Navigation – Plan du site

David Kreps (dir.), Gramsci and Foucault: A Reassessment

Nils Moussu
Gramsci and Foucault: A Reassessment
David Kreps, Gramsci and Foucault: A Reassessment, Ashgate, 2015, 210 p., ISBN : 978-1-4094-6086-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gill Stephen, Power and Resistance in the New World Order, London, New York, Palgrave-Macmillan, 20 (...)

1Les références aux « concepts-clefs » associés à Michel Foucault (gouvernementalité, généalogie, biopouvoir…) ou à Antonio Gramsci (hégémonie, révolution passive, État intégral…) font partie du registre courant des approches critiques. Mobilisant bien souvent des problématiques analogues, les approches « foucaldienne » et « gramscienne », estampillées respectivement comme poststructuraliste et marxiste, n’en demeurent pas moins souvent dans une large ignorance mutuelle, et ce dans différents champs de recherche tels que la géographie humaine, l’économie politique internationale, la théorie politique, et bien d’autres. L’ouvrage récent de David Kreps et de ses huit contributeurs prend résolument le contrepied de cette méconnaissance et présente plusieurs explorations thématiques des synergies possibles entre Foucault et Gramsci. Préfacé par Stephen Gill, pionnier de ce dialogue, avec son analyse du néolibéralisme disciplinaire et son appel à la constitution d’un Prince post-moderne1, l’ouvrage cherche ainsi non seulement à dégager de potentiels points de rencontre et de tension, mais également à articuler ces deux pensées, arguant que leur combinaison offre des perspectives prometteuses.

  • 2 Foucault Michel, « Il faut défendre la société » - cours au Collège de France, 1976, Paris, Seuil/G (...)
  • 3 Gramsci Antonio, Cahier de prison – Cahiers 10 – 13, Paris, Gallimard, Q12§1, p. 314.

2Si les contributions sont très diversifiées, un point de rencontre majeur semble toutefois se dégager plus ou moins explicitement autour des questions du pouvoir et de la résistance. Sur la base d’un anti-économisme partagé, l’analyse du pouvoir de Foucault visant à saisir celui-ci à ses extrémités, par un mouvement ascendant et « hors du champ délimité par la souveraineté juridique et l’institution de l’État »2 peut rejoindre en effet la place centrale qu’occupe chez Gramsci la société civile et les « organismes dits vulgairement “privés” »3, ainsi que son attention continue au rôle des intellectuels. Schulzke, sur un plan théorique, ainsi que Gürcan et Bakiner, sur le cas de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), contrastent ainsi la micromécanique foucaldienne du pouvoir avec l’approche gramscienne de l’hégémonie, à la recherche de marges de résistance, voir d’émancipation. Dans ce dialogue, Foucault prend le rôle du pessimiste à l’égard de la possibilité de lutter contre les multiples formes d’assujettissement, alors que Gramsci est présenté comme raisonnablement volontariste au travers de sa conceptualisation du parti politique comme Prince moderne, collectif œuvrant à la constitution d’une contre-hégémonie par le bas. Dès lors, l’ALBA pourrait représenter l’exemple d’une « intégration régionale post-néolibérale » (p. 131) et contre-hégémonique, même si, au terme d’une présentation détaillée, Gürcan et Bakner conditionnent leur optimisme à son évolution d’un dialogue interétatique et présidentiel à l’apparition d’une forme réelle de coopération supranationale impliquant les mouvements sociaux.

3Cette présentation n’est pourtant pas partagée par Brunskell-Evans, au terme de son étude de cas portant sur la volonté d’une équipe de médecins iraquiens d’inclure un volet psychologique aux soins pédiatriques dans le contexte de l’Irak post-invasion américaine. Mettant en miroir la critique de l’idée de nature humaine effectuée par Gramsci et Foucault, Brunskell-Evans juge plus aisé de lutter contre cette importation de la psychologie comme forme de gouvernementalité néolibérale disciplinaire plutôt que comme la marque du succès massif de l’hégémonie américaine.

  • 4 Foucault Michel, « Il faut défendre la société » - Cours au Collège de France, 1976, Paris, Seuil/G (...)

4En amont de ce débat, Sarker tente de définir le sujet contemporain d’une éventuelle émancipation au travers des notions de groupes subalternes chez Gramsci et de savoirs assujettis chez Foucault. L’hégémonie est ici considérée comme s’arrogeant l’histoire dominante, la modernité et le progrès, reléguant les subalternes à un temps éternel, statique ou cyclique et à des identités particulières de genre, de classe, ethniques, etc. La résistance se joue dès lors dans la constitution d’un « savoir historique des luttes »4 en vue de revendiquer des récits alternatifs de la modernité. En miroir de cette contribution, Demirović discute plus généralement la notion de vérité et les notions connexes de savoir, de science et de discours, ainsi que la relation qu’elles entretiennent avec les luttes pour l’émancipation. Si la vérité est historiquement déterminée et qu’elle se constitue en régimes répressifs de légitimation/disqualification des savoirs, sur quel socle fonder la résistance et sur quelle éthique de la vérité fonder une pratique intellectuelle émancipatrice ? Peut-être, en réponse à cette question, Gagnon se base sur les analyses de Gramsci à propos de l’éducation et de la nécessaire transformation des consciences et du sens commun, ainsi que sur les capacités de résistance des individus chez Foucault, pour dégager un axe démocratique et émancipateur visant la constitution d’un citoyen-expert.

5Si les contributions présentées jusqu’ici développent un dialogue thématique entre les deux auteurs, les contributions de Kreps et de Sum nous semblent quant à elles pousser plus loin la tentative d’articulation, le premier d’un point de vue poststructuraliste, la seconde du point de vue de l’économie politique et du matérialisme historique. Pour Kreps, l’enjeu réside dans l’élaboration d’une approche capable de prendre en compte simultanément l’analyse des structures sociales au niveau macro et l’insistance sur la contingence radicale au niveau micro, attributs qu’il associe respectivement à Gramsci et Foucault. Kreps avance alors que la théorie de la complexité et sa prise en compte des systèmes sociaux comme systèmes adaptatifs complexes pourraient répondre à ce défi en reconnaissant la dimension chaotique et contingente au niveau des composants du système, mais aussi les schémas de fonctionnement récurrents sur le plan systémique et global. Faisant émerger l’hégémonie de la micropolitique individuelle, cette piste semble pour Kreps pouvoir conduire à une vaste réconciliation entre les programmes de recherche marxistes et poststructuralistes, sans que l’on comprenne encore exactement les implications théoriques, méthodologiques, voire politiques de cette entreprise.

  • 5 Sum Ngai-Ling et Jessop Bob Towards a cultural political economy, Cheltenham, Northampton, Edward E (...)
  • 6 Foucault Michel, « Il faut défendre la société » - Cours au Collège de France, 1976, Paris, Seuil/G (...)

6La contribution de Sum apparait plus claire en comparaison, au regard tant de sa démarche d’articulation des deux approches que des bénéfices que celle-ci procure en termes de problématisation du monde social. Son articulation s’intègre ainsi dans une vaste entreprise théorique mené avec Jessop, qui ambitionne de constituer une économie politique culturelle5, entreprise qui vise à concilier les aspects matériels, discursifs voire émotionnels de l’économie et à rendre compte de la production de l’hégémonie comme projet toujours momentané, impliquant la mobilisation « d’imaginaires économiques » (p. 39) portés par des acteurs identifiables et impliquant un ensemble de techniques « au ras de la procédure d’assujettissement »6. Cette approche est en outre illustrée par une étude sur l’émergence du discours de la compétitivité, qui place ce dernier dans un contexte de crise du régime d’accumulation fordiste et dont le succès comme « knowledge brand » (p. 45) est expliqué par l’action d’individus, groupes et institutions, ainsi que par la mobilisation de savoirs divers menant à la constitution de différents régimes de vérité localisés et à l’appropriation de ce discours dans des espaces divers.

7En conclusion, cet ouvrage présente dans l’ensemble un panorama large et diversifié de différents modes de « mise en dialogue » de Gramsci et Foucault, voire de tentatives d’articulation de leur pensée. Pour autant, les conditions théoriques, épistémologiques ou même philologiques rendant possible ces dialogues sont à notre avis insuffisamment explicitées. Sans vouloir faire preuve d’une orthodoxie rigide, quel Gramsci et quel Foucault dialoguent exactement parmi les différentes interprétations proposées dans la littérature, pourquoi ce choix et quelles sont ses implications ? Ces questions restent trop souvent sans réponses dans l’ouvrage. Dès lors, un certain flou subsiste par exemple sur les fondements critiques d’une approche articulant les deux auteurs et sur la réelle commensurabilité des élaborations théoriques de ceux-ci. Un des grands mérites de cet ouvrage réside sans doute dans le fait d’entamer la discussion et d’y apporter des arguments originaux et contrastés.

Haut de page

Notes

1 Gill Stephen, Power and Resistance in the New World Order, London, New York, Palgrave-Macmillan, 2008.

2 Foucault Michel, « Il faut défendre la société » - cours au Collège de France, 1976, Paris, Seuil/Gallimard, 1997, p. 30.

3 Gramsci Antonio, Cahier de prison – Cahiers 10 – 13, Paris, Gallimard, Q12§1, p. 314.

4 Foucault Michel, « Il faut défendre la société » - Cours au Collège de France, 1976, Paris, Seuil/Gallimard, 1997, p. 10.

5 Sum Ngai-Ling et Jessop Bob Towards a cultural political economy, Cheltenham, Northampton, Edward Elgar.

6 Foucault Michel, « Il faut défendre la société » - Cours au Collège de France, 1976, Paris, Seuil/Gallimard, 1997, p. 26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nils Moussu, « David Kreps (dir.), Gramsci and Foucault: A Reassessment », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18412

Haut de page

Rédacteur

Nils Moussu

Doctorant et assistant diplômé à l’Université de Lausanne, Nils Moussu est spécialisé en relations internationales. Il prépare une thèse portant sur les associations transnationales de firmes actives dans la politique climatique transnationale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page