Navigation – Plan du site

Diego Olstein, Thinking History globally

Frédéric Clavert
Thinking History Globally
Diego Olstein, Thinking History Globally, Palgrave Macmillan, 2014, 248 p., ISBN : 9781137473387.
Haut de page

Texte intégral

1Comment penser le passé au-delà des frontières des États ? Diego Olstein, professeur associé à Pittsburgh, présente ici de manière détaillée les différentes historiographies, méthodologies et stratégies des historiens qui ont tenté, parfois dès le XIXe siècle, d'élaborer une narration de l'histoire dépassant le cadre national. À une période où histoire globale, big history ou encore world history se sont installées – ou tentent de le faire – dans le paysage académique, ce livre historiographique permet à la fois de replacer ces concepts dans une sorte d'histoire longue de l'histoire mondiale et de mieux comprendre l'enchevêtrement des différentes traditions historiennes qui peuvent revendiquer d'avoir passé les frontières.

2Préfacé par deux historiens qui ont marqué le champ de l'histoire globale, Patrick Manning (Pittsburgh) et Yuval Noah Harari (Jérusalem), ce livre se structure autour de deux logiques : d'une part la description des historiographies qui sont sorties du cadre national, d'autre part l'application des méthodologies de ces historiographies à deux cas pratiques, l'Argentine péroniste et la Première Guerre mondiale. Comme beaucoup d'ouvrages d'histoire globale, ce livre est par ailleurs une invitation à penser passé et présent : « This book invites and guides you to think globally about the past and comes back to our global present historically informed. » (p. 4).

3Olstein décrit trois vagues historiographiques d'écoles d'histoire ayant tenté de sortir du cadre national au cours du XXe siècle : l'histoire comparative (les Annales) dans l'entre-deux-guerres, la sociologie historique et les approches de type « système-monde » après la Seconde Guerre mondiale et, enfin, l'histoire globale à partir de la fin de la Guerre froide. Ces trois vagues permettent à l'auteur de distinguer douze branches historiographiques qui ont pensé l'histoire au-delà de la Nation. Ces douze écoles articulent différemment quatre « stratégies » : comparer (l'histoire comparée, l'histoire croisée), connecter (la New international history, l'histoire transnationale, l'histoire océanique – inspirée de la Méditerranée de Fernand Braudel), conceptualiser par l'apport des sciences sociales (l'analyse civilisationnelle, la sociologie historique, l'approche par système-monde) et contextualiser à une échelle globale (l'histoire globale, l'histoire de la mondialisation, la world history et la big history). Toutes ont en commun de vouloir passer les frontières, toutes ont été le sujet d'associations professionnelles (à l'exception de l'histoire croisée) ainsi que de revues scientifiques. Mais elles se distinguent par leurs stratégies, par l'unité spatiale d'analyse qu'elles considèrent principalement (l'État, l'Empire, les entités transnationales, les civilisations, les bassins océaniques, le monde, l'univers…), par l'échelle chronologique (la période contemporaine, moderne, médiévale, antique, préhistorique ou cosmique), par les méthodes (induction ou déduction) et par la nature des sources utilisées (principalement primaires ou secondaires).

4Ces douze logiques et quatre stratégies peuvent être appliquées à l'exemple de l'Argentine : comment penser globalement une histoire nationale ? On peut ainsi essayer de comprendre l'histoire péroniste par comparaison avec le régime de Vargas au Brésil ou de Nasser en Égypte, en regardant les connexions entre l'Argentine et le Brésil de l'époque et la manière dont ces deux régimes ont évolué ou entre l'Argentine et le Royaume Uni pour montrer l'importance de la politique péroniste d'industrialisation visant à protéger cette industrie naissante contre les produits britanniques. On peut réinsérer la logique péroniste dans l'ensemble de l'Amérique latine et de son populisme de l'époque (analyse civilisationnelle), s'intéresser au parti péroniste et la manière dont il a mobilisé la société argentine (sociologie historique), voir le régime péroniste comme une tentative de modifier les relations hiérarchiques au sein de la division internationale du travail (système-monde), considérer le régime de Perón comme résultat des modifications du système-monde provoquées par la Première Guerre mondiale (histoire globale), ou utiliser l'Argentine comme exemple du processus de démondialisation issue de la Grande Guerre.

5Dans le cas de cette dernière, si l'on peut appliquer également ces douze analyses différentes, Olstein montre qu'il est plus pertinent d'inverser la démarche : dans le cas de l'Argentine, on part de la comparaison de deux États pour aller vers les méthodologies plus globales de l'histoire globale ou de la big history. Dans le cas de la Grande Guerre, il est plus intéressant de commencer par la vision globale pour aller vers des narrations plus proches des unités que sont les États. Ainsi, Olstein atteint-il son but : montrer que penser l'histoire globalement peut se faire par l'appel à ces différentes historiographies, de manière inclusive et non exclusive : « Thinking glabolly is an inclusive project, and thinking history globally provides a solid base for understanding our global present » (p. 183).

6Le seul bémol que l'on pourrait mentionner ressort de la prise en considération par l'auteur d'une seule école historiographique française, les Annales. L'historien des relations internationales qu'est l'auteur de cette note ne peut en effet que regretter que Diego Olstein ne mentionne que la new international history qui émerge dans les années 1990, alors que l'école française d'histoire des relations internationales a, dès les années 1950-1960, essayé de sortir de l'histoire diplomatique stricto sensu en insérant dans sa méthodologie les « forces profondes » que sont les phénomènes économiques, religieux, culturels.

7In fine, ce livre sera lu avec grand intérêt comme un manuel par ceux qui veulent s'initier à l'histoire globale dans un sens très large ou par ceux qui, la connaissant déjà, souhaitent disposer d'une base historiographique plus solide à des fins d'enseignement et de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Clavert, « Diego Olstein, Thinking History globally », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 29 juin 2015, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18558

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l'histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches s'orientent aujourd'hui vers les relations entre les banquiers centraux et la construction européenne d'une part, sur les sources de l'historien.ne à l'ère numérique d'autre part. Il a été titulaire d'une bourse du DAAD et a obtenu l'aide à la publication du Prix Pierre Grappin. Après cinq ans comme chercheur (Histoire de l'intégration européenne et Humanités numériques) au Centre virtuel de la connaissance sur l'Europe (Luxembourg), puis deux ans comme ingénieur de recherche pour le LabEx "Écrire une Histoire Nouvelle de l'Europe", il rejoindra l'Université de Lausanne à la rentrée 2015

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page