Navigation – Plan du site

Patrick Vassort, Le sport ou la passion de détruire

Igor Martinache
Le sport ou la passion de détruire
Patrick Vassort, Le sport ou la passion de détruire, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Altérité critique Sport », 2015, 69 p., ISBN : 9782356873774.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir son site Internet pour plus d’informations sur cette dernière : http://revueillusio.free.fr/
  • 2 Republié quatre ans plus tard dans la « Petite collection Maspero » chez l’éditeur du même nom, réc (...)
  • 3 Sur ce mouvement plus hétérogène qu’on ne le postule souvent, voir Dominique Damamme, Boris Gobille (...)
  • 4 Ginette Berthaud et Jean-Marie Brohm, « Présentation », in Jean-Marie Brohm et alii., op.cit., p.5.
  • 5 Son précédent ouvrage date ainsi de mars dernier, analysant « à chaud » les « événements » de début (...)
  • 6 Voir entre bien d’autres, Patrick Vassort, Sexe drogue et mafias. Sociologie de la violence sportiv (...)

1Comme le relève d’emblée l’auteur, le titre de son petit essai a de quoi surprendre a priori. Loin d’être naturellement associé à une passion destructrice, « le » sport est plutôt associé de nos jours à la santé, au bien-être ou à la cohésion sociale selon le niveau où l’on se situe. À moins que l’on songe aux « incidents » mettant en jeu certains groupes de supporters extrêmes, pouvant aller jusqu’à la mort, ou tout simplement que l’on soit familier des thèses portées par les auteurs qui se revendiquent du label de la Théorie critique du sport, comme l’auteur, maître de conférences en sociologie à l’Université de Caen et directeur de la revue Ilusio1. Initié par plusieurs articles parus dans la revue Partisans dans les années 1960 précédent un dossier spécial de cette dernière2 dans la suite immédiate des mouvements de mai-juin 19683, dont le sport aurait été « le grand absent », passé « inaperçu » aux yeux des protagonistes de Mai dont « le feu de la critique s’était [pourtant] emparé de toutes les autres institutions »4. C’est cet oubli que tentent donc depuis lors de corriger les tenants de la critique radicale du sport, se réclamant du double-héritage philosophique de Marx et de Freud et de certains de leurs épigones, tel le psychanalyste Erich Fromm, auquel le titre comme le contenu du présent opus rendent d’ailleurs directement hommage. Auteur prolifique5, comme la plupart des tenants de ce courant, Patrick Vassort a déjà signé de nombreux ouvrages et articles6 développant la thèse suivant laquelle le sport, entendu comme une véritable institution faite d’un système de compétitions généralisé, constitue non pas seulement le reflet mais la matrice même de la domination capitaliste et des différentes formes de violence dont elle est porteuse, en participant de manière décisive à l’incorporation de certaines de ses valeurs, comme la course indéfinie au rendement et la mise en compétition généralisée.

2Tel est le sillon que reprend donc ici l’auteur en se concentrant ici plus particulièrement sur la violence psychique dont le sport est porteur, et plus particulièrement que les pratiquants sont amenés à s’infliger à eux-mêmes, animés qu’ils seraient par le « désir d’une servitude volontaire » (p. 8). Laissant ici de côté les violences physiques, « largement connues dans le monde du sport », l’auteur entend ainsi montrer « combien les sportifs possèdent ou ont intégré ces désirs de destructibilité des relations humaines » (Ibid.).

  • 7 Voir Howard Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 2006 [1982]
  • 8 Voir Christophe Brissonneau, Olivier Aubel, Fabien Ohl, L'épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme (...)
  • 9 Herbert Marcuse, Eros et cibilisation, Paris, Minuit, 1963

3Dans une première partie, Patrick Vassort revient donc sur des « histoires de dopage » pour montrer l’hypocrisie d’une institution sportive qui prétend lutter contre le phénomène tout en l’alimentant en réalité, poursuivant jusqu’à aujourd’hui la « course à l’armement chimique » que se livraient les deux blocs antagonistes durant la Guerre froide. L’auteur égrène ainsi une succession d’affaires de dopage plus ou moins connues dans différentes disciplines, athlétisme, football et bien entendu cyclisme, pour tenter d’en mettre en évidence le caractère systémique, impliquant toute une organisation sous-jacente faite d’agents aux rôles différents autour des sportifs concernés, des « mondes du dopage » serait-on tenté de dire en détournant le concept beckerien7. En cela, l’auteur pourfend avec raison l’idée commune faisant du « dopé » un déviant individuel, mais semble ignorer, volontairement ou non, les travaux de ses collègues qui ont travaillé sur ce phénomène en y transposant justement le concept de « carrière déviante » forgé par Howard Becker8. Patrick Vassort privilégie ainsi les explications psychologisantes, s’interrogeant en fin de chapitre sur les facteurs qui poussent nombre de sportifs à s’infliger la souffrance qui accompagne les pratiques les plus intensives.et retient trois hypothèses. La première, inspirée par Herbert Marcuse9, consiste à supposer qu’ils seraient porteurs d’une pathologie psychique, un détournement libidinal qui aliénerait le principe de plaisir au principe de réalité en soumettant le corps du sportif au principe de rendement et de productivité. La deuxième, reprise à Timothy Leary, met en avant le poids des interrelations qui induisent des « choix imposés sous la contrainte de la situation sociale » (p. 39), tandis que la troisième hypothèse pointe la force de l’idéologie sportive. Les deux dernières se rapprochent davantage des explications sociologiques évoquées précédemment, si ce n’est qu’elle persiste à essentialiser le caractère pathologique des conduites considérées et à les entourer d’un vernis psychanalytique.

4Dans le prolongement de la première, la seconde partie de l’ouvrage traite plus largement des pathologies psychiques induites par la pratique sportive intensive : troubles alimentaires et du sommeil, risques accrus d’accidents physiques, violences physiques ou sexuelles, y compris comme victimes, consommation excessive de médicaments ou de drogues, absentéisme et décrochage scolaires, etc. Il développe là encore à l’appui de cette assertion quelques exemples de sportifs témoignant de leur masochisme, ainsi que de méthodes extrêmes de préparation infligés et acceptés par certaines équipes de sport collectif de haut niveau qui feraient presque passer les stages commando dans l’armée, dont les premières s’inspirent d’ailleurs, pour d’aimables promenades de santé. Les athlètes seraient ainsi pour l’auteur réduits au rang de « rats d’expériences empiriques » (p. 50), et il ne faudrait pas s’étonner ensuite d’en voir un certain nombre « péter les plombs », de George Best à Oskar Pistorius, en passant par Marc Cécillon, dont l’auteur rappelle les « cas », avant de rappeler toutes les morts prématurées qui démentent en actes l’idée en vogue assimilant mécaniquement le sport à la santé.

  • 10 Theodor Adorno et Max Horkheimer, La Dialectique de la raison, Paris Gallimard, 1974 [1944]

5Les nombreux cas qu’énumère l’auteur ne peuvent manquer évidemment d’édifier le lecteur, sans pour autant achever nécessairement de le rallier à la thèse de l’auteur suivant laquelle « l’institution sportive […] propose d’installer dans l’inconscient, individuel et collectif, la destructivité indispensable au développement de nos sociétés à venir » (p. 68). L’accumulation de cas particulier, fonds de commerce de la Théorie critique du sport, ne suffit en effet pas à fonder une règle générale, et l’on pourrait tout autant s’employer à aligner les témoignages de pratiquant-e-s épanoui-e-s par leur activité sportive sans que cela ne prouve non plus le caractère émancipateur du sport. Si les propositions de la Théorie critique méritent incontestablement d’être davantage visibles dans le débat public, tant ses intuitions paraissent vérifier jour après jour par l’actualité, on peut néanmoins se demander pourquoi ses tenants s’échinent à éviter toute enquête empirique allant au-delà de la collecte d’articles de presse. Faute d’un tel travail, ils s’exposent aux mêmes biais que certains de leurs maîtres à penser de l’école de Francfort, Adorno et Horkheimer en tête, faisant peu de cas de la réception des contenus de la « culture » de masse qu’ils entendaient dénoncer10. L’aliénation est décidément un concept difficile à opérationnaliser sociologiquement. Et souvent, il renseigne davantage sur ceux qui l’emploient que sur ceux qu’ils prétendent objectiver…

Haut de page

Notes

1 Voir son site Internet pour plus d’informations sur cette dernière : http://revueillusio.free.fr/

2 Republié quatre ans plus tard dans la « Petite collection Maspero » chez l’éditeur du même nom, récemment disparu (voir Jean-Marie Brohm et alii. Sport, culture & répression, Paris, Maspero, 1972).

3 Sur ce mouvement plus hétérogène qu’on ne le postule souvent, voir Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti (dir.), Mai-Juin 68, Éditions de l'Atelier, 2008, dont un compte rendu est consultable sur Lectures : https://lectures.revues.org/581

4 Ginette Berthaud et Jean-Marie Brohm, « Présentation », in Jean-Marie Brohm et alii., op.cit., p.5.

5 Son précédent ouvrage date ainsi de mars dernier, analysant « à chaud » les « événements » de début janvier en France. Voir Patrick Vassort, Mais qui a voulu tuer Charlie ?, Lormont, Le Bord de l’eau, 2015, dont Jonathan Louli a rendu compte pour Lectures : https://lectures.revues.org/18228

6 Voir entre bien d’autres, Patrick Vassort, Sexe drogue et mafias. Sociologie de la violence sportive, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2010, recensé ici : https://lectures.revues.org/1056

7 Voir Howard Becker, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 2006 [1982]

8 Voir Christophe Brissonneau, Olivier Aubel, Fabien Ohl, L'épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel, Paris, PUF, 2008 dont Sébastien Fleuriel a rédigé un compte rendu pour Liens Socio : http://www.liens-socio.org/l-epreuve-du-dopage-sociologie-du

9 Herbert Marcuse, Eros et cibilisation, Paris, Minuit, 1963

10 Theodor Adorno et Max Horkheimer, La Dialectique de la raison, Paris Gallimard, 1974 [1944]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Patrick Vassort, Le sport ou la passion de détruire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 juin 2015, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18536

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page