Navigation – Plan du site

Michel Wieviorka, Dana Diminescu, « Le tournant numérique… et après ? », Socio, n° 4

Clément Bert-Erboul
Le tournant numérique... et après ?
Michel Wieviorka, Dana Diminescu (dir.), « Le tournant numérique... et après ? », Socio, n° 4, 2015, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 9782735117635.
Haut de page

Texte intégral

1Michel Wieviorka et Dana Diminescu ont dédié le numéro 4 de la revue Socio aux effets épistémologiques du numérique sur les pratiques des sciences sociales. Pour animer ce débat, le numéro spécial regroupe des auteurs issus d’un réseau de conférenciers expérimentés très insérés dans les programmes de recherches parisiens sur les questions du numérique. Les neuf articles du dossier regroupent sociologues, géographes, philosophes, juristes, spécialistes en études littéraires, et en sciences de l’information. Les contributeurs retracent différents processus d’insertion des outils informatiques dans l’université et donnent à ce titre un éclairage intéressant de l’actualité académique. Le numéro est axé autour d’une sociologie des techniques tantôt tourainienne, tantôt latourienne, qui interprète la diffusion des outils de recherche et leurs effets. La tonalité normative du dossier incite les lecteurs à prendre position pour une théorie sociale plutôt optimiste où l’homme contrôle la machine, ou pour une vision plus sceptique vis-à-vis du progrès technique marquée par la perspective d’un amoindrissement des libertés.

2La réflexion épistémologique conduit les contributeurs à prolonger une question classique en sociologie : sommes-nous en train de basculer vers un nouveau modèle de société ? Si, par exemple, il n’y a pas eu véritablement de travail réflexif sur les effets du chemin de fer dans la pratique du travail sociologique au XIXe siècle, aujourd’hui les auteurs de la revue Socio insistent sur le fait que le numérique change la société et les manières qu’ont les scientifiques de l’observer. La mobilisation de contenus informatiques transforme les pratiques professionnelles, gomme les frontières disciplinaires et inaugure le règne des digital humanities. Cette nouvelle pratique de combinaison d’ancien (humanities) et de moderne (digital) regroupe un nouveau courant cherchant à s’institutionnaliser malgré des contradictions internes et une absence de tradition commune.

  • 1 Anderson, C. (2008). “The End of Theory: The Data Deluge Makes the Scientific Method Obsolete”. Wir (...)

3L’ombre du journaliste de Wired, Chris Anderson1, plane sur l’ensemble du numéro. La fin des théories sous l’effet de corrélations de données quantitatives interpelle les chercheurs français. Dominique Boullier dans son article est sans doute le plus optimiste sur la question de l’utilisation massive des données numériques : les big data. Il y voit une troisième génération de méthode de traitement de l’information ne visant pas à déterminer des causes, mais à établir des faits. Après l’exhaustivité et la représentativité des enquêtes démographiques du XIXe, puis la seule représentativité des sondages du XXe siècle, aujourd’hui les big data inaugurent une administration de la preuve en sciences sociales sans exhaustivité ni représentativité. Dans cette logique, le recoupement de données dont les corrélations se vérifient dans le temps est un critère suffisant pour déterminer qu’une chose advient et continuera d’advenir dans un futur proche.

4La retranscription de l’échange entre Antoinette Rouvroy et Bernard Stiegler lors du séminaire « Digital Studies », qui s’est tenu le 7 octobre 2014 au Centre Georges-Pompidou donne une vision institutionnelle de l’insertion des données informatiques dans la société occidentale. Antoinette Rouvroy évoque la question de l’anticipation dans les sciences sociales et de son effet sur le fonctionnement démocratique. Pour la juriste, l’utilisation massive de données peut faire évoluer le fonctionnement politique et les formes d’obéissance. À partir de corrélations de données personnelles, des robots omniscients peuvent être capables d’infléchir les intentions individuelles en stimulant l’attention plus qu’en réprimant d’éventuelles déviances qui à terme disparaîtront faute de concentration des individus sur les choix anormaux. Cette vision pessimiste est contestée par Bernard Stiegler qui insiste sur le fait que l’enjeu n’est pas de donner à des robots la capacité de calcul et d’action dans le fonctionnement social, mais de garder la capacité de pouvoir actionner ou arrêter ces machines, un peu comme on débraye une voiture pour qu’elle nous emmène moins vite quand on se sent en danger. L’enjeu est donc la capacité de contrôle des hommes sur les machines et non celle des machines sur les hommes.

5Christian Licoppe et Laurence Dumoulin s’intéressent aux relations individus/machines/institutions pour illustrer les contraintes et les avantages de l’intrusion d’outils numériques dans des instances sensibles pour les démocraties occidentales. Traditionnellement réalisée sous forme de rencontre physique entre l’individu et le représentant de l’institution, l’audience judiciaire est de plus en plus médiatisée. Les choix politiques et administratifs motivés par des baisses de coûts de fonctionnement dans le domaine de la justice montrent comment certaines hiérarchies changent, et comment des espaces de liberté apparaissent. Ce phénomène illustre également la redéfinition des espaces et des temporalités de processus a priori très rigides compte tenu de problématiques de sécurité. Les auteurs soulignent que la visioconférence est un élément permettant de maintenir une certaine égalité entre les individus dans le fonctionnement de la justice.

6Alexandre Gefen analyse aussi le contrôle de l’homme sur les outils numériques et ses implications institutionnelles, mais dans le domaine académique. Il insiste sur les biais de recueil et d’analyse des données numériques. Les choix techniques présidant au codage des données ont des effets normatifs, et les algorithmes de visualisation contiennent des implicites théoriques. Ces caractéristiques ont paradoxalement tendance à devenir invisibles et très influentes dans les équipes pluridisciplinaires nécessaires pour capter et interpréter ces données. L’une des conséquences de ce phénomène est la reconfiguration des formes de domination dans le champ académique au profit de l’ingénierie de recherche.

7Pour Pierre Mounier l’une des raisons de cette transformation silencieuse des sciences sociales imputable au numérique est liée aux idéologies de l’égalité des scientifiques et des disciplines qui parcourent le numérique. Auréolé de la scientificité et du positivisme des résultats calculés, d’une certaine neutralité compte tenu de la transparence du code source, les technologies du numérique ont redéfini les hiérarchies de laboratoires et les relations entre disciplines aux profits des profils techniciens et quantitativistes.

8Henri Desbois retrace les étapes et le contexte politique de l’utilisation des données numériques en géographie et montre que la question des vertus positivistes du numérique n’est pas la seule à influer sur l’arrivée du numérique dans les sciences sociales. Dans les départements de géographie, trois polémiques successives ont joué sur l’utilisation académique des données numériques principalement issues de l’observation par satellite. La première fut liée à la structure académique de la discipline formée par les gros laboratoires fortement dotés et les équipes de recherche plus modestes. Dans les années 1960, les grosses structures ont choisi d’investir lourdement dans des outils informatiques et les autres se sont spécialisés dans la géographie dite « littéraire » nécessitant moins de moyens. La seconde concerne la structure du marché du travail pour les étudiants, centralisée autour des complexes militaires, grands demandeurs en personnels qualifiés pour l’utilisation de logiciels de géographie. Les géographes se sont demandés s’ils voulaient former de jeunes géographes à des fins militaires ou leur proposer d’autres carrières plus incertaines. Enfin, la troisième controverse, plus récente, concerne la concurrence d’acteurs profanes à la géographie utilisant massivement des outils de cartographie numérique. En utilisant des cartes numériques, les géographes courent le risque de contribuer à l’affaiblissement de la frontière entre leurs pratiques scientifiques et les autres activités non spécialisées.

9La problématique profane/chercheur est également le sujet du travail de Valérie Shafer et Benjamin Thierry. Ils donnent des point de vue d’historiens sur les usages scientifiques des contenus numériques du Web et interrogent la faisabilité et la rigueur des études via les contenus numériques. Leur réflexion porte sur « la fabrique de l’archivage », c’est-à-dire le processus de production de matériaux qui serviront de preuves afin de répondre à une question donnée. Sur internet, l’historien cherche à capter la longue durée et le global en ne faisant ni d’anachronismes techniques ni d’ethnocentrisme.

10Finalement pour comprendre comment apparaissent ces nouvelles formes de recherches en sciences sociales, Françoise Thibault et Clément Mabi proposent un programme de recherche sur « les parcours de déploiement » des technologies numériques en étudiant les relations entre politiques publiques et jeux d’acteurs. Ils estiment que dans les universités françaises, les enseignants et les chercheurs sont réactifs aux opportunités techniques et politiques permises par les technologies. Le cas des politiques publiques numériques dans le domaine de l’enseignement supérieur révèle l’influence forte des médias comme interface entre milieu académique et milieu politique.

11Pour conclure, le numérique donne aux sociologues de nouveaux terrains d’observation, mais également de nouveaux outils d’investigation. Des questions déontologiques et épistémologiques se posent, et cette livraison de Socio donne un ensemble large des réflexions en cours. Il nous semble cependant que le point de vue des profils techniciens qui prennent de l’importance dans les processus scientifiques n’est pas exprimé dans les articles de ce numéro. Dans le domaine du numérique, les influences des modélisateurs informaticiens et économistes apparaissent primordiales, et l’intervention d’un expert du domaine public ou privé d’une de ces disciplines aurait équilibré le débat.

Haut de page

Notes

1 Anderson, C. (2008). “The End of Theory: The Data Deluge Makes the Scientific Method Obsolete”. Wired Magazine, 16.07

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Bert-Erboul, « Michel Wieviorka, Dana Diminescu, « Le tournant numérique… et après ? », Socio, n° 4 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18513

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page