Navigation – Plan du site

Georges Duby, Mes ego-histoires

Nicolas Guyard
Mes ego-histoires
Georges Duby, Mes ego-histoires, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 2015, 154 p., Edition établie par Patrick Boucheron et Jacques Dalarun, précédé de "Duby, figures posthumes" et suivi de "G. D., ou les embarras de la mémoire", ISBN : 978-2-07-014886-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Patrick Boucheron et Jacques Dalarun (dir.), Georges Duby, portrait de l’historien e (...)
  • 2 Georges Duby, Féodalité, Paris, Gallimard, « Quarto », 1996.
  • 3 Pierre Nora (éd.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, avec la participation de Maurice (...)

1Depuis son décès en 1996, Georges Duby a connu le singulier destin de devenir un objet d’histoire, signe de sa place et de son importance dans le monde de la recherche, au-delà du cercle des médiévistes. Le texte ici publié est le fruit d’un travail dans le fonds des archives personnelles de Georges Duby, mené par deux historiens médiévistes contemporains, Patrick Boucheron et Jacques Dalarun, tous deux désormais spécialistes de celui qui a été leur maitre1. Si les œuvres de Georges Duby avaient été de son vivant réunies dans le tome Féodalité2, certains écrits demeuraient encore inédits. Dans le cas présent, il s’agit surtout d’une tentative d’ego-histoire. Pierre Nora, qui édite et introduit le texte, avait demandé en 1986 à plusieurs historiens de renom d’écrire leur propre histoire. Georges Duby, parmi d’autres, s’était prêté au jeu3. Patrick Boucheron a trouvé dans les brouillons de Georges Duby une autre version que celle publiée en 1986.Cette édition est donc l’occasion de comparer ces deux versions distinctes. Si le texte de 1986 s’arrêtait à l’élection de Georges Duby au Collège de France en 1970, cette seconde version inédite s’achève en 1986, à la veille donc de la parution.

2Mes ego-histoires se compose donc de deux parties distinctes, encadrées par deux articles de Pierre Nora et Patrick Boucheron en introduction et conclusion.

3La première version officielle d’ego-histoire de Georges Duby est déjà connue. Sa présence dans l’ouvrage se justifie principalement par l’intérêt d’une comparaison. C’est un texte relativement succinct, aride dans son écriture, et qui ne s’arrête que sur la vie publique de Georges Duby, ses relations universitaires et sa carrière. Quelques rares éléments autobiographiques sont mis en avant, mais immédiatement contrebalancés par une analyse générale soutenue par une référence scientifique. Ainsi, les origines sociales modestes de Georges Duby prennent sens sous les mots de Lucien Febvre. L’emploi systématique de la troisième personne du singulier renforce cette distance et l’aspect factuel de l’écriture.

4La seconde version, inédite, est plus dense, plus longue et plus personnelle. Elle comporte quatre temps, autant de parcours dans lesquels Georges Duby se raconte et se dévoile, au gré de sa carrière, de ses recherches et publications et de ses archives. Le premier moment concerne son parcours universitaire, le second sa vie à Aix-en-Provence, le troisième sa relation avec Fernand Braudel et le dernier celle avec Albert Skira. Deux périodes et deux rencontres donc, à travers lesquelles Georges Duby se raconte dans son style caractéristique, alliant à la fois une modestie propre à l’exercice et quelques passages où l’écriture devient véritablement littérature.

5La carrière de Georges Duby est celle avant tout d’un jeune homme issu d’un milieu modeste, qui, dans la méritocratie de la IIIe République, est parvenu à atteindre les sommets du monde universitaire.

  • 4 L’école dite des Annales a été fondée au début du XXe siècle par Lucien Febvre et Marc Bloch. Ce co (...)
  • 5 Georges Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, Éditions de l’Éc (...)

6Le premier parcours raconte la formation du médiéviste. Doué pour les études, alors que sa famille le destinait plutôt à un métier manuel, Georges Duby est entré à l’Université de Lyon, où il a réussi en 1942, pendant la Guerre, le concours de l’agrégation d’histoire, précieux sésame qui lui a ouvert les portes du monde de la recherche. S’il n’avait pas ressenti une véritable vocation pour l’histoire, quelques rencontres à l’Université de Lyon, comme Jean Déniau, Henri-Irénée Marrou ou encore Charles-Edmond Perrin l’ont convaincu de rejoindre le courant des Annales4, encore marqué par la figure de Marc Bloch dans l’après 1945. À Lyon, Besançon puis Aix-en-Provence, Georges Duby, en tant qu’assistant, a pu réaliser sa thèse sur la société mâconnaise aux XIe-XIIe siècles5 qui lui a permis définitivement d’assoir sa place dans le paysage de l’histoire en France.

7Le deuxième parcours revient sur les années aixoises de Georges Duby. Alors qu’un poste à Lyon semblait lui être destiné, il a fait le choix audacieux de rejoindre la petite université d’Aix-en-Provence, où il a pu jouir d’une grande liberté dans son enseignement comme dans ses recherches. C’est à cette période que Georges Duby a mis en place des séminaires de recherches pionniers sur l’histoire des mentalités à l’époque médiévale.

8Le troisième parcours revient sur le contexte intellectuel de l’œuvre de Georges Duby, très fortement marqué par la seconde génération des Annales. Lors de ses études à Lyon à la fin de la Seconde guerre mondiale, Georges Duby a connu l’annonce du décès de Marc Bloch, fusillé le 16 juin 1944 par des miliciens, dans la banlieue lyonnaise. C’est aussi à cette époque qu’il rencontra Lucien Febvre. Mais il fut surtout proche de la seconde génération des Annales, organisée autour de Fernand Braudel, qu’il rencontra au jury d’agrégation, et qui l’aida à se faire élire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et surtout au Collège de France, couronnement universitaire de la carrière de Georges Duby, en 1970.

  • 6 Le temps des cathédrales est une émission de télévision adaptée de l’œuvre de Georges Duby, diffusé (...)

9Enfin, le dernier parcours revient rapidement sur sa relation avec une figure méconnue de l’université française, Jean Skira, avec qui il a pu développer des activités de vulgarisation à travers la publication de nombreuses synthèses destinées au grand public, mais surtout par la réalisation du Temps des Cathédrales, diffusé à la télévision française6. Georges Duby n’a dès lors plus été un historien universitaire anonyme, mais est devenu un intellectuel français reconnu par le public, capable d’expliquer avec clarté et pédagogie la société médiévale.

10Au-delà de la simple publication d’une version inédite d’un texte de Georges Duby, le présent ouvrage interroge, grâce notamment à la conclusion de Patrick Boucheron, la place de l’œuvre d’un historien et de ses archives dans une histoire. La démarche n’est pas simplement d’effectuer par la comparaison un exercice de génétique d’un texte de Georges Duby, en mettant en avant et en expliquant des modalités d’écriture, des ajouts, des retraits. Elle permet surtout une interrogation sur ce moment historiographique qu’ont constitué les ego-histoires mais, surtout, elle pose la question fondamentale du rapport entre l’historien et les archives, et ici, ses propres archives. La force du propos de Patrick Boucheron est de restituer les différentes perspectives de compréhension de l’œuvre de Georges Duby induites par le classement de ses archives personnelles. Le lecteur voit alors en Georges Duby l’homme de lettre poindre, et tantôt l’emporter sur l’historien rigoureux. Quelle(s) trace(s) laisser ? La genèse d’une pensée ou les brouillons d’une écriture qui se veut toujours plus littéraire chez l’éminent membre de l’Académie Française ? Ainsi, c’est autant l’acte de d’écrire qui est ici questionné que celui de la pratique de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Patrick Boucheron et Jacques Dalarun (dir.), Georges Duby, portrait de l’historien en ses archives, Paris, Gallimard, 2015.

2 Georges Duby, Féodalité, Paris, Gallimard, « Quarto », 1996.

3 Pierre Nora (éd.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, avec la participation de Maurice Agulhon, Pierre Chaunu, Georges Duby, Raoul Girardet, Jacques Le Goff, Michelle Perrot, René Rémond.

4 L’école dite des Annales a été fondée au début du XXe siècle par Lucien Febvre et Marc Bloch. Ce courant historiographique promeut une histoire totale, s’attachant à étudier tous les aspects de la société.

5 Georges Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1953. Thèse de doctorat d'État.

6 Le temps des cathédrales est une émission de télévision adaptée de l’œuvre de Georges Duby, diffusée en 9 volets en 1980 sur Antenne 2 et consacrée à l’art religieux au Moyen âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Guyard, « Georges Duby, Mes ego-histoires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 juin 2015, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18502

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Guyard

Professeur agrégé d’histoire, doctorant contractuel LabEx COMOD, LARHRA, Université Lyon 2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page