haut de page

Notes

1 http://collectif-roosevelt.fr/

2 Jean Gadrey « Croissance, bien-être et développement durable », Alternatives Économiques, n° 266, février 2008.

3 Audition de Jean-Marc Jancovici sur le changement climatique à la Commission sur le Développement Durable de l'Assemblée Nationale du 6 Février 2013 – http://www.manicore.com/documentation/articles/conferences.html.

4 Christian Arnsperger « Être réellement écologiste, c'est être anticapitaliste », Politique. Revue de débats, n° 63, février 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Vermeulen, « Jean-Pierre Brovelli et Claude Simon, Stop au mirage de la croissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 juin 2015, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18399

Haut de page

Rédacteur

Olivier Vermeulen

Étudiant en éthique économique et sociale, UCL (Université Catholique de Louvain), et membre du Musée du Capitalisme. Ingénieur civil mécanicien, à finalité énergétique (2013), UCL, et bachelier en médecine (2010), KU Leuven (Katholieke Universiteit Leuven)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page