Navigation – Plan du site

Louis Hébert, L’Analyse des textes littéraires

Nicolas Gaille
L'analyse des textes littéraires
Louis Hébert, L'analyse des textes littéraires. Une méthodologie complète, Paris, Classiques Garnier, coll. « Dictionnaires et synthèses », 2015, 346 p., ISBN : 978-2-8124-3327-6.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son ouvrage L’Analyse des textes littéraires, publié dans la collection « Dictionnaires et synthèses » des éditions Classiques Garnier, Louis Hébert propose une méthodologie complète et cohérente destinée à l’analyse des textes littéraires. Le livre vise ainsi, selon son auteur, à combler une lacune au sein des études littéraires ; si l’on retrouve une quantité non négligeable d’ouvrages dédiés à l’introduction aux théories littéraires, il demeure que les ouvrages pointus de méthodologie se font plutôt rares.

2La première partie, intitulée « Principes », dresse un bref inventaire des principes fondamentaux qui sous-tendent une argumentation solide dans le cadre d’un texte d’analyse littéraire. L’analyste, selon Hébert, doit se livrer à (au moins) une de ces quatre opérations : la comparaison, la décomposition, la typicisation et le classement, et elle peut prendre pour objet un texte (ou un groupe de textes) ou un élément théorique. La figure 2, qui représente les questions à se poser lorsqu’on s’intéresse à une théorie, est à cet égard fort claire et pertinente.

3Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Hébert adopte une « approche raisonnée plutôt qu’encyclopédique » (p. 33). Il passe ainsi en revue, par des notices assez succinctes – tenant, presque toutes, en moins de deux pages –, une panoplie d’aspects (par exemple le style, et la transtextualité) et d’approches (par exemple l’histoire littéraire et la narratologie). Le caractère schématique de certaines notices, – sans doute inévitable en raison de l’entreprise même de L’Analyse des textes littéraires – n’entache pas pour autant la qualité globale de cette partie, qui donne une excellente idée des nombreuses voies que peuvent emprunter les études littéraires.

4La troisième partie aborde des questions davantage « techniques » et plus pointues. On y retrouve ainsi des remarques sur la manière de construire les différentes parties d’un texte d’analyse (l’introduction, le développement, la conclusion). Hébert met en avant une conception assez « classique » (ou traditionnelle) du texte d’analyse, certes éprouvée, mais qui produit parfois une impression de rigidité – par exemple l’introduction, nécessairement en trois parties (sujet amené, sujet posé, sujet divisé) ou l’ordre de rédaction du texte (d’abord le développement, ensuite l’introduction, et finalement la conclusion). Les raisons de ces choix sont néanmoins bien expliquées ; une des forces de l’ouvrage d’Hébert est d’expliquer pourquoi les renseignements transmis sont pertinents et contre quelles erreurs ils permettent de se prémunir. Dans cette partie, Hébert traite également de la mise sur pied du plan, de l’hypothèse de recherche, ainsi que du bon usage des références et des citations.

5Enfin, dans les quatrième et cinquième parties, Hébert met en lumière les propriétés particulières des textes d’analyse littéraire, selon qu’il s’agisse d’une analyse comparative, d’une analyse par classement, d’une dissertation, d’une thèse, ou d’un compte rendu. Des exemples d’analyses, fort bienvenus, viennent clore L’Analyse des textes littéraires.

6Malgré les mérites évidents propres à l’ouvrage d’Hébert, le projet semble quelque peu miné, à la base, par l’organisation de la diffusion des savoirs dans le champ éditorial de la recherche contemporaine en sciences sociales et en études littéraires. Une partie non négligeable des renseignements qu’Hébert présente dans son ouvrage pourront être recueillis par un étudiant alerte et habile sur le web. En effet, ces dernières années, se multiplient les plateformes offrant des ressources intéressantes en ce qui a trait aux études littéraires, souvent en libre-accès. Signalons notamment le site Signo1, animé par Hébert lui-même – et auquel il ne manque pas de renvoyer son lecteur à quelques reprises dans son ouvrage –, ou encore, en ce qui concerne les approches sociales du littéraire, la plateforme Socius2. Certaines sous-parties de l’ouvrage sont parfois de qualité inégale. Ainsi l’entrée « Sociologie de la littérature » (p. 104) aurait sans doute gagné à étayer brièvement certains axes de recherche fort stimulants développés ces dernières années, plutôt que d’alerter le lecteur des dangers potentiels de la « théorie du reflet ». Une bibliographie plus détaillée, dans la section « Approches du texte littéraire » (p. 73-111), aurait d’ailleurs pu combler certaines lacunes ; plutôt que de simplement nommer quelques théoriciens et représentants importants, il aurait été opportun de renvoyer à des lectures favorisant à la fois la poursuite de la réflexion et une meilleure intelligibilité de l’approche résumée fort succinctement dans l’ouvrage d’Hébert3. D’aucuns pourront également questionner, dans cette même section, l’acuité de certains choix effectués par l’auteur ; par exemple, pourquoi avoir rédigé des entrées comme « onomastique », « histoire des mentalités », « histoire des idées », et avoir ignoré l’histoire culturelle et l’analyse du discours ?

7L’Analyse des textes littéraires demeure néanmoins un ouvrage pertinent et répond, en grande partie, à son objectif de départ. On y retrouve ainsi beaucoup de renseignements opportuns présentés de manière rigoureuse et avec un souci pédagogique certain. Tout au long de l’ouvrage, Hébert maintient un équilibre entre la livraison de propos très pointus, et les remarques d’ordre plus général. Ainsi, l’ouvrage s’avère utile, autant pour l’étudiant qui cherche une indication précise sur, par exemple, l’utilisation optimale des notes en bas de page, que pour l’étudiant qui veut se familiariser avec les préceptes généraux qui président à la rédaction d’une analyse littéraire convaincante. La segmentation du propos en différentes parties, choisies et découpées judicieusement, ainsi que l’index détaillé situé à la fin de l’ouvrage, font également que le lecteur se repère aisément et rapidement.

Haut de page

Notes

1 http://www.signosemio.com/index.asp.

2 http://ressources-socius.info/.

3 L’entrée « Sociologie de la littérature » (p. 104), par exemple, tient en une page. Elle aurait gagné à mentionner ces ouvrages de référence : Dirkx Paul, Sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, 2000 ; Aron Paul et Viala Alain, Sociologie de la littérature, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2006 ; Gisèle Sapiro, La sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2014 ; Marc Angenot et Régine Robin, La sociologie de la littérature. Un historique, Montréal, Discours social, 1993, [Réédition en ligne sur la plateforme Socius].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Gaille, « Louis Hébert, L’Analyse des textes littéraires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18407

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Gaille

Nicolas Gaille est étudiant de 2e cycle à l’Université Laval en études littéraires et s’intéresse aux approches sociales du littéraire. Dans le cadre de la rédaction de son mémoire de maîtrise, il mène une réflexion sur la médiatisation de Dany Laferrière. Il est également auxiliaire de recherche pour le GREMLIN et collabore au projet Médias 19.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page