Skip to navigation – Site map

Vincent Viet, La santé en guerre, 1914-1918. Une politique pionnière en univers incertain

Stéphane Le Bras
La santé en guerre, 1914-1918
Vincent Viet, La santé en guerre, 1914-1918. Une politique pionnière en univers incertain, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2015, 700 p., ISBN : 9782724617252.
Top of page

Full text

  • 1 Voir à ce sujet les « Rencontres du Web 14-18 » qui se sont tenues à Paris en avril 2015 sous l’égi (...)

1La célébration du centenaire de la Grande Guerre a entraîné une inflation considérable de la production livresque sur le sujet depuis 2013, avec comme conséquence une variété de publications, de qualités inégales, ainsi que le renouvellement de pratiques, notamment sous l’influence du numérique (plateformes de travail collaboratif, numérisation des archives, blogs et forums)1.

  • 2 Cronier Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013.
  • 3 Salson Philippe, L’Aisne occupée : les civils dans la Grande guerre, Rennes, PUR, 2015.

2Incontestablement, l’ouvrage de Vincent Viet se classe dans la catégorie des ouvrages remarquables sur la période, comblant un vide historiographique, comme ont pu le faire récemment Emmanuelle Cronier sur les permissionnaires2 ou Philippe Salson sur la France occupée3. Spécialiste des politiques de santé publique, de leur construction et de leurs acteurs, entre autres, Vincent Viet propose ici une plongée dans les mécanismes mis en œuvre pour répondre aux effets sanitaires de ce qui apparait comme la première guerre industrielle à large échelle, impliquant des millions de combattants et, de facto, causant plusieurs millions de malades, de blessés ou de morts. Sur plus de 600 pages, il met en relief, dans le contexte tendu et complexe d’une guerre longue et meurtrière, les impératifs et les enjeux du système de santé qui s’instaure dès 1914, puis se transforme peu à peu afin de répondre aux contraintes d’un conflit d’un nouveau genre, frappant les militaires bien sûr, mais les civils également.

3La première richesse de l’ouvrage réside dans la grande qualité du travail archivistique et de l’exploitation de sources autant disparates que complémentaires. Certes, les travaux de Vincent Viet s’appuient grandement sur les archives privées de la famille de Justin Godart (1871-1956), sous-secrétaire d’État à la Guerre et responsable du Service de santé militaire de 1915 à 1918, dont le parcours et les actions servent de fil rouge au livre, mais d’autres fonds sont également largement mobilisés : les archives du Val-de-Grâce, celles du Service historique de la défense, le fonds « Travail et Sécurité sociale » des Archives nationales, des débats parlementaires, sans compter les sources imprimées, principalement les ouvrages hygiénistes de la période ou les études du Service de santé produites dans les années de l’entre-deux-guerres. Cet ensemble donne un horizon, une profondeur et une légitimité au travail de l’auteur que seule l’absence de consultation des archives médicales et hospitalières des armées centralisées à Limoges (que l’auteur reconnaît lui-même) peut venir nuancer.

  • 4 Selon les statistiques, les soldats passés par les services de santé ont été blessés ou malades deu (...)

4Le cœur des travaux de Vincent Viet consiste à étudier, analyser et décrypter les logiques de fonctionnement du Service des armées, fort de 168 000 membres, véritable « armée sanitaire », dont l’objectif principal est de permettre la réinsertion dans l’armée – voire dans la société dans le pire des cas – des soldats blessés au combat ou tombés malades au front, permettant ainsi la « régénération physique et mentale du capital humain » (p. 13). C’est là une responsabilité forte et nouvelle dans un contexte mouvant (offensive à outrance de l’automne 1914 ; stabilisation du front et ensevelissement dans les tranchées à partir du tournant de 1915 ; nouvelles offensives de 1918 auxquelles s’ajoute l’épidémie de grippe dite « espagnole »). En s’appuyant sur une chronologie précise et des statistiques détaillées, Vincent Viet mesure la mutation de ce service et les efforts mis en œuvre par ses responsables, Justin Godard en tête, pour affronter l’afflux des blessés4 ou des malades. À cela s’ajoute la dimension prophylactique d’une institution chargée logiquement de lutter contre la diffusion des épidémies dans les armées, mais également dans les populations civiles mises au contact de soldats venant d’horizons divers. Le front et les zones de transit des armées y apparaissent comme de véritables bouillons de culture où les maladies se propagent rapidement, forçant l’État à conceptualiser pour la première fois un système de santé national aux organismes interdépendants, que l’auteur présente avec justesse comme un « jacobinisme sanitaire » (p. 87). Outre l’aspect organisationnel centralisé, c’est singulièrement l’histoire d’une modernisation dont il est question ici. En effet, sous la conduite de Godart, le Service de santé (qui existe depuis 1629) assume une multiplicité de charges dont l’objectif est d’assurer une meilleure performance générale des forces armées, non seulement en les préservant des potentielles épidémies, mais aussi en soignant les blessures et les pathologies qui les affectent. Campagnes de vaccination et de détection d’épidémies deviennent alors la norme, tandis que le traitement des névroses psychologiques et troubles fonctionnels s’effectue avec la même rigueur, avant tout pour permettre de réintégrer les soldats à leurs unités de combat. Surtout, Godart répond à aux défaillances de l’armée française dans les premiers mois du conflit sur le plan de la gestion des blessés sur le champ de bataille et de leur évacuation vers des lieux où ils pourront être traités avec efficacité. Services spéciaux (orthopédie par exemple), hôpitaux d’évacuation, laboratoires d’analyses, centres de production de médicaments complètent une armature sanitaire de plus en plus à même de répondre aux buts de guerre. Évaluer et prévenir les risques, soigner et accompagner les blessés ou les malades, réintégrer les soldats qui ont bénéficié de soins ou liquider les dossiers de ceux qui sont décédés constituent les missions cardinales d’un Service de santé dont les compétences s’étendent à la population civile, lui donnant les atours d’un service public dont on relève, à la suite de l’auteur, l’étonnante modernité de conception et d’action.

  • 5 En dépit de la création d’un ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociales e (...)

5Or, et Vincent Viet le souligne dès son introduction, il n’y a pas de continuité entre le Service de santé militaire pendant la guerre et les ministères de la Santé tels que nous les connaissons aujourd’hui, principalement car, après la guerre, la santé publique n’est plus réellement la priorité de l’État5. Les causes de cette discontinuité sont multiples et bien développées par l’auteur, notamment l’exceptionnalité du temps de guerre et l’antériorité d’un Service de santé. En effet, dans les représentations d’alors, la mission qu’il exerce entre 1914 et 1918 ne diffère pas, par essence, de ses missions précédentes ou à venir. Il n’y a donc aucune raison de poursuivre le processus rationnel de régulation et de standardisation mis en œuvre par Godart à l’adresse conjointe des militaires et des civils. En outre, l’œuvre de Godart est entachée par l’épisode du Chemin des dames, présenté par l’auteur comme un « désastre sanitaire » (p. 181) et dont le chef du Service – qui n’est ni médecin, ni militaire, mais parlementaire, dreyfusard et pacifiste – était tenu pour responsable par le commandement et certains politiques, en dépit de ses tentatives de de défendre son bilan. Surtout, les menées lobbyistes de groupements médicaux portent leurs fruits dans un après-guerre troublé par les impératifs de la reconstruction et les dérèglements économiques (inflation et crise monétaire, principalement) : considérant les actions de l’État en matière de santé publique comme illégitimes, les syndicats de médecins œuvrent activement et efficacement en faveur d’un recouvrement de leurs prérogatives et de leur indépendance professionnelle. C’est le « reflux d’une politique » (p. 561) dont le corps médical est le premier des instigateurs, aidé en cela par l’apathie de l’État en la matière et dont l’une des conséquences indirectes est l’oubli relatif dans lequel tombe Justin Godart.

6C’est l’une des grandes qualités de l’ouvrage de Vincent. Viet que de remettre à sa juste place dans l’histoire de la Grande Guerre et de la politique de santé publique un personnage à la trajectoire multiple et au large rayonnement personnel (parlementaire, fondateur de la Ligue contre le cancer, membre de l’Académie de Médecine, résistant, Juste parmi les nations, etc.). À travers ce double parcours – institutionnel et personnel – et les douze chapitres qui lui sont consacrés, on peut découvrir avec minutie le fonctionnement du Service de santé, ses réussites et ses déboires, tout comme les logiques politiques (le lien entre la doctrine radical-socialiste et la réinsertion des mutilés), prophylactiques (les campagnes de communication autour de l’hygiène des soldats) ou morales (la gestion humaine de la réinsertion des blessés) qui construisent une activité générale innovante. On y lit également les tensions qui accompagnent son fonctionnement (cf. le chapitre 6 sur le « mur à abattre » entre « l’Intérieur » et la Zone des armées), mais surtout l’effort de rationalisation positiviste qui met en œuvre des dynamiques de ciblage, de catégorisation et de traitement systématique (cf. le chapitre 8 relatifs aux soins), sans pour autant négliger la dimension humaine (cf. l’ergothérapie, p. 256).

  • 6 Tison Stéphane, Guillemain Hervé, Du front à l’asile, 1914-1918, Paris, Alma Éditions, 2013.

7Au total, c’est un livre qui sans aucun doute fera désormais office de référence, au même titre que les travaux de Stéphane Tison et Hervé Guillemain dans un domaine connexe, celui des aliénés en temps de guerre6. Un style clair et limpide ; la présence de nombreux encarts, dessins, cartes, tableaux ou graphiques ; une réflexion d’ensemble cohérente, articulée sur des archives diverses, riches et sans cesse soumises au questionnement historien ; une organisation générale habile, qui permet au lecteur d’entrer par la thématique de son choix : autant de qualités qui rendent cet ouvrage incontournable pour quiconque s’intéresse à la Grande Guerre et à la gestion des questions de santé en ce premier XXe siècle.

Top of page

Notes

1 Voir à ce sujet les « Rencontres du Web 14-18 » qui se sont tenues à Paris en avril 2015 sous l’égide de la Mission du Centenaire et dont le bilan est présenté ici.

2 Cronier Emmanuelle, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 2013.

3 Salson Philippe, L’Aisne occupée : les civils dans la Grande guerre, Rennes, PUR, 2015.

4 Selon les statistiques, les soldats passés par les services de santé ont été blessés ou malades deux à trois fois en moyenne et plus de la moitié des blessés l’ont été deux fois.

5 En dépit de la création d’un ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociales en 1920, puis d’un ministère de la Santé publique en 1930, que l’auteur décrit comme des « coquilles vides ».

6 Tison Stéphane, Guillemain Hervé, Du front à l’asile, 1914-1918, Paris, Alma Éditions, 2013.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphane Le Bras, « Vincent Viet, La santé en guerre, 1914-1918. Une politique pionnière en univers incertain  », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 24 June 2015, connection on 23 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18527

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page