Navigation – Plan du site

Michèle Descolonges (dir.), « Syndicats et transition écologique », Écologie & Politique, n° 50, 2015

Vincent Gay
Syndicats et transition écologique
Michèle Descolonges (dir.), « Syndicats et transition écologique », Ecologie politique, n° 50, 2015, Paris, Les Presses de Sciences Po.
Haut de page

Texte intégral

1À quelques mois de la 21e conférence sur les changements climatiques (COP21) qui se tiendra au Bourget en décembre prochain, le dossier du numéro 50 de la revue Écologie & Politique traite la question des relations entre le syndicalisme et la transition écologique. Aborder les enjeux écologiques à partir de questionnements syndicaux permet de décentrer le regard, et de sortir d’une certaine vision des mouvements écologistes, bien trop souvent réduits à une défense de l’environnement. Mais c’est aussi une manière de revisiter le syndicalisme, ses modes d’organisation, son approche du lieu de travail, du territoire, des liens entre travail et hors-travail… Enfin, les recherches sur l’écologisme syndical invitent à questionner les concepts et les principes qui organisent le combat syndical et nourrissent les représentations des syndicalistes. On pense en particulier à celui d’injustice (ou de justice) environnementale.

  • 1 Pour un rapide historique des mouvements pour la justice environnementale et leurs liens avec la qu (...)

2Stefania Barca, consacrant un article à une lecture comparée de l’écologie de la classe ouvrière aux États-Unis, en Italie et au Brésil, prend comme point de départ les questions de santé au travail, de santé environnementale, de santé publique, et s’appuie sur la notion de « coûts sociaux » pour penser la justice environnementale. Cette dernière traduit la prise de conscience des coûts sociaux du développement capitaliste et leur répartition inégale selon la classe, la race ou l’ethnicité, ou en fonction des positions spatiales de chacun-e, et cela compris à l’échelle du globe, dans les rapports centre/périphérie ou nord/sud. Autrement dit, il s’agit d’analyser comment les coûts environnementaux sont un facteur aggravant d’inégalités sociales, et comment ces dernières s’imbriquent à des inégalités environnementales. Cette approche permet par exemple d’intégrer dans un même cadre interprétatif la façon dont les populations noires états-uniennes sont soumises plus que d’autres à des pollutions industrielles, en raison de leur position dans les rapports de classe et de race, et le fait qu’à l’échelle globale certaines régions sont utilisées pour recevoir la délocalisation de pollutions produites dans les pays riches. Aux États-Unis, l’héritage des mouvements pour les droits civiques, permettant d’interroger le caractère racisé des inégalités environnementales, a d’ailleurs constitué une alternative à l’environnementaliste traditionnel, incapable de prendre en compte les ressorts sociaux qui constituaient certains groupes en premières victimes des pollutions urbaines1.

  • 2 À propos de l’agriculture capitaliste, Marx explique en effet qu’elle « détruit et la santé physiqu (...)
  • 3 Dans Les manuscrits de 1844, Paris, GF-Flammarion, 1999. Sur les approches de Marx et les enjeux éc (...)

3L’autre grande notion, qui fait l’objet de moins de développements tout en donnant pourtant son titre au dossier, est celui de transition écologique. Michèle Descolonges souligne que celle-ci implique pour les syndicats de « reprendre l’initiative sur les conceptions des interactions du travail et de l’environnement […] en partant du travail –comme processus de transformation dans et de la nature- dans toutes ses dimensions ». Or, la nature de ses interactions reste un objet de débats, de questions non réglées, qui orientent la pensée et l’action du mouvement syndical. Depuis les intuitions de Marx sur la façon dont le capital épuise dans le même mouvement l’être humain et la nature2 et sa définition de la nature comme corps inorganique de l’homme3, le mouvement ouvrier s’est rarement penché profondément sur ces questions, sauf dans ses courants minoritaires.

4Par contre, des expériences syndicales permettent de reposer les questions écologiques. Au-delà de l’article de Stefania Barca, le dossier d’Écologie & Politique donne à voir certaines de ces expériences. Corral Broto Pablo analyse la façon dont la résistance du mouvement ouvrier au franquisme dans les années 1960 et 1970 a pris la forme d’une défense de l’environnement, s’opposant aux usines chimiques, à l’agro-industrie, aux grands barrages, aux centrales thermiques ou aux projets nucléaires. Il montre à la fois le potentiel subversif du syndicalisme aragonais à cette époque, mais également ses difficultés à poursuivre de tels combats dès lors que s’amorce la transition démocratique. Un second cas, contemporain du cas espagnol, est celui étudié par Renaud Bécot, qui montre la recomposition des répertoires d’action syndicaux dans le couloir de la chimie du Rhône. Suite à l’explosion de la raffinerie de Feyzin en 1966, la Confédération générale du travail (CGT) et la Confédération française et démocratique du travail (CFDT réorientent en effet leurs modes d’organisation, de façon à repenser leur action non plus seulement sur le lieu de travail mais à l’échelle d’un territoire concerné par les conséquences de l’implantation des industries chimiques. Dynamisation des unions locales pour la CGT, constitution d’unions interprofessionnelles de base pour la CFDT, ces structures agissent alors au sein de commissions municipales de lutte contre la pollution, mais nouent également des collaborations avec des associations environnementalistes, ce qui peut parfois apparaître comme une délégation de la question environnementale aux associations. Mais dans ce contexte, ce qui semble une innovation syndicale est la façon dont la CFDT conçoit l’intervention sur le cadre de vie, à partir d’une conception du travailleur-consommateur-usager qui ne réduit pas l’individu à sa place dans les rapports de production. Sortir le syndicalisme de l’entreprise apparaît ainsi comme un moyen d’éviter l’intégration à l’entreprise et à l’économie libérale, et ouvre la voie à un environnementalisme ouvrier. C’est donc bien face à certains événements et à certaines transformations de l’industrie que s’effectuent les mues des organisations et des pratiques syndicales, comme le montre également le cas des paysans, étudié par Jean-Philippe Martin, depuis Bernard Lambert et les travailleurs-paysans jusqu’à la Confédération paysanne qui, partis d’une critique du syndicalisme majoritaire et d’une défense des petits paysans, en viennent, sous les coups du productivisme agricole, à remettre en cause certaines pratiques professionnelles et à en proposer d’autres, inspirées de préoccupations environnementales, afin de forger un nouveau modèle dit d’« agriculture paysanne » qui entend sauvegarder les ressources à long terme, préserver la biodiversité et adapter l’agriculture aux milieux naturels. La maitrise et la réduction des consommations, notamment en eau, participe du renouveau de la conception des modèles agricoles.

5Un dernier exemple de ce rapport des travailleurs à leur environnement, et de la façon dont ce rapport modèle les pratiques militantes, est celui des mineurs du Colorado au début du XXe siècle. Thomas G. Andrews livre une histoire sociale des mineurs, attentive à leurs pratiques, représentations, valeurs, etc., dans une veine thompsonienne qui met en lumière, à travers la notion de « paysage de travail », les relations complexes entre les corps des travailleurs, la terre, l’air, l’eau, ainsi que « le langage que les gens utilisent pour comprendre le monde, et le filtre de culture à travers lequel ils saisissent et agissent sur leur environnement » (p. 167).

  • 4 Omnès Catherine, « De la perception d’un risque professionnel aux pratiques de prévention. La const (...)

6Aussi variés soient-ils, ces exemples montrent l’existence, parmi les travailleurs et les syndicalistes, d’un rapport non instrumental à la nature et la possibilité qu’émerge une conscience d’appartenance à un environnement immédiat, non sans contradictions d’ailleurs quant aux conséquences revendicatives : faut-il travailler à sécuriser au mieux les conditions de production, quitte à laisser perdurer un « risque acceptable »4 ou bien mettre fin aux risques quitte à sacrifier les productions dangereuses, et donc l’emploi ? La question est également soulevée par Michèle Descolonges dans son étude du syndicalisme dans deux entreprises classées Seveso.

7C’est bien sur cette question que butte le mouvement syndical, en particulier à partir du moment où la crise industrielle et la permanence d’un chômage de masse font de l’emploi une question cruciale, au détriment des préoccupations environnementales. Bernard Saincy, ancien responsable du collectif développement durable de la CGT, retrace les difficultés qu’a eu historiquement le syndicalisme pour fonder un corpus revendicatif autour des enjeux environnementaux, et évoque les récentes opportunités permettant aux organisations syndicales de s’emparer de ces enjeux et de nouer des collaborations avec des acteurs extra-syndicaux, notamment depuis le Grenelle sur l’environnement en 2007. Reste néanmoins un certain nombre d’obstacles, parmi lesquels la difficile articulation entre temps court revendicatif et temps long de l’écologie, ou encore le rapport du syndicalisme au progrès. Le second article à se pencher sur les propositions syndicales en matière de transition écologique est l’œuvre de deux experts du cabinet Syndex, spécialisé dans le conseil aux élus des comités d’entreprise et des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Philippe Gouin et Patrick Roturier y questionnent la notion d’emplois verts, le flou et les processus complexes qui y sont attachés. Se basant sur quelques exemples, ils invitent à ancrer la création d’emplois durables dans les territoires à partir des ressources dont ceux-ci disposent, tout en demeurant attentif aussi bien à la transition sociale qu’à la transition écologique, autrement dit à veiller à la nature comme à la qualité des emplois verts.

8Les études historiques et sociologiques autant que les études sur les modèles revendicatifs ou les questions d’emploi interrogent au final la façon dont les syndicats sont capables de se renouveler et d’aborder les enjeux contemporains, au-delà des quelques experts de chaque confédération. Alors que la crise sociale concentre de plus en plus l’attention des syndicalistes sur des enjeux pensés comme strictement sociaux (emploi, précarité, pauvreté…), les contributions de ce dossier invitent à considérer les enjeux environnementaux, mais aussi ceux de la santé et de la sécurité au travail, comme des questions sociales mettant la lutte pour l’égalité au cœur de l’activité syndicale. Mais cela questionne également le type de syndicalisme qui se développe aujourd’hui. Pour conclure sur une question posée au début de cette recension, de quoi parle-t-on au juste lorsqu’on évoque la transition écologique ? Peut-on penser une transition écologique sans une transformation profonde des règles économiques, de la mondialisation, des modes de production et de la façon dont sont établis les choix productifs ? Si la réponse à cette interrogation est négative, cela implique que le syndicalisme s’élève à un haut niveau de conflictualité et de critique des modèles (économiques, productifs, sociaux…) dominants. La question demeure alors ouverte de l’horizon vers lequel le syndicalisme souhaite penser la transition.

Haut de page

Notes

1 Pour un rapide historique des mouvements pour la justice environnementale et leurs liens avec la question raciale, voir le premier chapitre de Keucheyan Razmig, La nature est un champ de bataille, Paris, Zones, 2014 ; compte rendu de Kimberley Mees pour Lectures : https://lectures.revues.org/15003.

2 À propos de l’agriculture capitaliste, Marx explique en effet qu’elle « détruit et la santé physique de l'ouvrier urbain et la vie spirituelle du travailleur rural. Chaque pas vers le progrès de l'agriculture capitaliste, chaque gain de fertilité à court terme, constitue en même temps un progrès dans les ruines des sources durables de cette fertilité. Plus un pays, les États-Unis du Nord de l'Amérique par exemple, se développe sur la base de la grande industrie, plus ce processus de destruction s’accomplit rapidement. La production capitaliste ne développe donc la technique et la combinaison du procès de production sociale qu'en épuisant en même temps les deux sources d’où jaillit toute richesse : la terre et le travailleur », in Le Capital, tome 1, voir https://www.marxists.org/francais/marx/works/1867/Capital-I/kmcapI-15-10.htm.

3 Dans Les manuscrits de 1844, Paris, GF-Flammarion, 1999. Sur les approches de Marx et les enjeux écologiques, voir notamment Foster John Bellamy, Marx écologiste, Paris, Éd. Amsterdam, 2011.

4 Omnès Catherine, « De la perception d’un risque professionnel aux pratiques de prévention. La construction d’un risque acceptable », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 56, n° 1, 2009, p. 61-82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Gay, « Michèle Descolonges (dir.), « Syndicats et transition écologique », Écologie & Politique, n° 50, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 juin 2015, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18524

Haut de page

Rédacteur

Vincent Gay

Doctorant en histoire à l’université Evry-Val-d’Essonne, laboratoire LHEST-IDHES Evry.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page