Navigation – Plan du site

Roland Pfefferkorn, Hervé Polesi (dir.), « Genre et santé au travail », Raison présente, n° 190, 2015

Aurélie Dirickx
Genre et santé au travail
Roland Pfefferkorn, Hervé Polesi (dir.), « Genre et santé au travail », Raison présente, n° 190, 2e trimestre (2014), 2015, 144 p., Paris, Nouvelles éditions rationalistes, ISSN : 244.154.
Haut de page

Texte intégral

1Cette publication collective, nourrie par les contributions d’auteurs issus des sciences humaines et sociales, nous éclaire sur les relations existantes entre travail, santé et genre. Si les liens entre travail et santé sont pris en considération dans les organisations du travail, ceux entre genre et santé au travail manquent encore de visibilité au regard des constats posés par les auteurs.

  • 1 Voir aussi : Jacqueline Laufer, L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, Paris, La (...)

2Les rapports sociaux de sexe scandent les écrits publiés dans le présent dossier. Dans leurs contributions, Paul Bouffartigue, Roland Pfefferkorn et Régine Bercot évoquent plus particulièrement la question des stéréotypes de genre dans le monde professionnel. Les différences hormonales et anatomiques, qui à l’origine distinguent les deux sexes au niveau biologique, ont ainsi donné naissance à des inégalités socialement construites autour de normes comportementales, de prédispositions et de rôles sexués. Roland Pfefferkorn cite plusieurs mouvements émancipatoires réalisés par les femmes au cours de ces dernières décennies en matière de scolarisation, d’employabilité et de contrôle de la fécondité, mais il relève qu’un certain nombre d’inégalités subsistent dans le monde professionnel et dans la répartition des tâches domestiques entre hommes et femmes. La contribution de Régine Bercot montre que les rôles de sexe pèsent encore lourd sur les orientations et les trajectoires professionnelles1. L’intériorisation de normes genrées perpétue certaines formes de division sexuée du travail. Les familles de métiers désignés comme « typiquement » masculins se déclinent autour de l’action, de l’autorité, du sauvetage, du travail physique ainsi que des sciences et techniques. Les emplois plus traditionnellement féminins sont quant à eux polarisés autour du relationnel et du soin à la personne : accueil, vente, secrétariat, socio-éducatif, sanitaire, mais aussi nettoyage et petite main d’œuvre ouvrière.

3Pour l’ensemble des auteurs de ce dossier, un constat fait l’unanimité : les professions majoritairement masculines bénéficient d’une meilleure reconnaissance en termes de risques d’atteinte à la santé. Les maladies et accidents professionnels sont pris en charge de manière plus systématique lorsque la pénibilité, la dangerosité et les contraintes physiques sont rendues visibles. La contribution de Michelle Paiva nous apprend, à titre d’exemple, que les cancers sont plus souvent identifiés chez les hommes comme étant le résultat d’une surexposition à des agents pathogènes rencontrés au travail. La corrélation entre cancer et milieu de travail chez les femmes est en revanche minorée.

4Cette moindre reconnaissance des risques professionnels chez les femmes peut avoir trois explications. La première est historique. Isabelle Probst note que la construction des référentiels de risques professionnels s’est basée sur les plaintes somatiques exprimées par les ouvriers des industries, au siècle dernier. Dans le prolongement de cette réflexion, Paul Bouffartigue observe que les femmes sont entrées sur le marché du travail plus tardivement que les hommes, ce qui « tendrait à les rendre moins critiques sur différentes dimensions de leur situation professionnelle » (p. 14). La troisième raison qui conduit à une sous-estimation des maladies et accidents professionnels chez les femmes provient d’un fait relevé par Karen Messing : les travailleuses affichent une tendance à minorer leur situation d’inconfort, par crainte d’être stigmatisées et jugées moins rentables ou moins performantes. Seulement, selon Isabelle Probst, la méconnaissance des risques professionnels au féminin continue à nourrir la croyance selon laquelle les femmes exerceraient des professions peu pénibles et moins exposées et, de ce fait, « contribue, en occultant des conditions de travail nocives pour elles, à les faire perdurer » (p. 70).

5Les pathologies physiques et psychologiques auxquelles s’exposent les femmes sont, aux yeux de Paul Bouffartigue, peu visibles en raison de leur mode d’installation qui s’inscrit dans la durée. Les troubles musculo-squelettiques en sont une parfaite illustration. En raison de gestes répétitifs ou de contraintes posturales, le corps est mis à mal sur le long terme. Si les tâches féminines nécessitent moins de force physique que celles accomplies par les hommes, l’étude comparative menée par Karen Messing nous révèle que les femmes exécutent davantage de gestes rapides, de précision, statiques, inconfortables (coudes pliés, bras levés au-dessus des épaules, etc.) et répétés.

6Les risques psychosociaux constituent la seconde famille de facteurs impactant sur la santé des travailleuses. Six contributions évoquent, dans cette publication, la charge psychologique supportée dans certaines professions en contact avec le public ou rythmées par des horaires variables. Les emplois dans la vente et l’accueil exposent à de potentiels risques d’agressions, tandis que les métiers du care (aides à domicile, auxiliaires de vie, infirmières, etc.), cités en exemples par Hervé Polesi, nécessitent un important investissement personnel. Quotidiennement confrontées à la maladie, à la vieillesse, au handicap ou à la mort, les professionnelles du care sont soumises à d’importantes sollicitations affectives et émotionnelles. Pourtant, comme le relèvent Hervé Polesi et Isabelle Probst, les maladies et accidents professionnels sont sous-déclarés dans ce type de professions. À l’inverse, les métiers du care plus traditionnellement masculins (policiers, pompiers, ambulanciers) bénéficient d’une reconnaissance sociale très forte, profitant ainsi de meilleurs dispositifs de prévention de la santé-sécurité au travail.

7La charge psychique n’est pas seulement liée aux métiers qui supposent des contacts rapprochés avec le public. Elle peut aussi découler d’une difficulté à conjuguer plusieurs injonctions contradictoires. Régine Bercot indique que les femmes sont plus nombreuses à devoir répondre à une forte demande de rendement, sans pouvoir disposer d’une latitude décisionnelle suffisante pour y parvenir. Par ailleurs, malgré des exigences de performance similaires, leur rémunération demeure 20% inférieure à celle des hommes, à qualifications et taux d’activité égaux. L’auteure souligne enfin que les femmes qui se sont orientées dans des milieux professionnels à majorité masculine (transports, chirurgie, construction) sont soumises à des tensions psychologiques dues aux obstacles sociaux qui les empêchent de progresser dans la hiérarchie et d’exercer leur autorité de la même manière que les hommes.

8Le mal-être féminin diffère donc du mal-être masculin en ce sens que les femmes continuent d’affronter des formes de sexisme, de harcèlement sexuel et de discrimination dans la division des tâches, selon Régine Bercot. Il se manifeste également autrement. Dans sa contribution, Fanny Gallot s’intéresse aux modes d’extériorisation de la souffrance au travail dans les usines de production recrutant une majorité de femmes. L’usure mentale constatée dans ce milieu, exprimée par une « crise de nerfs », n’était pas prise au sérieux dans les années 1970. Elle était mise sur le compte de problèmes personnels et d’un mode de réaction soi-disant typiquement féminin. Désormais, l’épuisement professionnel est reconnu comme étant un réel risque en entreprise. Il peut découler d’une organisation du travail pathogène ou d’un manque de récupération sur le temps hors-travail. Dans cette idée, Isabelle Probst nous sensibilise sur les sollicitations auxquelles les femmes sont soumises en-dehors de leur activité professionnelle. Statistiquement, les femmes consacreraient aux tâches ménagères et familiales une fois et demie plus de temps que les hommes. Ce faisant, elles sont plus nombreuses à opter pour du temps partiel, qui permet d’accroître leur disponibilité pour s’occuper de leur foyer. Leur moindre présence et leur moindre poids dans le monde professionnel tend ainsi à limiter les femmes dans leur évolution de carrière, dans la diversification de leurs tâches et dans l’éventail de choix professionnels qui s’offrent à elles.

9Annie Thébaud-Mony, Paul Bouffartigue et Karen Messing proposent plusieurs mesures incitatives pouvant aider à mieux prendre en compte les risques d’atteinte à la santé au féminin. Au niveau des processus de recrutement, des investissements seraient encore à réaliser pour faciliter l’accueil, la transmission d’informations et l’intégration des femmes dans des métiers à majorité masculine. S’il existe bel et bien des inégalités constitutionnelles entre les deux sexes (force physique, gabarit), Karen Messing émet des recommandations pour que ces inégalités ne se répercutent pas sur les conditions de travail des femmes. Il serait essentiel, selon elle, que les entreprises fournissent des efforts supplémentaires en matière d’adaptation de certains équipements et qu’elles promeuvent un partage de compétences équitable dans les équipes mixtes. Pour Annie Thébaud-Mony, l’adoption d’une approche statistique et qualitative différentielle (en fonction du sexe) permettrait un gain de visibilité du lien entre santé, travail et genre.

10L’une des forces majeures de cette publication réside dans le fait qu’elle articule une diversité d’approches psychosociales et ergonomiques pour aborder la thématique de la santé-sécurité au travail au prisme du genre. Si les exemples et témoignages illustrant le traitement différencié des risques professionnels selon le sexe mériteraient d’être multipliés et enrichis, la qualité des contributions et des auteurs mobilisés dans ce dossier sensibilise de façon très éclairante aux problématiques des inégalités sociales qui subsistent dans le monde professionnel entre les hommes et les femmes.

Haut de page

Notes

1 Voir aussi : Jacqueline Laufer, L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2014 ; compte rendu d’Isabel Boni-Le-Goff pour Lectures : http://lectures.revues.org/16565.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Dirickx, « Roland Pfefferkorn, Hervé Polesi (dir.), « Genre et santé au travail », Raison présente, n° 190, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 juin 2015, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18537

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Dirickx

Doctorante en sciences de l’éducation à l’Université de Genève (thèse portant sur les reconversions professionnelles volontaires) et assistante qualité de vie au travail au Service de la petite enfance en ville de Genève.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page