Navigation – Plan du site

Simon Critchley, Bowie, philosophie intime

Laure Mazzolini
Bowie, philosophie intime
Simon Critchley, Bowie, philosophie intime, Paris, La Découverte, La Rue musicale, coll. « Culture sonore », 2015, 116 p., 1ère éd., 2014, traduit de l'anglais par Marc Saint-Upéry, ISBN : 9782707185402.
Haut de page

Texte intégral

1Publié en France à l’occasion de l’exposition « David Bowie Is » qui s’est tenue à la Philarmonie de Paris de mars à mai 2015, « Bowie, philosophie intime » dresse un portrait des plus complexes et attachants de David Bowie par l’analyse des paroles et des personnages créés par l’artiste anglais. Dans cet ouvrage, Simon Critchley, philosophe anglais et enseignant à la New School for Social Research à New York confronte ses propres souvenirs et réactions au parcours musical et intime de David Bowie et analyse, de manière philosophique, de nombreux extraits de ses chansons depuis l’une de ses premières performances au Top of the Pops de la BBC en 1972 jusqu’au dernier album. Se distinguant des autres ouvrages par son originalité et sa volonté d’analyser philosophiquement le parcours de l’artiste anglais, Simon Critchley adresse de facto son analyse à un public très restreint : ceux qui connaissent suffisamment l’œuvre pour pouvoir apprécier et mesurer toute la portée de l’analyse du parcours du chanteur. Aussi peut-on conseiller aux « non-initiés » de lire cet essai accompagné d’une indispensable sélection musicale, bien que l’ouvrage ne s’inscrive pas classiquement dans le genre biographique.

2L’auteur commence ainsi son analyse par un souvenir, qui constitue la première rencontre avec David Bowie : la performance de David Bowie, accompagné de son guitariste Mick Ronson, à l’émission musicale phare de la BBC, Top of The pops, en juillet 1972. Starman représente ainsi le premier émoi sexuel de l’auteur, qui n’avait alors que douze ans. Soulignant le caractère androgyne et totalement inédit de cet individu décrit alors par beaucoup comme un « alien », Crichtley insiste sur « le look totalement improbable de Bowie. Son aura sexuelle, son aplomb et son étrangeté » plus que sur la qualité de la chanson elle-même. Cette sensation, cette excitation des sens est répétée à l’écoute de la face B de Starman, Suffragette City. Il est en cela assez regrettable que l’auteur, qui ne s’intéresse qu’à David Bowie, ne souligne pas cette étrangeté, en dressant une comparaison avec d’autres artistes, contemporains de David Bowie : Mick Jagger, Iggy Pop sont notoirement des chanteurs dont l’ aura sexuelle est indéniable mais il aurait été intéressant de voir davantage en quoi David Bowie se singularise de ceux-ci, pourquoi ce fut lui et non un autre qui fut à l’origine de ses premiers émois pour Simon Critchley.

  • 1 Comme dans le titre de beaucoup de biographies sur l’artiste : Jones Dylan, L’OVNI Bowie, Paris, Ed (...)

3Après avoir présenté les circonstances de sa première rencontre avec l’artiste anglais, l’auteur s’attache à analyser, au fil des pages, les différentes identités empruntées par David Bowie depuis une quarantaine d’années. C’est ainsi que l’étrangeté de Bowie est souvent mentionnée 1 au travers de la création de ses multiples personnages dont le plus notable demeure Ziggy Stardust : « Ziggy (Bowie) refuse les normes de la société contemporaine : garçon/fille, humain/non humain, homo/hétéro. Il est l’outsider, l’étranger, le visiteur. ». Ce personnage qu’il fera mourir sur scène le 3 juillet 1973 après l’interprétation de Rock’n roll suicide au concert de l’Hammersmith Odeon est au centre d’un des albums les plus novateurs de Bowie et demeure plus de quarante ans après sa « disparition » un des personnages de l’histoire du rock les plus célèbres. De fait, si Ziggy n’est pas entièrement Bowie comment ne pas alors se questionner sur le lien entre vérité et authenticité ? Cette question est un des points centraux de l’essai du philosophe, comme de la carrière de Bowie, et l’un des plus intéressants car il ne concerne plus seulement l’artiste lui-même mais aussi notre société. Pour l’essayiste, Bowie, devenant par la suite au fil des albums le Thin White Duke de Station to Station, puis le nightclubber berlinois de Heroes, le playboy bronzé de Let’s Dance, l’homme sage mais néanmoins tourmenté de The next day, par l’intermédiaire de toutes ses « créatures », de tous ses masques, ne peut transmettre une vérité authentique, car elle est totalement construite et calculée. Cependant, par sa cohérence, cette vérité convainc les spectateurs et devient donc une vérité (émotionnelle, sonore, incarnée…) plutôt que la vérité.

4D’autre part, l’auteur insiste sur son caractère avant-gardiste et visionnaire. En retraçant quarante ans de carrière de Bowie au travers de quelques chansons choisies à cet effet, il met en effet en avant les angoisses et les interrogations de l’artiste, en posant comme principe qu’elles sont nécessairement visionnaires puis réelles et surtout indéniables. Or tant au niveau des techniques employées qu’au niveau des thèmes abordés, Bowie a beaucoup emprunté à ses contemporains, ce que Simon Critchley évoque mais ne rappelle pas suffisamment. Exemple le plus connu, la technique du cut up tout comme certains thèmes de chansons proviennent de l’œuvre de William Burroughs. Or l’auteur ne s’attache pas assez à montrer les emprunts ou les collaborations avec ses contemporains (Iggy Pop, Lou Reed ne sont qu’évoqués en deux trois lignes) tout comme il semble vouloir le détacher d’une certaine réalité lorsqu’il n’aborde pas le lien -évident- entre Space Oddity et la mission Apollo 11, le morceau étant sorti au même moment que la réalisation de la mission.

5Par son angle d’approche – très intime- mais aussi par certaines de ses omissions, Simon Crichley écrit ici un portrait incomplet mais néanmoins sensible de David Bowie. S’adressant à ses contemporains déjà familiers de l’univers du chanteur, il vient ainsi compléter, par son originalité, les autres biographies plus classiques consacrées à l’artiste.

Haut de page

Notes

1 Comme dans le titre de beaucoup de biographies sur l’artiste : Jones Dylan, L’OVNI Bowie, Paris, Editions Payot & Rivages, 2015, 240 p. ou, plus ancienne, Buckley David, David Bowie, une étrange fascination, Paris, Flammarion ,2004, 475 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Mazzolini, « Simon Critchley, Bowie, philosophie intime », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 juin 2015, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18517

Haut de page

Rédacteur

Laure Mazzolini

Enseignante d’histoire -géographie, académie de Versailles

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page