Navigation – Plan du site

Catherine Lacour-Astol, Le genre de la Résistance. La Résistance féminine dans le Nord de la France

David Noël
Le genre de la Résistance
Catherine Astol-Lacour, Le genre de la Résistance. La Résistance féminine dans le Nord de la France, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Histoire », 2015, 389 p., ISBN : 978-2-7246-1700-9.
Haut de page

Texte intégral

1Docteur en histoire, professeur d’histoire dans l’enseignement secondaire et membre du Centre d’histoire et de recherche sur la Résistance, Catherine Lacour-Astol a soutenu en 2010 sa thèse de doctorat sur la Résistance féminine dans le Nord de la France, sous la direction de Claire Andrieu. C’est le fruit de son travail de recherche que publie aujourd’hui l’historienne.

2La démarche de Catherine Lacour-Astol est inédite et vient combler un vide historiographique : l’auteure s’intéresse en effet aux modalités et aux particularités de l’engagement résistant des femmes du Nord, de la répression qu’elles ont subie et de la reconnaissance à laquelle elles ont pu prétendre dans les années de l’après-guerre. L’ouvrage de Catherine Lacour-Astol s’organise en deux parties : la première est centrée sur la période de l’occupation et la deuxième sur l’après-guerre, jusqu’aux années cinquante. En préambule, Catherine Lacour-Astol explique que l’occupation des régions du Nord entre 1940 et 1944 a été une « confrontation sans illusions ». Occupants et occupés gardaient en mémoire 1914 en 1940. Rattachée au commandement militaire allemand de Bruxelles, la zone interdite du Nord et du Pas-de-Calais a vécu pendant quatre ans coupée du reste de la France, malgré les efforts du préfet Carles en vue de protéger la population.

3Dans la première partie de son ouvrage, consacrée à l’occupation, Catherine Lacour-Astol traite de la Résistance au féminin en quatre chapitres. Le premier chapitre s’intéresse aux arrestations. Sans surprise, on note que le nombre de femmes du Nord arrêtées pendant l’occupation par mesure de répression est inférieur à celui des hommes (665 femmes pour 5 221 hommes), mais les motifs d’arrestation diffèrent : ainsi les femmes ne sont jamais arrêtées par mesure de représailles alors que les hommes peuvent être raflés et pris en otages. On constate également qu’un quart des femmes sont considérées comme « auteurs et complices » de délits commis en couples alors que la même catégorie n’existe pas pour les hommes, jugés responsables. La présomption de subordination des femmes dans le foyer, reflet des conceptions patriarcales des autorités allemandes, peut bénéficier aux femmes face à la machine répressive ; elle fonde également les demandes d’indulgence adressées au préfet Carles et transmises, après enquête de police, aux autorités allemandes. Quand le préfet intervient – ce qui n’est jamais le cas pour les militantes communistes –, il le fait au nom de la défense de la famille française.

4De fait, la répression apparaît bien comme le miroir de l’engagement résistant des femmes. Leur parcours répressif les conduit dans des prisons françaises et des camps de concentration allemands, comme Ravensbrück. Les femmes condamnées à mort sont exécutées dans des camps allemands, jamais sur le territoire français. L’analyse des motifs d’arrestation laisse apparaître un fort marquage selon le genre. Ainsi, 78% des personnes accusées d’avoir hébergé des soldats ou des résistants sont des femmes, alors que ces dernières ne représentent que 3% des arrestations pour sabotage En revanche, l’aide à l’ennemi est une infraction à l’ordre allemand reprochée aussi bien aux hommes qu’aux femmes (49%).

5Parmi ces infractions à l’ordre allemand, l’hébergement de soldats anglais, étudié dans le troisième chapitre, constitue très tôt un des principaux motifs d’arrestation et de déportation des femmes, pour une raison simple : les autorités militaires allemandes, qui peuvent admettre qu’une femme ignore les activités de renseignement ou de diffusion de tracts de son époux, considèrent qu’un soldat anglais ne peut être caché et nourri sans complicité active de la femme, dès lors considérée comme auteur principal du délit. De ce point de vue, le département du Nord se distingue du reste de la France : occupé une première fois en 1914-1918, le Nord est marqué par une forte anglophilie qui amène de nombreux foyers à héberger les soldats anglais n’ayant pas pu rembarquer à Dunkerque ou les aviateurs abattus. Dès lors, le Nord fait l’objet d’une répression précoce et des déportations de femmes incarcérées dans des prisons allemandes dès l’automne 1940.

  • 1 Le Sipo-SD (Sicherheitspolizei-Sicherheitsdienst) était le service de renseignements et de police n (...)

6L’engagement communiste, analysé au chapitre 4, efface en partie la frontière du genre. Figure de proue d’une poignée de militantes aguerries, Martha Desrumeaux passe dans la clandestinité et gagne la Belgique en septembre 1939. Dès son retour en France, elle est l’objet d’une surveillance immédiate qui ne l’empêche pas de mettre sur pied un comité des femmes communistes du Nord, lequel diffuse un bulletin à destination des femmes. Ce comité est finalement démantelé en septembre 1941. Arrêtés par le Sipo SD1, ses membres sont jugés devant la section spéciale de la Cour d’appel de Douai, incarcérés dans des prisons françaises avant d’être déportés en Allemagne. Dès le mois de septembre 1941, les autorités françaises avaient envisagé la création d’un camp d’internement pour les indésirables et comptaient y enfermer les femmes communistes aussi bien que les hommes. Le veto formulé par l’occupant s’explique par le refus d’une promiscuité avec les hommes, qui va à l’encontre d’un système de représentations fortement attaché à la différence des sexes. Les militantes communistes sont rarement condamnées à mort, mais tombent sous le coup de la procédure Nacht und Nebel et sont déportées dans des camps allemands. Paradoxalement, la rigueur de la répression anticommuniste menée par les autorités françaises, en retardant la date de la déportation vers l’Allemagne, a pu sauver la vie à nombre de militantes communistes.

7La deuxième partie de l’ouvrage de Catherine Lacour-Astol s’intéresse à la reconnaissance de l’engagement résistant féminin dans les années d’après-guerre. L’auteure évoque d’abord la timide percée des résistantes dans le champ des honneurs, puis le combat pour obtenir le statut de CVR (combattant volontaire de la Résistance). Elle se demande si les résistantes n’ont pas été elles-mêmes le principal frein à la reconnaissance de leur engagement avant d’analyser l’ombre portée de la répression dans la reconnaissance.

8Si les premières distinctions honorifiques telles que la Croix de la Libération et la médaille de la Résistance ont formé une « aristocratie de la Résistance », essentiellement masculine (on compte environ 3 100 femmes parmi les médaillés de la Résistance soit 5% des médaillés et seulement 6 femmes Compagnons de la Libération soit 0,6%), la médaille de la Reconnaissance française, instituée après la Première Guerre mondiale pour célébrer les gestes de dévouement et restaurée en septembre 1945, a permis d’honorer des résistantes jusqu’alors exclues d’un champ des honneurs qui privilégiait la résistance organisée en réseaux et les membres des Forces françaises libres sur la résistance intérieure du quotidien.

9La décision finale d’attribution de ces trois distinctions appartient toujours à une commission nationale, mais c’est au niveau local, celui de la puissance préfectorale et des commissions départementales, que doit être établi le dossier de proposition. Or, si la procédure administrative est apparemment égalitaire, le questionnaire à remplir par les demandeurs valorise les membres de réseaux de résistance, qui peuvent convoquer des témoignages à l’appui de leur demande. Le processus tend donc à minorer la résistance intérieure des femmes.

10On peut faire la même démonstration pour l’obtention de la carte de combattant volontaire de la Résistance. Catherine Astour-Lacol explique ainsi que l’assimilation du résistant à un combattant volontaire, lui donnant les mêmes droits qu’un ancien combattant de la Première Guerre mondiale a pu faire obstacle aux revendications féminines. Instruites par une commission départementale, les demandes de CVR ont majoritairement été accordées à des femmes mariées qui, dans leurs dossiers de demande, décrivent leur engagement en résistance comme un engagement partagé au sein du couple. À l’inverse, les hommes tendent à s’attribuer le premier rôle et à minorer celui de leur épouse.

11L’inégalité devant la mort tend aussi à tracer une ligne de partage entre hommes et femmes ce que confirme l’importance du critère de la déportation des femmes dans l’obtention de la carte de CVR. Le thème de la « belle mort » du combattant fusillé reste l’apanage des hommes alors que la déportation transfigure les femmes résistantes en « victimes héroïques ».

12Catherine Lacour-Astol peut conclure en soulignant que la Résistance a constitué une étape méconnue dans l’histoire des femmes et du genre, dans la mesure où l’expérience résistante au féminin bouleverse les attendus liés au genre : « l’affirmation de femmes-individus affranchies est minorée à l’identique par la répression et la reconnaissance tant elle heurte encore les représentations dominantes du féminin » (p. 346).

13En ouvrant une brèche dans l’ordre social des sexes, la Résistance a permis une accélération de l’évolution des identités de genre, dont l’ombre portée s’étend jusqu’aux années 1970 et aux revendications féministes. On attend maintenant d’autres études locales aussi méticuleuses que celle de Catherine Lacour-Astol pour mettre en perspective le parcours des résistantes du Nord sous l’Occupation et dans l’après-guerre avec la situation des femmes d’autres départements.

Haut de page

Notes

1 Le Sipo-SD (Sicherheitspolizei-Sicherheitsdienst) était le service de renseignements et de police nazi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Catherine Lacour-Astol, Le genre de la Résistance. La Résistance féminine dans le Nord de la France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18564

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’Association des professeurs d’histoire et de géographie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page