Navigation – Plan du site

Germaine Tillion, Les combats d’une ethnologue, entretiens avec Frédéric Mitterrand

Sébastien Zerilli
Les combats d’une ethnologue
Germaine Tillion, Les combats d’une ethnologue. Entretiens avec Frédéric Mitterrand, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2015, 128 p., Édition préfacée et annotée par Christian Bromberger et Tzvetan Todorov, ISBN : 9782713224942.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elle y est entrée le 27 mai 2015, au côté de Geneviève de Gaulle Anthonioz, Pierre Brossolette et J (...)

1Ce petit ouvrage, dans lequel sont retranscrits deux entretiens télévisés conduits par Frédéric Mitterrand avec l’ethnologue Germaine Tillion (1907-2008) en mai 1990, est sans aucun doute d’une lecture beaucoup plus aisée que celle de la plupart des publications recensées par Lectures. S’il est plus facile à lire, il est pourtant beaucoup plus compliqué à commenter : il ne développe pas de bout en bout une thèse qu’on pourrait débattre; ses pages ne précisent pas une méthodologie et des hypothèses qu’on pourrait discuter; elles ne sont pas lestées de références bibliographiques qu’on pourrait analyser. Au fil de son texte, le livre déroule le récit d’une vie extraordinaire qui laisse le lecteur admiratif et à laquelle la nation a officiellement rendu hommage depuis que Germaine Tillion est entrée au Panthéon1. Les sentiments mêlés d’admiration et de stupéfaction qui saisissent le lecteur, lorsqu’il apprend qu’à Ravensbrück, où elle est prisonnière d’octobre 1943 à février 1945, elle compose une opérette pour opposer le rire à la barbarie ou bien encore que ses recherches sur le système concentrationnaire nazi lui ont permis de témoigner à décharge dans des procès parfois « injustement » intentés contre des SS, ne sont pas propices à l’analyse.

  • 2 Raymond Bellour, Le livre des autres, Paris, UGE, coll. « 10/18 », 1978, p. 7.

2Le principal avantage de la collection « Audiographie », dans laquelle ce petit texte est publié, est d’être ce qu’on pourrait appeler une collection d’autovulgarisation. L’exercice de l’entretien ou de la conférence, deux modalités singulières de transmission du savoir qui constituent le matériau exclusif des ouvrages qu’elle contient pousse effectivement « un auteur à se résumer, à remonnayer en paroles, qui se veulent en générales plus accessibles, ce qu’il à déjà énoncé par écrit »2. Les thèmes abordés dans chacun des deux entretiens ici retranscrits ne permettent malheureusement que superficiellement de découvrir une façon d’introduction à l’œuvre de Germaine Tillion par elle-même.

  • 3 Voir Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, coll. « Folio/Histoire », 1997.

3Les analyses ethnographiques qu’elle a effectuées au cours de sa détention, qui forment le matériau de son Ravensbrück et sur lesquelles elle revient dans le premier entretien, également consacré à son expérience de résistante au sein du réseau du Musée de l’Homme, sont en quelque sorte le prolongement empirique des réflexions philosophiques d’Hannah Arendt sur la « banalité du mal »3. Effectivement, on ne peut pas ne pas penser aux analyses de l’auteur des Origines du totalitarisme lorsqu’on lit qu’à Ravensbrück Germaine Tillion observait, parmi ses geôliers, « [t]oujours des hommes ordinaires. Des hommes qu’on peut recruter dans n’importe quelle société » (p. 65).

4Le second entretien se concentre quasiment exclusivement sur son expérience de médiatrice en Algérie à partir de 1954, au moment de l’emballement des « événements », entre les officiels français et les leaders du Front de libération nationales. C’est à cette époque, alors qu’elle est chargée par le Gouverneur général français pour l’Algérie, Jacques Soustelle, d’échafauder un programme d’éducation de la population, qu’elle propose la création des « Centres sociaux » par lesquels passera la future élite algérienne. Au terme de cette seconde interview, on apprend également que c’est grâce aux efforts de Germaine Tillion que s’est développée l’éducation en milieu carcéral. Ses démarches auprès du ministre de la Justice du général de Gaulle, Edmond Michelet, alors qu’elle était membre du cabinet du ministre de l’Éducation nationale de l’époque, ont permis qu’on puisse aujourd’hui « arriver illettré dans une prison et en sortir docteur ès lettres » (p. 106).

5Si une large part de l’ouvrage est consacrée à l’expérience militante de Germaine Tillion en Algérie à partir de 1954, sa première rencontre avec ce pays, alors qu’elle est une jeune ethnologue qui s’apprête à partager de 1934 à 1940 les conditions de vie des Chaouïas de l’Aurès, n’est que brièvement évoquée. Comme en écho à la construction du titre du livre, celle des deux entretiens qu’il contient fait la part belle aux « combats » de l’ethnologue au détriment son travail de recherche. Si le cadrage « grand public » des entretiens télévisés que ce texte fait renaître, ainsi que la dimension historique et dramatique des épreuves que Germaine Tillion a dû affronter, justifient bien évidement cette partition, on peut toutefois regretter sa publication dans une collection des Éditions de l’EHESS qui contient des ouvrages dans lesquels l’exposition didactique des aspects d’une œuvre scientifique prime sur la trajectoire biographique de leur auteur.

6Dans sa riche préface à l’ouvrage, Christian Bromberger corrige ce déséquilibre. L’ethnologue y fournit quelques pistes d’explication quant à la relative indifférence de la communauté académique vis-à-vis des recherches ethnographiques de Germaine Tillion. Sa réticence à se conformer aux conventions du microcosme universitaire ainsi que la contestation par plusieurs chercheurs de la cohérence anthropologique de l’espace méditerranéen, après une sorte d’âge d’or symbolisé par les travaux de Julian Pitt-Rivers, expliquent cette modeste postérité. Ignorée par une large partie des chercheurs en sciences sociales, l’œuvre de Germaine Tillion fait pourtant échos à plusieurs tendances générales que révèle l’histoire de l’anthropologie.

  • 4 Florence Weber, Brève histoire de l’anthropologie, Paris, Flammarion, coll. « Champs/Essais », 2015 (...)
  • 5 Ibid., p. 289.
  • 6 Ibid., p. 308.
  • 7 Marcel Mauss, « La nation », in Œuvres, t. III, Cohésion sociale et division de la sociologie, Pari (...)

7D’abord, l’importance croissante accordée à l’analyse ethnographique. « De façon significative [elle] ne se place jamais sous les ors de l’anthropologie mais se revendique ethnographe et ethnologue » (p. 10). Or, si « [p]endant longtemps, “ faire du terrain ” fut considéré à l’université comme une activité peu noble »4, l’ethnographie représente aujourd’hui « une méthode spécifique pour accéder de l’intérieur à la connaissance de processus sociaux de portée générale »5. Le rôle toujours plus grand accordé à l’analyse de la relation ethnographique entre enquêteur(s) et enquêté(s) fonde d’ailleurs ce que Florence Weber appelle un « principe de réflexivité [stipulant que] l’anthropologie repose sur une objectivation des conditions de l’observation »6. Ce principe, Germaine Tillion l’appliquait en quelque sorte avant qu’il ne soit édicté puisque Christian Bromberger note qu’elle insistait « sur la place inéluctable et ambiguë de la subjectivité sur la voie de la connaissance » (p. 14). Ces appréciations épistémologiques tranchent avec le point de vue de celui qui fut son directeur de thèse. Marcel Mauss pensait effectivement « possible de juger, même sans préjugés […], des sociétés comme des animaux ou des plantes »7.

  • 8 Florence Weber, Brève histoireop. cit., p. 309-310.

8Ensuite, le dépassement d’un mythique « Grand Partage » distinguant d’un côté les sociétés développées, objet de recherche exclusif de la sociologie, et de l’autre des communautés « primitives », unique sujet de préoccupation des anthropologues. En analysant le fonctionnement de tribus de l’Aurès forte de l’intuition qu’elles partageaient avec les communautés paysannes du sud de l’Europe la même structure endogamique, comme en appliquant héroïquement, au cœur de l’enfer concentrationnaire nazi, les méthodes de l’observation ethnographique, Germaine Tillion actait, avant qu’il ne soit édicté, le « principe d’universalité [en vertu duquel] l’anthropologie sociale et la science de toutes les sociétés »8, familières ou lointaines, démocratiques ou totalitaires.

  • 9 Pour une analyse serrée de la genèse du concept, voir Jean Copans, Georges Balandier, un anthropolo (...)

9Ce « Grand Partage », Germaine Tillion a également contribué à le dépasser au cours de son expérience militante en Algérie. Favorable à la consultation des Algériens pour pouvoir trouver une issue pacifique au conflit puis à leur indépendance, elle revendiquait, par ses prises de position, le droit à l’histoire de ce peuple alors que la majorité des africanistes de l’époque avaient englué les populations du continent dans un exotique présent perpétuel. Le nouveau titre choisi pour la réédition de son ouvrage L’Algérie en 1957, rebaptisé en 1960 L’Afrique bascule vers l’avenir, fait d’ailleurs écho aux intitulés des études de Georges Balandier, auteur en 1955 d’une Sociologie actuelle de l’Afrique noire et créateur, au début des années 1950, du concept de « situation coloniale ». L'élaboration de cette notion permettait un renversement du sens commun ethnologique et une prise en compte inédite des dynamiques propres à des sociétés qu’on pensait alors immobiles9.

10Christian Bromberger s’attarde également sur les engagements de Germaine Tillion. La « logique description-compréhension-action » (p. 20) dont il montre qu'elle préside aux interventions de l’ethnologue renvoie d’ailleurs à la figure foucaldienne de « l’intellectuel spécifique ». Germaine Tillion s’est investie dans des causes particulières riche des conclusions que lui avaient permis d’établir son expérience et ses travaux de recherche, à rebours d’une « posture intellectuelle qui balance trop souvent entre un excès de spéculation abstraite et d’implication brouillonne » (p. 30). Ainsi la « science carcérale » (p. 13) qu’elle a échafaudé lors de sa captivité à Ravensbrück a-t-elle nourrie son action, au côté de David Rousset, au sein de la Commission internationale contre le régime concentrationnaire de 1948 à 1953 ou encore son combat pour l’éducation dans les prisons.

  • 10 Émile Durkheim, « Le rôle des grands hommes dans l’histoire », in Textes, t. I, Éléments d’une théo (...)

11Germaine Tillion fut de tous les combats, aussi ces entretiens permettent-ils d’aborder, au prisme de la focale biographique et individuelle, les grands événements de l’histoire contemporaine depuis la Seconde guerre mondiale : la lutte contre les totalitarismes nazi et soviétique, le démantèlement des empires coloniaux ou encore l’émergence des problématiques mémorielles à laquelle elle a activement contribuée en actualisant régulièrement le contenu de son Ravensbrück. Il ne fait aucun doute que Germaine Tillion mérite sa place aux côtés des grands Hommes du Panthéon: elle fait parti de ceux « qui résument en eux toute la vie d’un siècle ou d’un peuple »10.

Haut de page

Notes

1 Elle y est entrée le 27 mai 2015, au côté de Geneviève de Gaulle Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay. Le texte du discours prononcé à cette occasion par le président de la République est accessible sur le site internet de l’Élysée : http://www.elysee.fr/declarations/article/ceremonie-d-hommage-solennel-de-la-nation-a-pierre-brossolette-genevieve-de-gaulle-anthonioz-germaine-tillion-et-jean-zay-pantheon-3/

2 Raymond Bellour, Le livre des autres, Paris, UGE, coll. « 10/18 », 1978, p. 7.

3 Voir Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, coll. « Folio/Histoire », 1997.

4 Florence Weber, Brève histoire de l’anthropologie, Paris, Flammarion, coll. « Champs/Essais », 2015, p. 218.

5 Ibid., p. 289.

6 Ibid., p. 308.

7 Marcel Mauss, « La nation », in Œuvres, t. III, Cohésion sociale et division de la sociologie, Paris, Éd. de Minuit, 1969, p. 601.

8 Florence Weber, Brève histoireop. cit., p. 309-310.

9 Pour une analyse serrée de la genèse du concept, voir Jean Copans, Georges Balandier, un anthropologue en première ligne, Paris, PUF, 2014, chapitre 2, « La “ situation ” coloniale de départ ».

10 Émile Durkheim, « Le rôle des grands hommes dans l’histoire », in Textes, t. I, Éléments d’une théorie sociale, Paris, Éd. de Minuit, coll. « Le sens commun », 1975, p. 411. Plusieurs titres d’ouvrages ou de contributions consacrés à la vie de Germaine Tillion soulignent d’ailleurs cette osmose entre trajectoire biographique et histoire politique : G. Tillion, À propos rompus avec le siècle, textes réunis et présentés par Tzvetan Todorov, Paris, Seuil, 2001 ; Tzvetan Todorov, « Le siècle de Germaine Tillion », in Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2000 ; Tzvetan Todorov et Christian Bromberger, Germaine Tillion, une ethnologue dans le siècle, Arles, Actes Sud, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Germaine Tillion, Les combats d’une ethnologue, entretiens avec Frédéric Mitterrand », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18417

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Diplômé en sociologie, sciences politique et anthropologie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page