Navigation – Plan du site

Alexis Rosenbaum, L’antisémitisme

Igor Martinache
L'antisémitisme
Alexis Rosenbaum, L'antisémitisme, Paris, Bréal, coll. « Thèmes et Débats », 2015, 136 p., Préfacier : Eric Keslassy, 1ère édition 2006, ISBN : 9782749534008.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce qui pose bien entendu les questions classiques concernant les mesures de la déviance et de la dé (...)

1La prise d’otages de l’« hyper Casher » de la Porte de Vincennes le 9 janvier dernier rappelle, s’il en était besoin, que l’antisémitisme est décidément une passion haineuse bien tenace. Mais en cette matière comme en d’autres, il importe de se prémunir contre l’illusion nominaliste, autrement dit de se demander si le substantif recouvre réellement une réalité suffisamment homogène. L’auteur, enseignant de philosophie, se propose de prendre cette hypothèse au sérieux pour ensuite s’interroger sur les éventuels fondements de ce qui en est venu, par glissement, à désigner l’hostilité vis-à-vis des « juifs », supposant de les considérer eux-mêmes comme constituant une catégorie pertinente. Commençant par constater la résurgence des actes et menaces enregistrés comme antisémites1 en France au cours des dernières années, il part ainsi d’un questionnement multiple consistant notamment à se demander pourquoi l’antisémitisme apparaît à la fois ancien et persistant, si ses ressorts relèvent d’une logique commune ou de processus distincts, et enfin pourquoi celui-ci semble déchaîner des passions particulièrement violentes.

2Pour tenter de répondre à ces questions, Alexis Rosenbaum s’appuie sur différents travaux relevant de différentes sciences sociales (histoire, sociologie, psychologie sociale, psychanalyse) dont il propose une synthèse à chaque chapitre, tout en déployant un raisonnement aussi logique que pédagogique. Chacun des cinq chapitres tourne autour d’une question générale qui en constitue l’intitulé. « L’antisémitisme existe-t-il depuis toujours ? », s’interroge ainsi le premier d’entre eux. L’auteur montre que si le phénomène connaît une récurrence certaine au fil des époques, ses motifs n’en varient pas moins considérablement de l’une à l’autre. Chaque époque, de l’Antiquité préchrétienne à la période contemporaine, voit ainsi l’hostilité à l’égard des juifs reposer sur un système d’accusation particulier à leur égard, qui permet de justifier exclusions et persécutions plus ou moins brutales, lesquelles culminent bien entendu avec les quelques 6,2 millions de victimes estimées de la Shoah, dont l’horreur ne suffit cependant pas à vacciner contre ce type de haine. Pour autant, s’il importe d’être attentif à ces variations, il n’empêche, note l’auteur, qu’on y retrouve un certain nombre de continuités, « comme si les griefs [à l’égard des juifs] s’accumulaient, se superposaient et se mélangeaient au cours de l’histoire sans qu’aucun ne soit jamais définitivement perdu » (p. 39).

  • 2 Voir notamment René Girard, La violence et le sacré, Paris, Fayard, 2011 [1972] et René Girard, Le (...)
  • 3 Catégories évidemment tout autant construites socialement que celle des « juifs »…
  • 4 « Élection » dont la signification a cependant fait l’objet de glissements interprétatifs, comme le (...)

3Pointant par ailleurs que les antisémites de chaque société tendent à attribuer aux juifs les traits les plus réprouvés par leur propre culture, l’auteur convoque ensuite des analyses sociologiques pour se demander si « l’antisémitisme [ne serait pas au fond] qu’une forme de jalousie sociale ? » (p. 41). Il commence ainsi par présenter la théorie du bouc émissaire développée notamment par le philosophe René Girard2, mais formulée déjà par Emile Durkheim dans un texte commentant l’Affaire Dreyfus, dont l’auteur livre un passage en encadré (p. 46). De manière schématique et lapidaire cette théorie énonce qu’en situation de crise, une société donnée a tendance à en rejeter la responsabilité sur un individu ou sur un groupe qui tient alors lieu de victime expiatoire et permet de préserver sa cohésion en lui épargnant d’avoir à s’interroger sur ses propres torts. Or, les « juifs », parce qu’ils sont pour diverses raisons toujours tenus plus ou moins à l’écart dans leurs sociétés d’appartenance, apparaissent comme des candidats idéaux, quoique non exclusifs, à ce « rôle », et ont ainsi fait l’objet de diverses instrumentalisations politiques, dont les Protocoles des Sages de Sion, faux rédigé par le journaliste russe Mathieu Golovinski sur commande de la police secrète du tsar dans les années 1910, constituent sans doute l’exemple le plus tristement célèbre, circulant du reste encore largement de nos jours. L’auteur développe ensuite une seconde perspective, également fonctionnaliste, à partir d’un texte sur la théorie de la frustration relative, de Talcott Parsons, le chef de file d’un courant sociologique aujourd’hui largement tombé en désuétude. Selon cette théorie, les juifs seraient l’objet d’une hostilité importante de la part de groupes sociaux qui cristalliseraient sur eux leurs propres difficultés sociales. L’émancipation juridique des juifs à partir du XIXe siècle a en effet permis à nombre d’entre eux de connaître une mobilité ascendante, notamment dans les professions libérales et intellectuelles. Les « perdants » de la compétition libérale, et en particulier les membres d’autres « minorités »3, en ont conçu une jalousie d’autant plus forte que les juifs étaient de longue date posés comme « inférieurs », mais aussi, ajoute Parsons, que l’Ancien Testament les présente comme le peuple « élu »4, qu’ils affichent souvent une certaine cohésion et sont particulièrement représentés dans les professions visibles, dans les médias notamment.

  • 5 Stanley Milgram, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann Lévy, 1994 [1974]. Sur cette dernière, et (...)
  • 6 Pierre-André Taguieff, La nouvelle judéophobie, Paris, Mille-et-une nuits, 2002.
  • 7 Voir par exemple Judith Butler et al., Antisémitisme : l’intolérable chantage, Paris, La Découverte (...)

4Reste, observe ensuite l’auteur, que les explications sociologiques convoquées ici ne suffisent pas à expliquer la virulence particulière de certains comportements antisémites, ce qui l’amène à s’intéresser aux approches psychanalytiques et de la psychologie sociale dans le troisième chapitre, « L’antisémitisme est-il l’expression d’une névrose ? ». Les approches psychanalytiques s’appuient notamment sur le mécanisme de l’inversion projective, qui consiste à intervertir les positions de victime et de bourreau, autrement dit à persécuter celui par lequel on se croit persécuté, mais aussi sur le rejet de l’autorité, que les juifs peuvent notamment incarner pour certains chrétiens, et enfin sur une forme de paranoïa antijuive immunisée contre toute forme de réfutation qui se présente à elle. Les expériences de psychologie sociale, comme celles menées à partir des années 1950 par l’équipe de Muzafer Sherif sur les rivalités entre adolescents dans le cadre de colonies de vacances, ont quant à elles permis de mettre en évidence la dynamique de formation des préjugés et stéréotypes, ainsi que les ressorts de la « soumission à l’autorité », avec en particulier la fameuse « expérience de Milgram »5. Celle-ci permettrait, selon l’auteur, d’expliquer comment les persécuteurs, des juifs notamment, peuvent rationaliser a posteriori leurs actes et pourquoi des accusations de complot se seraient développés non pas avant mais après certains grands massacres (p. 88). Le quatrième chapitre se demande lui si « l’antisionisme [serait] le nouveau masque de l’antisémitisme », s’inspirant notamment ici des analyses du « politologue » Pierre-André Taguieff6, pour lequel l’opposition à la construction d’un foyer politique juif serait devenue la forme contemporaine privilégiée de l’antisémitisme. Tout en distinguant ces deux notions, l’auteur rappelle d’abord que l’antisionisme a émergé de deux foyers distincts dès la création mouvementée de l’Etat d’Israël en 1948 : l’Union soviétique et le « monde arabo-musulman ». Il suggère ensuite comment, depuis la fin des années 1970, discours antisionistes et antisémites sont fréquemment confondus dans une propagande multiforme dont les circulations mériteraient un examen plus attentif. Et, tout en reconnaissant qu’il est « très difficile de tracer une limite claire entre antisionisme et antisémitisme », Alexis Rosenbaum se range clairement derrière les propos de l’ancien Premier ministre suédois, Per Ahlmark, selon lequel de nos jours « les antisémites les plus virulents ne sont plus ceux qui souhaitent un monde sans juif mais ceux qui veulent un monde sans État juif » (p. 115). La question, brûlante s’il en est, en appelle incontestablement à un débat plus approfondi, l’auteur omettant par exemple de mentionner l’instrumentalisation réciproque de « l’antisémitisme » par les dirigeants israéliens pour justifier leurs infractions récurrentes au droit international7.

  • 8 Le fait de privilégier les analyses fonctionnalistes en sociologie par exemple ne pourra manquer d’ (...)
  • 9 Mobilisée en effet de multiples manières, notamment en Israël dans une entreprise de construction d (...)
  • 10 Pour une présentation pédagogique concernant le processus de construction des problèmes publics et (...)

5Le dernier chapitre, « Peut-on combattre l’antisémitisme aujourd’hui ? », se veut lui explicitement normatif. L’auteur revient sur les différentes mesures pénales prises pour réprimer les actes et propos « antisémites », en France notamment, puis sur les actions éducatives qui les ont complétées, avant de pointer leurs insuffisances, puis d’expliquer rapidement pourquoi l’antisémitisme constituerait une forme de haine catégorielle particulière. On peut ici s’étonner du caractère moralisant et individualisant des mesures ainsi privilégiées, conforme à l’air du temps (néo)libéral, mais qui apparaît quelque peu décalé par rapport aux diagnostics proposés précédemment. Le lecteur pourra plus généralement regretter que certains parti-pris théoriques8 mais aussi analytiques ne soient pas assumés comme tels, et que quelques présupposés ne soient pas (suffisamment) interrogés par l’auteur, à commencer par la catégorie de « juifs »9, ou celle d’« antisémitisme », non exemptes d’instrumentalisations réciproques par des organisations se revendiquant comme porte-parole de leurs coreligionnaires. On peut également regretter l’oubli de la dimension politique de la question, et notamment le fait que l’auteur ne semble pas percevoir que l’antisémitisme constitue un « problème public » au sens de la science politique, n’existant qu’à partir d’un travail de définition de la part d’« entrepreneurs de cause », eux-mêmes en lutte pour imposer un cadrage particulier comprenant une imputation des responsabilités et impliquant de privilégier certaines « solutions » à d’autres10. Reste néanmoins que ce petit ouvrage à vocation pédagogique, est incontestablement utile et instructif sur un enjeu crucial et trop souvent caricaturé.

Haut de page

Notes

1 Ce qui pose bien entendu les questions classiques concernant les mesures de la déviance et de la délinquance, tant leur repérage que leur classification. Voir entre autres sur cette question Laurent Mucchielli, Violences et insécurité, Paris La Découverte, 2007 [2001]

2 Voir notamment René Girard, La violence et le sacré, Paris, Fayard, 2011 [1972] et René Girard, Le bouc émissaire, Paris, Le Livre de Poche, 1986 [1982]

3 Catégories évidemment tout autant construites socialement que celle des « juifs »…

4 « Élection » dont la signification a cependant fait l’objet de glissements interprétatifs, comme le note l’auteur (p. 58).

5 Stanley Milgram, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann Lévy, 1994 [1974]. Sur cette dernière, et les controverses qui ont récemment entouré ses conclusions, voir notamment Jean-Marie Pottier, « A-t-on mal interprété “l'expérience de Milgram”, une des plus célèbres de l'histoire de la psychologie ? », Slate.fr, 9 septembre 2014, en ligne : http://www.slate.fr/story/91913/experience-milgram-interpretation.

6 Pierre-André Taguieff, La nouvelle judéophobie, Paris, Mille-et-une nuits, 2002.

7 Voir par exemple Judith Butler et al., Antisémitisme : l’intolérable chantage, Paris, La Découverte, 2003.

8 Le fait de privilégier les analyses fonctionnalistes en sociologie par exemple ne pourra manquer d’étonner, pour dire le moins, les tenants de la discipline…

9 Mobilisée en effet de multiples manières, notamment en Israël dans une entreprise de construction du sentiment national, comme l’a montré dans le contexte israélien Shlomo Sand dans son retentissant Comment le peuple juif fut inventé, Paris, Fayard, 2008.

10 Pour une présentation pédagogique concernant le processus de construction des problèmes publics et de leurs mises sur agenda, voir notamment Patrick Hassenteufel, « Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes publics », Informations sociales, n° 157, 2010, p. 50-58, disponible en ligne : www.cairn.info/revue-informations-sociales-2010-1-page-50.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Alexis Rosenbaum, L’antisémitisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18410

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page